• Françoise Collin a fait entrer le féminisme dans la philosophie, et la philosophie dans le féminisme. Figure marquante des lettres francophones, originale, radicalement plurielle, sa pensée nous rappelle que le féminisme n'est pas qu'une théorie ou une action politique. Il est une façon d'être au monde. Dans ces textes, elle explore les notions d'héritage, de filiation et de transmission entre les générations de féministes. Un puissant antidote à la division et à la démission.

    « Françoise Collin était une féministe in-comparable et une philosophe du politique. L'une n'allait pas sans l'autre. Toujours à l'affût dans le présent de ce qui interpelle, interroge, bégaye, balbutie. Avec le culot de l'interpréter, avec rigueur mais sans prétention, pour l'ouvrir à ce qui innove. »

    - Marie-Blanche Tahon

  • « La filiation est un art de tenir le fil et de casser le fil. »

    Françoise Collin a fait entrer le féminisme dans la philosophie, et la philosophie dans le féminisme. Originale, radicalement plurielle, à la fois moderne et postmoderne, sa pensée nous rappelle que le féminisme n'est pas qu'une théorie ou une action politique. Il est aussi une façon d'être au monde.

    Figure marquante des lettres francophones, la romancière et philosophe belge a nourri durant toute sa carrière une vive affection pour le Québec. Cette anthologie préparée par Marie-Blanche Tahon rassemble ainsi des textes présentés au Québec dès les années 1970, entre autres dans les revues Spirale, Liberté, La Vie en rose et Recherches féministes.

    /> Qu'elle y parle de transmission, de culture commune, de crise du moderne, de politique ou encore d'écriture, on croirait qu'elle s'adresse aux féministes d'aujourd'hui. En ces temps houleux, devant l'urgence d'appréhender les enjeux qui nous unissent et nous divisent, relire Collin est impératif.

  • La pensée de Hannah Arendt accompagne une expérience personnelle et historique majeure : celle d'une femme, juive, étudiante en philosophie en Allemagne dans les années 1930, confrontée à l'antisémitisme, puis au nazisme et contrainte à l'émigration. Son oeuvre a d'abord été lue comme une analyse du phénomène totalitaire. Mais c'est aussi et surtout une tentative de refondation du " monde commun " qui substitue à la pluralité des mêmes une pluralité des différents et des migrants, et qui valorise la citoyenneté de la résidence. C'est toute l'originalité et l'ambition de cet ouvrage que de restituer à la fois le caractère politique prémonitoire et le mouvement philosophique profond de cette pensée de la blessure et de la naissance, réponse et réplique à Heidegger. Philosophe, écrivain, Françoise Collin a notamment publié Maurice Blanchot et la question de l'écriture, Le Différend des sexes et Je partirai d'un mot. Rédactrice des Cahiers du Grif, elle a dirigé un numéro spécial consacré à Hannah Arendt.

  • Première et dernière rencontre d'une fille et de sa mère, puisque celle-ci va mourir. A côté, nette et sans ombre, la figure du père s'immobilise.

empty