• 1920. Sur le site minier de Faymoreau en Vendée, un coup de grisou a provoqué l'effondrement d'une galerie. Apprenant la tragédie, Isaure Millet, la fille des métayers du château, s'est précipitée sur les lieux. Thomas Marot, l'homme qu'elle aime depuis toujours, fait partie des mineurs pris au piège. Les secours s'activent. Thomas est sauvé mais le soulagement d'Isaure est de courte durée : le jeune homme est déjà fiancé à une ouvrière polonaise. Comment pourra-t-elle se résoudre à renoncer à lui ?
    Les suites de la catastrophe prennent une tournure inattendue: l'une des victimes retrouvées sans vie au fond de la mine a, en fait, été assassinée d'une balle dans le dos... L'enquête bute sur le mutisme des témoins. La belle Isaure, qui lutte pour dissimuler les sentiments qu'elle voue à Thomas, en sait-elle plus qu'elle ne prétend ? Quel secret cache la petite communauté de gueules noires ?
    Marie-Bernadette Dupuy est l'auteur d'une oeuvre extrêmement riche et variée, traduite jusqu'en Russie, qui lui a permis de conquérir le coeur de nombreux lecteurs. Elle revient avec une époustouflante saga, dédiée au monde de la mine, sur les pas d'une héroïne extraordinairement attachante.
     

  • Dans le village minier de Feymorau, en Vendée, dans les années vingt, Isaure, fille de paysans de la région, et Thomas, un mineur dont la femme, d'origine polonaise, est repartie vivre dans sa patrie, décident de faire fi de la morale et de leur culpabilité : ils s'aiment et se retrouvent en cachette sous le vieux chêne qui abritait leurs rendez-vous adolescents.
    Un dimanche, alors qu'elle vient de passer la nuit avec Thomas, Isaure est appelée d'urgence au chevet de sa mère, Lucienne. Celle-ci est au plus mal. Avant de mourir, elle tient à avouer à sa fille le secret de sa naissance : le véritable père d'Isaure n'est autre que le châtelain local, le comte de Régnier, l'amour de jeunesse de Lucienne.
    Cette terrible révélation bouleverse Isaure, qui voit ses tourments familiaux s'éclairer d'un jour nouveau. Mais elle ignore encore à quel point cet aveu va faire basculer son destin...
    Marie-Bernadette Dupuy  nous entraîne dans une époustouflante saga dédiée au monde de la mine, sur les pas d'une héroïne extraordinairement attachante.

  • Tu ne me dis pas tout Nouv.

    On est entre gens bien...

    Park Slope, Brooklyn : un agréable ghetto pour riches au coeur du scandale. Les données des résidents ont été piratées, et on leur réclame des rançons colossales pour garder leurs vilains petits secrets. Qui a pu faire une chose pareille ? Les rumeurs vont bon train.
    Le quartier est sous le choc en apprenant la mort d'Amanda Grayson. La veille au soir, elle avait pris part avec son mari, Zach, à une soirée libertine, mais chacun était rentré de son côté. Entre la mare de sang et le club de golf au pied de l'escalier, personne ne croit à l'accident. Incarcéré à Rikers Island, Zach fait appel à Lizzie, qu'il a fréquentée à l'époque où ils faisaient leurs études de droit.
    Il jure qu'il n'a pas tué sa femme, et elle est, semble-t-il, la seule à pouvoir le sortir de là.
    « Addictif, provocant, intelligent, un livre qu'on dévore. » Harlan Coben
    « Ce roman allie efficacement la complexité du thriller procédural aux émotions du suspense psychologique. » Lisa Scottoline
    « Quelle est la clé d'un mariage - et accessoirement d'un roman - réussi ? Pour le savoir, il ne vous reste qu'à lire cette intrigue maîtrisée de bout en bout. » Washington Post
    « Les personnages de ce roman ont l'air d'avoir la belle vie, mais leur talent consiste à cacher sous le tapis l'adultère, l'addiction et la banqueroute... McCreight excelle dans l'art d'analyser les détails révélateurs du quotidien de cette élite. » New York Times

