• « Ce livre fait suite à l'appel, signé par 200 personnalités (scientifiques, artistes, philosophes, écrivains), que j'ai lancé dans le journal Le Monde du 3 septembre 2018, avec l'actrice Juliette Binoche que je remercie ici très chaleureusement.
    Je suis astrophysicien et pas écologue. Ce livre n'a donc pas prétention à l'exhaustivité ou à la rigueur universitaire. C'est en tant qu'habitant de la Terre et membre de la tribu des vivants que je tente ce petit cri d'alerte, parmi tant d'autres plus savants et plus approfondis. Je n'ai aucune autre légitimité à dessiner un «plan d'action» concret et précis pour sauver le monde.
    Aux constats, je tente néanmoins d'adjoindre quelques ébauches de solutions et de réflexions possibles. Elles ne constituent en rien un programme clés en main et les propositions ne sont que des pistes envisageables.
    Je n'entends nullement me substituer aux experts et je ne me considère pas comme exemplaire dans mes comportements. Il n'est certainement pas question pour moi de me poser ici en «donneur de leçons», bien au contraire. Le propos est naïf et je l'assume comme tel. Mais, en tant que citoyen, je pense fermement qu'il est vital de porter par tous les moyens possibles la question cruciale ici évoquée au coeur du débat public et au centre de l'action politique.
    Mes collègues climatologues et biologistes sont désespérés. Ils ne savent plus comment exprimer la gravité de la situation. Ils ne savent plus quoi faire pour être entendus.
    Cette maigre contribution n'a pas d'autre objectif que de presser le pouvoir politique à prendre ses responsabilités : des mesures fermes, fortes et immédiates ; et chacun d'entre nous à opérer une évolution - ou révolution - de son rapport à la nature, aux animaux et à la planète.
    À n'en pas douter, certains trouveront ces propositions trop radicales et audacieuses, d'autres les jugeront trop timides et frileuses. Peu importe : qu'elles soient surtout l'un des multiples déclencheurs de la réflexion qu'il est urgent de mener. Et, surtout, de l'action qui doit immédiatement en découler.
    Je ne sais pas s'il fallait écrire ce texte. Finalement il ne dit rien de très original. Il contribue même un peu à la pollution par son existence même. Mais, face à la fin du monde, ne rien faire me semblait pire encore. Cet infime ouvrage s'inscrit dans un geste de «dernière chance», comme une supplique aux pouvoirs publics : ne pas considérer l'écologie comme la priorité majeure de ce temps relève du «crime contre l'avenir». Ne pas opérer une révolution dans notre manière d'être relève du «crime contre la vie».
    Il est temps de regarder en face l'agonie de notre monde et d'être un peu sérieux. »

  • La grande affaire du XXIe siècle sera l'écologie : comment, face à une dégradation de la biosphère jamais observée dans l'histoire, allons-nous empêcher le désastre et refaire une société juste et pacifiée ? Ceux qui tiennent aujourd'hui les manettes de la société n'ont pas la réponse à cette question cruciale. Mais une nouvelle génération arrive aux commandes et donne le ton de ce que seront les décennies à venir.

    L'équipe de Reporterre est allée interroger ses plus vaillants représentants : Claire Nouvian, Pablo Servigne, François Ruffin, Corinne Morel Darleux, Jon Palais, Jade Lindgaard, Alessandro Pignocchi, Angélique Huguin, Matthieu Amiech, Fatima Ouassak, Pierre Rigaux, Juliette Rousseau... Ces femmes et ces hommes ont tous moins de 45 ans. Nous leur avons demandé comment elles et ils étaient arrivés à l'écologie, quelle était leur vision du monde et comment, au quotidien, changer la vie. Ensemble, ils dessinent un nouveau monde, où la nature, la justice sociale, le bien commun, la sobriété, la technique retrouvent leur juste place.

    Dans ces entretiens revigorants, elles et ils transmettent le goût de l'espoir et l'envie de lutter. Un livre programme, présenté par Hervé Kempf.

