Collection XIX

  • L'assommoir

    Emile Zola

    Gervaise avait attendu Lantier jusqu'à deux heures du matin. Puis, toute frissonnante d'être restée en camisole à l'air vif de la fenêtre, elle s'était assoupie, jetée en travers du lit, fiévreuse, les joues trempées de larmes. Depuis huit jours, au sortir du Veau à deux têtes, où ils mangeaient, il l'envoyait se coucher avec les enfants et ne reparaissait que tard dans la nuit, en racontant qu'il cherchait du travail. Ce soir-là, pendant qu'elle guettait son retour, elle croyait l'avoir vu entrer au bal du Grand-Balcon, dont les dix fenêtres flambantes éclairaient d'une nappe d'incendie la coulée noire des boulevards extérieurs ; et, derrière lui, elle avait aperçu la petite Adèle, une brunisseuse qui dînait à leur restaurant, marchant à cinq ou six pas, les mains ballantes, comme si elle venait de lui quitter le bras pour ne pas passer ensemble sous la clarté crue des globes de la porte.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « De la cabane, j'aperçois bien, à quelques centaines de mètres au-dessus de ma tête, une crête de rochers qui me semble être la cime ; mais, que je le gravisse, et voici qu'un autre sommet se dresse par delà les neiges. Que je gagne un deuxième escarpement, et la montagne paraît encore changer de forme à mes yeux. De chaque pointe, de chaque ravin, de chaque versant, le paysage se montre sous un nouveau relief, avec un autre profil. A lui seul le mont est tout un groupe de montagnes ; de même, au milieu de la mer, chaque lame est hérissée de vaguelettes innombrables. Pour saisir dans son ensemble l'architecture de la montagne, il faut l'étudier, la parcourir dans tous les sens, en gravir chaque saillie, pénétrer dans la moindre gorge. Comme toute chose, c'est un infini pour celui qui veut la connaître en son entier. »

  • L'univers est infini dans le temps et dans l'espace, éternel, sans bornes et indivisible. Tous les corps, animés et inanimés, solides, liquides et gazeux, sont reliés l'un à l'autre parles choses même qui les séparent. Tout se tient. Supprimât-on les astres, il resterait l'espace, absolument vide sans doute, mais ayant les trois dimensions, longueur, largeur et profondeur, espace indivisible et illimité.
    Pascal a dit avec sa magnificence de langage : « L'univers est un cercle, dont le centre est partout et la circonférence nulle part.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.
    />

  • L'histoire de France commence avec la langue française. La langue est le signe principal d'une nationalité. Le premier monument de la nôtre est le serment dicté par Charles le Chauve à son frère, au traité de 843. C'est dans le demi-siècle suivant que les diverses parties de la France, jusque-là confondues dans une obscure et vague unité, se caractérisent chacune par une dynastie féodale. Les populations, si longtemps flottantes, se sont enfin fixées et assises.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Vaucluse, le 7 mars.Il y a peu de jours, j'étais dans la région des frimas ; je parcourais les collines vêtues de bruyères que je foulai si souvent aux heures du passé, alors que ma solitude ne s'emplissait que de paroles d'espérance ; je contemplais une dernière fois les grands arbres, les rochers, les chapelles isolées. Le ciel était tendu d'un voile de brume, et la neige blanchissait encore le pied des hautes berges, où nul oiseau ne se montrait.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'Insecte