  • « Le monde se réduisait à nous deux, ma mère et moi, jusqu'à ce que je devienne une fille américaine. C'est alors qu'elle a commencé à me parler de la Bonne Fille - un sarcasme, un avertissement, un mauvais présage. La Bonne Fille vivait en Iran. Elle ne répondait pas, elle ne parlait pas tout court. Elle était un modèle de politesse et de décence. Elle ne sortait pas toute seule dans la rue. Elle se tenait aux côtés de sa mère et buvait ses paroles. Quand un homme la regardait, elle baissait les yeux. »
    Jasmin n'a que trois ans quand elle arrive aux États-Unis. De ses origines iraniennes, elle ne sait rien. Des années plus tard, à la mort de son père, Jasmin aide sa mère à déménager. Parmi de vieux documents, elle tombe sur la photo d'une femme en tenue de mariée. Elle reconnaît distinctement sa mère. À ses côtés, un homme qu'elle n'a jamais vu.
    Refusant d'abord de lui révéler le mystère de ses origines familiales, Lili envoie finalement à sa fille une série de cassettes : de déchirantes confessions sur l'histoire qui fut la sienne avant son exil. Son mariage à l'âge de treize ans, les abus dont elle a été victime, et la fille qu'elle a été contrainte d'abandonner pour avoir une chance d'échapper à l'enfer.
    « Une histoire inoubliable. » Bookpage
    « Un hommage à l'incroyable résilience des femmes iraniennes. » MS Magazine
    « Avec ce livre, Darznik signe un poignant hommage à la vie et aux combats de sa mère. » Booklist
    « Un récit édifiant, qui en dit long sur place des femmes dans la société iranienne, sur ce qu'elles endurent, mais aussi sur leur incroyable capacité à résister. » Kirkus

  • Suite de la saga de la famille Roy-Dumont en Charente. Le sixième tome de la saga des Roy au coeur de la Charente après Le Moulin du Loup, Le Chemin des Falaises, Les Tristes Noces, La Grotte aux fées et Les Ravages de la passion.Claire eut un pincement au coeur, comme chaque fois que sa fille adoptive revendiquait ses origines maternelles. Mais elle céda l'instant suivant à la douce ambiance qui régnait ce soir-là dans l'enceinte de son cher Moulin.
    Bercée par la musique et les refrains que chacun reprenait, elle éprouvait un agréable sentiment de plénitude. Il lui semblait que rien ne pourrait atteindre sa vallée et ceux qu'elle chérissait. Sauvageon était couché à ses pieds ; la lune pointait à la cime d'un frêne.
    " Tant de bonheur, de quiétude ! songea-t-elle, déconcertée. Pourtant, les Allemands ont pris Paris... Demain ! Je m'en inquiéterai demain. Le danger viendra, mais je serai prête. "

  • Au XXe siècle. Le Moulin du Loup abrite les bonheurs et les drames de Claire, qui élève seule Faustine, la fillette que lui a confiée Jean Dumont, son premier amour. Retrouvailles, séparations puis la guerre vont jalonner la vie de ces trois êtres vulnérables.Claire, la fille du maître papetier Colin Roy, espère le retour de Jean Dumont, son premier amour, parti travailler au loin. Même si la vie les a séparés, le jeune homme lui a confié l'éducation de sa fille, Faustine, orpheline de mère. Au Moulin du Loup, la vie poursuit son cours paisible en cette année 1905. Portée par son entourage et sa passion pour l'herboristerie, Claire a trouvé un équilibre.
    Mais Jean est de retour, accompagné de Térésa, une veuve tapageuse et volubile. Le couple décide de garder Faustine, au grand désespoir de tous. Mais Claire ne renonce pas. Elle veut reconquérir l'homme qu'elle aime et retrouver coûte que coûte Faustine. Sa force morale et sa sincérité viendront à bout de tous les obstacles...