  • 50 ans, 50 affaires qui ont construit le droit de l'environnement en France.

  • Face à des signaux pourtant alarmants - tensions sur les ressources énergétiques et les matières premières, effondrement de la biodiversité, érosion ou artificialisation accélérée des sols, pollutions généralisées, changement climatique. on cherche à nous rassurer. Les technologies « vertes » seraient sur le point de sauver la planète et la croissance. On nous dit que nous serions à l'aube d'une quatrième révolution industrielle : connectés en réseaux intelligents, nous deviendrons tous producteurs - stockeurs d'énergies renouvelables -, et que les nanotechnologies et les matériaux « bio-sourcés » permettraient de répondre à la pénurie, les « fab lab » et les imprimantes 3D s'apprêteraient à bouleverser le système de production, etc.
    Pour sauver la planète, toujours plus d'innovation, plus de « high tech » et plus de complexité ? Ce livre démontre la fausseté de ces promesses. Il propose, pour sortir de l'impasse, de prendre le contre-pied de la course en avant technologique pour se tourner vers les « low tech », les « basses technologies ». Il ne s'agit pas de « revenir à la bougie », mais de conserver un niveau de « confort » et de civilisation agréables tout en évitant les chocs de pénuries généralisées. Une société soutenable, fondée sur les basses technologies, mobilisera fortement les savoirs, l'innovation et la recherche, mais orientés par des finalités différentes d'aujourd'hui.

    Philippe Bihouix est ingénieur. Il est coauteur de l'ouvrage Quel futur pour les métaux (EDP sciences, 2010), qui traite de la finitude des ressources minières et de son étroite interaction avec la question énergétique.

  • Le livre fait le point sur la désobéissance civile et l'état de nécessité, juridiquement, historiquement et philosophiquement. Il rassemble des témoignages, des plaidoiries exemplaires et des jugements, des argumentaires et analyses en faveur de la désobéissance civile et des éclaircissements en matière de doctrine, tant en ce qui concerne l'engagement juridique de l'état de nécessité que le rôle du juge. Il permet de comprendre les limites, les raisons et la fonction des actions de désobéissance civile. Il met en lumière la pertinence de l'argument de l'état de nécessité dans le contexte qui nous échoit désormais. Dans un style précis mais accessible, il est utile à toute personne, qu'elle soit juriste, politiste, militante, journaliste, et à toute citoyenne ou citoyen qui veut réfléchir sur ces sujets

  • La période 2020 - 2050 sera la plus bouleversante qu'aura jamais vécu l'humanité en si peu de temps. L'effondrement de notre civilisation industrielle s'y produira à l'échelle mondiale, probablement dans les années 2020, certainement dans les années 2030. L'ouvrage examine les origines écologiques, économiques, financières et politiques de cet effondrement et, surtout, leurs relations systémiques.

  • Un manifeste événement ! Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l'eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l'estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles moteurs ou cérébraux chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L'exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui préfère la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers. Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Rendez-nous nos coquelicots et nos bleuets ! Rendez-nous la beauté du monde ! Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection. Nous exigeons de nos gouvernants l'interdiction de tous les pesticides en France. Pas demain. Maintenant. Assez de discours, des actes.

  • Comment vivre demain, en solidarité avec les humains et la nature ? Comment fair « monde commun » ? Face à cette situation inédite : le réchauffement climatique, la détérioration de la biodiversité et les difficultés qui se profilent pour notre planète, la grande navigatrice Isabelle Autissier, présidente du WWF, (Fond mondial pour la nature) engage un dialogue-réflexion avec Francis Vallat, président de SOS Méditerranée, qui a une vision autre et complémentaire de la sienne. Ils proposent ensemble de réfléchir aux fragilités, aux beautés et aux complexités de la nature, pour mieux la préserver. Ils évoquent bien sûr la mer, qu'ils connaissent bien tous les deux. La mer prend une large place dans cette discussion, comme figure de la mondialisation, témoin du changement de climat, cimetière de réfugiés, mais aussi domaine d'avenir. La mer, miroir de notre société, en porte tous les maux, toutes les tares, et tous les possibles, tous les espoirs.
    Un livre dense, singulier, engagé et agréable à lire, qui transmet une conviction : chacun peut jouer un rôle face aux tempêtes qui s'annoncent et le combat pour la défense de la nature et de l'environnement correspond au plus beau rêve que l'humanité puisse et doive aujourd'hui porter.

