Entreprise, économie & droit

  • Le monde voit ses réserves en pétrole s'épuiser, avec les changements dramatiques que cela implique. Désormais, même si les pays industrialisés entament une conversion à des sources d'énergies alternatives, ils auront chaque année à leur disposition moins d'énergie pour effectuer le travail essentiel au maintien de sociétés humaines complexes. Nous entrons dans une nouvelle ère, aussi différente de l'ère industrielle que cette dernière fut différente de l'époque médiévale. L'auteur replace cette transition décisive dans son contexte historique. Il démontre comment l'industrialisation s'est développée sur la base de la maîtrise de l'énergie fossile ; à quel point la compétition pour le contrôle de l'accès au pétrole fut centrale dans la géopolitique du XXe siècle ; comment enfin les tensions provoquées par l'amenuisement des ressources énergétiques au XXIe siècle entraîneront des guerres de prédation au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Amérique du Sud. Il anticipe l'impact probable de la déplétion du pétrole ainsi que celui de toutes les énergies alternatives. Prédisant un chaos certain à moins que les États-Unis, premier consommateur mondial, ne consentent à rejoindre les autres pays pour mettre en place un programme global de conservation et de partage, il recommande par ailleurs une « chute contrôlée » susceptible d'ouvrir la voie à une société plus modérée, moins gourmande en énergie et durable.

  • Cet ouvrage, qui réunit des études de droit intercommunautaire et de droit international privé, se propose de décrire les problèmes posés par le pluralisme des statuts personnels dans les sociétés multicommunautaires.
    Ces problèmes sont particulièrement sensibles dans les États du Proche-Orient, notamment au Liban où les structures politiques sont fondées sur la représentation des diverses communautés, toujours attachées à leurs coutumes et traditions.
    Le statut personnel demeure le domaine où les particularismes des communautés s'expriment avec le plus d'intensité et où leur harmonisation est recherchée et imparfaitement réalisée.
    La coexistence de statuts multiples sur un même territoire provoque en effet des conflits de lois et de juridictions dont les solutions, si elles s'enracinent dans l'histoire et la configuration des États, manifestent aussi des orientations puisées dans le droit moderne.
    L'examen de ces conflits conduit naturellement à leur rapprochement des conflits de systèmes juridiques qui surgissent dans les relations internationales. Ce rapprochement permet d'observer à côté de ressemblances frappantes des originalités propres. Il revêt un intérêt accru dans les États multicommunautaires du fait que le pluralisme des status personnels qui y est établi rejaillit nécessairement sur les techniques et solutions du droit international privé dont on doit constater, dans ces États, l'infléchissement et l'adaptation.
    Les études que cet ouvrage réunit s'adressent ainsi non seulement aux juristes du Proche-Orient, mais aussi aux comparatistes et aux internationalistes de droit privé qui pourront y trouver un terrain spécifique de documentation et de réflexion.

  • Depuis dix ans, des pressions énormes s'exercent tant en Afrique qu'en Europe pour manipuler l'opinion et imposer le mensonge sur les événements du Rwanda.
    Ayant obtenu des documents inédits, du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), du gouvernement belge, du gouvernement Clinton, de l'ONU et de la CIA, Charles Onana démontre que le TPIR n'a pas de preuve sur " la planification du génocide " et que le fax de Dallaire évoquant la mort de " 1 000 Tutsi en 20 minutes " est un faux ! Pour valider la thèse d'un " génocide planifié " par les Hutu, le TPIR achète des témoins, torture les accusés, menace les avocats, embauche de pseudo experts et utilise de faux documents.
    /> Le premier Hutu condamné à perpétuité a été jugé sur la base de faux témoignages ! Le procureur Carla del Ponte révèle pour la première fois comment l'ONU et le président tutsi du Rwanda, Paul Kagame, s'opposent à la justice et à la vérité. Des lettres confidentielles montrent que le régime de Kagame a détourné près de 2 millions de dollars destinés aux familles des victimes de l'attentat terroriste du 6 avril 1994 qui a déclenché les massacres.
    Une enquête bouleversante sur la face cachée de la justice internationale et sur le vrai pouvoir des criminels contre l'humanité.

empty