  • Le groupe lyonnais qui a dénoncé les affaires de pédophilie dans l'Église prend la parole. Mais cette fois pour demander une grande concertation nationale afin que la France en finisse avec les violences sexuelles sur mineurs. Un cri, un appel et une sommation. Crucial.
    Dénoncer ne suffit pas. Il faut aussi réformer. Si l'on veut que cesse enfin le massacre moderne des innocents, le saccage de l'enfance abandonnée au silence et à la dénégation.
    Sans le courage de " La Parole Libérée ", l'association lyonnaise qui a révélé les violences sexuelles commises sur les plus jeunes par des religieux, jamais sans doute ce scandale n'aurait été autant connu et débattu au sein de la société française.
    Aujourd'hui, ses membres ne sauraient se satisfaire d'avoir brisé l'omerta. C'est à un véritable Ségur des violences sur mineurs qu'ils appellent. À une concertation nationale incluant les autorités, les experts, les acteurs, les victimes. Et qui sans ignorer l'ampleur de ce fléau dans l'Église, s'appliquerait à tous les lieux qu'étreint ce mal : les institutions, les écoles, les clubs, les foyers, les centres de loisirs, et hélas, les familles.
    Le glaçant état des faits que dresse ce livre blanc, et qui est sans précédent, n'est pas gratuit. Il introduit 30 préconisations claires, simples et possibles, sur les pratiques judiciaires, les politiques publiques, les lois à parfaire.
    Un livre d'information pour que l'on ne puisse plus dire : " Je ne savais pas. "
    Un livre de combat pour que nous changions ensemble la vie de millions d'enfants.

  • Toutes les routes mènent au crime...

    Séparés par une tragédie, Eddie, Beth et Portia ne se sont pas vus depuis des années. Pour toucher l'héritage de leur grand-père, ils doivent refaire ensemble le road trip qu'ils avaient fait avec lui vingt ans plus tôt. Un voyage qui avait mal commencé, puisque le grand-père, brouillé avec sa famille, avait enlevé ses petits-enfants, et qui s'était mal terminé, puisque l'un d'eux n'est jamais rentré...
    Ce périple ne s'annonce pas de tout repos ; à bord de la voiture, tous les passagers ont quelque chose à cacher. Ils essaient de faire abstraction de la disparition jamais élucidée et de la voiture qui les suit. Au moins l'un d'entre eux est un tueur, et il y a un cadavre dans le coffre.
    « C'est tellement prenant qu'on devrait mettre en garde les lecteurs contre le risque d'addiction. » Alice Feeney
    « Pas de secrets entre nous était déjà un de mes romans préférés. Celui-ci est encore meilleur ! » C.J. Tudor
    « Incroyablement original. Carrément machiavélique. Absolument fascinant. » Lisa Gardner
    « Sombre, acéré et addictif, l'un des meilleurs thrillers que j'ai lus depuis longtemps. » Ali Land

  • Nous sommes en avril 1920. Même après la mort tragique de son jeune mari Denis Giraud, Faustine Roy enseigne toujours à l'institution Marianne, qui héberge une quinzaine d'orphelines. Matthieu, son ami d'enfance qui part souvent sur les chantiers un peu partout en Europe, lui rend visite le plus souvent possible, car les jeunes gens ne peuvent plus résister à l'amour longtemps contrarié qui les unit désormais.

    Or, la mort accidentelle de Raymonde, la fidèle et pétulante servante du Moulin du Loup, va plonger la famille dans le chagrin. Claire se voit obligée d'élever Janine, le bébé de trois mois que laisse la jeune femme, ainsi que Thérèse, sa fille de onze ans. Elle a également recueilli son demi-frère, Arthur, âgé de cinq ans et adopté Angéla, une des pensionnaires de l'école dirigée par Faustine.

    Une rencontre va lui redonner la force de vivre. Un jour, Victor Nadaud, son ami préhistorien, l'emmène auprès d'une châtelaine ruinée, Edmée de Martignac, dont la fille de huit ans, Marie, est très malade. Claire découvrira alors un vieux château mystérieux et utilisera pour la première fois son don de guérisseuse.

