• Le prince

    Machiavel

    «Le très pénétrant Machiavel [...], cet homme très sage, dont il est évident qu'il fut pour la liberté, pour la défense de laquelle il a donné les conseils les plus salutaires.» Spinoza (Traité politique, V, 7).
    Chef-d'oeuvre bref et fulgurant, Le Prince est devenu d'emblée un livre classique de la réflexion politique. Adversaires et partisans de la doctrine du Florentin n'ont cessé de s'affronter au cours des siècles, au prix parfois de grands malentendus.

  • L'art de la guerre

    Machiavel

    L'Art de la guerre, publié en 1521, occupe une place singulière dans l'oeuvre de Machiavel. Présenté sous la forme d'un dialogue, l'ouvrage surprend par son esprit peu machiavélique. Les considérations tactiques y côtoient les propos consacrés aux nécessités matérielles de la guerre (recrutement, armement...), orchestrant avec subtilité une réflexion sur le pouvoir. Quelles limites la politique impose-t-elle à l'art de la guerre ? Comment définir l'autorité ? Ce sont là quelques-unes des questions soulevées par Machiavel qui puise ici ses modèles chez les Anciens. En grand stratège, il omet parfois de répondre. Mais la guerre est une affaire si sérieuse qu'il faut peut-être savoir la manier avec ironie.

  • «Il y a une étonnante franchise dans les préceptes machiavéliques. L'honnête homme parle volontiers de droit des peuples, de droit des gens ; en réalité, ces droits, il faut la contrainte pour qu'ils soient respectés ; et même avec la contrainte, la plupart du temps on les tourne. Dans les simples rapports de commerce, à chaque instant on a recours au contrat, à la signature ; on multiplie les marques de l'engagement, tant on sait que les engagements sont précaires. Quel est le niais qui se fierait à un engagement oral quand les engagements écrits mêmes sont loin d'être le roc sur lequel on peut bâtir? Dans le social, le contrat n'a jamais cessé d'être tourné malgré toutes les protestations de bonne foi. Il y a même certitude de mauvaise foi dès qu'il y a affirmation répétée de bonne foi. Chez nous, un démenti confirme. C'est ici que Machiavel met une franchise d'acier. Dès que le contrat se discute, il déclare qu'il sera tourné et quand il se signe, il démontre que la signature ne vaut rien, n'engage rien de réel ; qu'on vient, somme toute, de perdre son temps. Il défend qu'on parle de bonne foi ; il empêche qu'on parle de bonne foi ; il a la loyauté de proclamer, avant que tous les débats ne commencent, qu'ils seront essentiellement présidés par la mauvaise foi. Il ne s'occupe que de la stricte vérité. C'est à ce titre qu'il est un écrivain moderne.
    Il cherche à savoir si l'homme peut être gouverné par l'homme. Il est donc logiquement amené à étudier l'homme. C'est également cette étude que nous pouvons faire avec lui.» Jean Giono.

  • Le texte intégral de l'oeuvre philosophique et un dossier pédagogique complet !Un traité sur la façon de gouverner et de conserver le pouvoir, à l'attention des princes.
    Contexte Machiavel (1469 - 1527), homme politique et philosophe de la Renaissance, a développé une vision du pouvoir non pas morale mais pragmatique, grâce à son observation des pratiques politiques florentines au XVIe siècle.
    L'oeuvre Le Prince, rapidement condamné par la critique pour son absence de considération morale dans sa description de la pratique de l'exercice politique, a fait naître l'adjectif " machiavélique ", en référence directe à son auteur. Machiavel se livre ici à un " réalisme politique " loin de toute utopie. Pourtant, il est aussi un penseur de la liberté.
    Les concepts clés Le peuple
    Le prince
    Le machiavélisme
    La raison d'état
    La nécessité...
    La collection Intégrales de philo, une approche complète et approfondie d'une oeuvre essentielle Une oeuvre commentée par des spécialistes
    Des dossiers autour de l'oeuvre
    Plus de trente titres
    4 périodes : Antiquité, Moyen Âge et Renaissance (Ve - XVIe s.), période moderne (XVIIe - XIXe s.), période contemporaine (XXe s.)

  • Ces lettres sont un complément indispensable à la lecture du traité du Prince, écrit en 1513.