  • Et si nous avions déjà les solutions pour changer le monde ?

    « Oui, nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation de notre planète. Oui, nous pouvons donner du sens à notre vie et agir pour que chaque être humain vive décemment. Je veux prouver que participer à la construction d'un monde meilleur, c'est possible, même pour le monsieur Tout-Le-Monde que je suis. Je vais partager ce vécu en toute transparence, en racontant les joies et les galères, les victoires et les échecs. Et si je me lance dans cette démarche, c'est surtout parce que j'ai envie d'être heureux. C'est parti, changer le monde, ça commence par moi ! ».

    Illustrations d'Olivier Balez.

  • Dérèglement climatique, disparition de la biodiversité, changement de la composition chimique de l'atmosphère, déforestation, acidification des océans,... En quelques dizaines d'années, l'humanité est devenue une véritable force géologique, qui menace désormais les conditions physiques de sa propre existence sur Terre en faisant basculer la planète vers un nouvel état environnemental.
    Au-delà d'un état des lieux détaillé, Alain Papaux et Dominique Bourg proposent une méditation croisée d'une rare profondeur sur ce monde en gestation. Ainsi interrogent-ils les facteurs, notamment politiques, qui nous ont conduits à devenir « modernes » - pointant par là même ce qu'il y a lieu d'abandonner, mais révélant aussi certaines lignes de force que l'humanité pourrait déployer pour entrer dans ce nouveau monde sans perdre les conditions d'une vie décente. Alors s'engage une vaste réflexion sur l'avènement des biens communs, les quotas de ressources, le droit nouveau, la liberté positive, un rééquilibrage de faber par sapiens. Par là, les auteurs nous invitent à une prise de conscience lucide des difficultés, nombreuses et dramatiques, qui nous attendent, mais également des opportunités que présente cette situation inédite.

  • A partir d'une analyse minutieuse des tendances de l'économie et de la société globales, le livre opère une distinction entre déglobalisation et démondialisation : la déglobalisation désigne une reprise en main de l'économie par des acteurs appartenant à la sphère politique, au nom d'intérêts parfois opposés. La déglobalisation est une altermondialisation, mais le processus en cours est confus et peut déboucher sur quatre scénarios, suivant que l'emporteront les tendances à la coopération ou à l'hostilité d'une part, la quête de croissance des consommations d'énergie et de matière ou le désir de viabilité d'autre part.
    Pour chaque scénario, la position des principaux acteurs et leurs stratégies sont finement décrites et analysées. Le livre opte pour le scénario de "l'habiter terrestre" et propose une stratégie (notamment française, mais qui pourrait inspirer d'autres pays) pour le faire prévaloir sur les autres. Quatre nouvelles littéraires, écrites pour donner à voir chacun des quatre scénarios, complètent l'ouvrage.
    Elles sont disponibles en libre lecture sur la page ouvrage de notre site www. puf. com.

  • Vous souhaitez réduire votre impact environnemental ? Adopter des habitudes durables, tout en gagnant en qualité de vie ? Consommer moins mais mieux ? Grâce à ce Petit Livre, vous aurez toutes les clés en main pour changer progressivement et instaurer le zéro déchet dans tous les domaines du quotidien !
    Acheter en vrac et éviter le gaspillage alimentaire, réparer, recycler, donner, faire ses produits d'entretien et cosmétiques, éviter les matériaux toxiques pour l'environnement, refuser l'usage unique... à la maison ou à l'extérieur, place au zéro déchet !

  • Sols pollués : danger pour les populations et la biodiversité Nouv.

