Berger-levrault

  • Comment préserver le fragile équilibre institutionnel en période de pandémie ?
    Suspendant, à la faveur d'un confinement général sous surveillance policière, certaines dimensions de la vie démocratique afin de protéger la population, l'état d'urgence sanitaire décrété en mars 2020 a constitué un terrain privilégié pour l'étude du fonctionnement de nos démocraties représentatives confrontées à l'expérience de leur vulnérabilité.

    Les parlementaires se sont trouvés contraints de concilier deux intentions apparemment contradictoires : d'une part, reconnaître que le combat pour endiguer la pandémie exige une promptitude de décision et d'exécution qui ne permet pas de s'accommoder des modalités traditionnelles du débat et du contrôle parlementaires ; d'autre part, parvenir à imposer, dans l'interstice alors ouvert entre le pouvoir d'État et l'ordre juridique ordinaire, un contrôle de l'action gouvernementale.

    L'ouvrage a pour objet d'analyser, à travers le prisme du droit public et de la science politique, les mesures prises par les gouvernants dans l'urgence et de réfléchir aux conséquences à long terme, en se penchant sur certains aspects spécifiques (la surveillance de la population, l'accès aux soins, la peur, la culture). Il propose un passionnant voyage dans l'état de droit, face à des décisions politiques dont on a souvent du mal à apprécier la légalité. Il contribue à enrichir le débat intellectuel, mais se veut accessible à celles et à ceux qui ne sont pas forcément très familiers avec les concepts du droit public et de la science politique.

    Un livre choral coordonné par Guillaume Le Floch qui s'entoure de chercheurs provenant d'horizons divers afin de donner un tour à la fois théorique et pratique à l'ouvrage.

  • Le Code électoral commenté 2020 est un ouvrage qui rassemble toutes les règles de droit électoral. Il permet aux services élections des communes de préparer en toute sécurité les opérations électorales. Cette édition 2020 leur permettra de s'organiser pour les élections municipales du mois de mars 2020.
    Les différents articles du Code électoral sont accompagnés de commentaires détaillés. Ils s'appuient sur l'analyse des décisions de jurisprudence récentes, des circulaires, des réponses ministérielles et des travaux parlementaires.
    Parmi les évolutions juridiques, sont notamment à relever, les dernières évolutions concernant les élections municipales de 2020 mais également celles dans la mise en oeuvre du répertoire électoral unique et les premiers retours d'expérience en la matière.
    On retrouve notamment les apports législatifs concernant - la campagne électorale ;
    - le vote des majeurs protégés ;
    - le vote par correspondance des détenus ;
    - ou encore les évolutions concernant la gestion des listes électorales dans les communes nouvelles.
    Écrit par un magistrat administratif, l'ouvrage est particulièrement précieux pour anticiper et résoudre les situations contentieuses.

  • La 7e édition de Réussir son budget est une refonte en profondeur de ce manuel consacré à la pratique budgétaire en collectivité locale.
    Centrée sur l'élaboration du budget, cette nouvelle édition laisse de côté la réalisation (exécution des dépenses et recettes, compte administratif, analyse financière) pour mieux expliquer et illustrer les enjeux de ce que cela représente aujourd'hui, de construire un budget en équilibre et en ligne avec les objectifs politiques des élus à l'heure des « contrats de Cahors », de la réforme de la fiscalité locale et des multiples contraintes qui pèsent sur les recettes des collectivités.
    Le lecteur est guidé tout au long du processus d'élaboration budgétaire : exposition du cadre propre aux collectivités avec le cycle, les principes et les documents budgétaires ; élaboration du budget et recherche de l'équilibre ; contrôles budgétaires venant clore le processus.