  • Le Discours sur notre langue (1524) est la seule incursion de Machiavel dans la linguistique et l'une de ses oeuvres les plus personnelles. Véritable plaidoyer patriotique en faveur des droits du parler florentin, il affirme que la littérature italienne naît à Florence avec Dante, Pétrarque et Boccace, dont tous les autres écrivains d'Italie ont dû apprendre la langue, tant leur propre parler était inapte à la littérature. Le Discours constitue ainsi l'acte de naissance de la « question de la langue », qui mobilisera ensuite pendant des années de nombreux lettrés italiens. Il vaut notamment par le dialogue central entre Dante ressuscité et Machiavel, qui convoque l'auteur de La Divine Comédie en personne pour le soumettre à un interrogatoire serré sur ses choix linguistiques et stylistiques - et le désavouer.
    Edition bilingue et nouvelle traduction

  • La collection Fichebook vous offre la possibilité de tout savoir du Prince de Nicolas Machiavel grâce à une fiche de lecture aussi complète que détaillée.
    La rédaction, claire et accessible, a été confiée à un spécialiste universitaire.
    Notre travail éditorial vous offre un grand confort de lecture, spécialement développé pour la lecture numérique. Cette fiche de lecture répond à une charte qualité mise en place par une équipe d'enseignants.
    Cet eBook contient :
    - Une table des matières dynamique
    - La biographie de Nicolas Machiavel
    - La présentation de l'oeuvre
    - Le résumé détaillé (chapitre par chapitre)
    - Les raisons du succès
    - Les thèmes principaux
    - L'étude du mouvement littéraire de l'auteur

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Machiavel. "Règlement pour une société de plaisir", de Nicolas Machiavel (1469-1527), auteur du "Prince" et de "L'Art de la Guerre", est un bref texte raillant les moeurs et les ridicules de la société italienne du seizième siècle. Dans cette satire, on trouve bien des traits qui peuvent s'appliquer à toutes les sociétés, y compris la nôtre. L'alliance de la galanterie et de la dévotion, l'indiscrétion, la médisance, la fatuité, l'égoïsme, tous les vices de ce qu'on appelle bien souvent à tort la bonne compagnie, y sont vivement moqués. On y sent à chaque ligne cette verve cynique et railleuse dont Aristophane est dans l'antiquité le plus parfait modèle, cette verve qui se perpétue ensuite chez Boccace et jusqu'au "Candide" de Voltaire.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Machiavel. "La Vie de Castruccio Castracani de Lucques décrite Par Nicolas Machiavel et envoyée à Zanobi Buondelmonti et à Luigi Alamanni, ses amis très chers" est à la fois un portrait de prince-condottiere et un petit roman historico-militaire retraçant les faits d'armes de Castruccio Castracani, duc de Lucques (1281-1328). Pour Machiavel, auteur du "Prince" et de "L'Art de la guerre", cette biographie édifiante - inspirée en 1520 par ses recherches sur les institutions politiques de Lucques et un livre de l'historien Niccolò Tegrimi - est l'occasion de poursuivre ses études sur la politique et l'art militaire.

  • On n'a pas l'habitude de voir en Machiavel un auteur comique. Et pourtant ses collègues de la chancellerie, de leur propre aveu, riaient à s'en décrocher la mâchoire en lisant ses lettres et, outre les textes politiques qui l'ont rendu célèbre, il a écrit des nouvelles et des comédies. La Clizia écrite et jouée en 1525 raconte une histoire cent fois mise en scène : le père et le fils tous deux amoureux de la jeune et belle Clizia.

  • « Que les états faibles balancent toujours à prendre une décision et que les décisions tardives sont toujours nuisibles. [...] En sorte que le peuple, trompé ou contraint, en vint à ne plus délibérer que sur sa propre ruine. »
    Dans ce « Discours sur la première Décade de Tite-Live », Machiavel donne son interprétation d'une période cruciale de l'histoire romaine, et nous fait découvrir les éléments fondamentaux de sa conception du politique.
    Traduit de l'Italien par Toussaint Guiraudet.
    Format professionnel électronique © Ink Book édition.