    Mais bientôt, Faustine et Matthieu sont obligés de se marier, la jeune femme étant enceinte depuis une rencontre passionnée survenue dans la grotte aux fées. Or, son deuil n'est pas achevé. C'est pourquoi Bertrand Giraud, son ancien beau-père - devenu maire du village et surtout principal bienfaiteur et gestionnaire de l'école où elle travaille -, lui en veut beaucoup. Il lui adresse alors de cruels reproches, allant jusqu'à la renvoyer.

    Mais l'amour sera plus fort que l'adversité. Pour éviter le scandale, le jeune couple s'unit civilement en présence de leurs amis et des deux familles, les Giraud et les Roy. Faustine et Matthieu peuvent enfin s'installer dans l'ancienne maison de Basile Drujon. Une fille naîtra au printemps dans des circonstances périlleuses.

    L'avenir semble donc lumineux pour les membres de la famille Roy. Claire se dévoue pour les siens et pour les malades de la vallée et Jean s'occupe de ses vignes. Pourtant, une violente tourmente sèmera la désolation quatre ans plus tard, alors que Jean s'absente avec la jolie Angéla pour un voyage au Québec qui changera l'ordre établi. Au même moment, les éléments naturels endommagent irrémédiablement le Moulin, remis en production depuis peu par Matthieu, bien décidé à devenir papetier tout comme le père de sa bien-aimée.

  • Troisième tome de la série initiée par Le Moulin du loup, Les Tristes Noces commence à la toute fin de la Guerre de 1914-1918. Après le retour de Jean et de Léon, sains et saufs, la vie cherche à reprendre son cours normal dans la vallée des Eaux-Claires. Faustine est maintenant institutrice dans un orphelinat d'Angoulème et doit se marier avec Denis Giraud, le riche héritier du domaine de Ponriant. Mais elle comprend vite qu'elle aime plutôt Matthieu, que sa famille considère comme son frère d'adoption. De leur côté, Jean et Claire connaissent encore des heures sombres. Lui n'a plus goût à travailler la terre, les horreurs qu'il a connues sur le front l'ayant profondément marqué. Quant à Claire, tout en tentant d'encourager son mari qui est presque totalement ruiné, elle décide de recueillir son jeune demi-frère Arthur, âgé de quatre ans, le garçon d'Étiennette.

    Or, la situation semble enfin s'améliorer quand le moulin est loué à un papetier anglais qui souhaite s'installer en France, William Lancester. Ce dernier, qui verse une avance qui sauve la famille de la ruine, profite rapidement des nombreuses absences de Jean pour courtiser Claire, de plus en plus distraite par ce jeu amoureux.

    Parallèlement, un double mariage est organisé : Faustine épouse Denis Giraud et Matthieu, qui suit des cours dans une école d'ingénierie, épouse Corentine Giraud, la soeur de Denis. L'avocat Bertrand Giraud apporte d'ailleurs son soutien financier à l'ouverture d'une institution pour orphelines que dirigera Faustine, sa belle-fille.

    Mais au domaine, la situation s'envenime. Denis se met à boire et devient de plus en plus violent et agressif envers Faustine. Il forcera même la bonne Greta à devenir sa maîtresse. Matthieu, lui, part travailler à l'étranger. Faustine, désespérée, se donne à lui et ils comprennent qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Cependant, Denis meurt accidentellement, et ce décès dont sa femme se juge responsable la persuade de renoncer à Matthieu. Pourtant, le soir où il revient dans la vallée, elle court vers lui et ils décident de ne plus se quitter.

  • Pourquoi moi ? sortir de l'engrenage de l'éternelle victime Nouv.

    « Pourquoi moi ? » : c'est la question que se pose toute personne victime.

    Elle témoigne à la fois d'une volonté de comprendre ce qui lui arrive et, en même temps, d'une incompréhension totale de l'événement qu'elle vient de vivre. On ne choisit pas d'être victime et c'est bien là une injustice qui s'impose malgré nous. Souvent, d'ailleurs, on n'est pas victime une seule fois, mais plusieurs.
    Antoine Spath décrypte les mécanismes sous-jacents aux victimes et explique les raisons pour lesquelles on devient victime. Il explore les deux grandes typologies de victimes, en fonction du traumatisme subi : accidentel ou lié au hasard malheureux (les victimes d'une catastrophe naturelle par exemple); relationnel et intentionnel (les victimes d'un viol ou d'un harcèlement par exemple).

