• Saint-Germain-de-Montbron, été 1849. Pour le plus grand bonheur des paroissiens de cette bucolique commune rurale située en Charente, un nouveau curé se présente enfin au presbytère. Or, le jeune Roland Charvaz n'a manifestement pas la vocation; il favorise de loin les conquêtes féminines au détriment de la salvation des âmes. Pour sa part, Mathilde, la jolie épouse du docteur de Salignac et mère d'un petit garçon, n'a jamais connu la passion amoureuse, du moins, jusqu'au jour où le nouveau religieux s'installe tout près de chez elle. Dès leur première rencontre, c'est le coup de foudre et les deux amants se lancent dans une aventure torride, à l'insu de tous. Leur secret honteux ne sera pas éventé jusqu'à ce que la nouvelle domestique du curé découvre leur liaison illicite. Scandalisée, Annie Meunier menace de tout révéler au mari trompé et à l'évêché. Elle ne sait dans quel piège elle vient de mettre les pieds, car Roland et Mathilde sont prêts à tout pour sauver leur honneur... et leur relation. Lorsque la vieille femme décède dans des circonstances mystérieuses, une enquête est ouverte par les autorités. Sûrs de leur crime parfait, Roland et Mathilde se pensent à l'abri de tout soupçon, mais ils ne savent pas qu'Annie a déjà fait des révélations troublantes à son entourage... Enquête et procès suivront à cause de cette femme, dont la curiosité et la langue trop bien pendue ont causé la perte. Inspiré d'une histoire vraie, ce nouveau roman de Marie-Bernadette Dupuy allie des ambiances finement dessinées à une tension constante qui explose lors d'un procès fortement médiatisé à travers toute la France.

  • Édition officielle de la Conférence des évêques de France "La joie de l'Évangile remplit le coeur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Je désire m'adresser aux fidèles chrétiens, pour les inviter à une nouvelle étape évangélisatrice marquée par

  • « Peut-être ne le savez-vous pas, mais les anarchistes sont très actifs au Québec », soutenait un chroniqueur du Journal de Montréal, au cours de la grande grève étudiante de 2012. Au-delà d'un phénomène spectaculaire associé au chaos, quelle est la véritable nature des activités de la nébuleuse anarchiste ? Et surtout, qui de mieux que des anarchistes pour l'expliquer ? Nous sommes ingouvernables constitue une réponse à plusieurs voix par des anarchistes qui militent dans divers réseaux. Cette mosaïque forme un portrait ouvert de ce qui fait le coeur et le corps du mouvement ­anarchiste aujourd'hui au Québec.

  • LE PRÉSENT OUVRAGE A POUR OBJET L'ENGAGEMENT DES JEUNES DITS « EN DIFFICULTÉ » : jeunes de la rue, en « sortie de rue », en parcours de réinsertion, placés en centres jeunesse, en quête identitaire ou fréquentant des organismes communautaires.

    Si on observe une modification des référentiels d'action publique concernant la jeunesse, le type d'engagement considéré lors des prises de décisions est souvent limité au domaine socioculturel, angle qui exclut la relève des décisions touchant les secteurs clés de l'insertion sociale. Du côté de l'expérience d'engagement, la tendance consiste à souligner l'apathie des jeunes, qui s'explique par leur faible participation électorale, maintenant largement documentée. Or, nombre d'actions collectives correspondent à des mobilisations organisées, notamment grâce au rôle fondamental joué par les organismes communautaires et les intervenants dans la mise en action de la jeunesse.

    Des travaux récents ont montré combien les jeunes s'engageaient autrement, dans des domaines aussi variés que possible. C'est notamment le cas des trois projets de recherche à l'origine de cet ouvrage. Rédigé par autant de chercheuses investies depuis plusieurs années dans ces champs d'étude, ce livre a pour but de mieux comprendre les contours et les processus particuliers de l'engagement des jeunes en difficulté. Au-delà de son utilité en matière de réflexions théoriques, méthodologiques et empiriques, cette mise en commun se veut également une véritable prise de position épistémologique qui consiste à replacer le discours de la jeunesse au centre de l'objet de recherche.

  • Grandes entreprises internationales ou petites structures à vocation culturelle, les organisations qui réussissent à atteindre leurs objectifs sont de plus en plus celles qui savent mettre en pratique une approche collaborative et plurielle du leadership. Ce livre en fait une belle démonstration dans huit histoires de cas, qui vont de lécole alternative La Tourterelle au groupe agroalimentaire Danone. Chacune à sa manière, ces organisations appliquent les principes novateurs du leadership partagé, que Édith Luc a déjà exposés dans des ouvrages plus théoriques. En collaboration avec Meryem Le Saget, elle en décrit ici les mécanismes concrets.

