Fantasy & Science-fiction

  • Cloîtrée dans une maison de campagne isolée et tenue à l'écart de toute activité par son mari médecin, une jeune mère dépressive après la naissance de leur enfant brave en secret l'interdiction qu'il lui pose d'écrire. Désoeuvrée, elle sombre dans la fascination pour l'affreux papier peint de la chambre à coucher. Elle finit par y voir, en miroir, une femme séquestrée derrière les arabesques...

    « Pendant longtemps, je n'ai pas compris ce qu'était cette forme dérobée derrière le motif, mais maintenant, je suis certaine que c'est une femme. À la lumière du jour, elle est calme, immobile. J'imagine que c'est le motif qui la bride. C'est si troublant... Et je m'y absorbe des heures... Parfois, je me dis qu'elles sont des multitudes, parfois qu'elle est seule. Elle fait le tour en rampant à une vitesse folle, ébranlant chaque motif. Elle s'immobilise dans les zones de lumière et, dans les zones d'ombre, elle s'agrippe aux barreaux qu'elle secoue avec violence. » C.P.G.

    Ce titre est dans la sélection du Grand Prix du livre audio 2020 de La Plume de Paon.

  • Rivés à leurs écrans, les agents veillent à la bonne marche d'un monde qui tourne sans eux. Dans des box blindés, dans de hautes tours de verre d'un autre siècle, ils travaillent et luttent pour conserver leur poste, buvant du thé, s'achetant des armes. Tous les moyens sont bons. Ruse, stratégie, violence - guerre totale. Parce qu'il y a pire que la mort, pire que la Colonne Rouge. Il y a la rue, où règnent les chats, le chaos, l'inconnu.

    Roman dystopique aux accents kafkaïens, dans la lignée du J. G. Ballard de la trilogie de béton et des oeuvres obsessionnelles de Philip K. Dick, Les agents raconte un monde où l'aliénation du travail est devenue la loi généralisée et machinique en vertu de laquelle tous s'affrontent pour survivre - où la solidarité est une arme à double tranchant.

  • Jeu de patience

    Jennifer Armentrout

    • J'ai lu
    • 19 Février 2014

    Ne jamais ôter son bracelet, être ponctuelle, ne pas attirer l'attention : tels sont les trois préceptes qu'Avery s'est imposé pour son entrée à la fac. Une stratégie que le séduisant Cameron Hamilton pourrait bien déjouer à coups de regard pénétrant et de sourire enjôleur. Patient et obstiné, lorsque Cam a jeté son dévolu sur quelqu'un, il ne recule devant rien rien, excepté peut-être le passé d'Avery, qui semble s'acharner à ressurgir...
    Ensemble, seront-ils capables d'affronter le souvenir de cette terrible nuit qui, cinq ans auparavant et à des kilomètres de là, a tout changé ?

  • Ce conte philosophique, qui pourrait être de science-fiction, va, en fait, beaucoup plus profond à la découverte de l'esprit humain et rappelle, par certains côtés, les contes philosophiques du « Siècle des Lumières ». Il fait penser au meilleur Voltaire, à son côté « Idéaliste Impénitent ».

  • Paris, mai 2041. Florian Serval sort du coma après un accident de lévocar. Il est aux mains d'une équipe de scientifiques clandestins qui n'ont pu sauver que son cerveau. Celui-ci est maintenu artificiellement en vie et a été branché sur l'Internet. S'agit-il de la réalité ou d'un cauchemar ? Qui sont ces savants ? Quels sont leurs projets et leurs intentions à long terme ? Qu'adviendra-t-il si la police les découvre ? La vie vaut-elle d'être vécue en réalité virtuelle ? Est-il possible d'échapper à ces bourreaux ? Autant de questions auxquelles Florian devra répondre seul, car les mobiles de cette expérience sont tenus secrets. Polar futuriste, Le Prisonnier du cybermonde met en scène Florian Serval, un jeune chef cuisinier, farouche opposant de la technologie. Cette brutale mutation dans son existence commence donc par une découverte pas à pas de l'Internet.

empty