    Comprendre les raisons pour lesquelles on devient victime est le seul moyen pour se prémunir à l'avenir d'éventuels autres « accidents » de la vie. Pour ne plus jamais être une victime innocente.


    Antoine Spath est psychologue, spécialiste des comportements humains. Dans son cabinet parisien, il accompagne de nombreux patients pour traiter les difficultés relationnelles, conjugales, professionnelles, ou pour soigner de nombreux troubles comme la dépression, l'anxiété, les phobies ou encore les dépendances. Il est l'auteur de Déjouer les pièges des manipulateurs et pervers narcissiques et Ne plus se laisser manipuler.

  • La grande saga d'une famille au coeur des Charentes. La suite des romans Le Moulin du Loup, Le Chemin des Falaises, Les Tristes Noces et La Grotte aux fées.
    Jamais il n'avait éprouvé un tel sentiment de solitude. Le coeur serré, affamé, glacé, il eut soin d'éteindre la lampe de l'écurie et de mettre le loquet. Avant de reprendre le sentier qui grimpait jusqu'à la Grotte aux fées, il déposa sur le perron un petit paquet enrubanné de rouge. Avec son stylo, il écrivit " pour Claire " sur le papier bleu pastel. Puis il s'en alla, plus malheureux encore.

  • Au milieu du XXe siècle, le choc et le désarroi d'une orpheline née au bord de l'Océan, recueillie dans les Pyrénées par une tante malveillante.
    Dans un village côtier de l'entre-deux-guerres, près de l'île d'Oléron, la petite Violaine vit heureuse au sein d'un environnement marin solidaire, où la principale richesse est l'ostréiculture, quand la mort de ses parents bouleverse son existence. L'orpheline est confiée à une tante qui habite un village des Pyrénées, près de Lourdes. Pour la fillette qui aimait tant l'Océan, l'accueil hostile de sa nouvelle famille et la vue oppressante des montagnes sont une terrible épreuve. Seule Sidonie, l'Espagnole aux dons de guérisseuse, touchée par la détresse de Violaine, va l'aider à reprendre goût à la vie...

  • Marie, l'orpheline du bois des Loups, est devenue une femme accomplie. En Corrèze, à Aubazine, le village de son enfance, elle mène de front son métier d'institutrice et sa vie de famille. Mais les rancoeurs du passé la rattrapent... Suite de L'Orpheline du bois des Loups.
    Epouse comblée, mère de quatre enfants aimants, institutrice consciencieuse, Marie s'épanouit dans sa vie à Aubazine, le village où elle a grandi. Sa réussite tant privée que professionnelle est incontestable. Pourtant elle n'a pas oublié son enfance difficile, ses jeunes années à l'orphelinat et tous ceux qui lui ont fait du mal. Deux événements vont bouleverser sa tranquillité : la diffusion de lettres diffamantes à l'encontre de son couple et sa rencontre inopinée avec une jeune orpheline, Mélina, font resurgir de douloureux souvenirs... .

  • Chienne

    Marie-Pier Lafontaine

    Deux soeurs sont soumises durant leur enfance et leur adolescence à toutes les humiliations. Tenues en laisse, obligées de marcher à quatre pattes, empêchées d'uriner, frappées. Leur mère est le témoin muet de ces agressions répétées qui provoquent au père un plaisir sadique renouvelé.
    Viol supendu, inceste latent, jamais consommé.
    Un style lapidaire pour dire l'innommable et la monotonie de l'horreur. Chienne est, racontée à la premiere personne, l'histoire d'une jeune fille démolie qui s'appuie sur les pouvoirs de la littérature pour retrouver un corps et une parole.
    Et quand elle mord, ça fait mal.