    Édith Luc est professeure associée à la Chaire de leadership Pierre-Péladeau de HEC Montréal. Conférencière reconnue en Amérique du Nord et en Europe, elle agit comme consultante en développement du leadership et dans la mise en place de processus collaboratifs de changement stratégique. Elle est associée de Pivot, une firme spécialisée en stratégie organisationnelle.

    Meryem Le Saget est consultante internationale, spécialiste en méthodes collaboratives et en déploiement de vision partagée. Elle conseille les équipes de direction et donne des conférences sur les meilleures pratiques de management. Ses livres lui ont valu plusieurs distinctions, dont le prix Dauphine-Entreprise pour Le Manager intuitif.

  • La plupart des travaux de recherche conviennent que, après 50 ans d'existence, le mouvement communautaire a contribué sans équivoque au développement d'un État social au Québec. Aujourd'hui, il est cependant à un tournant, certains parlant même de crise. Quel est son avenir ? Peut-on encore espérer son apport au renouvellement de cet État social lui-même en crise ? A-t-il une capacité d'initiative face aux menaces écologiques qui pèsent sur notre société et tout particuliè­rement sur la santé et la sécurité de nos communautés (forte pollution des quartiers populaires, pipelines sur des milliers de kilomètres, trains de matières dangereuses) ? Telles sont les questions abordées dans cet ouvrage à la lumière des meilleurs travaux de la dernière décennie.

    L'association entre les questions écologiques et sociales apparaît aujourd'hui de plus en plus forte. « C'est le même combat », disent plusieurs. La menace écologique, par son ampleur, peut nous para­lyser, mais la lutte contre ce danger, combinée à l'enjeu de la santé et de la sécurité de nos communautés, peut être mobilisatrice. De plus, l'horizon d'un État social-écologique pourrait devenir notre futur des années 2015-2025, comme l'ont été les années 1960-1970 dans la construction d'un État social québécois. Avec d'autres mouvements, le « communautaire » est au coeur de cette dynamique sociale. Quel est alors le rôle qu'il pourrait y jouer et quelles sont les conditions d'une transition sociale-écologique au Québec ?

    Fruit condensé du long parcours d'un enseignant et chercheur dans le domaine mais aussi d'un militant et intervenant depuis près de 50 ans, cet ouvrage fait ressortir les lignes directrices d'un renouvellement de ce mouvement communautaire composé de 8 000 organisations et de dizaines de milliers d'employés. À ce titre, il intéressera tout autant les professionnels engagés dans ce type d'activités que les chercheurs et étudiants en travail social, en organisation communautaire et, plus généralement, en sciences sociales.

  • Malgré la gigantesque attention qu'ont reçue les « leaders » et le leadership au cours des dernières années, il a rarement été question des acteurs du monde communautaire et associatif. Pourtant, ces per­sonnes, qui travaillent parfois sans ressources, sans autorité, sans statut, parviennent à exercer une influence majeure sur ceux qui les entourent : elles font évoluer des vies, transforment les possibles et impossibles de ceux avec qui elles agissent, changent le monde ou le préservent... Difficile dans ces conditions de leur dénier le qualificatif de « leader ».

    Le présent ouvrage propose de remédier à cet oubli et de mettre en valeur douze « leaders » du monde communautaire et associatif en s'in­té­ressant à leur parcours, à leur manière d'agir, de diriger, bref, à leur lea­der­ship. Si certains connaissent une relative notoriété, la plupart d'entre eux sont des « leaders » du quotidien, anonymes et pourtant décisifs.

    À travers ces douze portraits, cet ouvrage intéressera les enseignants qui cherchent à utiliser des cas pédagogiques de « leaders » issus du monde communautaire et associatif, mais aussi le lecteur qui veut en connaître davantage sur la question du leadership, en dehors du seul monde politique ou de l'entreprise.

  • De façon plus marquée que d'autres groupes d'Amérique du Nord, la société québécoise exprime sa solidarité par l'entremise d'organismes communautaires, de coopératives, d'associations syndicales et d'initiatives collectives visant l'intérêt général. Elle se distingue également par la pratique de l'intervention collective, une profession ayant soutenu l'action citoyenne et le développement des services publics depuis les années 1960. Le présent ouvrage propose de suivre l'itinéraire de cette profession à partir de trois enquêtes, menées en 1988, en 2003 et en 2015. Il en résulte un essai original sur un métier atypique, qui se situe entre diversité et convergence - bien qu'il touche une variété de secteurs -, entre transformation et continuité. Les dynamiques d'influence et les enjeux analysés par les auteurs concernent non seulement l'intervention collective, mais également l'action communautaire et le développement des collectivités. Ce livre intéressera les personnes concernées par la mise en place de conditions favorables à la mobilisation et à la participation citoyennes, qu'elles soient dans le métier, aux études ou à la direction d'organisations de santé et de services sociaux ou de relèvement économique et social.

