• Il y a des millions d'années, le monde était complètement sauvage. Les animaux, mammouths gigantesques, aurochs et autres lions géants réprésentaient un danger permanent pour l'homme, réduit à sa simple nudité. Pour la race humaine, il n'était pas de trésor plus précieux que le feu, objet d'une quête périlleuse et source de combats sans merci.

  • L'oeuvre de J.H. Rosny l'aîné vient de passer en domaine public. Mais, 70 ans après sa mort, avons-nous cessé de le lire, avec ce mélange d'effroi et de malaise qui signe les grandes oeuvres de la science-fiction ?
    Etrange, de le voir correspondre avec Conan Doyle, et inventer simultanément avec H.G Wells des thèmes qui nous touchent avec la même urgence aujourd'hui.
    Nous savons aujourd'hui que, dans les galaxies voisines, et même dans d'autres confins de la nôtres, des planètes semblent autoriser la formation de la vie. Nous avons découvert la présence d'eau sur Mars, qui garde bien de ses secrets. Ces derniers mois, un équipage d'astronaute s'est entraîné en temps et vaisseau réels à l'accomplissement d'un voyage de reconnaissance. Et nous savons déjà avoir été les artisans de notre irréversible déclin sur notre propre planète.
    Questions donc à forte résonance pour nous. Mais quelle étrangeté de voir Rosny l'aîné les affronter dès 1921, avec cette finesse et ce pessimisme qui lui sont propres, et qui résonnent dans sa belle langue. Nous avons aussi appris que nous portons des gènes de l'homme de Néanderthal, et des biologistes d'aujourd'hui tentent de réussir d'improbables clonages : voilà ce dans quoi aussi se risque ce roman suspendu et décalé, précis et prenant, qu'est "Les navigateurs de l'infini".
    S'il faut se laisser à nouveau surprendre par Rosny l'aîné, et ne pas le laisser discrètement à l'ombre de la "Guerre du feu" qui touche pourtant aussi un fantasme sensible, c'est bien parce que les problèmes qu'il évoque pourraient bien, à un siècle de distance, se révéler à la fois nos meilleurs rêves et nos risques premiers.
    Et c'est pour cela que, par delà le plaisir de la fable, et un roman tendu et visionnaire, nous l'en remercions.
    FB

  • « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Découvrez l'une des incroyables nouvelles qui composent ce cycle.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • J. - H. Rosny Aîné (1856-1940)





    "Rebecca Storm attendait les Esprits. Elle tenait, d'une main légère, un porte-crayon d'or, la pointe sur un bloc de papier glauque. Les Esprits ne venaient point.


    - Je suis un mauvais médium, soupira-t-elle. Rebecca Storm avait le visage biblique du dromadaire et presque son poil sablonneux. Ses yeux étaient visionnaires, mais sa bouche, armée de dents d'hyène, qui eussent broyé des os à moelle, annonçait un contrepoids réaliste.


    - Ou bien, suis-je indigne ? Ai-je démérité de l'Au-Delà ?


    Cette crainte la ravagea, puis entendant sonner l'heure, elle marcha vers la salle à manger.


    Un homme de haute stature, symbole parfait du type inventé par Gobineau, se tenait devant la cheminée. Hareton Ironcastle, visage en carène, cheveux paille d'avoine, yeux glauques de pirate scandinave, gardait à 43 ans la peau d'une vierge blonde.


    - Hareton, demanda Rebecca d'une voix raclante... que veut dire épiphénomène ? Ça doit être blasphématoire.


    - C'est au moins un blasphème philosophique, tante Becky.


    - Et qu'est-ce que cela signifie ? demanda une jeune personne qui achevait de manger un pamplemousse, tandis que le maître d'hôtel servait des oeufs et du lard frit, avec du jambon de Virginie.


    Les grandes filles claires qui, jadis, inspirèrent les sculpteurs de déesses, devaient être à son image. Hareton concentra son regard sur une chevelure aux nuances d'ambre, de miel et de paille de froment.