  • Par l'auteure de Block 46, traduit dans 20 pays

    [Sång] : nom fém. En suédois, signifie « chanson ».
    En Suède, une famille est massacrée dans sa luxueuse demeure. Ce terrible fait divers rappelle sur ses terres Aliénor Lindbergh, une jeune autiste Asperger récemment entrée comme analyste à Scotland Yard : ce sont ses parents qui ont été assassinés.
    Avec son amie Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les crimes en série, la profileuse Emily Roy rejoint sa protégée à Falkenberg, où l'équipe du commissaire Bergstrm mène l'enquête.
    Ensemble, elles remontent la piste du tueur jusqu'à la guerre civile espagnole, à la fin des années 1930, lorsque le dictateur Franco réduisit toute résistance au silence, dans le sang.
    « Johana Gustawsson s'impose comme LA pépite du thriller international. Son nouveau roman est une bombe. » Bruno Lamarque Librairie de la Renaissance
    « Une maîtrise impeccable. Un suspense implacable. Sångangoisse, émeut et secoue. » Caroline Vallat FNAC Rosny 2
    Après Block 46 et Mr, désormais publiés dans plus de 20 pays et bientôt adaptés en série TV, Johana Gustawsson interroge les conséquences, à travers les générations, des violences exercées contre les femmes et les enfants.
    Française d'origine catalane, elle vit à Londres avec son mari suédois et leurs trois fils.
    « Préparez-vous à passer une nuit blanche » Michel Dufranne - RTBF
    « Captivant et percutant. » Peter James
    « Intelligent, surprenant... tout simplement excellent. » Ragnar Jónasson
    « D'une efficacité redoutable. » Télématin
    « Inoubliable, implacable, époustouflant. » The Times
    « Audacieux et intelligent. » The Guardian
    « Un chef-d'oeuvre à couper le souffle. » New York Journal of Books

  • À qui confier la prévention, la dénonciation et l'interdiction de l'abus ? À Dieu, répond Philippe Lefebvre, montrant comment il intervient dans les vies des personnages bibliques. Un Dieu qui, lui, pratique vraiment la tolérance zéro. Et qui attend que son Église se conforme à sa réprobation absolue. Un pamphlet salutaire.
    Comment tuer Jésus ? En voulant ignorer le mal. Trop longtemps, l'Église s'est tue sur les abus qui avaient lieu en son sein. Trop longtemps, l'Église n'a pas confronté ce scandale à la lumière de l'Écriture. Trop longtemps, l'Église a cru qu'elle n'avait qu'à continuer un chemin déjà connu.
    C'est pourquoi Philippe Lefebvre a décidé de prendre la parole. Sans outrance ni effet, sans fard ni concession, le plus créatif des exégètes éclaire les témoignages contemporains à la lumière de nombreuses pages bibliques et montre comment toute intervention divine refuse les sentiers tracés d'avance. Et combien sont exaltés, au contraire, la disponibilité, l'éveil, la bifurcation, afin de ne laisser personne sur le bord du chemin.
    De Moïse, qui fait un détour pour rencontrer Dieu dans le Buisson ardent, au Samaritain de la parabole, qui fait un détour pour prendre soin d'un blessé, la logique du cheminement est de savoir bifurquer pour un bien qui, pour être inconnu, n'en est pas moins pressenti comme supérieur, nécessaire.
    Voilà ce que nous enseigne Dieu lui-même, qui va à rebours des silences coupables et des processus convenus.
    Sinon ? Sinon, notre silence tue Jésus, son enseignement et tous ceux qui, en Lui, sont bafoués.
    Un livre choc. Un écrit salutaire.

  • Falkenberg. Le commissaire Bergstrm découvre le cadavre terriblement mutilé d'une femme.
    Londres. Profileuse de renom, Emily Roy enquête sur une série de meurtres d'enfants. Les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.
    Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie...
    En Suède, Emily retrouve Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, elles se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu'aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

    Entre grande Histoire et liens familiaux, Block 46, le premier roman de Johana Gustawsson, a déjà conquis plus de dix pays.