  • Ce livre, qui regroupe des théories élaborées autant dans le monde anglophone que dans le monde francophone, s'adresse à tous ceux et celles qui s'intéressent au fonctionnement et à la transformation des organisations. En plus de présenter un tableau complet de l'évolution des diverses théories, il pose un regard averti sur les apports et les limites de chacune, et fournit un aperçu des derniers développements qui caractérisent ce champ d'études.

  • Cette exhortation tant attendue notamment sur la question des « viri probati » est un texte qui, indéniablement, porte un souffle missionnaire. Certes, il décevra certains et en rassurera d'autres mais le pape François donne ici une grande leçon d'espérance universelle. A l'échelle de presque un continent, le Saint Père redonne la priorité à porter aux plus démunis et éloignés de l'Eglise, à l'inculturation sociale et spirituelle, à la force et au don des femmes et aux conditions de vie particulières, si hautement symboliques pour la planète : notre Maison commune.

  • L'organisation (ou développement) communautaire est une méthode de changement social planifié au niveau local, qui repose sur la participation des habitants à leur propre changement, sous l'influence et la stimulation d'animateurs professionnels. L'auteur commence par situer l'organisation communautaire dans le contexte sociologique et politique de la crise contemporaine des communautés locales aux États-Unis et du phénomène urbain en particulier. Il analyse, à partir de là, les objectifs et les méthodes de l'organisation communautaire ainsi que son domaine d'application (travail social, planification urbaine, lutte contre la pauvreté, etc.) et les organismes qui les mettent en oeuvre. L'ouvrage, qui se fonde sur une documentation abondante, est susceptible d'intéresser non seulement les divers spécialistes qui se penchent ou qui agissent sur les communautés locales, mais encore ceux qui se posent le problème de la participation des habitants à la transformation du cadre de leur vie quotidienne.

  • Ce collectif vise à présenter des expériences d´échanges de connaissances menées au Québec par des chercheurs et des praticiens de la petite enfance et issus de divers contextes éducatifs, tels que des services de garde, des écoles, des milieux communautaires et des services sociaux.

  • Tout lien thérapeutique est exigeant : celui qui lie le professionnel aux familles en grande détresse sociale et personnelle l'est tout particulièrement. En ce sens - et au-delà de l'approche traditionnelle et « intimiste » de la thérapie - c'est une vision repensée de la relation d'aide que nous propose Jérôme Guay dans cet audacieux ouvrage. À l'aide d'exemples concrets et de cas types, il expose un modèle novateur principalement basé sur l'étroite collaboration à établir avec tous les intervenants du réseau. En fait, il nous montre à quel point les ressources communautaires, que l'on croyait inexistantes ou taries, sont présentes et aidantes si elles sont bien canalisées. Par ce modèle de pratique, Jérôme Guay nous amène à une vision intégrée de la thérapie tout en abordant séparément différents types d'affections et de problèmes : état limite, schizophrénie, violence conjugale et familiale, toxicomanie, etc. Tous les professionnels, de même que ceux qui sont en voie de le devenir, trouveront dans cet ouvrage une référence précieuse et une nouvelle façon de penser la relation d'aide.

  • Après avoir présenté l'état de la situation, les auteurs redéfinissent le rôle de la municipalité ainsi que celui des citoyens et de leurs associations et proposent un nouveau mode d'offre de services qui respectent les impératifs de la gouvernance et de l'administration publique.

    Ils examinent ensuite les différents concepts qui soutiennent cette nouvelle politique: le loisir public, la qualité de vie, le service public, la communauté locale, l'action en réseau et la participation des citoyens.

  • Voilà un ouvrage de référence incontournable présentant une relecture du développement social du Québec. Ainsi, du modèle étatiste et hiérarchique des années 1960-1970, le Québec est passé au modèle marchand du milieu des années 1980. Puis le début des années 1990 a vu poindre la politique des grappes industrielles rappelant l'idée d'un État plus partenarial, moins hiérarchique, plus animateur qui accompagne les acteurs patronaux, syndicaux et communautaires._x000D_ _x000D_ Pour la qualité et la pertinence de son texte portant sur la politique industrielle du Québec depuis la Révolution tranquille, monsieur Gilles L. Bourque a reçu le premier prix de l'Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) en décembre 2000.

