• « Le Saint-Père m'a demandé de lui proposer un nom qui frapperait les imaginations, un nom qui pourrait créer un choc dans ces jeunes générations que nous perdons. Alors, j'ai cherché et j'ai fait mon choix. Il s'agit de Don Miguel Mañara de Vincentello y Leca, né le 3 mars 1627 à Séville. Don Miguel, comme vous, était issu d'une famille aristocratique très ancienne puisqu'elle descendait des empereurs de Byzance et qu'elle était liée à la famille princière des Colonna. Vous savez que la procédure de canonisation exige qu'un Consultore refasse toute l'enquête, vérifie l'ensemble des pièces réunies au cours des siècles et recueille les témoignages qui peuvent encore l'être. Sur la recommandation du Saint-Père, notre choix s'est arrêté sur vous : nous vous nommons Consultore dans la cause Don Miguel Mañara de Vincentello y Leca. Le père supérieur dit cela avec rudesse et les gestes qu'il faisait en ramassant les dossiers devenaient violents. La tête baissée, sans la moindre esquisse de regard pour Piotr, il marmonna sèchement : - Il ne s'agit pas d'une condamnation. Mais presque. Ou d'une rédemption. Peut-être... Savez-vous sous quel nom Don Miguel Mañara de Vincentello y Leca était plus connu ? - Je l'ignore, répondit Piotr glacé par cet accueil. - Don Juan ! Car Don Juan et Don Miguel Mañara de Vincentello y Leca ne font qu'un. Nous vous nommons Consultore afin que vous nous disiez si Don Juan peut être canonisé. »

  • L'une et l'autre

    Collectif

    Ces romancières ont une oeuvre et un lectorat fidèle. Elles sont habitées par la passion des
    mots et ont chacune une voix puissante et singulière. Elles ont choisi des auteures qui leur
    sont proches, et racontent ces vies de femmes habitées par la création.
    En creux, on devine à travers ces héroïnes un peu d'elles-mêmes et beaucoup des femmes
    en général, leur rapport à la liberté, le choix d'être mère, l'amour. Collectif littéraire,
    L'une & l'autre est aussi un livre sur les femmes d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
    Chacun des textes constituent un tout, mené avec brio. Les formes sont libres et variées.
    Du récit personnel au portrait, de l'exercice de mémoire, à la lettre adressée " à l'amie ",
    /> chacun des textes dresse en miroir le portrait de son auteure.
    Pour la rentrée littéraire de janvier, un livre qui célèbre l'écriture au féminin.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 1823 : le règne de Louis XVIII touche à sa fin. Charles X, son successeur, provoque le mécontentement du peuple et de la bourgeoisie. Les Parisiens se soulèvent et ouvrent la voie à la Monarchie de Juillet. Dans cette France meurtrie, inquiète et divisée, Marie de Flavigny part à la rencontre de son destin. Fille d'Élisabeth de Flavigny dont la vie pleine de flamme et de tumulte a été un défi aux règles de son temps, Marie quitte à dix-sept ans son institution religieuse. Une première passion déçue la pousse à faire un mariage de raison avec le comte Charles d'Agoult fou amoureux d'elle. Mais Marie n'est pas femme à se contenter d'une telle union. Évoluant avec grâce et séduction parmi les grands de son époque - Chateaubriand, Musset, Vigny, Chopin, Eugène Sue... - elle s'éprend du jeune Franz Liszt pour qui elle renie toute fierté. C'est l'Amour Fou, qui consumera ces deux êtres en proie à la plus dévorante des passions ; un amour d'où naîtra Cosima, future épouse de Richard Wagner. Marie est le troisième volet de La Symphonie du destin dans laquelle Sarah Frydman nous conte l'histoire authentique d'une lignée de femmes exceptionnelles. Inaugurée par Élisabeth, puis Antonia, cette série qui compte quatre volumes s'achèvera par Cosima.

  • « La petite mer » (la Méditerranée entre Oran et les côtes espagnoles) baigne un petit port de l'Algérie prise dans la tourmente de l'Histoire, du destin, avec ces colons, ces petites gens égarés, ces « Moros » autochtones... Ce livre a le mérite de ne pas prendre parti, mais de tenter de restituer une vérité.

empty