    Le sol est le dernier milieu naturel qui ne soit pas protégé en France et en Europe. Et le constat est alarmant. Le recensement lacunaire des sites pollués, l'absence de réglementation pour les installations polluantes et le manque de moyens pour leur contrôle engendrent depuis des décennies des dégâts environnementaux, sanitaires et sociaux considérables.
    La dépollution de notre territoire est pourtant possible, et des pistes d'action existent pour que la volonté actuelle de réindustrialisation de la France ne se fasse pas au détriment des sols qui nous font vivre.
    À travers de nombreux exemples de sites urbains ou ruraux où la pollution des sols a eu des conséquences désastreuses, cet ouvrage permet une prise de conscience de la nécessaire et urgente réhabilitation des sols. Il propose aussi des solutions et des pistes de réflexion pour que la protection des sols fasse à l'avenir partie intégrante de toutes les politiques publiques et industrielles.

  • « Nous devons changer à peu près tout dans nos sociétés.
    Plus grande est votre empreinte carbone, plus grand est votre devoir moral.
    Plus grande est votre audience, plus grande est votre responsabilité.

    Les adultes continuent de dire :
    "C'est notre devoir de donner de l'espoir aux jeunes." Mais je ne veux pas de votre espoir.
    Je ne veux pas que vous soyez pleins d'espoir.
    Je veux que vous paniquiez.
    Je veux que chaque jour vous ayez peur comme moi.

    Et puis je veux que vous agissiez.
    Je veux que vous agissiez comme si vous étiez en crise.
    Je veux que vous agissiez comme si notre maison était en feu.
    Parce qu'elle l'est. » Greta Thunberg « Elle parle pour elle, pour sa génération, mais aussi pour ses enfants à naître, et au-delà des humains, pour notre Terre tout entière, dans sa précieuse et fragile beauté. Écoutons-la. Entendons-la. Il est peut-être encore temps. » J.M.G. Le Clézio, Prix Nobel de littérature Greta Thunberg est une jeune activiste suédoise.Elle a été nommée par le Time parmi les jeunes les plus influents dans le monde.

     

  • L'écologie contre le capitalisme, ce qu'il faut sauver, ce qu'il faut stopper Nouv.

    L'urgence n'est pas seulement climatique, nous disent les auteurs de cet ouvrage. Elle est aussi économique. Les périls écologiques obligent à refonder notre économie, dominée par le capitalisme financier. François Gibert, ex-dirigeant d'entreprise, et Claude Simon, professeur de management, sont tous deux militants écologistes. Leurs parcours singuliers donnent à ce livre une saveur rare où les convictions fortes n'éludent pas les complexités du réel. Ils dessinent une ligne de crête où deux écueils sont à éviter : l'immobilisme et le dirigisme. « Ni angélisme, ni utopisme », proclament-ils. Ils en appellent à une économie de marché régulée, où l'accumulation comme la sphère financière sont bridées. Ce qui doit primer, ce sont les « communs », ces biens non marchands qui font société. Ils proposent de soumettre la création et la répartition des richesses à des impératifs supérieurs : la préservation du climat et de la biodiversité. Un livre engagé et stimulant qui invite au débat.

  • La France compte plus de cartes SIM en circulation que d'habitant·es, et demain, avec l'arrivée de la 5G, ce seront tous les objets du quotidien qui seront connectés. Les voitures seront autonomes. Les foyers communicants. Les villes « intelligentes ».

    Mais est-on vraiment sûr que l'utilisation tous azimuts d'ondes électromagnétiques ne présente aucun risque ? Absolument pas, répond Nicolas Bérard au terme d'une enquête sur l'envers de cette « révolution technologique ».

    Comment et par qui les normes, censées nous protéger, ont-elles été mises en place ? Quels liens entre opérateurs téléphoniques, médias et gouvernements ? Quels sont les effets de cette technologie sur la santé humaine et le vivant ?