  • Un témoignage et des conseils pratiques pour se libérer des relations toxiques

    Jackson MacKenzie a partagé sa vie avec un pervers narcissique et il témoigne dans ce livre de son histoire pour que d'autres victimes qui se retrouvent prises au piège comme lui prennent conscience du danger à vivre avec ce type de personnalités toxiques.
    Pour l'auteur, un pervers narcissique est avant tout un manipulateur, sans empathie, qui prend un plaisir sadique à faire du mal aux autres sans éprouver de remords. Lorsqu'on est en couple avec un pervers narcissique, après la phase d'idéalisation, qui crée un lien très fort de confiance, s'ensuivent une phase de dévaluation, puis un troisième temps avec une rupture soudaine avec la victime, souvent pour rejoindre une future victime.
    À ce stade, l'arrogance et la supériorité du pervers s'expriment ouvertement et violemment : mensonges, périodes de silence prolongé, provocations, accusations infondées...
    L'auteur décrypte à travers sa propre histoire les mécanismes de ce type de relation. Étape par étape, il détaille comment reprendre confiance en soi et en les autres, retrouver l'empathie.
    Un processus libérateur qui permet de mieux se connaître, de trouver enfin le bonheur et de ne plus jamais retomber dans ce type de relations perverses.
    Oui, on peut se remettre d'une telle relation, encore faut-il en décrypter les mécanismes pour réussir à y mettre fin !

    Un homme qui a partagé la vie d'un pervers narcissique

    Jackson MacKenzie est le cofondateur de PsychopathFree.com, un site qui rassemble une communauté de plusieurs millions de personnes qui ont vécu des relations perverses. Puisant dans son expérience personnelle, il aide ces personnes à se reconstruire en les caochant et à retrouver confiance en eux. Il a également écrit Whole Again: Healing Your Heart and Rediscovering Your True Self After Toxic Relationships and Emotional Abuse. Il habite aux États-Unis.

  • À 40 ans, une femme raconte
    la blessure qu'elle porte en elle
    depuis l'enfance. Un jour,
    un adulte a profité de
    la petite fille qu'elle était.
    SUBIR
    " Il m'a fait venir dans sa chambre, il a fermé la porte.
    J'avais six ans... Depuis l'enfant crie dans mon corps
    d'adulte. " Elsa Boublil raconte des bribes de souvenirs,
    croqués comme des tableaux. Un rabbin, en plein
    cours de Talmud, a abusé de son corps. Plus tard, un
    professeur de clarinette a profité de jeux en apparence
    anodins pour mettre ses mains sur elle. " Personne ne
    m'avait dit que mon corps m'appartenait. ", dit-elle.
    À 40 ans, Elsa ouvre enfin la porte. Il est temps pour
    elle de raconter non pas les faits (" J'ai tout oublié, ou
    presque ") mais les conséquences de ces gestes sur sa vie
    de femme. Dans un texte simple et sensible, écrit au plus
    près de la vérité, elle raconte le pouvoir que s'autorise un
    adulte sur un enfant.
    Sous une forme volontairement intimiste où chaque mot
    semble chuchoté, Corps à vif exprime avec une infinie
    pudeur le fléau qui touche tant de femmes et d'enfants,
    quotidiennement blessés par des gestes ou des regards
    obscènes. Il raconte les ravages dans le corps : l'anorexie,
    les douches incessantes " qui ne laveront jamais ",
    la sexualité inhibée. Le livre est enrichi de dessins
    de Bonnie Colin. Les deux femmes ont vécu le même
    traumatisme et décidé d'en parler ensemble, au nom de
    toutes les autres.
    GUÉRIR
    En creux, Corps à vif est aussi le récit d'une résilience :
    grâce à Philippe, " le premier homme qui n'a pas fait
    semblant de comprendre ". Et grâce au jazz, cette
    musique sensuelle et libre qui l'a réconciliée avec
    son corps. Elle en a fait aujourd'hui le coeur de sa vie
    professionnelle.
    RACONTER
    Corps à vif, c'est l'envie de parler pour la première
    fois à sa famille aimante à laquelle elle n'a rien osé
    dire. C'est aussi l'évocation d'une grand-mère, de ses
    bras consolants, et d'un père mélomane qui soigne ses
    angoisses en écoutant des messes de Bach, allongé sur le
    canapé.
    C'est enfin le récit d'une femme qui ose dénoncer pour
    toutes celles qui restent murées dans le silence et la
    honte.


