• Enfanter dans la douleur ? Femme, théologienne et féministe, Sylvaine Landrivon dresse les vingt siècles d'interprétation de ce verset biblique. Serions-nous passés, grâce aux techniques modernes, de la malédiction à l'abolition de la maternité ? Un ouvrage iconoclaste.
    Pendant des siècles, les femmes ont subi les douleurs que provoque un accouchement, en étant convaincues de racheter une mystérieuse faute. Le temps a passé et l'Occident a désormais brandi contre la " peine " l'arme efficace de l'anesthésie péridurale.
    Mais n'y a-t-il pas de réels inconvénients à se priver de cette épreuve qui possède de profondes richesses pédagogiques pour se connaître soi-même et mieux accueillir l'altérité ? La Bible l'enseigne mais son message a longtemps été mal interprété.
    Il est temps de se réinterroger : cette douleur peutelle être assimilée à d'autres qui, pour n'être pas orientées vers la vie, doivent évidemment être combattues ? Entraver cette expérience ne reviendrait-il pas à se priver de l'initiation offerte à celles qui, comme Ève, ont désiré mieux connaître afin de mieux aimer ?
    Un livre à rebours de notre société anesthésiée.

  • Mieux que les anciens, les prêtres et les soldats, Judith, guidée par sa foi, jeune veuve vient au secours de son peuple, protéger la religion d'Israël et ses lieux de culte. Cependant l'histoire n'a retenu d'elle que la femme coupant la tête du puissant général Holopherne et sa manière d'y parvenir. Par le manque d'empressement à comprendre l'oeuvre de Judith et ce qu'elle sous-entend de coopération entre hommes et femmes, n'a-t-on pas voulu faire tomber la tête de toutes les femmes, tant il est vrai que la structure patriarcale peine à reconnaître d'autres modèles que ceux fondés sur ses propres critères ? Est-ce rêver que d'imaginer le monde construit sur une complémentarité sans subordination ? Judith est un livre en marge des textes bibliques, peu lu, mal accueilli puisque plusieurs traditions ne le reconnaissent que comme apocryphe. Et cependant ce récit nous livre peut-être une vérité susceptible de mieux interpréter le second récit de la création, d'éclairer les relations entre hommes et femmes et ce faisant, notre manière de vivre en Église aujourd'hui.

  • Dans cette aube qui annonce la fin de la nuit, en ce temps où " il fait encore sombre " nous dit saint Jean, éclate la joie de Pâques pour Marie la Magdaléenne, l'amie de Jésus, à qui son Seigneur vient annoncer la Résurrection. Par la voix de Romanos le

  • Les travaux du Synode sur la famille mettent la place des femmes dans l'Église au coeur de l'actualité. Que signifie être femme ? Qu'entend-on par qualités maternelles ? Ne sont-ce pas celles dont Dieu fait constamment preuve pour son peuple alors que tou

  • La place des femmes dans la société civile occidentale évolue, et le pape François a pris la mesure de ces bouleversements anthropologiques. Parmi les indices d'un changement d'approche, peut-être faut-il inclure la nouvelle célébration liturgique de Mari

empty