    À l'aube du développement d'une nouvelle pollution de masse, ces questions ne sont jamais posées dans le débat public.

  • Les impacts négatifs de nos choix économiques et sociétaux sur l'environnement font l'objet d'une prise de conscience collective. Au coeur de ces questionnements de nos modes de vie, la préservation du vivre ensemble... au profit d'un monde certes plus frugal, mais solidaire.

    En mai 2019 le Pacte civique, collectif citoyen, lancé il y a une dizaine d'années, a produit une invite sur « le choix de la sobriété », tant elle entretient des rapports essentiels avec la question écologique.
    Une série de contributeurs (plus de 25) - philosophe, élu communal, juriste, entrepreneur, citoyen, engagé ou non, universitaire, représentant d'association, cadre d'entreprise, en reconversion, etc. - ont été conviés à réagir à cette notion, en la confrontant à leur expérience de vie, professionnelle, personnelle. Ils et elles indiquent avec franchise des choix de sobriété qu'ils ont mis en action très concrètement.
    Leurs propos, ainsi rassemblés, mis en regard les uns avec les autres, explorent et confrontent les multiples dimensions de la sobriété : philosophique, individuelle, collective, politique...
    Ce livre propose un débat stimulant. Il est une invitation à y puiser des ressources pour prendre part aux changements annoncés et y coopérer.

  • Les mobilisations citoyennes historiques provoquées par un pro­jet de taxe carbone injuste et opaque l'ont bien montré : la question écologique ne peut pas être pensée sans la question sociale.

    L'impératif de justice sociale doit donc devenir la boussole de la transition climatique.

    À ce titre, le projet de dividende carbone élaboré par James Boyce est une stratégie transparente, efficace et crédible pour préserver durablement un environnement sain pour tous, tout en assurant une politique de redistribution juste et équitable. Elle propose de donner un prix au carbone afin de limiter les émissions de CO2 mais surtout d'en répartir les recettes fiscales sous forme de dividendes égaux pour toutes et tous. Concrètement : un bonus-malus reversé directement à chaque citoyenne et citoyen qui contribue­rait à atténuer à la fois la crise climatique et la crise des inégalités !

    Fondée sur le principe que les dons de la nature nous appar­tiennent en commun, et non aux entreprises ou aux gouverne­ments, cette « taxe carbone juste » est portée par l'un des meilleurs spécialistes au monde de l'économie politique de l'environnement. Avec son Petit manuel de justice climatique à l'usage des citoyens, Boyce explique tout simplement comment réussir la transition in­dispensable du xxie siècle.

  • Cette fin de décennie aura été marquée par une série d'évènements extrêmes plongeant la France dans la réalité des dérèglements climatiques. De « la maison brûle et nous regardons ailleurs » à la Convention citoyenne sur le climat, ce livre décrypte près de vingt ans de politiques climatiques et déconstruit le mythe d'une excellence climatique française. Il fait le tri entre les discours des présidents français, les illusions qu'ils génèrent et leurs échecs à réduire l'importante empreinte climatique de la France. Car si Emmanuel Macron aime à s'afficher en champion du climat, il s'inscrit en réalité dans la continuité de ses prédécesseurs qui, comme lui, ont privilégié l'esbroufe politique à l'action climatique. Face à ce constat, cet ouvrage expose trois ruptures politiques essentielles : avec une vision économique fondée l'extraction des ressources naturelles et la consommation de produits neufs, avec les pratiques des responsables politiques.

  • Cet ouvrage regroupe des entretiens du philosophe parus dans la presse allemande au cours des années 1980 et 1990, autour des questions du rapport de l'homme à la nature et de la responsabilité écologique.

  • Rejoignez le mouvement et enclenchez enfin un processus durable !
    Réduire ses déchets, c'est bon pour la planète, pour sa santé et pour le porte-monnaie. Mais comment s'y prendre et surtout ne pas renoncer à ses bonnes résolutions ? Ce guide pratique vous mènera au but en vous épargnant bien des pièges, car la difficulté est de tenir dans la durée !

