• Grand national

    Roland Buti

    Grand National est le récit d'une crise dans la vie de Carlo. Sa mère disparaît, son employé - colosse sentimental au passé douloureux -, est roué de coups pour une mystérieuse raison, sa femme le quitte. Le voici face au manque, mesurant son intime connaissance de l'être aimé et découvrant la jeunesse romanesque de sa mère pendant la Seconde Guerre mondiale : l'occasion pour lui de porter un regard étonné et neuf sur le monde.

    Roland Buti a l'art de nous mettre tout contre ses personnages, de nous les rendre familiers de manière tactile, concrète et sensuelle. Le corps, le visage, les mouvements de chacun, la nature et les émotions sont saisis avec une infinie douceur, en dépit de la violence ou du comique des scènes.



    Roland Buti vit à Lausanne. Son précédent roman, Le Milieu de l'horizon (Zoé, 2013), a été traduit en sept langues et a reçu de nombreux prix littéraires. Il est adapté au cinéma en 2019.

    Les grands parents de Roland Buti étaient paysans et boulangers, il est professeur d'histoire et promène son regard étonné et curieux sur le monde avec une droiture rare et un humour rafraichissant.

    Son dernier roman Le Milieu de l'horizon a été traduit en six langues (dont l'anglais, l'italien, le danois et l'allemand) et a reçu de nombreux prix littéraires en Suisse et en Allemagne.

  • Le livre qui fait parler nos grands-mères. On y lit des histoires de l'Histoire.Depuis bientôt deux ans,
    Héloïse et Marion sillonnent la France pour rencontrer des grands-mères qui ont accepté de raconter leur vie et de partager leurs souvenirs. Elles ont fait de ces témoignages un podcast ; nous en faisons un livre.
    Car ces histoires,
    c'est aussi l'Histoire avec un grand " H ", celle du XXe siècle et de ses bouleversements : la Deuxième guerre mondiale, Mai 68, la légalisation de l'IVG... Certaines mamies ont été en avance sur leur temps et ont vécu des choses extraordinaires (que l'on pense à
    Jeanine, jeune fille au pair en Angleterre en 1953, ou à Colette, " demoiselle du téléphone " dans les années 1960), tandis que d'autres ont parfois connu le pire (
    Dora a été rescapée d'Auschwitz, Mado, Catherine et Jacqueline ont vécu des avortements clandestins avant 1975).
    Parfois bouleversantes, souvent drôles, et toujours émouvantes, ces mamies nous font découvrir une histoire, personnelle et intime, de la France, des femmes et du féminisme.
    Dans cet ouvrage coloré, illustré, et documenté, Héloïse et Marion nous livrent en 11 chapitres le témoignage de 11 mamies.

  • On refait l'Histoire !

    Collectif

    • First
    • 8 Octobre 2020

    14 uchronies pour revisiter l'histoire de France !Et si la Bastille n'était pas tombée aux mains des révolutionnaires le 14 juillet 1789 ? Et si Bonaparte avait raté son coup d'État et n'était jamais devenu empereur ? Et si le Débarquement du 6 juin 1944 n'avait été qu'un échec cuisant ?
    L'Histoire semble couler comme un long fleuve tranquille ; " c'est arrivé parce que cela devait arriver ", pense-t-on. Et pourtant, le hasard a souvent bien ou mal fait les choses. Des événements décisifs se sont joués sur un coup de dés. Ainsi, pourquoi n'aurait-il pas pu en être autrement ?
    Dans cet ouvrage entre essai historique et oeuvre romanesque, Claude Quétel et son équipe d'historiens revisitent 14 moments incontournables de l'histoire de France, depuis l'Antiquité avec la bataille d'Alésia, jusqu'à la fin du XXe siècle avec l'échec des accords d'Évian.

