• Robert Badinter occupe une place aussi singulière qu'importante au sein de la société française. Un homme juste. Celui qui a aboli la peine de mort et qui, à ce titre, figure déjà dans les livres d'histoire.
    Avocat, professeur d'université, ministre de la Justice, président du Conseil constitutionnel, sénateur, essayiste, Robert Badinter s'est toujours refusé à écrire ses mémoires, lui qui aime tant cultiver le secret. Qui sait que son destin s'est joué un jour de février 1943 quand, à Lyon, la Gestapo a arrêté son père ? Qui connaît la véritable nature de sa longue amitié avec François Mitterrand ? D'où vient cette volonté tenace de combattre l'injustice ? Comment devient-on la dernière icône de la gauche française ?
    Robert Badinter s'est confié aux auteurs, l'une historienne, l'autre journaliste, expliquant en particulier ses combats. Répondait-il à toutes leurs questions ? À sa façon. D'où ce portrait, cet essai biographique à la fois fouillé et critique d'un personnage hors du commun.

  • Boulin, Urba, Elf, les frégates de Taïwan, Clearstream, Kerviel, Cahuzac, Karachi, Balkany... Le juge Van Ruymbeke a instruit pendant plus de quarante ans les grandes affaires financières qui ont secoué notre République. Tenace et libre, il est la figure emblématique de la lutte anticorruption.
    Dans ces mémoires vibrantes, animé par sa si chère indépendance, il raconte la manière dont il s'est attaqué aux sphères du pouvoir et au financement illégal des partis politiques. Engagé dans la lutte contre les paradis fiscaux, Renaud Van Ruymbeke fait des propositions pour traquer l'argent sale et réformer durablement la justice française. Voici le parcours d'un homme déterminé à se battre pour une justice égale pour tous.
    « J'ai pu mesurer l'ampleur de la soumission de la justice, qui s'est exprimée dans l'action - ou l'inaction - des procureurs. J'ai dû franchir des obstacles et subir des blocages. J'ai tenté de m'affranchir de ces entraves, pour mettre au jour une vérité dissimulée, occultée, censurée. C'est à la fois en tant qu'acteur et témoin que j'ai décidé de raconter cette histoire. »

  • Le procès de Nicolas Sarkozy et de son avocat Thierry Herzog, prévu du 23 novembre au 10 décembre, sera le temps fort de l'actualité judiciaire et médiatique de l'automne. Ils sont tous deux jugés pour corruption dans l'affaire des écoutes téléphoniques, dite affaire Paul Bismuth. Dans ce procès très attendu, Hervé Temime est l'avocat de son ami de toujours, Thierry Herzog. Malraux : « La vérité d'un homme c'est d'abord ce qu'il cache. » La défense du secret est le fil rouge d'un texte humain, qui est tout du long un hommage au métier d'avocat. Dans La vérité des hommes, Hervé Temime explique pourquoi il est depuis toujours un ardent défenseur du secret dans la vie professionnelle et personnelle. Il revient sur sa trajectoire d' « avocat des puissants » ; raconte des affaires judiciaires connues et méconnues ; analyse les mécanismes de la justice française avec ses failles et ses forces ; explicite, non sans ironie, ses rapports avec les médias. La société française de plus en plus judiciarisée, comme le montre encore aujourd'hui la crise du Covid-19, prône la transparence et le jugement. Hervé Temime plaide pour le droit au secret et à l'ambiguïté. Nos libertés en dépendent. Il n'y a pas une vérité des hommes.

  • Quatre siècles après la naissance de Colbert, cet ouvrage propose un regard nouveau sur le colbertisme tel qu'il a été pratiqué en France et dans le monde, du XVII e siècle à aujourd'hui.

    Des États-Unis de 1800 à la Chine de 2000, du secteur aéronautique à celui du champagne, des sciences aux arts, cet ouvrage met en lumière les trois principes complémentaires des politiques colbertistes : une vision à long terme, une approche intégrant l'ensemble des politiques sectorielles et une méthode pragmatique reposant sur la pratique des enquêtes sur le terrain.

