• C'est à la fin de la Seconde Guerre mondiale que Jean  Prouvé s'intéresse à la maison, avec Pierre Jeanneret.Ils conçoivent et fabriquent alors des maisons légères ;  puis, dans les années 50, le ministère de la Reconstruction  lui commande douze maisons industrialisées, qui seront  montées à Meudon ; mais cette commande restera sans  suite. Ce sont les maisons les plus connues. Mais il en  a fait d'autres...Maisons à portique, à noyau central, à charpente réticulée  et panneaux sandwich, à coques..., cet ouvrage offre  un regard nouveau sur des maisons « sur mesure », que  Jean Prouvé a imaginé en profitant de ses recherches  portant sur l'industrialisation du bâtiment.
    Illustré de  documents d'archives, parfois personnels, souvent inédits,  et enrichi par plus de 200 photographies en couleurs,  cet ouvrage nous invite à une véritable promenade  architecturale pour découvrir ou redécouvrir toute l'inventivité  de Jean Prouvé, autour de 5 maisons « rationnelles »,  « vivantes », « composées d'éléments standardisés ».

  • Croquis, plans, détails, éléments du bâti, proportions, circulation, exposition, isolation... Ce petit manuel illustré présente les notions clés de l'architecture ainsi que les savoir-faire et les savoir-être essentiels des grands architectes. D'où vient l'inspiration  ? Quelles bonnes habitudes de travail adopter  ? Comment se conçoit puis se défend un projet convaincant  ? Véritable kit de survie pour le jeune architecte qui apprendra à travailler comme un professionnel et à présenter sans peine ses idées face à un jury ou un client, cet ouvrage permettra également au passionné de découvrir les coulisses et de percer les mystères d'un métier fascinant.

  • "Yves Laffoucrière et Nicolas Binet ont pour eux la diversité de leurs formations et de leurs origines. Tous deux spécialistes reconnus des problématiques liées au logement et à l'aménagement des villes, ils ont pu, lors de la décennie passée, observer et vivre la rénovation urbaine d'un belvédère particulier: soit au sein d'un même espace urbain, soit dans la diversité des situations locales. Plus qu'à un récit monographique, c'est à une découverte de la complexité du sujet que nous convient ces deux experts à travers leur témoignage, là où dimensions spatiales et sociales trouvent leur convergence, dans une quête d'adaptation sans fin vécue par des cohortes successives d'habitants aux caractéristiques et aux modes de vie toujours en cours de transformation." Gilbert Emont

    Nicolas Binet est geographe et urbaniste.Yves Laffoucriere est ingenieur civil des Ponts et architecte.

  • L'art des jardins et des paysages accompagne, au rythme des mutations profondes de la société, la transformation de la France en un univers urbain, mondialisé et confronté à des crises inédites, notamment d'ordre environnemental. La confrontation historique entre les partisans d'une beauté « libre » et « naturelle » et ceux d'une expression fondée sur la rationalité technique et géométrique s'est constamment renouvelée, au point d'en brouiller la pertinence. Elle s'efface
    désormais au profit de nouveaux enjeux liés à la définition du cadre de vie et aux exigences de survie des écosystèmes.
    Cet ouvrage présente l'histoire des jardins et du paysage en France aux époques moderne et contemporaine en s'appuyant sur une riche iconographie constituée de photographies, croquis et gravures. Il retrace leur évolution, influencée par des courants artistiques majeurs - le néoclassicisme des Duchêne, les jardins d'Espagne et du Maroc avec Forestier, les jardins modernes cubistes ou art déco, Jacques Simon et le renouveau de l'art paysager, etc. - jusqu'aux développements contemporains qui en font des lieux d'expérimentation de formes artistiques
    nouvelles et de techniques horticoles écologiques comme la permaculture ou la phytoremédiation.
    Il démontre ainsi à quel point l'art des jardins et paysages est un art capital qui, tout en conservant sa vocation première de création de beauté à partir d'éléments naturels, se met au service d'un dessein plus large, visant à la gestion, l'aménagement et la création des territoires.
     

  • Cet ouvrage, initialement publié en Allemagne où une huitième édition vient d'être engagée, propose à la fois une vue d'ensemble sur un art de bâtir contemporain, ancré dans la tradition vernaculaire, et tous les éléments concrets d'un manuel de construction.