  • Extrait
    Le seigneur Donati était sans doute d’une très noble famille, et fort considéré dans sa ville ; mais ayant encore trois autres filles, aussi prêtes à marier que leur aînée, et trois fils, homme faits, on peut dire qu’il était très pauvre par rapport à sa qualité et au rang qu’il était obligé de tenir, et par sa nombreuse famille.
    Rodéric n’oublia rien pour rendre ses noces pompeuses et magnifiques ; tout y fut éclatant et splendide, et la fête en fut très galante ; et comme, suivant la loi à lui imposée, il devait être sujet à toutes les passions des hommes, il eut l’ambition de rechercher les honneurs et les applaudissements publics. Il était avide de louanges, il aimait le faste ; et cette passion lui fit faire de grandes dépenses. D’autre part, il prit tant d’amour pour Honorie, qu’il ne pouvait vivre sans elle, et, s’il la voyait triste ou mécontente, c’était assez pour le désespérer. Elle avait porté dans la maison de son mari, avec sa noblesse et sa beauté, un orgueil si insolent, que celui de Lucifer même n’était rien en comparaison ; et Rodéric, qui avait éprouvé l’un et l’autre, trouvait que celui de sa femme l’emportait de beaucoup ; mais cet orgueil alla bien plus loin quand elle s’aperçut que Rodéric l’aimait éperdument : elle se mit en tête de gouverner absolument, et de se donner une autorité sans mesure ; elle lui commandait donc de faire les choses les plus difficiles, ou de s’abstenir des plus agréables ; et sans avoir ni compassion ni respect pour lui, s’il s’avisait de lui refuser quoi que ce fût, elle l’accablait d’injures et d’outrages, à quoi elle joignait un mépris si déclaré que le pauvre diable en mourait de chagrin.

  • Collection « Classiques de la philosophie » dirigée par Jean-François Balaudé Machiavel Le Prince J'ai composé un opuscule De Principatibus [Des Principats], où je me plonge autant que je le peux dans des cogitations à ce sujet, en disputant de ce qu'est un principat, de quelles espèces ils sont, comment ils s'acquièrent, comment ils se maintiennent, pourquoi ils se perdent.

    Nicolas Machiavel La pensée politique moderne s'est forgée dans le fameux Prince de Machiavel (1469-1527). L'ouvrage, écrit en 1513, a été publié à titre posthume en 1532. Nourri de la riche expérience du secrétaire florentin, il apparaît à la fois comme un traité politique et une réflexion sur l'histoire, où l'on voit dégagés, à travers de nombreux exemples, la nature du pouvoir politique, les moyens de son acquisition et de sa conservation, les causes de sa perte. En anatomiste de la chose politique, Machiavel met ainsi à nu les relations entre le prince et les gouvernés (le peuple autant que les grands), le jeu des passions à l'équilibre toujours fragile, l'articulation proprement politique enfin entre «fortune» et «vertu», où vient se révéler, dans ce qu'il appelle «l'occasion», le bon prince, c'est-à-dire le prince prudent.
    Cette nouvelle édition offre une traduction très précise du texte et un commentaire à la pointe des recherches actuelles sur Machiavel.

    Traduction nouvelle, annotée, introduite, et accompagnée d'index, par Marie Gaille-Nikodimov.

  • Le Prince

    Nicolas Machiavel

    Conquérir le pouvoir ? Rien de plus simple, pour ceux que favorise la Fortune et qui acceptent d'être des créateurs d'État. Mais le conserver, voilà qui exige de la virtus. Car il faut conduire les hommes selon la nécessité d'un temps politique toujours incertain. Dans Le Prince, Nicolas Machiavel (1469-1527) expose cet art de gouverner en brisant les miroirs au prince des temps médiévaux.

    Il l'écrit en 1513, alors que le retour des Médicis l'éloigne de l'engagement républicain qui fut la passion d'une vie entièrement tournée vers l'action politique. Il l'écrit pour parer les coups et comprendre sa défaite. Non pour rêver de cités idéales, mais pour nommer avec exactitude la réalité du pouvoir, cet exercice habile de la domination. Provocateur, drôle parfois, mais toujours surprenant, Le Prince fut écrit en état d'urgence - la traduction de Jacqueline Risset restitue à sa langue son irrésistible vélocité.

    Car Le Prince file droit jusqu'à nous. Quelque soit l'idée préconçue que l'on se fasse du « machiavélisme », on le lit toujours au présent. Aussi les commentaires que propose ici Patrick Boucheron visent en même temps à restituer le texte dans son temps historique d'incertitude politique et à le donner à lire dans sa capacité d'actualisation. Ce qui s'y joue ? Rien moins que l'idée de Renaissance.

