Littérature traduite

  • La chasseresse

    Kate Quinn

    « Si vous avez aimé Le Tatoueur d'Auschwitz de Heather Morris, lisez La Chasseresse. » - Washington Post
    1944. L'Union Soviétique est le seul pays possédant une escadrille de femmes bombardiers. L'intrépide Nina Markova et ses compagnes, les « Sorcières de la Nuit », défendent le ciel contre les nazis. Mais quand Nina s'écrase en territoire ennemi et se trouve confrontée à une impitoyable meurtrière, sa vie ne tient qu'à un fil.
    Hanté par les horreurs de la guerre, le journaliste anglais Ian Graham se lance dans la traque des criminels de guerre nazis. Une dangereuse cible persiste néanmoins à l'esquiver. Une tueuse connue sous le nom de « La Chasseresse » - et seule Nina, une des rares à avoir réussi à lui échapper, peut servir d'appât.
    Dans le Boston d'après-guerre, Jordan McBride accueille sa nouvelle belle-mère. Or, en se plongeant dans le passé de cette femme mystérieuse, elle y découvre une multitude de sombres secrets. Et un danger manifeste.
    « La Chasseresse est un fascinant roman historique... un roman puissant qui traite de femmes hors du commun, confrontées à des adversités parfois insurmontables qu'elles abordent avec élégance, courage, amour et ténacité. » - Kristin Hannah
    « Quinn tisse avec talent les destins d'une pilote de bombardier russe, d'un chasseur de nazis et d'une jeune Bostonienne, tous trois confrontés au Mal. Il en résulte une histoire haletante de prédateur et de proie, de transgression et de rédemption et du pouvoir immuable de la vérité. Un triomphe absolu ! » - Pam Jenoff

  • « Je suis l'enfant de mes parents, et c'est une catastrophe qui m'a défini. Jusqu'en 1945, c'était plutôt une aubaine. C'est ce que j'appelle un piège tendu. Il n'est pas possible de se détourner de son malheur.» (Thomas Harlan)Thomas Harlan (1929-2010) est le fils de Veit Harlan, réalisateur du Juif Süss, le plus célèbre film antisémite de l'Allemagne nazie. Devenu cinéaste, dramaturge, écrivain et militant, il a consacré toute sa vie à dénoncer les criminels de guerre. Dans ces entretiens avec Jean-Pierre Stephan, il raconte son enfance dorée sous le Troisième Reich, sa jeunesse rebelle dans l'après-guerre, ses années passées à accumuler des preuves contre les anciens nazis, son voyage en Israël avec Klaus Kinski, ses amitiés avec Gilles Deleuze ou Michel Tournier, son engagement communiste qui le mène jusqu'au Chili... Comme cinéaste, il est notamment célèbre pour Torre Bela, tourné au Portugal dans le sillage de la révolution des OEillets, et il apparaît dans Notre nazi de Robert Kramer, documentaire sur le tournage de son film controversé Wundkanal.

empty