  • Dans les villes du Nord et du Sud où l'humanité continue de se masser, il est certainement possible de concevoir des espaces publics plus viables et plus propices aux échanges, aux rassemblements, à la simple douceur d'habiter vraiment la ville. Mais pour pouvoir intervenir intelligemment, il faut d'abord savoir observer les comportements sur le terrain, constater l'usage que les gens font des rues et des trottoirs, de leurs ruelles, des terrains de jeu, des places et des terrasses, et comprendre les réussites et les échecs de l'urbanisme tels qu'ils s'imposent à nos vies au quotidien.  Pourquoi certains lieux urbains respirent-ils la vie alors que d'autres, infréquentables, ne sont pour les piétons et les cyclistes que des déserts à franchir en vitesse ? Comment se fait-il que dans certaines rues tout le monde se connaisse mais qu'ailleurs on déplore la froideur de ses voisins ? Y a-t-il un seuil de fréquentation en deçà duquel on peut considérer que la conception d'un parc est hostile aux femmes, aux enfants ou aux personnes à mobilité réduite ?  À toutes ces questions, Jan Gehl et Birgitte Svarre proposent ici de répondre avec les instruments de l'étude de la vie dans l'espace public, une pratique qui met l'humain au centre des préoccu­pations et qui est aujourd'hui responsable de succès éclatants dans les plus grandes villes du monde. Des méthodes d'investigation simples, accessibles, élaborées sur le terrain depuis 50 ans à partir du constat de l'échec du modernisme et du tout-à-l'auto, et qui fournissent des données quantifiées pour outiller les responsables politiques, les urbanistes et les citoyens. Un récit et une méthode, pour rêver et agir - et enfin bâtir des villes axées sur la mobilité, la lutte contre les changements climatiques et la justice sociale.

  • Un ouvrage de référence dans le monde de l'architecture.
    Publié par un couple de jeunes architectes et enseignants qui y sonnent la révolte, Learning from Las Vegas cristallise les débats dans le milieu architectural américain du début des années soixante-dix. Aux constructions imaginaires d'un monde meilleur, l'ouvrage oppose l'observation de la réalité, faisant de la ville existante - ici Las Vegas - un modèle à reproduire, imiter, ou parodier. Il rompt ainsi brutalement avec l'idéologie moderniste où la création architecturale ou urbanistique suppose une tabula rasa, une page blanche, ouvrant la voie à bien des écrits d'architectes qui, depuis, ont inversé le rapport entre théorie et réel.
    Derrière le questionnement de l'utopie surgit une mise en cause de l'arrogance à laquelle se laissent aller parfois les architectes. Learning from Las Vegas, plaidoyer pour une pratique conventionnelle et une production "ordinaire", dénonce toujours avec la même force l'architecture "héroïque et originale" du nouvel "establishment".
    Découvrez ce livre de référence sur l'architecture contemporaine à Las Vegas au coeur des débats dans le milieu architectural américain du début des années 70.
    EXTRAIT
    Las Vegas n'est analysée ici qu'en tant que phénomène de communication architecturale. De même qu'une analyse de la structure d'une cathédrale gothique n'inclut pas nécessairement un débat sur l'aspect moral de la religion du Moyen Age, ainsi les valeurs de Las Vegas ne sont pas ici mises en question. La moralité de la publicité commerciale, celle des jeux et l'instinct de compétition ne sont pas ici notre affaire. Nous croyons, cependant, qu'effectivement cela devrait faire partie des tâches élargies, plus synthétiques de l'architecte, mais la présente analyse ne reflète qu'un seul aspect. L'analyse d'une église drive-in ** équivaudrait dans ce contexte à celle d'un restaurant « drive-in », car notre étude est une étude de méthode et non de contenu. L'analyse d'une des variables architecturales indépendamment des autres est une activité scientifique et humaniste justifiée, à condition que toutes les variables soient resynthétisées dans le design.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Robert Venturi est un architecte américain, diplômé de l'Université de Princeton (New Jersey, États-Unis) et considéré comme l'un des précurseurs du postmodernisme, mondialement connu pour son ouvrage Learning from Las Vegas (L'enseignement de Las Vegas).
    Steven Izenour (1940-2001) était un architecte, urbaniste et théoriste américain connu principalement en sa qualité de co-auteur du livre Learning from Las Vegas (L'enseignement de Las Vegas), un des livres les plus influents du 20e siècle en matière de théorie de l'architecture.