    L'auteure vous propose un plan d'action détaillé et progressif pour vous lancer, sans vous mettre la pression. Avec 50 fiches pratiques simples et efficaces, vous trouverez des alternatives concrètes pour le quotidien : courses, cuisine, nettoyage, produits d'entretien, hygiène, maquillage, vêtements, jardin, avec vos enfants ou votre animal de compagnie, en vacances ou à la maison... Car les déchets sont partout !

    Ce que vous allez gagner : l'amélioration de votre écobilan familial, moins de toxiques et le sentiment exaltant d'être acteur de votre vie, de votre santé et de l'avenir de notre planète.

    "Une oeuvre de colibri qui fait du bien par sa simplicité joyeuse et accessible. Un must !" Anne Ghesquière, fondatrice du magazine FemininBio et créatrice du podcast Métamorphose qui éveille la conscience.

  • Après la candidature de la liste « Urgence écologie » aux élections au Parlement européen de mai 2019, Dominique Bourg propose un état des lieux de notre démocratie, des dangers qui la menacent et des solutions à mettre en oeuvre au plus vite, afin de rompre avec l'inertie du système. Il analyse le quadruple échec de notre système politique : face aux marchés, aux enjeux écologiques, aux évolutions techniques et au principe de la représentation.
    Ces échecs ont engendré de lourdes menaces pour nos sociétés. La révolution numérique permet désormais à la technologie de se substituer à l'humain. Dans un contexte de globalisation économique et de développement de groupes transnationaux surpuissants, le marché est devenu souverain, empêchant les États d'exercer leur rôle social. Enfin, la menace écologique est désormais omniprésente.
    Dans un tel contexte, le défi posé aux démocraties est immense. Leur incapacité à faire front pourrait favoriser l'avènement de régimes autoritaires. Une voie escarpée reste à gravir : celle de l'écologisation de la démocratie, afin de passer du paradigme mécanique de la modernité à l'unité du vivant.

  • Chacun peut contribuer sans effort à un monde plus écologique, et cela passe en grande partie par la gestion des déchets.
    Ce livre s'oppose aux sirènes du marketing, qui voudraient nous faire croire que les produits à usage unique sont plus efficaces, plus hygiéniques, plus tendances, et moins chers.
    Sous forme de dictionnaire, ce guide en 60 entrées, par objets du quotidien, propose des alternatives écologiques au tout jetable.
    Loin de compliquer la vie, ces alternatives sont souvent plus pratiques, plus saines, et plus économiques.

  • Faire son compost, bannir les cotons-tiges, acheter des t-shirts écoresponsables ou de l'électricité verte... Et si tous ces petits gestes n'étaient que du capitalisme déguisé, servant surtout à soulager notre conscience ? Un livre qui parle vrai et incite avec humour à modifier en profondeur nos habitudes.
    Et si on arrêtait de se voiler la face ? On ne sauvera pas le monde avec des pailles en bambou, du café équitable ou des sprays au vinaigre. À force d'en entendre parler, on croirait presque à une transition écologique... Pourtant, ce n'est pas en remplaçant la consommation classique par des achats "responsables" que l'on va stopper les catastrophes en cours !
    Depuis des décennies, l'écologie produit des discours tièdes, habilement récupérés par le capitalisme. Prisonniers de notre confort et de nos habitudes, nous peinons à évoluer vers des modes de vie vraiment respectueux du vivant. Mais que faire à notre échelle quand le problème est si vaste, complexe et urgent ? Peut-on être heureux quand on est sensibilisé aux problématiques écologiques... et parfois épuisé de se préoccuper de l'avenir ?
    Ce livre s'adresse à celles et ceux qui oscillent entre enthousiasme et désespoir, qui cherchent un "second souffle écolo" pour agir en phase avec leurs valeurs tout en prenant soin d'eux-mêmes. Entre développement personnel et écologie, il propose des pistes de réflexion et d'action pour s'engager à sa façon, avec lucidité, courage et joie de vivre.

empty