• L'économie sociale et solidaire (ESS) possède sa dynamique propre. En tant que forme d'économie, elle contrebalance les échecs du marché et les limites de l'État et c'est à ce double titre qu'elle prend une place grandissante dans la réflexion des universitaires et des décideurs publics. Elle s'appuie néanmoins sur la longue histoire de l'associationnisme qui passe par l'invention d'institutions de protection sociale (mutuelles, associations caritatives, ...) et la définition de politiques sociales (aide à domicile, handicap, insertion, ...) pour aboutir au système français actuel. À ce titre, l'ESS est un instrument disponible pour renouveler les modes d'élaboration des politiques publiques et de délivrance des services publics introduisant du partenariat entre l'État et l'ESS afin de dynamiser et de réorienter l'action publique. Différents scenarios ont déjà été éprouvés : entre complémentarité et substitution, entre partenariat et affrontement dans le domaine de la protection sociale en France. Les enjeux sont de taille, et la question de l'évaluation de l'ESS présente le risque d'être standardisée. La coopération entre ESS et biens communs, ces derniers véhiculent des valeurs communes d'universalité et de partage, offre également des potentialités non négligeables. Plusieurs études de cas sont présentées dans l'ouvrage. En Russie, au Danemark, au Québec, et en France, la diversité des rapports entre État et ESS est abordée : concurrence, volontariat, co-production et biens communs. D'autres exemples (Suède, Espagne, Grande-Bretagne et Pays-Bas) démontrent le potentiel d'innovation que représentent les relations État, secteur privé et l'économie sociale et solidaire.

  • Nos sociétés contemporaines sont traversées par des tensions sociales, économiques et environnementales d'ampleur. La succession des crises financières et écologiques, les excès du capitalisme, ...

  • La banlieue est un thème permanent de débat avec les polémiques qui se succèdent depuis plus de trente ans à propos de l'action à y mener. C'est cette action concrète auprès des populations, notamment à partir des dispositifs de la politique de la ville, engageant des services publics et des associations, des professionnels et des bénévoles, qui est mise en question ici. Les interventions opérées par des acteurs du secteur culturel, du logement social ou du travail social sont analysées sur un double registre : celui de la conception, alors que chacun est incité à travailler en relation avec les autres intervenants qui agissent dans d'autres domaines que le sien, mais dans les mêmes lieux, ou auprès des mêmes populations ; celui de l'assurance ou de l'autorité suffisante pour agir, notamment avec des publics considérés difficiles, lorsqu'il faut expérimenter et donc faire avec une part plus ou moins grande d'incertitude. L'action publique est ainsi mise en question par l'analyse des interventions, des ajustements organisationnels qui les accompagnent et des ressources propres aux intervenants. L'action garde l'empreinte des procédures à partir desquelles elle naît, mais l'engagement personnel et les capacités de chacun à recycler des expériences ou des familiarités en compétences prennent une plus grande place. Chacun se voit plus ou moins contraint de puiser dans ses ressources personnelles pour agir et pour certains, la connaissance familière des populations ou du quartier deviennent des atouts. Pour d'autres, c'est leur sens stratégique notamment pour gérer la relation avec les plus jeunes qui se révèle être une ressource indispensable.

empty