• La théorie de la destruction créatrice, élaborée par Schumpeter au début du XXe siècle, est considérée par de nombreux économistes comme la plus subtile et intelligente explication de l'évolution et des mues permanentes du capitalisme. Selon cette théorie, les innovations dans les économies capitalistes fragilisent la position des entreprises bien établies en même temps qu'elles ouvrent des voies inédites de croissance économique. Un éclairage très précieux sur le chaotique capitalisme globalisé.

  • Si l'héritage de Schumpeter repose aujourd'hui exclusivement sur le rôle de l'innovation et de l'entrepreneur, sa contribution à l'analyse monétaire demeure plutôt méconnue. Il a pourtant consacré une part non négligeable de sa carrière à la rédaction d'un traité sur la monnaie, demeuré inachevé, mais ayant fait l'objet d'une publication posthume partielle en allemand, en 1970, sous le titre Das Wesen des Geldes. Grâce à la traduction française proposée ici dans une version complète, nous découvrons un aspect négligé de sa pensée : la monnaie comme hypothèse institutionnelle minimale à poser pour comprendre le fonctionnement d'une économie en perpétuel changement.

empty