• L'évasion du siècle

    Brendan Kemmet

    • Plon
    • 23 Mai 2019

    Le 1er juillet 2018, un peu avant midi, un hélicoptère Alouette s'approche de la prison de Réau en banlieue parisienne. A bord, un mini-commando de trois hommes lourdement armés. Ils viennent délivrer un « détenu particulièrement signalé », le très médiatique Rédoine Faïd. En moins de dix minutes et une série de portes découpées à la meuleuse thermique, le prisonnier est dehors, sans un coup de feu. C'est la deuxième évasion pour ce truand hors-norme qui, cinq ans plus tôt, s'était déjà extirpé de la maison d'arrêt de Lille-Sequedin avec otages et explosifs.
    Des préparatifs minutieux à l'envol de Faïd, nous retracerons l'opération millimétrée de Réau, orchestrée par un orfèvre obsessionnel de l'évasion, mais aussi la cavale moins glorieuse de celui que la police a surnommé « l'Ecrivain » depuis qu'il a sorti une autobiographie où il affichait sa prétendue rédemption.
    La fuite de Faïd ne dure que trois mois et s'achève là où tout a commencé : à Creil, petite ville de l'Oise, où il est né et a grandi, au sein d'une famille nombreuse et omniprésente : ses proches ont toujours été à ses côtés lors de ses aventures criminelles. C'est ici, au milieu des mornes HLM, que la trajectoire de Faïd a basculé. Après des études ratées et des petits larcins, arrivent les premiers braquages. Il rêve d'être l'égal des grands voyous, ceux qui attaquent les fourgons blindés et braquent comme au cinéma, comme dans les films de ses héros : Belmondo et Michael Mann. Le goût de la mise en scène, toujours. Et puis il y a la face noire de Rédoine Faïd, qui prétend n'avoir pas de sang sur les mains, oubliant que c'est sa propre équipe qui a ôté la vie de la jeune policière municipale Aurélie Fouquet en 2010 lors d'un hold up raté. Lourdement condamné, il prépare déjà sa sortie. Pourtant annoncée, l'évasion de Réau surprend les autorités et scandalisent les policier qui l'ont déjà arrêté. Tout est à recommencer...
    La chasse à l'homme reprend. Nous détaillerons jour après jour les 95 jours de traque de Faïd par l'élite de la PJ mobilisée comme jamais, à l'image de ce policier fraichement retraité qui ne veut pas lâcher celui qu'il considère comme un « tueur de flic ». Il va « remuer » ses indics pour retrouver le fugitif. Jusqu'à son arrestation.

  • Le 7 décembre 2011, un homme vient faire la leçon aux joueurs de l'Olympique de Marseille, pourtant victorieux la veille à Dortmund lors d'un sommet de Ligue des Champions. Dans un huis-clos étouffant, il les met en garde contre leurs « fréquentations nuisibles », contre ces voyous qui rôdent au centre d'entraînement. Cet homme, c'est le chef de l'État lui-même ! En visite officielle dans la cité phocéenne, Nicolas Sarkozy a fait un crochet au stade Vélodrome. Que se passe-t-il pour qu'un président de la République éprouve le besoin de dénoncer l'emprise du Milieu sur le foot français ? Comment en est-on arrivé là ?
    Les Parrains du foot brosse, de Paris à Nîmes en passant par Lens, Créteil et Lyon, le portrait d'un sport marqué par les extorsions de fonds, les matchs truqués, les magouilles sur les transferts, les joueurs séquestrés parce qu'ils n'ont pas choisi les bons agents - ceux qui servent de prête-noms à des braqueurs -, les règlements de compte aux abords des stades....
    Grâce à des centaines de témoignages et de documents inédits, Les Parrains du foot révèle les secrets inavouables qui unissent les mondes du ballon rond et de la mafia dans la plus grande opacité : les liens entre l'Olympique de Marseille et les truands corses de la Brise de mer, puis des Bergers-braqueurs ; les magouilles autour des paris que ces liens sulfureux entraînent ; les manoeuvres des agents de footballeurs qui oeuvrent en réalité pour le grand banditisme ; l'influence démesurée de certaines familles corses au sommet de grands clubs français ; ou encore l'émergence de nouveaux caïds de la drogue, issus des Cités, qui ont la main sur le porte-monnaie des footballeurs...
    Un livre choc, fruit de trois années d'enquête, par trois journalistes chevronnés.

empty