• La mondialisation de l'économie, d'une part, les limites d'une planification urbaine procédant principalement par normes et réglementations, d'autre part, ont conduit les villes méditerranéennes à imiter les grandes métropoles mondiales en se tournant vers une programmation plus stratégique et plus flexible de leur développement et de leur aménagement. En Méditerranée comme ailleurs, prendre place dans la compétition internationale et attirer des flux croissants d'investissements internationalement mobiles devient un enjeu décisif qui conditionne fortement l'adoption d'un "projet urbain", caractérisé le plus souvent par de grandes opérations d'urbanisme à caractère emblématique. Cet ouvrage, faisant suite au colloque du Groupe de Recherches sur les Espaces et les Réseaux du Bassin Méditerranéen (GRERBAM) organisé à Barcelone en mai 2000 avec la collaboration de l'Institut Catala de la Mediterrania, s'interroge sur les conditions de mise en oeuvre du projet urbain dans le contexte spécifique des villes méditerranéennes. Soumises souvent à deux menaces, tantôt alternatives, tantôt complémentaires, de marginalisation périphérique et de métropolisation mal-maîtrisée, comment les villes méditerranéennes peuvent-elles penser leur projet urbain ? Quels atouts cherchent-elles à valoriser au travers de leurs plans stratégiques de développement pour se positionner sur le marché mondialisé des territoires ? Quelles sont les implications sociales, culturelles, urbanistiques de ces projets ? Telles sont quelques-unes des questions principales qui traversent les différents chapitres rédigés par des spécialistes des espaces méditerranéens, croisant leurs approches interdisciplinaires en partant d'exemples observés sur l'ensemble du pourtour méditerranéen.

  • La ville transforme la nature, certes, mais la nature transforme-t-elle la ville ? À l'heure de la diffusion des enjeux liés à la nature en général, cet ouvrage répond à en analysant de nouvelles formes de nature en ville : les trames vertes urbaines, les espaces agricoles urbains et leurs antonymes, les friches urbaines. Au-delà du consensus de façade que la nature en ville suscite, les auteurs s'interrogent sur la réalité de l'action publique en la matière. Dans quelle mesure la nature renouvelle-t-elle les politiques urbaines ? Les espaces semi-naturels en ville sont-ils conçus et réalisés pleinement comme une infrastructure urbaine ? Les usages informels de ces espaces par les habitants, usages qui témoignent de la diversité des fonctions des sols urbains, sont-ils simplement considérés par l'action publique ? La réflexion suit huit études de cas en France, au Brésil et en Tunisie.

  • Nature et ville : un paradoxe ou bien une convergence désormais banale ? À travers des réflexions historiques et des études locales, cet ouvrage nous plonge dans la nature des villes françaises, brésiliennes, portugaises. Espaces verts résidentiels, espaces verts publics, traversées urbaines des cours d'eau et espaces agricoles aux marges de la ville, les principales formes de la nature en ville sont présentées ici de façon critique. Une variété de cas d'études à travers lesquels des questions cruciales de l'urbanisme contemporain sont soulevées : la nature est un besoin humain fondamental, mais aussi un marqueur de la ségrégation socio-spatiale dans les villes ; des modèles de parcs et des formes urbaines de la nature en ville qui semblent universels, mais aussi une nature que les habitants s'approprient difficilement.

empty