À propos

Et si la réponse aux crises sociale et environnementale se trouvait dans la comptabilité, notamment celle des grandes sociétés capitalistes ? Dans le système comptable actuel, le capital financier est le seul à être systématiquement conservé, tandis que le travail humain et la nature sont utilisés comme des ressources inépuisables et ne sont donc pas strictement conservés.
Dans ce manifeste pour une nouvelle entreprise écologique et sociale, Jacques Richard et Alexandre Rambaud montrent comment le système économique ne pourra devenir durable et vertueux que lorsqu'il mettra sur un pied d'égalité le capital financier et les deux autres composantes de toute activité économique : le capital humain (le personnel qui investit sa force de travail) et le capital naturel (toutes les choses qui rendent la vie humaine possible sur Terre).
Les deux auteurs proposent également un rééquilibrage drastique des rapports de pouvoir dans les entreprises avec une nouvelle cogestion écologique qui s'appuie sur une conception de l'entreprise comme un commun.


Rayons : Entreprise, économie & droit > Entreprise, gestion et management > Contrôle de gestion / Comptabilité > Contrôle de gestion / Comptabilité autre


  • Auteur(s)

    Jacques Richard, Alexandre Rambaud

  • Éditeur

    Editions De L'Atelier

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Date de parution

    04/06/2020

  • EAN

    9782708253490

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    172 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jacques Richard

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Né à Bruxelles, Jacques Richard a passé son enfance en Algérie. Après des études de musique, il est devenu peintre et a enseigné la peinture et le dessin. Il a publié divers poèmes (dont deux cycles mis en musique), deux recueils de nouvelles et cinq romans. Petit Traître, prix Franz de Wever de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 2012, a été finaliste du prix Rossel, de même que la Course en 2023.

empty