    - Ça signifie, Muriel, que si votre conscience n'existait point... vous vous disposeriez à consommer ce jambon et vous m'interrogeriez exactement comme vous le faites... Seulement, vous ignoreriez que vous mangez et vous ne sauriez pas que vous m'interrogez. Autrement dit, la conscience épiphénomène existe, mais tout se passe comme si elle n'existait point.."





    Hareton Ironcastle part retrouver son ami Samuel, dans des contrées inexplorées. Il est accompagné de sa fille, son neveu et d'amis. La troupe avance dans des terres où l'évolution des espèces n'est pas celle que l'on connaît et doit faire face à des animaux, des humains et des plantes totalement inconnus et souvent dangereux....

  • « L'image de Georges Meyral semblait traversée de zones brumeuses qui tantôt se rétractaient et tantôt s'élargissaient - faiblement ; elle apparaissait moins lumineuse qu'elle n'aurait du l'être.

    - C'est inadmissible ! grommela le jeune homme.

    Les deux lampes électriques, après examen, se révélèrent normales, et le miroir fut essuyé. Le phénomène persistait. Il persista encore quand Meyral eut remplacé successivement les lampes. »

    Plus proche de H.G. Wells que de Jules Vernes ou Edgar Poe, J.-H. Rosny aîné (pseudonyme de Joseph Henri Honoré Boex) - né en Belgique et mort à Paris - fut l'un des grands précurseurs de la science fiction moderne.




    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • Lors d'une promenade en forêt, une femme est soudainement attaquée. Le cocher est tué et la jeune femme se sauve afin d'échapper aux assassins qui la poursuivent...

  • « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Découvrez l'une des incroyables nouvelles qui composent ce cycle.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • Le voyage

    J.-H. Rosny Aîné

    « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Découvrez l'une des incroyables nouvelles qui composent ce cycle.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • Les Xipéhuz

    J. -H. Rosny Aine

    « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Découvrez l'une des incroyables nouvelles qui composent ce cycle.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Dans Les Astronautes, on retrouve les héros des Navigateurs de l'infini, dont la sublime martienne Grâce. Confrontés de nouveau au fatalisme des Tripèdes, on apprend à mieux connaître les particularités des Zoomorphes, mais aussi à découvrir la troisième grande espèce martienne, les Éthéraux, qui vivent à l'état gazeux dans le ciel de Mars... Une nouvelle ode à la compréhension et à l'harmonie entre les peuples, quelles que soient leurs différences et leur destin, car nulle espèce ne peut échapper au grand cycle de la vie.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • « C'était mille ans avant le massement civilisateur d'où surgirent plus tard Ninive, Babylone, Ecbatane.

    La tribu nomade de Pjehou, avec ses ânes, ses chevaux, son bétail, traversait la forêt farouche de Kzour, vers le crépuscule, dans la nappe des rayons obliques. Le chant du déclin s'enflait, planait, descendait des nichées harmonieuses. »

    Deux textes à l'esthétique pure et envoûtante, deux textes qui nous invitent à un voyage vers la fantasy et l'ailleurs réunis ici dans un seul volume, par J. H. Rosny aîné pseudonyme de Joseph Henri Honoré Boex, pionnier, précurseur et grand auteur belge de science-fiction.


    Format professionnel électronique © Ink Book édition.



  • « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Découvrez l'une des incroyables nouvelles qui composent ce cycle.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Découvrez l'une des incroyables nouvelles qui composent ce cycle.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • « Le père fondateur de la science-fiction française et mondiale. » Serge Lehman
    L'oeuvre spéculative de J.-H. Rosny aîné a séduit toutes les générations. Il a su concilier à merveille science et littérature. Son roman le plus célèbre, La Guerre du feu, a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud.
    Entre 1887 et 1939, Rosny a écrit plusieurs dizaines de romans et nouvelles appartenant à un vaste cycle dont l'action commence au paléolithique et s'achève cent mille ans dans l'avenir. Une histoire totale de l'être humain depuis la préhistoire jusqu'à son extinction - ou plutôt son remplacement. La première histoire du futur.
    « On ne peut que rester sans voix devant l'ampleur de cette fresque. » Serge Lehman
    Découvrez l'une des incroyables nouvelles qui composent ce cycle.
    J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l'académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l'invention du roman préhistorique et les premiers chef-d'oeuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d'un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

