• La crise économique que traverse l'Europe à la fin des années vingt apparaît comme un long cortège d'échecs pour la coopération entre États. Mais les projets évoqués au cours des années 1929-1933 comportent malgré tout des perspectives originales d'organisation du continent européen. Certains frappent même par leur modernité : par exemple l'idée qui consiste à imaginer des blocs économiques homogènes qui iraient, chacun à son rythme, vers l'union économique de l'Europe ; ou encore celle qui vise à instituer une société internationale de crédit finançant le développement de l'Europe du Centre et du Sud-Est. C'est aussi durant ces années que germent les fondements d'une Europe monétaire. Le débat européen porte également - à coté de ces perspectives - sur le processus à mettre en oeuvre pour fédérer davantage les différents États du continent. Faut-il donner la priorité à l'économique ou alors au politique ? A bien des égards ces années apparaissent comme « un brouillon » pour la construction européenne de l'après seconde guerre mondiale. C'est pour cette raison que les propositions et les discussions des années de crise restent encore aujourd'hui d'une étonnante actualité en Europe

  • Entre 1870 et la fin du XXe siècle, la France passe progressivement du statut de grande puissance économique, financière et monétaire à celui de puissance moyenne cherchant son nouveau souffle dans l'Union européenne. Sur cette période, quelle a été la pertinence des choix monétaires de la France au regard de sa performance économique à l'échelle internationale ? Dans quelle mesure ces choix français ont-ils été judicieux sur le plan économique par rapport à ceux de nos voisins européens ? Quelles en ont été les conséquences, pour les divers secteurs industriels et financiers, pour les entreprises françaises, avant et à compter de la réouverture économique de la France à la concurrence internationale ? Les études d'historiens et d'économistes de renommée internationale réunies dans le présent volume s'articulent autour de trois grandes périodes : la position française au début du XXe siècle ; les crises et le repli français de la guerre de 1914 aux années 1950 ; la réouverture aux échanges depuis les années 1960. Elles mettent en perspective les différentes politiques monétaires conduites par les pouvoirs publics (stabilité du franc, dépréciations, franc fort, passage à l'euro...) avec l'évolution des positions commerciales des entreprises françaises. De plus le recours dans ces textes à des comparaisons internationales, pour évaluer les résultats économiques de la France, se montre ici particulièrement pertinent.

empty