    S'inspirer de Jean-Baptiste Colbert, au parcours si singulier, n'est pas le copier. Face aux enjeux du XXI e siècle, comme l'environnement, l'évolution démographique mondiale et les inégalités croissantes, le colbertisme de demain peut se décliner à de multiples niveaux, local, étatique, régional et mondial. Il est donc plus que jamais d'actualité pour les citoyens et les décideurs d'aujourd'hui.

  • Ce livre concis et accessible présente les principales facettes de la pensée de Hans Kelsen, reconnu comme l'un des plus grands juristes du XXe siècle. Figure de proue du positivisme juridique, ce théoricien prône une science pure du droit, dédiée à la description objective du système juridique existant.

    Cet ouvrage restitue pas à pas le sens précis des concepts fondamentaux de Kelsen, dont la célèbre "hiérarchie des normes". Ce faisant, il s'agit de montrer la profonde cohérence du projet intellectuel de Kelsen, marqué par l'idéal de la science.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Aux sources du Droit français, l'ascension d'un juriste visionnaire.
    Aujourd'hui, Dalloz accompagne l'homme de loi.
    Il est le compagnon indispensable des juristes mais Dalloz, c'est avant tout un prénom : Désiré.
    Désiré Dalloz a vécu le droit et a fait de sa passion le principe de sa vie. Il a laissé une oeuvre de son vivant et transmis une postérité incroyable. En tous points, sa vie est exceptionnelle.
    Sa biographie s'imposait et elle n'en finit pas de surprendre...

  • "Celui-ci est le premier, un sang bleu, issu d'une grande famille, Lord Brett Sinclair (...) . L'autre est plutôt différent, un arriviste, Danny Wilde (...). Ils ont tous les deux une certaine valeur... Mais additionnés, comme en chimie...Prenez deux produits relativement peu dangereux, disons du nitrate et de la glycérine, mêlez les produits et vous allez obtenir une combinaison explosive." C'est de cette manière que le juge Fulton présente deux individus qu'il veut réunir. Son but ? Rouvrir de vieux dossiers classés en utilisant ce duo d'enquêteurs que tout oppose, un aristocrate britannique et un homme d'affaires américain.

    C'est le début d'Amicalement vôtre. Derrière un humour omniprésent, chaque épisode offre au spectateur un regard singulier sur un monde en mutation, la société des années 1970.

    Le droit y occupe une place inattendue. Loin d'être une concession au réalisme, nécessaire au décor, il est au coeur de nombreuses intrigues. Les considérations juridiques font surtout l'objet d'une critique permanente qui permet d'opposer une légalité apparente, soumise aux aléas économiques et sociaux, inefficace dans son application, à une justice idéalisée incarnée par les deux héros. Brett et Danny nous proposent ainsi leur propre modèle juridique tout en dénonçant l'évolution du capitalisme et ses faux-semblants.

  • "La condamnation à mort, en 1910, de Jules Durand, pour un crime qu il n avait pas commis, mais parce qu il était au port du Havre, secrétaire du syndicat ouvrier des charbonniers, fut immédiatement considéré comme une nouvelle affaire Dreyfus"". Jamais pouvoir judiciaire et patronal ne s était abattu, avec une telle force, sur ce représentant du monde ouvrier. Les recherches consacrées à Jules Durand demeurent rares. Comment expliquer ce silence ? Ces journées d études qui lui sont consacrées, présentent de nouvelles approches et amorcent de futurs travaux."