  • Engagées en première ligne dans la politique de contrôle et d'exclusion du gouvernement de Vichy entre 1940 et 1944, la gendarmerie et la police françaises ont, plus que toute autre institution, dû affronter le dilemme  : «  servir face à l'ennemi ou servir l'ennemi  ». Car désobéir à ses supérieurs, pour un gendarme ou un policier, c'est aller à l'encontre de l'essence même de sa formation.Mais si une partie d'entre eux ont appliqué les ordres par discipline, par antisémitisme, par peur ou par intérêt, nombreux sont ceux qui ont aidé à faire passer la ligne de démarcation ou la frontière à des Juifs, à cacher des résistants, à dissimuler des armes... Même s'ils n'ont pas rejoint un réseau ou un mouvement de résistance, leur action a permis de sauver de nombreuses vies. Or cette histoire-là est totalement ignorée.Face à un discours traditionnel qui met en avant l'activité des policiers ou des gendarmes ayant appliqué avec zèle les lois et les ordonnances en vigueur pendant l'Occupation, cette fresque sans concession ni faux-semblant, basée sur de nombreux documents d'archives étudiés par l'auteure depuis une dizaine d'années, met à mal nombre d'idées reçues et montre que, même au coeur du système vichyssois, il était possible de contrevenir aux ordres.  Limore Yagil est professeure habilitée à diriger des recherches d'histoire contemporaine et chercheuse à la Sorbonne. Spécialiste de l'histoire culturelle et politique de la France sous l'Occupation,  elle a publié une dizaine d'ouvrages, parmi lesquels Chrétiens et Juifs sous Vichy (Cerf 2005) et Au nom de l'art 1933-1945 (Fayard, 2015). 

  • Il y eut un temps où Paris faisait les papes. C'est parce qu'elle avait vérifié son anti-germanisme que la III e république contribua à l'élection de Pacelli, le futur Pie XII, pontife de la Seconde Guerre mondiale. Le Récit secret d'un grand jeu politico-religieux décrypté par l'un des historiens majeurs d'aujourd'hui.
    En 1939, Pie XII est élu grâce aux cardinaux français. La presse de l'Hexagone exulte. La France a son pape, un antinazi qui la soutiendra dans la lutte contre l'hydre brune. Depuis, la réputation du souverain pontife de la Seconde Guerre mondiale a été remise en cause et on a oublié qu'il était alors considéré comme le plus humaniste des prélats.
    Fondé sur des archives inédites et exhumées en France, en Italie, en Belgique et au Vatican, ce livre démontre que, du rétablissement des relations diplomatiques entre Paris et le Saint-Siège en 1920 à l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933, l'Église et sa fille aînée ont fait front commun contre les totalitarismes. L'homme à la manoeuvre de cette alliance n'était autre que le jeune secrétaire d'État et futur pape Pacelli.
    Cet ouvrage détonant éclaire d'un nouveau jour le rôle fondamental de Pie XII, militant acharné de l'humanisme chrétien.
    Une contribution majeure à l'histoire du xxe siècle.

  • Fille de pionniers qui travaillent à réduire l'immensité de la forêt canadienne, Maria Chapdelaine a les rêves de ses dix-huit ans : suivre François Paradis, un trappeur dont elle est devenue amoureuse et qui a promis de l'épouser à son retour, le printemps venu. Mais, à la veille de Noël, brûlant de retrouver sa bien-aimée, François quitte le Grand Nord et s'engage sur des chemins que l'hiver a pourtant coupés...Epopée du Canada français, le grand roman de Louis Hémon, écrit en 1913, n'a pas seulement fait date dans la conscience collective québécoise ; par le souffle de son récit et les élans poétiques de son style, il a tenu en haleine des générations de lecteurs, en France et dans le monde entier.

  • Un délicieux matin d'automne de l'année 1967, la mort suspecte du curé Charles-Eugène Aubert à l'hôpital où travaille Rosalie Lambert soulève des questions épineuses. Pour l'infirmière d'expérience au passé professionnel sans tache, passionnée et avide de liberté, c'est l'occasion de replonger plus d'un quart de siècle en arrière.

    Elle retourne alors à l'époque où, infirmière dans un dispensaire fraichement implanté dans un coin en défrichement de l'Abitibi, elle avait fait la connaissance du religieux, alors que le clergé catholique régnait en maître absolu sur la Belle Province. Or, tout bascule pour Rosalie, alors qu'elle soupçonne que bien caché sous le manteau du silence, le curé Aubert aurait commis des actes allant à l'encontre de son devoir. Et malgré le fait que Rosalie ait rencontré celui qui allait devenir le plus grand amour de sa vie, le jeune Marc-Olivier, elle s'enfuit jusqu'en Europe, où la Seconde Guerre mondiale fait rage.