    Cette édition illustrée tente de reconstituer la culture visuelle du temps de Machiavel. Peinture, sculpture, architecture, mais aussi objets plus ordinaires du cadre de vie princier, choisis et légendés par Antonella Fenech. Tout ici concourt à donner à voir l'éclat d'un moment où le prince se vivait comme le créateur d'un État considéré comme une oeuvre d'art.

  • BnF collection ebooks - "Tous les Etats, toutes les dominations qui ont tenu et tiennent encore les hommes sous leur empire, ont été et sont ou des républiques ou des principautés. Les principautés sont ou héréditaires ou nouvelles. Les héréditaires sont celles qui ont été longtemps possédées par la famille de leur prince."
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Le Prince

    ,

    • Ligaran
    • 6 Février 2015

    Extrait : "Tous les Etats, toutes les dominations qui ont tenu et tiennent encore les hommes sous leur empire, ont été et sont ou des républiques ou des principautés. Les principautés sont ou héréditaires ou nouvelles. Les héréditaires sont celles qui ont été longtemps possédées par la famille de leur prince."

  • J'ÉTAIS à vingt-cinq ans capitaine aux gardes du roi de Naples. Nous vivions beaucoup entre camarades, et comme des jeunes gens, c'est-à-dire, des femmes, du jeu, tant que la bourse pouvait y suffire ; et nous philosophions dans nos quartiers quand nous n'avions plus d'autre ressource.Un soir, après nous être épuisés en raisonnements de toute espèce autour d'un très petit flacon de vin de Chypre et de quelques marrons secs, le discours tomba sur la cabale et les cabalistes.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Venez découvrir Le Prince, l'ouvrage de Machiavel, grâce à une analyse philosophique de référence.

    Écrite par un spécialiste universitaire, cette fiche de lecture est recommandée par de nombreux enseignants.

    Cet ouvrage contient plusieurs parties : la biographie du philosophe, le résumé détaillé, le courant philosophique, le contexte de publication de l'ouvrage et l'analyse complète.

    Retrouvez tous nos titres sur : www.fichedelecture.fr.

  • Venez découvrir notre analyse de la pensée de Nicolas Machiavel grâce à une étude de référence.

    Écrite par un spécialiste universitaire, cet ouvrage est recommandé par de nombreux enseignants de philosophie.

    Cet ouvrage contient plusieurs parties : la biographie du philosophe, le résumé détaillé de sa pensée, une bibliographie pour aller plus loin.

    Retrouvez tous nos titres sur : www.fichedelecture.fr.

  • Les pages immortelles de Machiavel, sous la direction éditoriale de Nicolas Polczynski. Contenant : 1/ L'Art de la Guerre - En plus d'être un spécialiste reconnu des mécanismes politiques, Machiavel s'affirme également par son efficience et son efficacité pratiques, comme un immense stratège et théoricien de la guerre. 2/ Discours sur la Première Décade de Tite-Live - Machiavel nous donne ici son interprétation d'une période cruciale de l'histoire romaine, et nous fait découvrir les éléments fondamentaux de sa conception du politique. 3/ Le Prince, précédé d'une préface de Ch. Benoist - cet ouvrage constitue peut-être la connaissance la plus aboutie à ce jour, de l'essence même de la fonction politique et de celui qui l'exerce en vue de conquérir le pouvoir, et d'en assurer par là-même, son maintien et son rayonnement... Et "Autres Textes".

    sous la direction de Nicolas Polczynski
    [Format professionnel électronique © Ink Book édition]

  • On connaît bien Machiavel pour ses écrits politiques et historiques, le grand Machiavel du Prince, des Discours, de l'Art de la guerre et de l'Histoire de Florence. On le connaît beaucoup moins pour ses écrits littéraires. La comédie La Mandragore fait certes partie du répertoire classique des chefs-d'oeuvre du théâtre italien, mais ses autres écrits sont souvent ignorés. Ils offrent pourtant une continuité d'inspiration et de formes expressives qui complète et confirme le portrait du Machiavel que l'on connaît le mieux. Certains se présentent comme des compléments de l'oeuvre majeure ou des ébauches, tels les portraits, ou les pensées, ou bien l'essai de traduction sur les persécutions d'Afrique, ou encore la biographie d'un grand condottiere. D'autres manifestent une vocation au comique et à la comédie, comme la nouvelle de l'archidiable Belphégor venu sur terre expérimenter la vie conjugale, ou les désopilants statuts pour une imaginaire société de plaisirs. Mais tous sont caractérisés par le regard lucide sur les hommes, et l'amour de la patrie.

empty