• Ameer Jajé retrace dans cet ouvrage les origines historiques, mythiques et théologiques des cérémonies propres au chiisme, l'une des principales minorités de l'Islam.


    C'est de la succession du Prophète, et des événements tragiques qu'elle a entraînés, que datent les divergences principales au sein de l'Islam entre sunnites et chiites, au coeur des conflits meurtriers qui secouent le Moyen-Orient aujourd'hui encore.


    L'auteur enquête, particulièrement en Irak, sur les célébrations spectaculaires de l'Ashura (actes d'auto-flagellation, lamentations collectives), qui commémorent chaque année la mort du petit-fils du prophète Mahomet assassiné au VIIe siècle.

  • Le titre du présent ouvrage est inspiré du Livre de la Preuve (Kitâb al-hujja), oeuvre d'une des autorités religieuses les plus importantes du shi'isme, al-Kulaynî (mort vers 940). Pour la première fois, des extraits sont traduits de l'arabe et largement commentés. Dans la terminologie shi'ite, " la Preuve " est un des qualificatifs de la figure centrale de la spiritualité mystique, la personne du Guide, imâm en arabe : homme divin et théophanique, guide initiateur aux enseignements secrets et, en même temps, horizon et modèle ultimes du fidèle. De nos jours, il devient de plus en plus indispensable de montrer de manière sereine et rigoureuse que l'islam en général et l'islam shi'ite en particulier ne se réduisent pas à ce que nous présente quotidiennement une actualité douloureuse. Le shi'isme, en l'occurrence, n'est pas uniquement l'idéologie politico-religieuse de son " clergé ". Il représente une religion, dans le sens le plus complexe du terme, qui a joué un rôle considérable dans l'enrichissement de la pensée et de la spiritualité musulmanes, parfois avec une finesse et une sophistication peu communes. Ce livre est consacré à ce qui en constitue la substantifique moelle. Mohammad Ali Amir-Moezzi, professeur des universités, est directeur d'études à l'École pratique des hautes études / PSL Research University. Il est membre du Laboratoire d'études sur les monothéismes (CNRS) et chercheur à l'Institute of Ismaili Studies (Londres).

  • La crise politique et sécuritaire qui afflige l'Irak depuis 2003 menace de perdurer indéfiniment. Confrontés à l'instabilité chronique de leur voisin, les dirigeants de la République islamique d'Iran considèrent l'Irak comme leur principale priorité de sécurité extérieure. D'une part, les conséquences de la guerre Iran-Irak (1980-1988) demeurent prégnantes et continuent de hanter l'imaginaire collectif iranien. D'autre part, l'Irak est avec l'Iran l'un des deux grands centres de l'élaboration doctrinale chiite, et conserve une place de choix dans la symbolique religieuse iranienne. En partant du postulat selon lequel l'Iran a su tirer profit de la polarisation confessionnelle à l'oeuvre au Moyen-Orient, Théo Nencini retrace la genèse de l'idéologie islamiste chiite et questionne l'emprise, réelle ou supposée, qu'exercent les organes décisionnels de Téhéran sur les forces politiques chiites en Irak.

  • Depuis un siècle, l'Iran est le laboratoire du Moyen-Orient et du monde musulman. Pour entrer dans la modernité, ses chefs de file ont fait du chiisme un outil idéologique. Ils ont ainsi dévoyé les piliers de la religion traditionnelle tout en échouant à

empty