    De retour au Québec bien des années plus tard, toutes les pièces de sa vie se déchirent et reviennent la hanter, dans le tourbillon des événements survenus à l'hôpital, où se mêlent le présent et le passé qu'elle a désespérément tenté de fuir. Saura-t-elle convaincre les jurés que seul un jeu cruel du destin a réuni à nouveau l'infirmière et le curé Aubert et qu'elle n'est aucunement coupable du monstrueux crime dont on l'accuse?

  • La trame de ce roman est inspirée par des faits réels.

    Oslo, juin 1945. Natalia accouche d'un garçon qu'elle abandonne à la naissance.
    Plus de soixante années se sont écoulées lorsque Tollef met la main sur son dossier d'adoption. Il apprend alors que le destin de sa mère est intimement lié à l'état du monde pendant la Deuxième Guerre mondiale. Décontenancé par ce qu'il découvre, il décide d'entreprendre les démarches qui feront la lumière sur les événements entourant sa venue au monde.
    À sa grande surprise, sa mère n'habite plus en Norvège, mais au Québec, dans la petite ville de Chambly. Par l'entremise d'une amie québécoise, il parvient à établir un premier contact avec elle.
    Mais Natalia paraît peu disposée à lever le voile sur son passé. Ces retrouvailles inattendues ravivent chez elle de profondes blessures. Les images de l'enfer auquel elle a survécu reviennent la hanter, des souvenirs se situant à la frontière de la vérité et du mensonge.
    Que peut-on espérer l'un de l'autre lorsque des circonstances aussi exceptionnelles tracent le cours d'une vie ? À l'obsession de tout savoir de Tollef s'oppose la volonté de tout oublier de Natalia.

  • Alors que les échos de la Deuxième Guerre mondiale résonnent au Canada, la tension monte au sein de la dynastie des Roussel. Les enjeux sont élevés. L'Averti soulève les passions ; les esprits s'échauffent. Outre-mer, Anthony se prépare à prendre les armes. Dans l'effervescence de l'heure, Marie-Ange se découvre un courage insoupçonné ; Evelyne Hogan joue avec le feu. Bousculés par les événements, les journalistes Frédéric La Croix et Edouard Bourgeois sillonnent une Europe déchirée.

    Pendant ce temps, sur le front intérieur, Preston Roussel mène son propre combat. Le passé renait de ses cendres pour le hanter. L'étau se resserre autour de sa fille, Olivia. Grisées par les incidences de la guerre, Joséphine impose sa volonté et Charlotte déjoue le sort. Dans la mêlée, l'insaisissable Barbara Bourgeois vient brouiller les cartes. Destin inaccompli pour certains, destin dérobé pour d'autres...
    quand fortune et puissance sont en jeu, tous les coups sont permis.

  • Pompier fragilisé par une blessure, Willy Graf tente de fuir son passé. Mais celui-ci le rattrape au fur et à mesure que des personnages s'immiscent dans sa vie. Il y a d'abord Sara, auteure d'un roman dont, curieusement, le personnage principal se nomme lui aussi Willy Graf. Sara crée des situations autour du Willy Graf fictif qui se produisent par la suite dans la vie du vrai Willy Graf. Puis survient Nina qui fait renaître une partie trouble de son passé. Partagé entre une réalité à laquelle il veut se dérober et une fiction étonnamment réelle qu'il récuse, Willy Graf se trouve parachuté dans un univers absurde, dérisoire, où il perd toute emprise sur son propre destin.

    SARA : À Pékin, dans l'Illinois, Willy Graf rencontre une femme qui va bouleverser sa vie : elle s'appelle Nina Bishop.

    WILLY: Nina ?

    SARA: Nina Bishop.

    Willy est pris d'un malaise, comme un éclair de douleur qui lui traverse la colonne vertébrale.

    WILLY : Elle est venue ?

    SARA : Il y a trois semaines.

    Temps.