  • Un autre monde

    J.-H. Rosny Aîné

    L'oeuvre de J.H. Rosny l'aîné vient de passer en domaine public. Mais, 70 ans après sa mort, avons-nous cessé de le lire, avec ce mélange d'effroi et de malaise qui signe les grandes oeuvres de la science-fiction ?
    Etrange, de le voir correspondre avec Conan Doyle, et inventer simultanément avec H.G Wells des thèmes qui nous touchent avec la même urgence aujourd'hui.
    Encore plus étrange même, dans ce récit "Un autre monde", publié juste avant la bascule du siècle, en 1895, de le voir délibérément prendre la piste des mutations génétiques, affectant non seulement la vue du narrateur, mais sa perception de la vitesse (et sa propre vitesse, aussi bien pour la parole que ses propres déplacements). Henri Michaux s'en souvient probablement (parce qu'il est belge, comme Henri Honoré Boex ?) lorsqu'il invente les peuples fantastiques que sont ses Meidosems ou les Hizivinikis. Les Moedigen qui, dans ce récit, viennent se superposer au règne humain sont d'autant plus terrifiants qu'ils ne le menacent pas.
    S'il faut se laisser à nouveau surprendre par Rosny l'aîné, et ne pas le laisser discrètement à l'ombre de la "Guerre du feu" qui touche pourtant aussi un fantasme sensible, c'est bien parce que les problèmes qu'il évoque pourraient bien, à un siècle de distance, se révéler nos pires maladies, nos risques premiers.
    Et c'est pour cela que, par delà le plaisir de la fable, et cette langue belle et directe, nous l'en remercions.
    FB

  • Vamireh

    J.-H. Rosny Aine

    BnF collection ebooks - "C'était il y a vingt mille ans. Alors le pôle nord se tournait vers une étoile du Cygne. Sur les plaines de l'Europe le Mammouth allait s'éteindre, pendant que s'achevait l'émigration des grands fauves vers le pays de la Lumière, la fuite du renne vers le Septentrion..."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • LA TENTATRICE

    J.-H. Rosny Aine

    aLa Tentatrice est un roman d'amour de J.-H. Rosny aîné publié en 1887.
    Extrait
    | C'est dans la deuxième année de mon séjour à Grenville Lodge, qu'arriva l'événement qui devait avoir une influence si néfaste sur ma vie. Une belle-soeur de mon maître, qui vivait au Canada, venait de mourir. Sa fillette, Mary, alors âgée de quatorze ans, se réfugia auprès de son oncle. C'était bien la plus charmante créature, timide, aux grands yeux, les joues rougissant à la moindre émotion, la voix délicate et sensitive, les gestes nobles et craintifs, et l'allure de jeune déesse sur les nuées.
    Je me pris pour elle d'affection, avec d'autant plus d'empressement que l'ombre même d'une arrière-pensée ne me pouvait venir...|

  • DANIEL VALGRAIVE

    J.-H. Rosny Aine

    Daniel Valgraive est un roman écrit par J.-H. ROSNY aîné écrivain belge, pseudonyme de Joseph Henri Honoré Boex, publié en 1891.
    Extrait préface
    |...C'est la Fatalité du Bien que subit Daniel, et non pas la Fatalité du Mal. Si ses volontés finales sont discutables, si elles peuvent ne paraître pas la meilleure oeuvre à faire, du moins impliquent-elles une indéniable noblesse. Valgraive lui-même n'ignore pas certaines de leurs imperfections, mais il n'a pas le temps. Il est irrémissiblement condamné à faire vite, par conséquent tout proche de lui. Qu'il s'aventure à des projets lointains, il risquera d'aboutir au Néant. Le don de la femme aimée, la transmission de ses pouvoirs comme de ses tendresses, le choix d'êtres familiers tels que Hugues, Charles, les Sigismond, George, cela lui apparaîtra le maximum réalisable...|

  • Le Classcompilé n° 132 contient les oeuvres de Rosny Aîné.
    J.-H. Rosny aîné, pseudonyme de Joseph Henri Honoré Boex, né le 17 février 1856 à Bruxelles et mort le 15 février 1940 à Paris, est un des grands fondateurs de la science-fiction moderne. (Wikip.)

