Dette, rente, et prédation néoliberale ; une anthologie de l'oeuvre de Michael Hudson

Dette, rente, et prédation néoliberale ; une anthologie de l'oeuvre de Michael Hudson (préface Alain Caillé ; postface Jean-Michel Servet)

Traduction THIBAULT MIRABEL  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Michael Hudson est considéré par certains comme un des meilleurs économistes contemporains. S'il comprend mieux le capitalisme actuel - un capitalisme rentier et spéculatif - que nombre de ses collègues, c'est sans doute parce qu'il a travaillé à Wall Street et dans diverses commissions avant de se plonger dans l'étude à la fois de l'histoire économique et des diverses théories économiques. Il en résulte, pour commencer, un renouvellement complet de l'histoire de la dette et du crédit (qui a fortement inspiré David Graeber dans Dette). Où l'on voit qu'à Babylone et dans le judaïsme antique, on abolissait les dettes tous les 25 ou 50 ans (c'est ce qu'on appelait le jubilé) pour permettre à l'économie et à la société de repartir. « Et pardonnez- nous nos offenses... » voulait dire à l'origine :
« Remettez-nous nos dettes. » De cette reconstitution historique résulte une critique radicale de l'économie de rente actuelle. L'endettement des États ne sert qu'à transférer la richesse aux prêteurs et aux financiers au détriment de l'économie réelle et des salariés.



Rayons : Entreprise, économie & droit > Sciences économiques > Mondialisation et développement

  • EAN

    9782356877642

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    23 cm

  • Largeur

    16.5 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    380 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Michael Hudson

Après avoir travaillé à Wall Street, et s'être lancé dans une
étude systématique de l'histoire économique et de l'histoire des
théorie économiques MICHAEL HUDSON est considéré par certains
auteurs comme « the best contemporary economist ». Il est un
des critiques les plus acérés du néolibéralisme et l'inspirateur
premier du best seller mondial de David Graeber, Dette.

empty