    WILLY : Elle m'a retrouvé ! Il ne fallait pas. (Sara fait un mouvement vers lui.) Laissez-moi. Ne me touchez pas. Laissez-moi partir.



    La pièce Willy Graf a été créée par le Théâtre de la Vieille 17 à Ottawa et le théâtre l'Escaouette à Moncton en janvier 2004.

  • Au moment où l'Allemagne nazie prépare la guerre, les négociations entre la France, la Grande-Bretagne et l'URSS constituent la dernière chance de stopper l'agression hitlérienne. Pourtant, les gouvernements français et britannique se traînent les pieds. Finalement, les pourparlers entre les trois pays échouent et en août 1939, l'URSS signe un pacte de non-agression avec l'Allemagne. Le récit poignant que fait Michael Carley de ces négociations souvent secrètes n'est pas une belle histoire. La narration fascinante d'un jeu diplomatique très complexe, mettant en scène des personnalités souvent troublantes, repose sur des recherches de longue haleine menées par l'auteur dans les archives françaises, britanniques et soviétiques, accessibles au public depuis peu. En faisant de 1939 un moment fort de la guerre froide déjà amorcée après la Révolution bolchevique de 1917 et en montrant comment l'anticommunisme fut la cause majeure de l'échec de l'alliance contre Hitler, Michael Carley remet en cause les interprétations généralement admises sur les origines de la Seconde Guerre mondiale.

    Michael Jabara Carley est né à Brooklyn (New York) et a étudié à la George Washington University, ainsi qu'à la Queen's University de Kingston (Ontario). Après avoir été professeur d'histoire à l'Université Akron (Ohio), il est désormais directeur du Département d'histoire de l'Université de Montréal. Il poursuit depuis plusieurs années des recherches sur les relations entre l'URSS et les pays occidentaux.

  • «Cher Michel,
    Si vous lisez ce message, c'est que mon amie Germaine de Montréal aura assisté à votre spectacle "Mademoiselle de Paris" et qu'à la toute fin de la représentation, elle vous l'aura remis. Je lui ai demandé de décider elle-même si cela était convenable ou non de le faire. Puisque vous l'avez entre les mains, j'en comprends qu'elle a apprécié votre performance et surtout l'histoire que vous racontez. J'en suis très heureuse.
    Trêve de mystère, je me présente : je m'appelle Lily, ou plus précisément Lily-Marlène - c'est mon prénom - et je vous écris de Mayence en Allemagne où je demeure. Je suis la fille de Victorine, la conjointe de votre grand-père...»

    Mais qui est cette Lily-Marlène et comment s'est-elle immiscée dans la vie de Michel Normandeau ?
    Vous le découvrirez en lisant ce roman personnel qui vous plongera notamment dans le Paris des années 1940, à l'époque de l'occupation allemande où la célèbre chanson "Lili Marleen" résonnait dans les cabarets français.

  • Très affecté par le décès de sa femme survenu lors de la fameuse épidémie de grippe espagnole de 1918, Armand Boisvert reçoit un jour une lettre de son frère Edmond. Ce dernier lui propose de s'installer avec ses quatre enfants à Sainte-Anne-du-Nord, un village agroforestier naissant de l'Abitibi. La plus vieille, Éva, a quinze ans et tente tant bien que mal de remplacer sa défunte mère. Rapidement obligée par le curé de la paroisse de se marier au séduisant, mais taciturne Omer - elle qui voulait pourtant prendre le voile -, Éva devra se transformer peu à peu en une femme forte et fière pour survivre dans cet environnement difficile, voire hostile.

    Comme toutes les pionnières de cette époque, elle se révélera une femme de devoir, une mère courageuse et une épouse dévouée, et cela, peu importe les malheurs et les tragédies qui s'abattent sur elle ou son entourage. Et au seuil de sa vie, Éva ne regrettera rien, malgré les événements parfois douloureux qui ont pavé sa route. Elle a fait du mieux qu'elle le pouvait, tout ce que son créateur attendait d'elle.