  • La collaboration entre ingénieurs et architectes n'a cessé d'évoluer et de se matérialiser sous différentes formes, mais avec un objectif commun, celui de voir naître un projet réfléchi et fédérateur.
    Cet ouvrage, tout en couleurs et richement illustré avec des photographies, des schémas de principes, des plans et coupes de détail inédits, traite de la gestion de projets d'architecture à travers la collaboration entre ingénieurs et architectes, permettant de relier les phases de programmation, de conception et d'exécution. Il évoque également l'influence des innovations technologiques et numériques (développement du BIM et de la maquette numérique) et ouvre les portes de trois projets architecturaux remarquables  : la maison Hermès à Tokyo, la fondation Louis Vuitton à Paris et la station d'assainissement Seine-Aval à Achères, nous plongeant ainsi dans les coulisses de leur création.
    Il analyse la partie «  invisible  » du projet d'architecture, c'est-à-dire sa fabrication depuis l'élaboration jusqu'à la construction, les processus, les mutations organisationnelles, les difficultés rencontrées ainsi que les pistes d'innovation.
     

  • Du Parc Marianne (Montpellier, France) à Vinhomes Riverside (Hanoï, Vietnam), en passant par l'Olympic Village (Vancouver, Canada) ou encore l'Éco-parc du Bardo (Constantine, Algérie), cet ouvrage présente quatorze projets urbains durables dans le monde et en analyse les succès mais aussi les difficultés et les échecs. Son objectif : développer un regard critique vis-à-vis des pratiques d'aménagement qui ont contribué à la multiplication de ces (éco)quartiers depuis vingt ans, mettre en lumière les expériences réussies et proposer de possibles points d'amélioration. Il expose et interroge également l'apport des démarches de suivi, d'évaluaion et de labellisation apparues suite aux premières expérimentations urbaines emblématiques comme BedZED au Royaume-Uni ou Fribourg en Allemagne. L'ouvrage permettra ainsi à tous les acteurs et observateurs de l'aménagement urbain d'identifier les pratiques vertueuses et les réussites à capitalier dans le cadre du développement de futurs projets urbains durables, pour des villes décarbonnées, inclusives et "smarts".

  • De quoi est fait ce que l'on appelle communément « la ville » ? Comment se construit dans la longue durée l'espace urbain ? Quels sont les rapports entre morphologie urbaine et fonctionnement social ? Cet ouvrage propose de répondre à ces questions en explorant les mécanismes de la fabrique urbaine. Les formes urbaines sont ici analysées dans une double perspective : celle de leur fabrication par des pratiques sociales qui varient sans cesse et, en retour, celle de leur influence sur le fonctionnement social.

  • Quel est le sens d'un projet urbain pour peu qu'on le considère dans sa globalité ? Expression d'une politique particulière, mais aussi d'une culture spécifique, celui-ci touche, par son réalisme même, aux innombrables problèmes soulevés par un territoire et sa population. Il est donc à la croisée des chemins de diverses disciplines, ne prend tout son sens que dans leur interaction tout en concernant directement la vie quotidienne de tout un chacun, qu'il habite une grande ville, une banlieue ou une zone rurale.

  • La ville est notre horizon à tous, elle est là et il est difficile de la justifier ou même de l'expliquer. Pourtant, les enjeux sociétaux et environnementaux actuels (changements climatiques, désindustrialisation, remise en cause des usages domestiques, nouvelles modalités du travail, etc.) nous poussent à nous intéresser à nos modes de faire et de penser la ville. Regarder en arrière, ce n'est pas revenir en arrière. Pour briser les évidences et sortir des tabous, l'auteure nous propose de redécouvrir une histoire de la ville moderne, à travers une analyse illustrée de nombreux documents d'époque et de témoignages, afin d'en tirer des enseignements pour l'avenir.
    Exemples à l'appui, vous découvrirez notamment qu'il suffit de revendiquer la modernité pour qu'elle nous échappe ! Lorsqu'il s'agit de régler des contraintes inhérentes au site, certains principes urbanistiques des années 1950-1970 comme la dalle, semblent alors éminemment d'actualité dans de nombreux projets d'aménagement.
    La première partie de l'ouvrage présente le contexte sociétal, urbain et technique
    autour duquel a pu se cristalliser un certain paradigme.
    La seconde partie aborde l'édification de l'urbanisme de dalle à travers ses utopies, ses projets construits et sa dimension expérimentale, d'hier à aujourd'hui (Paris Rive Gauche, Clichy- Batignolles).
    Enfin, à l'aide d'enquêtes effectuées auprès de professionnels de la fabrique de la ville (concepteurs, maîtres d'ouvrage...), la troisième et dernière partie dévoile différents exemples de quartiers sur dalle ayant fait l'objet de mutations (Front de Seine à Paris 15e, Choisy le Roi, Part-Dieu à Lyon, Mériadeck à Bordeaux).
     