    ROMANS

    La Guerre du feu 1910
    La Vague rouge 1910
    La Force mystérieuse 1914
    Le félin géant 1918
    L'étonnant voyage de Hareton Ironcastle 1922
    Helgor du fleuve bleu 1929
    Les instincts 1939
    CONTES ET NOUVELLES
    Les Xipéhuz 1888
    Le cataclysme 1888
    Daniel Valgraive 1891
    Le jardin de Mary 1895
    Un autre monde 1895
    Nomaï amours lacustres 1897
    La Tentatrice 1897
    Amour étrusque 1898
    La silencieuse 1898
    La mort de la terre, suivi de contes 1912
    La jeune vampire 1920
    Les navigateurs de l'Infini 1925
    La femme disparue 1926
    Un voleur 1932
    Dans le monde des variants 1939
    Les livrels de lci-eBooks sont des compilations d'oeuvres appartenant au domaine public : les textes d'un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera le catalogue sur le site de l'éditeur.

  • Helgvor du Fleuve Bleu est un roman préhistorique, écrit par J.-H. Rosny aîné et paru pour la première fois en France en décembre 1929.
    Ce roman, qualifié de Roman des Âges Farouches, continue le cycle dont la principale oeuvre est La Guerre du feu.
    Synopsis
    | Glâva décide de s'enfuir avec Amhao pour échapper à un mariage qui la rebute, et empêcher sa soeur d'être donnée en sacrifice. Elles partent dans la forêt, la nuit. Elles ne seront pas poursuivies, car avant l'aube un tremblement de terre décime les Tsoh.
    Pendant la fuite des jeunes femmes, les Tsoh survivants, qui ont vu périr du fait du cataclysme toutes les femmes de la tribu, partent en expédition prendre les femmes du Fleuve Bleu, de la tribu des Ougmar. Les hommes de la tribu étant partis à la chasse, les Tsoh massacrent vieillards et enfants et enlèvent les femmes. Helgvor et Hiolg, revenus les premiers, ne peuvent empêcher le massacre, mais partent à la poursuite des Tsoh et des femmes Oulgmar prisonnières.
    Un groupe de Tsoh de retour, mené par Kzahm, découvre le refuge de Glâva et Amhao au bord du fleuve. Les fugitives ont juste le temps de s'enfuir en pirogue, mais elles sont rattrapées par une dizaine de guerriers. C'est alors que Helgvor, qui pistait les Tsoh, s'interpose...|
    |Wikipédia|

  • J.-H. Rosny Aîné (1856-1940)

    "Dans la première semaine de septembre 1914, vers le soir, quatre brancardiers traversaient la lande du Loup Rouge. Le crépuscule venait formidable et terrifique. L'enfer était dans le ciel et sur la terre. Une fournaise de soufre et de sang s'ouvrait dans la nuée ; la foudre des hommes, grondant au delà des collines, ébranlait les arbres dans leurs racines et les rocs dans leurs profondeurs.
    Les brancardiers revenaient de l'ambulance et retournaient vers la tuerie ; l'un d'eux murmura en s'essuyant le front :
    - On les tient...
    - Nous avons encore avancé, répliqua son compagnon.
    Il y avait de l'horreur sur la lande. Le sang formait des mares ou se coagulait parmi les herbes. Des cadavres s'allongeaient paisibles et sinistres...
    Subitement, une main s'éleva sous une cépée, on discerna une faible plainte :
    - Un qu'on n'a pas vu ! fit celui qui avait parlé le dernier.
    Il s'approcha de la trochée : un soldat regardait autour de lui, dans un songe. C'était un homme de grande stature, dont les météores avaient à peine patiné le visage. Sa chevelure appelait la couleur des avoines mûres et sa moustache celle de la paille d'épeautre ; il avait des yeux vastes, couleur de jade, des joues de jeune fille, un front coupé perpendiculairement aux tempes, et très haut. Le sang noir séchait sur son crâne.
    - Va bien ! dit le brancardier... On est là.
    L'homme ne répondit point. Une brume flottait sur ses prunelles ; il parut près de s'endormir.
    - Pas bon signe, reprit le brancardier... Hé ! Charlet... on l'amène ?"