  • On ne guérit jamais de la guerre. On n'accepte pas d'y avoir tant souffert et on ne se sent guère plus soulagé d'y avoir survécu. On se prétend simplement chanceux. Une chose est sûre, c'est qu'une fois démobilisé, il faudra faire preuve de résilience pour le reste de sa vie. Bien des anciens combattants blessés dans leur coeur et leur corps ont tenté et tentent toujours d'oublier ces jours sombres où ils ont traversé rien de moins que l'enfer. Pourtant, lui-même protagoniste de la Seconde Guerre mondiale, Germain Nault veut se souvenir, afin que les sacrifices de ses frères d'armes n'aient pas été vains. Cet ancien militaire désire offrir ses réminiscences à la mémoire collective pour que son histoire ne s'éteigne pas avec lui, comme c'est le cas de trop d'anciens combattants. Par son témoignage, il révèle et célèbre le courage de ses pairs dans leur contribution à l'une des plus grandes guerres de l'histoire.

    Dans ce récit captivant, Germain Nault relate son parcours au sein de l'Armée canadienne. Enrôlé volontairement en septembre 1941, il est envoyé en Angleterre après un entrainement des plus exigeants au camp de Valcartier, près de Québec. Après le tristement célèbre Débarquement de Normandie, il prend part aux différentes campagnes alliées, en support au Régiment de la Chaudière.

    Le Débarquement de Normandie... il l'a vu, il le voit encore: ses amis blessés, tués ou maltraités. Il dut pourtant poursuivre sa route afin de combattre jour après jour sur les routes de l'ouest de l'Europe, toutes souillées du sang de milliers de victimes militaires et civiles. Bien des traumatismes auraient pu briser cet homme à tout jamais. Il a pourtant survécu en regardant droit devant lui et en imaginant un avenir meilleur.

  • Comme enfant du peuple allemand, Günter Gallisch a été un témoin privilégié de la progression politique d'Adolf Hitler et des conséquences de sa dictature pour son pays, le fameux IIIe Reich. Prétextant dès 1933 que le Traité de Versailles et ses conditions trop sévères interdisait à l'Allemagne toute renaissance, le Führer mettra en oeuvre des mesures qui promettaient au peuple un avenir meilleur.

    Or, dès le début de la Seconde Guerre mondiale, le régime qui devait durer mille ans connaît des ratés. Discipline, obéissance et par la suite brutalité, peur et mouchardage deviennent la norme tant en campagne que dans les villes. La débâcle qui s'en suivra frappera les Allemands de plein fouet et causera leur défaite aux mains des Alliés.

    Tout ce temps, Günter Galisch était aux premières loges. Pour une des premières fois, un témoin privilégié de cette fascinante époque raconte ce qui se passait vraiment en Allemagne, non pas parmi les bonzes militaires ou les classes politiques dominantes, mais au niveau de la rue, chez une population qui a longtemps cru que l'avenir passait par le nazisme.

  • En Ligurie, cette région du nord de l'Italie longeant le golfe de Gênes, les champs de fleurs s'étendent à perte de vue sur les collines dominant la Méditerranée : c'est la Riviera des Fleurs. Né au sein d'une famille horticole, Pippo y connaît une enfance heureuse en compagnie de son frère aîné, Aprile, jusqu'à ce qu'éclate la Seconde Guerre mondiale. De tempérament téméraire, Pippo trouve dans le marché noir les sensations qui le tirent de l'ennui et le font vibrer. En quête d'émotions toujours plus fortes, il ne tarde pas à prendre le chemin des montagnes pour joindre, en compagnie de son frère et de ses amis, les rangs de la Résistance. Il y vivra des expériences qui le plongeront dans un grand désarroi. Grâce à une jeune femme, Stella, qui cache elle aussi une douleur profonde, il parviendra à retrouver son équilibre. Ce premier roman de Catherine Moraldo nous transporte dans l'Italie de la première moitié du XXe siècle où, à l'instar de Stella et Pippo, nombreux furent ceux qui, emplis d'espoir, choisirent de quitter leur pays pour l'Amérique. Voilà bien un livre palpitant tel un voyage, mais aussi un roman d'aventures, une ode à l'amour fraternel, à la famille, à l'amitié, ainsi qu'à ces rencontres improbables par lesquelles les destins s'entremêlent.

empty