  • Éditorial

    Voix de femmes - Nathalie Sarthou-Lajus


    International

    Présent et avenir de la Syrie - Joseph Maïla

    Face à l'impunité des multinationales - Swann Bommier et Victoire Caïla


    Société

    De l'importance d'aller bon train - Entretien avec Mona Ozouf

    Désir et abus sexuel - Entretien avec Carolin Emcke

    Le visage de l'animal - Laurence Devillairs


    Religion

    Tous les chantiers de Notre-Dame - Élodie Maurot

    Faut-il rebaptiser la fête de la conversion de Paul ? - Thérèse Andrevon


    Culture

    Le succès du roman policier français - Élodie Pinel

    Sans oublier les chroniques, expos, films, livres...

  • Des actes pervers répétés sont évoqués. Les victimes ont-elles porté plainte ? Non. Un ami proche me fait dans les jours qui suivent, une injonction claire. Tout acte de perversion doit être dénoncé ! C'est une obligation morale. Mais que puis-je dénoncer, moi qui n'ai rien vu ? Plutôt que de pousser des cris étouffés, ma réponse est d'écrire. Et les cas de perversion ne manquent pas : caresses anodines, pédophilie, fétichisme, voyeurisme, viol et plus simplement abus de la force et du pouvoir. Mais avant de dénoncer, il faut identifier le pervers, comprendre sa stratégie, son déni du réel, ses difficultés à s'ouvrir à la parole.

    Josiane se refuse à son mari, sauf service rendu. Elle établit ainsi la règle. Tu branches le nouveau congélateur, on fera l'amour ce soir.
    Dominique est dans la séduction, sous le nez de son mari. Je ne fais rien de mal ! Elle met en place la jalousie, dans un triangle mimétique, comme soutien indispensable au désir. Et puis il y a le jeu de l'argent. Quand cette violence s'estompe, le désir s'éteint et le couple n'a plus rien à se dire. Et un nouveau cycle peut commencer.
    Pierre, fétichiste gentil, propose à sa femme une fête de printemps d'ici un mois. Il faudra des jonquilles et des tulipes, une brouette et quelques outils de jardin. Tu auras de la lingerie érotique, moi un foulard noué autour du sexe, le tout évoquant le printemps. Nous avons encore un mois pour affiner le scénario.


    Valerian Dirken, est né en 1950 à Bruxelles. Ingénieur civil, il bifurque en 2007 vers la psychologie et la psychanalyse. Participant à l'Ecole de la Cause Freudienne. Il acquiert un début d'expérience clinique, qu'il poursuit à sa manière depuis 2015, comme bénévole dans un restaurant du coeur, ou il s'est auto attribué le titre d'éplucheur de légumes orienté par la psychanalyse. Depuis cette époque il est également visiteur en prison.

  • Toute cette histoire a commencé un soir de neige, grâce à un louveteau orphelin.

    Le destin de Claire, fille unique d'un maître-papetier, semblait tout tracé. Elle a grandi heureuse, malgré la sévérité de sa mère. À dix-sept ans, elle rêve d'amour comme toutes les filles de son âge. L'élu de son coeur : son voisin Frédéric Giraud, l'héritier du riche domaine de Ponriant.

    Mais un jour de printemps, lors d'une balade avec Sauvageon, le loup qu'elle a élevé, une étrange renconter bouscule son existence paisible. Un jeune bagnard en cavale s'est caché dans la grange de son vieil ami Basile Drujon, ancien instituteur.

  • - 50%

    L'Appétit de la destruction relate les dernières heures d'un groupe de rock (Âme less), les frasques de son leader, les coulisses d'un milieu qui suscite bien des fantasmes.
    On pense évidemment à Bertrand Cantat (Noir Désir), à Nicolas Sirkis (Indochine) mais aussi aux Rolling Stones, aux Clash, aux Sex Pistols, à Nirvana... à toutes ces formations géniales menées tambour battant par des rockstars déjantées, s'autorisant tous les excès, tous les abus.

    Une fiction parfois trash, passionnante, qui mêle tragique, transgression, disparition...

empty