Langue française

  • Augustin aime la propreté car il se rêve ordinaire et sain. Il collectionne les slips car il rêve de caresses. Mais ses élans d'affection sont généralement mal perçus et les femmes qu'il convoite peinent à consentir. Il lui faut donc forcer un peu le destin.
    La morale commune lui échappe et sa vie repose sur un malentendu : il ne veut pas faire de mal, juste se faire du bien.

  • Peut-on réussir sa vie en oeuvrant dans une tour abritant quelques périurbains surmenés ?Pas trop.En revanche, on peut y apprendre à se foutre de tout, c'est-à-dire des regards, des cancans, des convenances, et des pervers zélés pleins de fiel mais soucieux des délais à tenir.On peut même courir à sa perte avec de jolies baskets, ou marcher en grande pompe vers des gloires minuscules ; on peut surtout goûter la chair et la moquette, ravaler sa fierté, repousser les offenses, jouir enfin d'être soi et se frotter aux autres.

  • Marie Marron avait toujours été un peu gourde. Par toujours il faut entendre non pas depuis sa naissance, mais depuis ses premiers pas qu'elle avait faits vers l'âge de vingt mois car cette demoiselle, en plus d'être gourde, était aussi remarquablement lente. Et quand Marie ne disait rien, on était à deux doigts de la croire morte. Gustave Machin était un petit être plein de hargne qu'on aurait pu croire tout droit sorti d'une forêt maléfique. Mails il avait quelques qualités qui lui rendaient de grandes services : il était très rapide et il savait parler aux grandes filles un peu gourdes.

  • Après l'enfance

    Julie Douard

    Dans son premier roman, Julie Douard a voulu redécouvrir les poses de l'adolescence, cette arrogance et ce misérabilisme qu'on affiche quand on a quinze ou seize ans. Lui sont revenus en mémoire ces premières fois, les palpitations, les déceptions, l'amour et le sexe qui ne font pas toujours cause commune, et surtout cet optimisme qui nous tient à cet âge car même lorsque tout va mal, on sait que l'on a devant soi le temps d'une vie pour voir venir. À la faveur d'une interrogation sur sa filiation le petit héros de Julie Douard va vivre un éveil des sens très agité, découvrir sous son vrai jour le monde des adultes, ses misères, ses turpitudes, son ridicule, et faire l'expérience douloureuse des intermittences du coeur.

empty