  • La forme urbaine, socle des pratiques sociales, autorise ou interdit. L'intérêt général, le vécu du citoyen, son appropriation spatiale des lieux publics, se construisent là. Les difficultés de l'urbanisme europén sont certainement le résultat d'une méconnaissance, voire d'un mépris, vis-à-vis des réalités urbaines qui ont jalonné son histoire, son élaboration civilisationelle et ses aspects anthropologique.

  • Cet ouvrage, nourri par de nombreuses recherches et interventions dans les grands ensembles d'habitat social, révèle la diversité de ces quartiers et des modes d'habiter de leurs occupants. Il montre l'importance que représente l'habitat pour ces personnes, et le rôle décisif qu'il joue dans leur inscription dans la société. Dépassant les vaines oppositions entre urbain et social, conditions de vie et cadre de vie, il met en évidence les interactions entre les situations socio-économiques des habitants, la conception des espaces urbains et leur gestion, ainsi que les politiques publiques qui contribuent à façonner modes d'habiter et situations habitantes.
    Cette analyse réinterroge les fondements de la politique de la ville et propose une nouvelle conception de l'action.

    Barbara Allen et Michel Bonetti sont chercheurs consultants au Sens Urbain après avoir été directeurs de recherche dans un laboratoire d'analyse des situations socio-urbaines au CSTB. Pendant une trentaine d'années, ils y ont réalisé des travaux de recherche et d'évaluation et conduit de nombreuses missions de conseil auprès des villes et des organismes de logements sociaux.

  • Construire vite, bien et à moindre coût, cette quête est permise par l'industrialisation de la construction. Cet ouvrage dresse le panorama des prototypes majeurs de l'habitat préfabriqué. Il dévoile ce qui a motivé le choix des systèmes constructifs, mais aussi leur implication dans le modernisme et la pensée sociale. Originaires d'Europe, les premières techniques de préfabrication ont servi à exporter des constructions vers les Nouveaux Mondes. Depuis, les innovations ont continué. Si l'après-guerre et ses besoins en logements furent moteurs de l'industrialisation de la construction, le Mouvement moderne s'empara lui aussi rapidement de ces techniques pour diffuser son idéologie sociale et sociétale. Cette histoire est aussi celle du rôle de l'architecte. L'analyse historique nous donne des clés de lecture de l'architecture industrialisée contemporaine.

  • Le destin a ménagé mille aventures à Yves du Monceau. Retracer son existence, de sa naissance en 1922 à sa disparition en 2013, c'est lire à livre ouvert toute l'histoire ou presque de la deuxième moitié du 20e siècle. On le suivra en Afrique du Nord, en Grande-Bretagne, en Normandie et en Allemagne durant la guerre puis au Congo, à Rome, à Washington, à Moscou...

  • Dans les projets architecturaux et urbains, le rez-de-chaussée est souvent délaissé. Ce livre propose de renverser la tendance et de faire du rez-de-chaussée un espace de projets à part entière. Créer des architectures aimables à l'espace public, avec des socles de grande hauteur sous plafond pour imaginer des activités et des services générateurs d'animation, des commerces, des halls d'immeuble lumineux, et dans les quartiers périphériques, installer des commerces de proximité, transformer les entrées de ville en quartiers mixtes ouverts sur l'espace public, etc., telles sont les pistes développées. Introduit par un panorama historique, le livre donne la parole à une multitude de points de vue : architectes, urbanistes, promoteurs, aménageurs, économistes, etc. Au final, il déclare le rez-de-chaussée d'intérêt public et engage les acteurs de la ville à le prendre en compte pour que les villes de demain échappent à l'ennui et à la répétition.

  • L'ancien tribunal militaire de Nouméa et ses bâtiments annexes, autrefois propriété de l'Etat, sont depuis le début des années 2000 propriété du territoire suite à un échange de terrains. En passe de réhabilitation, l'auteur retrace chronologiquement leur épopée historico-architecturale, depuis les contraintes de l'éloignement, les restrictions budgétaires et les évolutions de la législation, afin de mieux appréhender les nouvelles fonctions auxquelles ils se destinent.

  • La ville post-moderne, confrontée aux questions écologiques, à la ségrégation de ses territoires et de ses populations, est-elle encore le lieu d'une poétique urbaine ? Les surréalistes, les situationnistes, avaient su, au-delà de la seule nostalgie, montrer la puissance poétique de ce lieu de culture. Ce volume confronte les questionnements et marque une étape dans le travail critique que le devenir urbain de l'humain contemporain rend plus urgent que jamais.