  • Comment relancer le développement de régions et de communautés en difficulté tant au Sud qu'au Nord? Comment l'économie sociale peut-elle contribuer à la construction de nouvelles formes de régulation démocratique et à l'élaboration de nouvelles politiques publiques?Pour répondre à ces questions, les auteurs ont tenté d'allier des analyses de caractère structurel, des informations chiffrées, l'étude monographique d'expériences significatives au Nord comme au Sud et des réflexions sur les politiques à entreprendre.

  • Les diverses pratiques innovatrices d'altermondialisation, d'économie sociale et de coopération internationale décrites prouvent qu'une autre forme de mondialisation est possible. Pour en témoigner, des acteurs dans les organisations de coopération internationale et dans les mouvements sociaux livrent leurs expériences et leurs savoirs, et des chercheurs soulèvent les difficultés qui se font jour et mettent en lumière les débats de l'heure.

  • Les nouvelles pratiques d'entraide pour contrer la précarité et l'exclusion sociale sont en émergence : les cuisines collectives en sont un bel exemple. À l'heure de la première politique publique en action communautaire, cet ouvrage permettra aux travailleurs sociaux, aux organisateurs communautaires, aux éducateurs spécialisés ou aux animateurs d'organisations communautaires d'inscrire leur démarche d'entraide dans la perspective de l'économie sociale et du développement local.

  • Les auteurs présentent un nouveau modèle favorisant une meilleure participation et une plus grande démocratie dans l'intégration des personnes présentant une déficience intellectuelle. Ils proposent des pratiques d'intervention, de gestion et de recherche qui permettront d'augmenter : la participation des personnes elles-mêmes aux décisions qui les concernent; le pouvoir de participer à ces décisions pour leurs proches ; la participation des travailleurs et des travailleuses à la conception et à l'organisation des services.

  • Cet ouvrage présente une description des structures et des fonctions des institutions administratives ainsi que leur affiliation aux organismes et aux ministères concernés. L'auteur décrit de façon détaillée le système municipal québécois et les différents ministères et organismes gouvernementaux à incidence locale ou régionale comme la Société d'habitation du Québec, les centres locaux d'emplois (CLE), les commissions scolaires, la Commission de protection du territoire agricole, les organismes communautaires, etc.

  • À la recherche de solutions à l'exclusion économique et sociale et au mal-développement des collectivités locales, les auteurs font le point sur l'état actuel des travaux et proposent des questionnements fort pertinents pour l'avenir. Cet ouvrage reprend différentes expériences et de nouveaux dispositifs mis en place au cours des dernières années pour assurer une économie plus sociale et plus solidaire. Il y est également question de l'enjeu du financement et de son rapport étroit avec les objectifs de développement.

  • En étudiant la dynamique, la vocation, les liens et l'évolution historique des territoires du Québec, l'auteur nous permet de mieux en saisir la diversité. Il examine la complexité des systèmes urbains, le poids déterminant de la géographie dans les destins régionaux, le rôle central des politiques gouvernementales et des institutions locales, les étapes variées de la croissance et de la décroissance, la place des innovations et des milieux innovateurs dans le développement, le jeu des acteurs ainsi que les ambitions et les limites des stratégies territoriales.

  • En explorant les rapports entre l'économie sociale et le développement local, les auteurs s'interrogent sur les possibilités qu'elle recèle pour corriger les inégalités. Voilà l'enjeu de l'évaluation des pratiques d'économie sociale. Il ne s'agit donc pas seulement de savoir si les fonds reçus de l'État sont utilisés à bon escient (ce à quoi on a souvent tendance à ramener l'évaluation), mais surtout de savoir si les pratiques respectent les intentions manifestées au départ. Cependant, les outils, les cadres d'interprétation et les méthodes nous font cruellement défaut. Ce livre désire ainsi contribuer à faire avancer la réflexion sur cette question dont on voit clairement les enjeux démocratiques.

  • « Peut-être ne le savez-vous pas, mais les anarchistes sont très actifs au Québec », soutenait un chroniqueur du Journal de Montréal, au cours de la grande grève étudiante de 2012. Au-delà d'un phénomène spectaculaire associé au chaos, quelle est la véritable nature des activités de la nébuleuse anarchiste ? Et surtout, qui de mieux que des anarchistes pour l'expliquer ? Nous sommes ingouvernables constitue une réponse à plusieurs voix par des anarchistes qui militent dans divers réseaux. Cette mosaïque forme un portrait ouvert de ce qui fait le coeur et le corps du mouvement ­anarchiste aujourd'hui au Québec.

empty