    Jules Michelet

    « L'hiver avait passé, l'été et presque les beaux jours, depuis le départ de mon père pour la Louisiane, dont il ne devait pas revenir. Notre maison de campagne était restée déserte. Ma mère, pleine de pressentiments et craignant d'y retourner elle-même, m'envoya une après-midi avec mes frères pour y recueillir quelques fruits.
    Et je partis, gardant, je l'avoue, un reste d'illusion, croyant presque retrouver au seuil paternel des bras amis pour me recevoir.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Non capitaine, il ne me convient pas de vous céder la place !
    - Je le regrette, monsieur le comte, mais vos prétentions ne modifieront pas les miennes !
    - Vraiment ?
    - Vraiment.
    - Je vous ferai cependant remarquer que je suis, incontestablement, le premier en date !
    - Et moi, je répondrai que, en pareille matière, l'ancienneté ne peut créer aucun droit.
    - Je saurai bien vous forcer à me céder la place, capitaine.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Ce n'est pas sans difficulté que nous avons trouvé un hôtel. Celui qui nous héberge est flambant neuf, si neuf qu'il n'est pas encore terminé ; construit exprès pour les fêtes, personne n'y avait encore couché. Nous l'étrennons. Malheureusement les meubles qui sont censés le garnir ont été expédiés à Suez. Cependant nous avons un bon lit et un dîner excellent. Pas d'autre eau que la boue du Nil, mais les meilleurs vins de Champagne et de Bordeaux à discrétion.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Quand on observe Montpellier du dehors vers le Nord, la ville se présente comme un gros tas de pierres, ce qui lui a valu le nom patois de Clapas. Bâtie sur une colline, elle s'étend de l'Est à l'Ouest, entre l'Esplanade et le Peyrou. D'un côté se trouvait Montpelliéret, de l'autre Montpellier, deux bourgs qui, en se soudant l'un à l'autre, ont formé la Cité Montpelliéraine. Nous n'essaierons pas d'expliquer la signification de leurs dénominations ; des historiens ont longuement disserté à ce sujet, inutile d'aller sur leurs brisées.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • PRÈS le village de Saint-Germain-la-Feuille et non loin du bourg de Chanceaux, il existe un étroit vallon, espèce de gorge resserrée entre deux cotes qui font partie de la chaîne des monts de la Côte-d'Or. Là sur le revers septentrional d'une hauteur couverte de bois, on voit jaillir un faible ruisseau qui descend rapidement la pente de la colline. Plus bas une espèce de mare ou de petit etang l'arrête dans sa course et l'emprisonne un moment.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Eh bien ! décidez-vous donc à m'accompagner en Corse, » disais-je l'été dernier à l'un de mes amis, qui était indécis où il irait passer ses vacances.
    - Bon Dieu ! Madame ! Moi ? Que j'aille par là-bas promener mes rêveries ? Y songez-vous ?
    - Et pourquoi pas ?
    - Mais c'est un pays de sauvages !
    - Cependant vous qui vous dites un admirateur passionné de la nature, vous trouveriez votre compte dans ce pays de sauvages.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Étude sur les dunes

    Elisee Reclus

    Observations préliminaires. - Dunes qui se forment sur place par la décomposition des roches. - Théorie de la formation des dunes mobiles. - Disposition symétrique des rangées de sable. - Hauteur des monticules. - Marche des dunes. - Déplacement des étangs du littoral. - Villages engloutis. - Obstacles opposés par la nature à la marche des sables. - Fixation des dunes par des semis.Dans la langue celtique, le mot de dun, qui s'est maintenu en français sous une forme à peine modifiée, avait une signification analogue à celle de colline et s'appliquait indifféremment à toutes les cimes d'une élévation modérée, qu'elles fussent sablonneuses, calcaires ou granitiques.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Tunis, le 2 Mai 1889.MA CHÈRE SOEUR,Partis le lundi de Pâques de grand matin par le chemin de fer d'Algérie, nous sommes deux heures après à la gare de l'Oued-Zerga, qui a été incendiée et dont le personnel a été massacré pendant l'insurrection de 1881. A la descente du train nous trouvons un groupe de mulets et de chevaux qui paissent, attachés à des piquets, en attendant notre arrivée. Nos bagages sont bientôt chargés et nous-mêmes nous ne tardons pas à être en selle et à nous enfoncer dans le sud, à travers un pays de montagnes, où l'on découvre à chaque pas de très-beaux points de vue.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La côte de France offre un aspect assez monotone sur les plages du Nord ; le paysage varie un peu, selon qu'il existe ou non des falaises, mais les grèves sont partout, de Dunkerque au Crotoy, c'est-à-dire jusqu'à l'embouchure de la Somme, caractérisées par la largeur des estrans et l'envahissement continu du sable qui, soulevé par le vent, est entraîné vers le rivage, où il obstrue l'entrée des rivières et forme des dunes. Depuis la frontière belge jusqu'à Sangatte, la grève est absolument plate ; elle se relève un peu, puis apparaissent les falaises à pic du rivage du Pas-de-Calais ; à partir du cap Gris-Nez, le sable a envahi le pied des falaises, et, quoique celles-ci soient toujours très élevées, elles reculent vers l'intérieur des terres, où elles forment des collines, et les plages redeviennent plates et sablonneuses.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les anciens historiens racontent que vers l'an 600 avant notre ère une colonie de Phocéens, à la suite des guerres médiques, abandonna les rivages de l'Asie Mineure et vint, après une longue navigation, jeter l'ancre au bord d'un golfe à l'autre bout de la Méditerranée. Pendant l'antiquité, ces migrations étaient fréquentes. La guerre, la famine, les opérations commerciales, souvent le besoin seul de changement, qui a toujours tourmenté les populations riveraines de la grande mer intérieure, étaient la cause de ces déplacements, et un second essaim de Phocéens vint bientôt s'ajouter au premier.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La Guyane proprement dite, ou plutôt les Guyanes, comprennent toutes les rives nord-est de l'Amérique du Sud et les pays enclavés entre l'Orénoque et la rivière des Amazones.Ce vaste territoire, environné par l'Orénoque d'une part, le Cassiquiare, qui met ce fleuve en communication avec le Rio Negro, affluent de l'Amazone, forme une île de 225 lieues du nord au sud, sur 325 lieues de l'est à l'ouest. Il est sillonné par un millier de rivières qui le coupent dans tous les sens.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Un heureux hasard m'a mis en rapport avec un de ces intrépides chercheurs que rien n'arrête ni ne décourage et qui, après un séjour de deux ans dans notre ville, en connaît les environs de manière à pouvoir en citer tous les endroits agréables, curieux ou intéressants par leurs beautés naturelles ou par les souvenirs qui s'y rattachent. Portraitiste distingué et paysagiste habile, M. B * * * est de plus savant archéologue et géologue passionné.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le phoque est un genre de mammifères de la famille des carnivores amphibies.La partie antérieure de son corps est celle d'un quadrupède, la postérieure est celle d'un poisson.Un museau court, des orbites sans sourcils, un front large, un crâne vaste et arrondi, lui donnent une physionomie particulière. Les mains jusqu'aux poignets, les pieds jusqu'aux talons sont compris dans l'enveloppe générale du corps. La queue, qui est courte, est placée entre les pieds.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Quand on n'est qu'à dix lieues d'une ville un peu considérable, et qu'on néglige de la voir, j'estime qu'on se rend tout au moins coupable du crime de lèse-curiosité. Meaux étant la seule ville de Brie où je n'avais point encore porté mes pas, je brûlais depuis longtemps du désir d'y aller. Le hasard voulut que deux compagnons de voyage, séduits par mon exemple, s'offrirent de m'accompagner. Nous fîmes choix d'une voiture extrêmement légère, vulgairement appelée tape-cul, qui, manquant d'impériale et ne nous dérobant la vue d'aucun objet sur la route, laissait un champ plus vaste à nos observations.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La Sicile

