• Une croissance insatiable qui porte en elle sa destruction, un gigantisme qui rompt les équilibres, l'effondrement des classes moyennes... Autant de ferments de cette troisième révolution qui menace la société occidentale. Pourtant, l'Europe, avec son patrimoine culturel et scientifique, peut encore résister à la pensée unique et à la tyrannie technocratique.

  • Le XXe siècle sera l'ère de la complexité, de l'aléatoire et du mouvant. La maîtrise en sera toujours plus délicate, et pourtant toujours plus nécessaire, à tous les niveaux de responsabilité, pas seulement à celui d'une poignée de dirigeants. Pour opérer cette décentralisation vitale, une révolution culturelle est indispensable. Fini le temps des spécialistes à oeillères, des obsédés de la calculette, des stressés du rendement à court terme et de la compétition à courte vue, des pontifiants de la communication et de la culture d'entreprise ! Place à la curiosité, à la concentration, à la largeur de vue, à la synthèse de l'imagination et du discernement. Pour y parvenir, nulle meilleure voie que le contact avec la création, qui brise les stéréotypes. Ce contact a un nom, la culture. Fondé sur les expériences des centres d'Aspen (Colorado), d'Abiko (Japon) et des Capucins (France) - que dirige l'auteur, grand spécialiste des systèmes d'organisation - ce livre indique par où commencer.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'auteur anime des stages qui consistent à insuffler aux dirigeants et aux cadres d'entreprise une culture générale à travers le décodage d'une sonate de Beethoven, d'un tableau de Picasso, etc. Cet ouvrage présente sa méthode.

  • La culture est-elle aujourd'hui encore une valeur ? A-t-elle une utilité et un sens ? Ou s'agit-il d'un luxe désuet et dispendieux ? D'un mot usé et dévalué ? C'est la question posée par Bruno Lussato, l'auteur du Défi informatique, et Gérald Messadié, rédacteur en chef adjoint de Science et Vie, tous deux au fait des exigences du développement scientifique, technique et industriel. En 1981, Bruno Lussato défendait dans le Défi informatique, contre l'avis des experts, le « petit chaudron », c'est-à-dire la micro-informatique, contre le « grand chaudron », les grands systèmes centralisés et centralisateurs. Le présent lui a donné raison. Il ne se montre pas moins subversif aujourd'hui en dénonçant la déculturation de l'Occident et de la France en particulier, et en présentant la culture comme une condition nécessaire du développement et de l'efficacité, personnels mais aussi sociaux, dans le cadre de l'entreprise comme dans celui de la nation. Encore faut-il que les moyens technologiques prodigieux que nous promet le présent ne se trouvent pas détournés de cette fin ! Face à la démission des médias, à l'hypocrisie des clercs, aux mystifications intéressées des fabricants de mythologies, nos deux auteurs opposent leur refus de la massification, de l'indifférenciation, du conformisme et de la facilité, qui mènent à la démission et au bureaucratisme. S'appuyant sur une définition originale et rigoureuse de la culture, multipliant les exemples qui agaceront bien des dents, bousculant les vaches sacrées, ils indiquent pourquoi et comment la culture doit et peut devenir l'axe de la société post-industrielle. Ils proposent enfin des solutions immédiatement applicables. Voici un livre vibrant, tonifiant, salubre, et qui ouvre en termes concrets, précis, un débat vital, crucial et urgent.

empty