L'Edition numérique européenne

  • Voyage au centre de la Terre est un roman de science-fiction, écrit en 1864 par Jules Verne. Il fut publié en édition originale le 25 novembre 1864, puis le 13 mai 1867. Le texte de 1867 est différent de celui de 1864. Il comporte en effet deux chapitres de plus (45 au lieu de 43). C'est la version de 1867 qui est reproduite ici.
    Ayant découvert un manuscrit runique ancien, un savant, son neveu et leur guide entreprennent un voyage vers le centre de la Terre en y entrant par un volcan islandais éteint, le Sneffels (c'est-à-dire le Snæfellsjkull).
    Comme à l'habitude de Jules Verne, le roman est un habile mélange de données scientifiques, d'extrapolations osées et d'aventure. L'introduction du roman reflète l'engouement d'alors pour une science jeune, la cryptologie. La suite enchaîne sur une description de l'Islande de la fin du XIXe siècle, puis sur une vaste introduction à deux autres sciences en plein essor, la paléontologie et la géologie (on notera d'ailleurs les divergences entre les interprétations de l'époque et celles couramment admises aujourd'hui).
    Cet ouvrage a fait l'objet de plusieurs adaptions cinmétogrpahgiques et télévisuelles, ou en bandes dessinées. Il y eut même un jeu vidéo éponyme s'inspirant de l'ouvrage de Jules Verne.

  • Le Discours de la méthode (sous-titré Pour bien conduire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences) est le premier texte philosphique publié par René Descartes en 1637. Dans les premières éditions, ce discours servait d'introduction à trois traités scientifiques mettant en application cette méthode : la Dioptrique, les Météores et la Géométrie. Toutefois, sa célébrité est devenue telle, qu'il est désormais souvent publié seul, comme un essai indépendant.
    Ce texte a été écrit moins de 5 ans après le procès de Galilée à cause de ses théories héliocentriques ; Descartes qui avait écrit un ouvrage sur le même thème renonça à sa publication mais en publia néanmoins des extraits dans les trois ouvrages susmentionnés et dont la préface n'était autre que le Discours de la Méthode.

  • L'Assommoir est un roman d'Émile Zola publié en 1876, septième volume de la série Les Rougon-Macquart.
    C'est un ouvrage totalement consacré au monde ouvrier et, selon Zola, « le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l'odeur du peuple » L'écrivain y restitue la langue et les moeurs des ouvriers, tout en décrivant les ravages causés par la misère et l'alcoolisme.
    À sa parution, l'ouvrage suscite de vives polémiques car il est jugé trop cru. Mais c'est ce réalisme qui, cependant, provoque son succès, assurant à l'auteur fortune et célébrité.

  • La Bête humaine est un roman d'Émile Zola publié en 1890, le dix-septième volume de la série Les Rougon-Macquart. Ce roman est le résultat de la fusion d'un roman sur la Justice, et d'un roman sur le monde ferroviaire, ce qui n'était pas dans le dessein initial de l'auteur
    L'histoire évoque le monde du chemin de fer et se déroule tout au long de la ligne Paris-Saint-Lazare - Le Havre. Entre les deux gares, décrites avec une grande précision, les héros ne cessent d'osciller, dans un trajet pendulaire, jouets des passions qui les dominent. De grands drames arriveront à mi-chemin du parcours, au croisement des destins, dans un tunnel, et au carrefour (lieu-dit imaginaire à consonance négative) de la Croix de Maufras.
    On a coutume de dire que cette histoire comporte deux héros : d'une part le mécanicien Jacques Lantier et de l'autre sa locomotive, la Lison, que Lantier aime plus qu'une femme.

  • Le Docteur Pascal est un roman d'Émile Zola publié en 1893, le vingtième et dernier volume de la série des Rougon-Macquart. L'intrigue se déroule entre 1872 et 1874, autrement dit après la chute du Second Empire, période qui constituait le cadre historique de l'ensemble de l'oeuvre. En fait, il s'agit ici de donner une conclusion à l'histoire de la famille, et de développer les théories sur l'hérédité que Zola a empruntées aux docteurs Prosper Lucas et Bénédict Augustin Morel. Le docteur Pascal est, de l'aveu même de son auteur, « un des romans auxquels [il] tient le plus. », car c'est à la fois, comme il le dit dans sa dédicace, « le résumé et la conclusion de toute son oeuvre ». Pascal est l'un des personnages les plus importants de tous les romans de Zola. En effet, c'est le seul qui soit à la fois désintéressé et sans tare. À travers ce roman, l'auteur nous fait connaître sesLe Docteur Pascal propres raisons de vivre.

  • Alors qu'il mène plusieurs recherches en physique, un autre thème auquel Laplace dédie ses forces est la théorie des probabilités. Dans son Essai philosophique sur les probabilités, Laplace formalise la démarche mathématique de la logique par induction basée sur les probabilités, que nous reconnaissons aujourd'hui comme celle de Thomas Bayes.

  • Cet ouvrage, 'Recherches sur les substances radioactives' est en fait, la thèse de doctorat en physique de Maria Sklodowska ou Marie Curie. Il décrit ses travaux initiaux sur le radium et la détermniation de ses caractéristiques physiques.

    A part de très légères modifications d'aordre typographique afin de faciliter la lecture de l'ouvrage, il s'agit du texte original.

empty