    Roger Lambelin

    L'arrivée à Palerme. - Souvenirs historiques. - Une excommunication au XIIIme siècle. - La ville actuelle. - La Piazza Marina. - Le Foro Italico. - La Villa Giulia et le Jardin botanique. - Des « Quattro Canti » à la Porta Nuova. - Le Musée. - La Favorita. - Le mont Pellegrino. - Sainte Rosalie.12 Février.IL faut treize ou quatorze heures pour se rendre par mer de Naples à Palerme, et les paquebots de la Compagnie de navigation générale italienne font entre les deux villes un service quotidien.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 15 août 1867 (1re lettre).Il est superflu, mon cher père, de te dire que le trajet a été hier soir aussi chaux que poussiéreux par cette température d'africaine mémoire. Cependant, j'aurais passé une fin de nuit relativement bonne à l'hôtel du Grand-Monarque, si les indigènes de la Charité n'avaient eu la fantaisie bête de tirer des salves d'artillerie (où l'artillerie va-t-elle se nicher ?) à cinq heures du matin.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La vie de Mgr Dupuch, premier évêque d'Alger, se passait, pour ainsi dire, à parcourir ce diocèse qui égale presque la France en étendue. Il voulut cette année (1844) visiter la province d'Alger et celle de Titteri qui forment aujourd'hui le département d'Alger. Après avoir examiné avec soin sur la carte les lieux par où nous devions passer, déterminé, autant qu'il se pouvait, le séjour que nous ferions dans chaque endroit, et par là-même l'époque du retour, il commanda qu'on se tînt prêt pour le 20 septembre.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 4 Avril.C'est du bateau que je vous écris, en vue de Civita-Vecchia, où nous descendrons tout à l'heure, quand toutes les formalités de police et de douane auront été remplies.Le voyage n'a pas été long : un jour et deux nuits. Mais que de choses dans ce court espace ! Que d'émotions tristes, douces et pieuses ! Quand il fallut vous quitter vous et les autres, jeudi au soir, et vous dire adieu, pour longtemps et peut-être pour toujours, j'ai ressenti un déchirement qui m'a donné une idée des tristesses de la mort.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 1828Mars.
    Le 16. FONTAINEBLEAUParti de Paris à midi (sa population est de 890,431 habitants), et arrivé ce même jour à Fontainebleau, à cinq heures et demie (15 lieues et demie de Paris). Logé et soupé à l'hôtel de la Sirène. Très bien traité ; mais fort cher.La population est de 7,400 habitants.Le 17.Parti le matin de Fontainebleau à 9 heures.Après Nemours, j'aperçus sur la gauche de la route un rocher remarquable par sa forme, une petite cascade basse assez agréable.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty