• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Quelle est l'importance historique de l'établissement de la République démocratique de Chine, et de la victoire du communisme chinois ? Quelle est son influence sur le destin de l'Europe ? Comment le Kuomintang a-t-il perdu la partie militaire ? La révolution chinoise s'inscrit-elle dans le cadre d'une révolution socialiste mondiale ? Sur quelles réformes essentielles repose l'espoir de la révolution ? Quels bouleversements le nouveau régime apporte-t-il aux moeurs, à la religion, aux classes sociales ? Autant de questions dont Pierre Naville traite, en chapitres brefs et nourris d'une documentation réunie depuis plus de vingt ans.

  • Quelle est l'importance historique de l'établissement de la République démocratique de Chine, et de la victoire du communisme chinois ? Quelle est son influence sur le destin de l'Europe ? Comment le Kuomintang a-t-il perdu la partie militaire ? La révolution chinoise s'inscrit-elle dans le cadre d'une révolution socialiste mondiale ? Sur quelles réformes essentielles repose l'espoir de la révolution ? Quels bouleversements le nouveau régime apporte-t-il aux moeurs, à la religion, aux classes sociales ? Autant de questions dont Pierre Naville traite, en chapitres brefs et nourris d'une documentation réunie depuis plus de vingt ans.

  • Du temps de Marx, on comptait 30 % de salariés. Aujourd'hui, 85 % des Français actifs, 100 % de la population d'Union Soviétique, sont salariés. Et voilà que l'informatique menace de bouleverser les équilibres du salariat, suscitant de nouvelles tensions, de nouvelles contestations à l'Ouest comme à l'Est. Du temps de Marx, on parlait de socialisme plutôt que d'autogestion. Aujourd'hui, le socialisme est un mot qui couvre bien des marchandises ; et l'autogestion fait confusément recette, de l'U.D.F. au P.C.F., sans que personne ne sache trop ce qu'il faut en conclure. Multipliant les approches concrètes - le cas Yougoslave, le débat politique en France, la réalité du travail dans les entreprises nationalisées... - Pierre Naville propose ici des réponses à la question « l'Autogestion, comment ? ».

  • Le baron d'Holbach (1723-1789) reste le prince des Athées, le modèle du philosophe matérialiste, le plus radical des Encyclopédistes. Pourtant ce sommet de la « philosophie des Lumières », ami de Diderot, inspirateur de Sade et rival de Voltaire reste aujourd'hui presque inconnu : aucun des quarante ouvrages de d'Holbach, notamment le fameux Système de la nature, n'a été réimprimé depuis plus d'un siècle. Après avoir exposé de façon vivante et approfondie la vie du baron, les sources auxquelles il a puisé - notamment les matérialistes et déistes anglais, les libertins français du XVIIe siècle, les chimistes et minéralogistes allemands - Pierre Naville analyse son oeuvre centrale : le Système de la nature, et les réactions qu'elle a entraînées dans l'opinion. Une partie importante du livre est consacrée aux conceptions morales et politiques de d'Holbach, libéral et adversaire des Physiocrates. Les idées du baron d'Holbach sont éclairées par les développements ultérieurs de la science, de la philosophie et de la sociologie. L'auteur montre ainsi que parallèlement au renouvellement des théories engendrées par Hegel ou Marx, le courant illustré par Hobbes, Diderot ou d'Holbach a connu à notre époque un regain de vitalité dû au développement des sciences de la nature et de l'homme. L'ouvrage comprend en outre une bibliographie complète du baron d'Holbach et des travaux qui lui ont été consacrés, ainsi qu'une série de documents d'archives, dont certains inédits. Dans une préface écrite pour cette édition remaniée (ce livre avait déjà paru en 1943 dans la collection « Leurs Figures »), l'auteur répond aux critiques adressées par la philosophie marxiste et par l'existentialisme contemporain à la philosophie des Lumières qui ouvre l'époque moderne.