  • Le défi est clair, que Pierre Sallenave résume ainsi : "il n'y a qu'une seule voie : il faut réussir la mutation urbaine". Toutes les autres évolutions sont contingentes, en particulier l'accélération démographique ou la nécessité d'un développement durable : la recherche de la ville dense s'impose comme une loi incontournable de cette prise de conscience. Dans son riche parcours à travers les villes de la Société des Urbains, Pierre Sallenave nous invite à quitter la technicité et la compétition que se livrent les grandes métropoles entre elles, pour retrouver et ressentir la vie qu'elles abritent et, avec optimisme, rechercher inlassablement les moyens de la rendre plus belle.

    Pierre Sallenave est diplômé de l'Ecole Polytechnique, ingénieur au corps des ponts et chaussées et docteur en mathématiques. Il fut notamment le Directeur général de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) entre 2008 et 2014. Il créa ensuite la société de conseil Magellan, dont il est Directeur Général et qui intervient dans le domaine des transports et notamment dans le secteur maritime.

  • Les portes et les murailles de Damas, inscrites depuis 1979 au patrimoine mondial de l'Unesco, constituent aujourd'hui un témoignage unique sur les fortifications musulmanes à l'époque médiévale. Cet ouvrage se propose d'étudier cet ensemble monumental sur le temps long, depuis l'Antiquité jusqu'à l'époque mamlouke, à travers une triple approche architecturale, historique et épigraphique. Les modifications du tracé de la muraille, l'évolution des organes défensifs répondant aux évolutions techniques, la place de cette enceinte dans la société damascaine, constituent le coeur de cette étude abondamment illustrée de plans et de relevés effectués sur le terrain entre 2008 et 2011 ainsi que de photographies anciennes et contemporaines.

  • Novembre 1967, deux copains d'architecture débarquent en Tunisie avec, en poche, un contrat pour une intervention d'urbanisme sur une petite ville inconnue du sud. Un troisième les rejoint, puis un quatrième... puis d'autres... Le "Groupe Huit". Un an plus tard ils seront appelés à présenter leur premier travail au président Bourguiba. Leur sera alors confiée l'étude d'aménagement de la région minière, puis celle de l'ensemble du territoire. Travail magistral et début d'une reconnaissance internationale.

  • Mots de la ville ou mots de l'urbanisme ? En ouvrant cette question, le présent volume enquête sur la spécialisation du lexique urbain. Depuis le XIXe siècle, l'apparition de néologismes, de jargons parfois, a accompagné le processus d'aménagement des villes. Ce mouvement s'est appuyé sur la considérable mutation que celles-ci ont connue ainsi que sur l'affirmation progressive de nouvelles compétences professionnelles et techniques.

  • Le béton armé est un matériau hétérogène, puisque constitué de béton et d'armatures en acier. Inerte, il évolue dans le temps, subissant des changements
    constants : dilatations, fissures, ruptures, etc.
    Cet ouvrage permet de diagnostiquer les dégradations, désordres et pathologies éventuelles, et de mettre en oeuvre un entretien ou une réparation adapté.
    Ainsi, au moyen de fiches pratiques richement illustrées, cet ouvrage :
    - explique la notion de durabilité d'un ouvrage, puis liste les désordres courants des constructions (bullage, écaillage, ségrégation, fissures, etc.) ;
    - détaille les mécanismes de dégradations chimiques (carbonatation, attaques par les chlorures, les sulfates ou les acides, corrosion de l'acier, etc.) et leurs conséquences ;
    - présente les classes d'exposition d'attaques chimiques (XA, XC, XD, etc.) ;
    - décrit les dégradations mécaniques et physiques, constituées en majorité des surcharges, sols gonflants et du phénomène de gel/dégel ;
    - expose les dégradations dues au défaut de conception, d'exécution ou d'exploitation ;
    - développe la méthodologie et les principales étapes d'un diagnostic, puis analyse les méthodes non destructives utilisées pour le contrôle des fissures, par exemple, ou partiellement destructives, comme le carottage ;
    - fournit les techniques de réparation (liants et résines en surface, béton coulé ou projeté, trai tement des fissures), et de renforcement des poteaux, poutres, dalles et fondations par des plaques, du béton rapporté, ou des fibres synthétiques.
    En début d'ouvrage, un sommaire graphique renvoyant aux fiches pratiques permet d'identifier visuellement les désordres et dégradations, et ainsi de déterminer les essais, réparations et renforcements à effectuer selon les situations.
    Cet ouvrage s'adresse aux techniciens et ingénieurs spécialisés, aux enseignants, formateurs, et étudiants. Il accompagnera dans l'accomplissement de leurs missions les chargés d'étude, de la surveillance, de l'entretien et de la réparation
    des ouvrages en béton ainsi que les ingénieurs et techniciens de laboratoires ou des entreprises de construction.
     

empty