  • Hans Kelsen (1881-1973), qui n'a cessé d'être qualifié de "plus grand juriste du XXe siècle", a payé sa célébrité au prix d'excessives simplifications, de réelles caricatures de son travail et surtout de cécité ou de dénégation à l'égard du sens même de son oeuvre fondatrice, à bien des égards aussi célèbre qu'incomprise. Cet ouvrage a pour objectif de contribuer à remédier à cette situation, en identifiant nombre de ces idées reçues et en rappelant plusieurs composantes et aspects fondamentaux souvent ignorés de la Théorie pure du droit et de l'oeuvre du maître viennois. Il vise à retrouver ainsi le sens de l'effort théorique accompli par Kelsen, porté par le rêve d'une science juridique libre, scientifiquement autonome. Parce que la fidélité à ce classique n'est pas dans sa répétition, mais dans son utilisation féconde, au moment où il devient possible de mieux penser toutes les articulations entre la science du droit et les diverses disciplines et sciences humaines et sociales, ces études donnent à voir ce que l'université a fait de son geste inaugural visant à construire une analyse juridique véritablement scientifique du droit.

  • Revendiquée par les historiens, les politistes et les sociologues, l'oeuvre d'Alexis de Tocqueville comporte aussi de nombreux aspects juridiques. À partir des livres publiés, des travaux académiques et d'une abondante correspondance, le présent ouvrage a pour dessein de faire connaître une pensée juridique originale. Sous le prisme de la démocratie, Tocqueville nourrit une réflexion sur la forme de ce régime, la séparation des pouvoirs, l'organisation territoriale, la protection des libertés et des droits fondamentaux, les droits sociaux et la place du pouvoir judiciaire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • François Mitterrand aimait les mots. Il a souvent dit qu'il aurait aimé être écrivain, si la politique n'avait pas été la passion de sa vie. Homme de culture, féru, avant tout, de littérature et d'histoire, éduqué dans le gout de l'éloquence, il a beaucoup parlé et écrit. Il a vécu toutes les situations dans une longue vie politique, commencée, de fait, dès 1943 et connu plusieurs générations d'hommes et de femmes politiques. Il a été un combattant qui n'a cessé de mener des controverses et des polémiques avec ses adversaires comme avec ses « amis » politiques. Ses réflexions, ses jugements, ses traits d'esprit constituent en florilège d'une grande diversité qui, mis bout à bout, dessinent un portrait de l'homme et du Président. Ils éclairent aussi sur la nature de la politique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Robert Le Balle, juriste et résistant français, né à Laval le 28 mars 1899, professeur à la faculté de droit de Rennes, de Lille puis de Paris.

  • Au soir de sa vie, Paul Lombard, l'un des plus célèbres avocats français du XXe siècle, décédé en janvier 2017, se confiait en exclusivité sur les grands moments de son existence et de sa carrière, inégalée. Un témoignage d'une grande force.

  • Avocat. Militant. Corse. Ces trois mots résument l'entrée de Pascal-Pierre Garbarini dans le monde judiciaire.

    Avocat du FLNC au coeur des années de plomb, il en a côtoyé les grandes figures, a pris la défense de ses soldats et a participé lui-même aux négociations secrètes avec les pouvoirs successifs. Élevé à la dure par un grand-père policier, il a défendu Yvan Colonna, condamné pour l'assassinat du préfet Érignac au terme de trois procès retentissants.

    Cet amoureux des films noirs a été confronté aux pires barbouzeries. Il a vu mourir des hommes dont il était parfois très proche. Il a failli payer son engagement au prix fort.

    Sans rien renier de son passé, Pascal Garbarini a tourné une page. Il n'est plus un avocat militant mais reste un pénaliste passionné. Affaires financières complexes, criminalité organisée, femmes meurtrières : son expérience protéiforme en fait un des ténors les plus singuliers du moment. Avec humanité, lucidité et humour, il nous livre aujourd'hui le formidable récit de son parcours.