  • Né il y a quatre siècles, en 1588, Thomas Hobbes est le plus grand philosophe anglais. Le livre de Pierre Naville est le premier, à rendre la force et la modernité de la pensée de l'auteur du Leviathan. Hobbes a séjourné en France. Il a vécu la révolution qui a conduit Cromwell au pouvoir, et ouvert la voie aux conquêtes mondiales de l'Angleterre, dans les domaines du commerce, de l'industrie, de la science et de la colonisation. Présentant à la fois l'homme et son oeuvre, Pierre Naville restitue le climat intellectuel de l'époque. Les controverses entre Hobbes, Descartes, Leibniz et Spinoza éclairent, de façon nouvelle, l'histoire de la philosophie. On mesurera combien l'analyse des problèmes religieux de son temps et les théories de Hobbes sur la souveraineté de l'État demeurent actuelles. Le livre de Pierre Naville est une belle invitation à redécouvrir et à méditer Thomas Hobbes, le philosophe, le penseur politique - notre contemporain.

  • Machinisme et informatisation peuvent-ils permettre autonomie et liberté?? C'est à cette question que répond cet ouvrage.
    Pour Pierre Naville, il ne s'agissait pas en 1963 de décrire le travail automatisé, mais de proposer un véritable manifeste.
    Inscrit dans le mouvement d'idées issu du Capital de Karl Marx, Pierre Naville montrait concrètement les perspectives de transformation de la société telle qu'elle se dessinait dès le milieu des années 1960.
    Les possibilités de réduction et de réorganisation du temps de travail sont importantes car les automatismes permis par les «?machines?» autorisent des équipes travaillant moins longtemps.
    Comment penser les transformations du rapport au travail, et aussi une réorganisation de la société?? L'auteur évoque des régulations d'un genre nouveau où systèmes techniques et systèmes sociaux fonctionneraient à la fois -en autonomie et en coopération. «?C'est le socialisme de l'avenir?», écrivait Pierre Naville à la veille de Mai 68.
    L'automation engendre une haute pro-ductivité, oblige à raccourcir la durée du travail. Elle met en cause le grand capital.
    L'automation ne devrait pas être un épouvantail, mais un levier. Elle ouvre des horizons. L'industrie nouvelle doit devenir une technique vivante, autonome, débarrassée de l'exploitation, et par conséquent des exploiteurs.
    Automatismes, systèmes de production, objectifs plus simples à définir... A condition de se saisir des changements, une liberté nouvelle est possible pour la société.
    Le développement ultérieur des nouvelles technologies qui sont notre quotidien illustre la pertinence des analyses de Pierre Naville et l'utilité de les revisiter.
    Dans sa préface, «?Un retard immense?», Pierre Cours-Salies évoque le «?temps perdu?» qui nous sépare de la publication de cet ouvrage et la «?défaite historique?» subie dans la marche vers la liberté?: il y a 50 ans déjà que des possibles se dessinaient par l'évolution de la «?machine?» et de l'informatique. L'actualité des analyses de Pierre Naville est plus grande encore aujourd'hui.

  • La technologie moderne, étendue à tous les secteurs d'activité, implique une mobilité, une plasticité d'adaptation, une universalité dans la méthodologie de base, une polyvalence d'applications, qui entrent en conflit avec les processus classiques de formation scolaire et professionnelle. C'est une situation qui relève de l'étude sociologique tout autant que de la pédagogie, et il faudra encore bien des efforts avant qu'elle soit clairement comprise dans toute sa nouveauté.
    Le grand mérite de l'ouvrage de Mlle LATREILLE est de nous introduire avec beaucoup de méthode et de soin dans des problèmes si vastes. On peut souhaiter qu'il soit reconnu pour ce qu'il est, à l'époque où l'on admet que « l'investissement humain » est le premier de tous - vérité d'hier comme d'aujourd'hui, d'ailleurs, mais qu'il était difficile de faire comprendre au temps où l'abondance de la main-d'oeuvre et la maigreur du système éducatif abandonnaient au laisser-faire des employeurs le sort d'une population travailleuse a priori dépourvue de mérite, de droits et même d'espoirs.

empty