    Septembre 1914 : un groupe de brancardiers trouve un soldat blessé, puis un second, identique au premier... des jumeaux ? Même physique, mêmes blessures, même identité... les deux soldats déclarent être Pierre de Givreuse et leurs souvenirs sont identiques...

  • Un voleur

    J.-H. Rosny Aine

    J.-H. Rosny Aîné (1856-1940)

    "Nous partons après-demain pour Vichy, dit la vieille Mme Rivelaines pendant un entr'acte de Topaze.
    Roland de Langares pâlit sous le coup.
    - J'ai le foie fatigué, soupira la dame... Il paraît qu'il me faut boire leur eau sur place, à la source. Je suis sceptique, mais disciplinée : j'obéis !
    Comme l'homme emporté par la rivière, Roland s'accrocha à la première touffe d'herbes :
    - Mme Montaverne vous accompagne ?
    - Et qui m'accompagnerait ? se récria Mme Rivelaines, indignée.
    C'était la catastrophe. Roland regarda l'étincelante Gilberte Montaverne avec désespoir.
    Tous ses goûts l'avaient entraîné vers cette femme, avant l'amour même. Jamais elle ne l'avait déçu. Attaché à elle comme à sa propre vie, il ne concevait plus qu'aucune autre, jusqu'à la fin de ses jours, pût la remplacer.
    C'était une de ces rencontres rares, où les préférences innées interviennent. Presque toujours, nous faisons nos pauvres amours selon les hasards - nous sommes forcés de nous adapter aux êtres, de les embellir par des qualités imaginaires.
    Rien de pareil pour Gilberte ; Roland avait mieux compris, de jour en jour, pourquoi il l'aimait.

    Roland est amoureux de Gilberte mais celle-ci est mariée. Par amitié, il accompagne Gilberte et sa tante, Mme Rivelaines au théâtre. Cette dernière, qui est riche, perd son portefeuille ; Roland le ramasse et le garde... 20.000 franc... une somme inespérée pour lui !

  • J. - H. Rosny Aîné (1856-1940)

    "- Il est près de huit heures, dit la vieille Catherine, Monsieur aura certainement dîné quelque part... Mademoiselle devrait se mettre à table.
    Avec son visage basané, ses prunelles de feu noir, une chevelure tordue, couleur de goudron, et sa bouche enveloppée de poils rudes, Catherine évoquait les vieilles sorcières.
    Celle qui l'écoutait semblait une fée blonde, une fée des forêts gauloises, ou encore une jeune druidesse à la faucille d'or. Une lueur s'élevait d'elle, de la chevelure tissée de lumière d'aurore, de fils de la Vierge, de cocons dorés. Elle tournait vers la vieille servante un visage de perle et d'églantine, des yeux de flamme bleue, pleins de la candeur des belles filles du Nord.
    L'endroit semblait presque fantastique, une vieille gentilhommière de granit, une large cour aux murailles crénelées, un parc de rouvres et de hêtres rouges, puis un cercle de collines boisées dont les échancrures s'ouvraient à tous les méandres du rêve, à toutes les invitations au voyage."

    Denise et la vieille Catherine sont seules aux "Gerfauts". Elles attendent le retour de M. de Morneuse. Les deux femmes sont nerveuses car le chien, Jaguar, ne cesse d'aboyer : on a pénétré dans la propriété. Des bandits parviennent à entrer dans la demeure.... Mais est-ce seulement pour l'argent ?

  • La Luciole

    J.-H. Rosny Aine

    BnF collection ebooks - "Le samedi soir, les hommes de Tavesco se réunissent pour parler, jouer et boire, dans les deux cabarets du village. Ils ne connaissent guère qu'une seule boisson, un vin opaque, au goût fort et au bouquet presque nul, dont tous ceux qui l'ont pratiqué gardent un souvenir nostalgique."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

empty