  • François Gény a envoyé plus de 430 lettres à Raymond Saleilles entre 1892 et 1912. Elles constituent un document unique pour comprendre la trajectoire intellectuelle de leur auteur, en même temps qu'elles dessinent en creux le portrait de leur destinataire. On y voit en particulier Gény délaisser progressivement ses travaux de droit civil pour s'orienter vers les questions de méthode sous l'influence de son correspondant.
    Indispensables à la compréhension de l'oeuvre de Gény, ces lettres font aussi revivre toute une époque : des motifs ayant présidé à la création de la Société d'études législatives ou au lancement de la Revue trimestrielle de droit civil à la nature des relations entre les facultés de province et la faculté de droit de Paris, en passant par la part prise par la religion dans les débats juridiques, le rôle joué par les réseaux dans la diffusion des idées ou les débats très vifs sur l'enseignement du droit. Tous les thèmes y sont abordés, des plus intellectuels au plus quotidiens, ceux-ci allant des relations entre professeurs et étudiants aux multiples questions domestiques et même ferroviaires ! En définitive, ces lettres mettent au jour dans le moindre détail l'économie mise en place par Gény pour construire, promouvoir puis défendre son oeuvre.
    Confiées par la famille de Saleilles à un éminent professeur japonais il y a plus de trente ans, ces lettres ont été transcrites, présentées et annotées par Christophe Jamin, Frédéric Audren et Sylvain Bloquet qui les ont rendues aisément accessibles à un public contemporain.

  • Dernier guillotiné en place publique, Eugène Weidmann fut aussi une énigme. Dandy meurtrier, escroc assoiffé de célébrité ou même espion nazi, le livre de Philippe Randa explore toutes les pistes et livre le portrait d'un jeune homme désabusé à la trajectoire aussi violente que moderne.

    Eugène a un charme fou, des yeux de velours et une étrange maladie : pour de maigres sommes, il tue et dépouille ceux qui ont le malheur de croiser son chemin.
    Meurtrier sans émotion, uniquement attiré par l'appât du gain ? Ou agent nazi, envoyé en France pour d'obscures raisons politiques ?
    Alors que l'Europe s'apprête à s'embraser, le destin de cet assassin singulier va cristalliser les tensions et donner lieu à d'innombrables fantasmes... au point qu'aujourd'hui encore la vie de celui qui fut le dernier guillotiné en place publique continue de susciter les passions.

  • Claude Grellier est un grand magistrat et un grand professeur de droit.
    Il a été Juge d'instruction (affaires de presse, crimes contre l'humanité, affaires médicales), Président de chambres du Tribunal de grande instance de Paris et de Cours d'appel (dont la première chambre de la Cour d'appel de Paris, spécialisée dans les affaires de responsabilité médicale et de responsabilité des auxiliaires de justice), Conseiller de la deuxième chambre civile de la Cour de cassation.
    Il a été nommé Professeur associé à l'Université Paris Lumières (Paris VIII). Ses travaux portent sur de nombreux sujets dont la responsabilité et la réparation du dommage corporel.
    Il est également un violoncelliste passionné dont les notes de musique et les notes de jurisprudence ont fait le bonheur de plusieurs générations de juristes.
    Ses étudiants, ses collègues et ses amis ont par cet ouvrage désiré lui rendre hommage.

  • Figure respectée des facultés de droit, Henri Lévy-Bruhl (1887-1964) occupe une place singulière dans le champ juridique en raison de ses options méthodologiques et de son engagement socialiste. Traversant tout à la fois les territoires du droit romain, de l'histoire du droit commercial, de l'ethnologie juridique ou de la sociologie criminelle, son oeuvre abondante, construite d'une manière très cohérente, reste pourtant trop mal connue.
    Ce livre, issu d'un colloque organisé en mars 2015, se propose d'explorer l'itinéraire et l'oeuvre de ce grand historien du droit, en tentant d'en restituer la richesse et d'évaluer autant que possible sa place et son action dans l'histoire des sciences juridiques et sociales. Cet ouvrage est également une vaste bibliographie des écrits de Henri Lévy-Bruhl et constitue un indispensable instrument de travail pour les juristes et les historiens.

