• Mathilde pensait faire un voyage d'agrément, avec retrouvailles et exotisme en prime mais la réalité va être toute autre. Itinéraire jubilatoire sur le sol camerounais. Confrontation surprenante avec le monde africain, le récit oscille entre conte et comédie théâtrale, Aventure plus que mésaventure, « En double file » est un récit écrit sur un ton amusé pour une lecture décontractée.

  • Le gars de Belfort

    Noëlle Sarrola

    Un homme à l'approche de la soixantaine, Gabriel, décide de reprendre contact avec Noyelle, la femme qui fut le grand amour d'une vie qu'il n'a pas partagée avec elle. Les retrouvailles à Paris déclenchent une liaison radieuse, promise à un bel avenir commun enfin possible. Le récit revisite le trio convenu des  trois personnages, mari, épouse et maîtresse. Un simple coup de fil les rattrape dans un passé que chacun pour des raisons qui lui sont particulières avait mis sous le tapis. Comme dans une plaidoirie à trois facettes, ils défendent leur droit au bonheur, et présentent tour à tour arguments et convictions tous valables. Construite sur une période d'une année,  l'histoire révèle de déroutantes mises au point que l'auteure propose aux  lectrices et lecteurs comme autant de réflexions sur les relations amoureuses et conjugales. Gabriel veut faire un choix de femme, un choix de vie. Tel un jugement à la Salomon, c'est le destin, quatrième personnage du roman, indifférent et narquois, qui aura le dernier mot.

  • Une version des faits

    Noëlle Sarrola

    « C'étaient des paroles du quotidien, des mots que des gens, dans une relation cordiale, auraient pu s'échanger. La presse l'avait baptisé "Le tueur fou" et moi j'avais une version autre de cet homme. Je n'étais pas dupe, il avait tout intérêt à se montrer aimable et sympathique. Il respirait à mon côté en me souriant la plupart du temps. C'était une étrange vie de couple. La "conjugalité" veut dire exactement se tenir sous le même "joug" comme les boeufs à tirer la charrue. Le joug était lourd à porter, mais au bout du sillon la liberté pour lui et le retour au calme pour moi, alors il fallait s'y tenir. » Témoignage qui prend les apparences d'un huis clos entre un homme en cavale et une femme qui accepte malgré elle de l'héberger quelques jours, Une version des faits revient sur la figure criminelle de Pierre Conty, porteuse des espoirs et désillusions de tout un mouvement libertaire et anarchiste. Récit d'un face à face étonnant, voire déstabilisant, ce texte ne consiste ni en un mea culpa, ni en un jugement, ni encore en une tentative de justification a posteriori de la part de son auteur, mais se focalise sur cette rencontre - et cette intimité - improbable, incertaine, voire électrique et dangereuse entre deux personnalités brutes et sans concession.

empty