• Penser la ville revient aujourd'hui à se pencher sur les conditions de vie de la majorité des Terriens. C'est décrire et analyser les réalités urbaines. C'est aussi se frotter aux mots des experts, des architectes, des urbanistes ou des élus. De « NIMBY » à « bobo » en passant par « PLU », « équilibre spatial » ou encore « gentrification », l'urbain suscite la création de néologismes et autres acronymes. Ce livre n'entend pas être un simple lexique. Il invite, au gré des mots - « bidonville », « Dubaï », « toilettes publiques », « aéroport » -, à une promenade sur la planète urbaine. Flânant entre réalités présentes et perspectives futures, les auteurs croisent des approches sociologiques, philosophiques, écologiques, juridiques, cinématographiques pour mieux saisir les ressorts de la vie citadine et inventer les territoires urbains de demain.

  • Comment parler de la ville ? Il y a en effet plusieurs manières de l'aborder, que ce soit de façon géographique, historique, économique ou tout simplement sociale. La transcription de ce séminaire fait dans les instituts d'urbanisme et les écoles d'architecture ne s'adresse pas seulement au monde universitaire. Abordable, ce texte intéressera tous ceux pour qui l'humain doit être au coeur du projet urbain.
    Jean-Yves Chapuis a fait des études de droit, de sociologie et d'urbanisme avant de travailler dans l'urbanisme opérationnel mais aussi d'enseigner la maîtrise d'ouvrage urbaine. Il a également été élu adjoint à l'urbanisme à la mairie de Rennes et vice-président de la métropole chargé des formes urbaines. C'est donc fort de toutes ces compétences théoriques et pratiques qu'il aborde dans ce livre un sujet qui lui tient à coeur et qui interrogera tous les citadins curieux de connaître les subtilités de leur habitat.

  • L'ADEME édite une collection de cahiers techniques au-delà des thématiques actuelles du guide «Réussir la planification et l'aménagement durables ». Ces cahiers sont à destination des professionnels qu'ils soient architectes, bureaux d'études ou techniciens des collectivités désireux d'approfondir leurs connaissances et leurs compétences dans une thématique particulière. Ils ont vocation à proposer des pistes de travail techniques et opérationnelles et faciliter ainsi la mise en oeuvre de principes d'aménagement durable. Ces cahiers permettent de capitaliser pour chaque sujet et en lien avec les autres, les outils, méthodes et exemples dans les projets urbains et de territoire.

  • Une vie professionnelle vouée à l'architecture, à l'édification de bâtiments et de villes, est-elle nécessairement une vie ordonnée ? Tout prouve le contraire dans ce récit tendre et grave, prolixe et pudique. Denis Sloan y évoque son enfance nomade, ses premières armes de jeune homme, ses succès et ses déboires aussi personnels que professionnels.
    Lui qui hésite encore à dire son propre talent rend hommage à ses mentors, grands noms qui firent l'architecture du XXe siècle : Louis Arretche, Paul Herbé, Jean Prouvé et tant d'autres.
    Le regard lumineux, la curiosité intacte, Denis Sloan nous promène à travers l'oeuvre de sa vie. Il nous offre un point de vue exceptionnel sur des réalisations phares, prouesses architecturales et techniques qui ont façonné nos paysages depuis les années soixante.

  • « La ville de Paris est présentement une des plus belles, des plus grandes et des plus peuplées de l'univers. Elle est la capitale du royaume de France, le siège d'un Parlement, d'une Chambre des Comptes, d'une Cour des Aides et d'autres juridictions supérieures et subalternes, d'une Université et d'un Archevêché, qui a pour suffragants Orléans, Chartres, Meaux et Blois. Les auteurs ne sont point d'accord sur l'origine de son nom ni quels ont été ses fondateurs. Quelques auteurs ont dit qu'elle était beaucoup plus ancienne que Rome, quoique l'on ne puisse pas précisément dire par qui elle a été bâtie. Jules César dans ses Commentaires parle de Paris, et Julien l'Apostat s'y arrêta longtemps pendant son séjour dans les Gaules. Les Grecs et les Latins l'ont appelée diversement : Lutetia, Leutetia, Lucotetia, Parisü et Lutetia Parisiorum. On tire aussi son nom du mot grec qui veut dire Isis à cause que cette idole y était adorée. Il y en a qui aiment mieux dire que le nom de Paris a été tiré d'un mot grec qui signifie hardiesse ou liberté de parler sans flatterie, parce que cette qualité règne ordinairement dans l'esprit des Parisiens. D'autres auteurs rapportent l'origine de ce nom aux marais qui étaient près de cette ville et qui la rendaient extrêmement boueuse, lui donnant le nom de Lutetia, Lutum, qui signifie boue. La ville de Paris dans son origine était renfermée, comme l'est encore aujourd'hui la Cité, dans une île de la rivière de Seine entourée de bois, de marais et de vignes. »

  • Incarville, janvier 1975



    Cher frangin,


    Tu me souhaites la bonne année et demandes des nouvelles du village que tu as quitté depuis quelque temps.


    Pour te répondre, il me faut te décrire l'actualité et réveiller dans ta mémoire ce que nous avons connu. Depuis plusieurs semaines, l'église semble « habitée », j'utilise ce mot de préférence à « hantée », car je ne voudrais pas que tu t'imagines qu'elle est devenue un manoir écossais ou une ruine médiévale.

  • Ce cahier technique de l'AEU2 est destiné aux services techniques des collectivités, urbanistes, maîtrise d'ouvrage déléguée des collectivités et maîtres d'oeuvre.
    L'objectif est d'aider les porteurs de projet à identifier les leviers permettant de préserver de la qualité de l'air et d'éviter les impacts sanitaires et environnementaux associés.
    Document opérationnel, il explicite les enjeux et propose des pistes d'actions, outils, méthodes, et retours d'expérience se rapportant à des contextes variés via des fiches Outils/méthode et des fiches Retour d'expérience.

  • Le contexte socio-économique et urbain dans les territoires d'Outre-mer impose de réfléchir à une approche plus durable de la gestion et de la construction de la ville. De part leurs géographie et leurs spécificités, ces territoires sont particulièrement vulnérables. Cela induit des défis en termes d'aménagement, d'équipement, d'habitat et d'accès aux services de base.
    Ce cahier s'inscrit dans la collection des Cahiers Techniques de la boîte à outils AEU2 : à ce titre, il vise à décliner opérationnellement la méthodologie AEU2 aux enjeux et aux problématiques des territoires d'Outre-mer. Il s'adresse aux porteurs de projets ultramarins dans toute leur diversité, au-delà même des territoires français d'Outre-mer. Il témoigne de la diversité des approches possibles et des bonnes pratiques d'aménagement durable adaptées aux milieux tropicaux.
    La principale finalité du cahier est de fournir un « bagage » méthodologique et technique pour aider les porteurs de projet à passer de la réflexion et à l'action.

empty