La Gibecière à Mots

  • Raymond Radiguet (1903-1923)


    "
    Je vais encourir bien des reproches. Mais qu'y puis-je ? Est-ce ma faute si j'eus douze ans quelques mois avant la déclaration de la guerre ? Sans doute, les troubles qui me vinrent de cette période extraordinaire furent d'une sorte qu'on n'éprouve jamais à cet âge ; mais comme il n'existe rien d'assez fort pour nous vieillir malgré les apparences, c'est en enfant que je devais me conduire dans une aventure où déjà un homme eût éprouvé de l'embarras..."


    Histoire d'amour entre un adolescent et une femme juste mariée dont le mari est parti à la guerre. Bien qu'étant une fiction, il est impossible de ne pas voir un côté autobiographique de l'auteur qui eut une relation, à l'âge de 15 ans, avec une femme mariée.


    Raymond Radiguet, mort à l'âge de 20 ans d'une fièvre typhoïde, expose, dans ce premier roman, les "contradictions" d'un adolescent : la trahison, la fidélité... l'amour, la haine... l'incertitude, la certitude...

  • Raymond Radiguet (1903-1923)





    "Les mouvements d'un coeur comme celui de la comtesse d'Orgel sont-ils surannés ? Un tel mélange du devoir et de la mollesse semblera peut-être, de nos jours, incroyable, même chez une personne de race et une créole. Ne serait-ce pas plutôt que l'attention se détourne de la pureté, sous prétexte qu'elle offre moins de saveur que le désordre ?


    Mais les manoeuvres inconscientes d'une âme pure sont encore plus singulières que les combinaisons du vice. C'est ce que nous répondrons aux femmes, qui, les unes, trouveront Mme d'Orgel trop honnête, et les autres trop facile."





    1920 : Grâce à un ami diplomate, le jeune François de Séryeuse fait la connaissance du comte d'Orgel et de son épouse Mahaut. Amoureux de celle-ci, François fréquente assidûment le couple et devient un intime... Amour que Mahaut s'interdit et qu'elle confit à son époux.


    Comment ne pas penser à "la princesse de Clève" !





    "Le bal du comte d'Orgel" est un r
    oman moraliste paru après la mort de Raymond Radiguet.

empty