  • Le 8 juin 1968, une grosse centaine de magistrats réunis salle des Criées au Palais de justice de Paris créait le premier syndicat de magistrats, le Syndicat de la magistrature. Très vite, il rassemblait plus d'un millier de membres (le quart du corps), frais émoulus du Centre national d'études judiciaires (qui deviendra l'Ecole nationale de la magistrature) ou beaucoup moins jeunes, issus notamment des magistrats résistants. Très vite aussi, ses prises de position en faveur d'une justice plus juste et plus égale, débarrassée d'une hiérarchie pesante ou d'une organisation archaïque, voire dénoncée comme une justice de classe provoquaient de vives réactions ou de franches oppositions. Quelques affaires emblématiques (l'incarcération d'un patron mis en cause pour un accident mortel du travail, le refus d'un substitut de se laisser muter à Hazebrouck...) allaient parachever la naissance de ceux qui seront nommés les juges rouges en 1975, selon une couverture de Paris-Match. Aujourd'hui, le Syndicat de la magistrature a certainement changé ; d'aucuns diront même qu'il s'est assagi. Certains de ses membres n'ont-ils pas accédé aux plus hautes fonctions de la magistrature, ou occupé des responsabilités très importantes hors du monde judiciaire, dans les cabinets de l'Elysée ou de Matignon comme au Parlement (national ou européen) ou dans les organisations internationales ?

    Pourtant, de tribunes incisives en dessins mordants, de propositions iconoclastes (la dépénalisation de l'usage des drogues ou la suppression - à terme - de la prison) en dénonciations des dysfonctionnements quotidiens de l'institution judiciaire, il reste, refusant tout corporatisme, cet aiguillon si nécessaire à une justice française éternellement en crise.
    Ce livre retrace ces 50 années de combats pour la justice en France ou dans le monde. Abondamment illustré de photos syndicales inédites et d'affiches et de dessins exclusifs (dont certains signés Tardi, Wolinski, Plantu ou Cabu) et de codes QR renvoyant à des archives de l'INA, il est ponctué d'interview de grands témoins et préfacé par Robert Badinter.

  • « Quand j'ai installé mon étude à Chambéry en 1978, la première chose que j'ai entendue, c'est : "Lui, c'est un pousse-cul." J'ai d'abord eu un peu de mal à comprendre, mais les vieux vignerons du coin m'ont mis au parfum. Le "pousse-cul", c'est celui qui met les gens à la porte de chez eux pour impayés, "l'emmerdeur au papier bleu".
    Il n'est jamais agréable de se faire traiter de tous les noms dans l'exercice de son métier. Toute ma vie, j'ai été un "connard d'huissier". Un sacerdoce d'autant plus dur à exercer dans une ville de province où tout le monde se connaît. Combien de repas gâchés au Buffet de la gare de Chambéry, où j'aimais déjeuner tranquillement. Un type un peu remonté passait et c'était la volée de bois vert. Peu importe que vous agissiez au nom d'une délégation de la puissance publique : à la différence de l'avocat qui défend, du notaire qui aide à la gestion d'un patrimoine, l'huissier est réputé spolier le justiciable et en tirer profit. Voilà pour l'archétype, pérennisé par la littérature, de Balzac à Daumier.
    Me battre contre les idées reçues, c'est ce que j'ai toujours essayé de faire. C'est simple : je suis huissier de justice, chargé d'exécuter les décisions des juges en matière civile. Je suis donc un bras armé de la justice, mais aussi un protecteur des droits. Me faisant un devoir de connaître les particularités humaines du tissu social dans lequel j'exerce, je cherche d'abord à informer les justiciables de leurs droits et devoirs, afin de leur éviter le pire, à savoir l'enlèvement du mobilier ou l'expulsion. Ce qu'aucun huissier, je dis bien "aucun", n'aime faire, contrairement à une idée répandue. »  

  • Les juristes comme les sportifs, trouveront dans cet ouvrage des références précises sur les accidents, les contrats, les sportifs démunis, les fédérations attaquées avec des conseils avisés et le curieux de certains procès ou anecdotes. Joseph-Antoine Bell contre Bernard Tapie, l'exploitation de footballeurs africains, des sportives blessées, mal payées par rapport aux hommes, les accidents mortels dans le sport, les contrats " marron ", le procès de Furiani, le pastis à l'OM, les hooligans, le nain volant, l'abbé volant, Lolo contre Ferrari, l'affaire Malaja...

empty