  • LE code qui allie actualité et pratique de l'urbanisme !
    Simplification du droit de l'urbanisme et de la planification territoriale ont figuré parmi les lignes directrices de l'urbanisme et de l'aménagement en 2020, dans la foulée de la loi ELAN. Plusieurs ordonnances parues cette année ont ainsi repositionné territorialement et assoupli le SCOT, ainsi que simplifié les liens juridiques entre les documents composant la hiérarchie des normes d'urbanisme, pour mieux y intégrer les politiques publiques actuelles et futures.
    La préoccupation environnementale, par la recherche de territoires présentant un réseau écologique cohérent, sobres dans leur consommation des ressources et résilients, est également un autre volet de l'évolution de ce droit.
    La huitième édition du Code de l'urbanisme commenté analyse ces changements et les commente afin de permettre au lecteur de se les approprier. Les textes les plus récents sont intégrés et commentés :
    Décret n° 2020-844 du 3 juillet 2020 relatif à l'autorité environnementale et à l'autorité chargée de l'examen au cas par cas ;
    Ordonnance n° 2020-745 du 17 juin 2020 relative à la rationalisation de la hiérarchie des normes applicable aux documents d'urbanisme ;
    Ordonnance n° 2020-744 du 17 juin 2020 relative à la modernisation des schémas de cohérence territoriale ;
    Décret n° 2020-78 et arrêté du 31 janvier 2020 modifiant la liste des sous-destinations des constructions pouvant être réglementées par les plans locaux d'urbanisme ou les documents en tenant lieu ;
    Ordonnance n° 2020-71 du 29 janvier 2020 relative à la réécriture des règles de construction et recodifiant le livre Ier du Code de la construction et de l'habitation ;
    Loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique ;
    Loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d'orientation des mobilités ;
    Ordonnance n° 2019-1170 du 13 novembre 2019 relative au régime juridique du schéma d'aménagement régional ;
    Loi n° 2019-1147 du 8 novembre 2019 relative à l'énergie et au climat ;
    Décret n° 2019-795 du 26 juillet 2019 relatif à la faculté de suspension de la procédure d'autorisation d'exploitation commerciale ;
    Décret n° 2019-617 du 21 juin 2019 relatif aux abords de monuments historiques, aux sites patrimoniaux remarquables et à la dispense de recours à un architecte pour les coopératives d'utilisation de matériel agricole.
    Les commentaires placés sous les articles sont autant de précisions et d'analyses indispensables à la bonne application du droit de l'urbanisme. Les nombreux conseils faciliteront la mise en oeuvre par les professionnels de l'urbanisme des dispositions concernant leur pratique quotidienne.

  • Les collectivités territoriales, actrices principales de l'adaptation au changement climatique.

    Le changement climatique n'est pas une simple transition qui s'offrirait à nous comme le laissent encore croire les mots « transition écologique » ou « transition énergétique » que l'on trouve abondamment dans les textes de loi. Il ne s'agit plus non plus de « lutter » contre le réchauffement climatique. Il est trop tard, il aurait fallu commencer une mutation radicale il y a 50 ans.
    Pourtant, depuis plusieurs décennies, les conclusions des rapports du GIEC ne cessent d'alerter les décideurs et le grand public sur les conséquences irréversibles et inéluctables du changement climatique. Il devient donc plus qu'urgent de généraliser les politiques d'adaptation au changement climatique et d'atténuation des émissions de CO2 pour atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050, stratégie européenne officielle prise dans le cadre des Accords de Paris de 2015.
    Les collectivités locales partent-elles de zéro pour agir ?
    Dans cet ouvrage, Camille Mialot présente, de façon claire et pédagogique, les nouveaux instruments stratégiques et juridiques à la disposition des collectivités locales, niveau de gouvernance le plus à même d'agir : du plan local d'urbanisme (PLU) au SRADDET, en passant par le schéma de cohérence territoriale (SCoT) valant plan climat énergie climat territorial (PCAET), toute une série d'outil vont permettre à la ville de trouver un nouveau souffle face à la nécessité de l'adaptation au changement climatique.
    L'auteur donne également de nouvelles pistes d'action utilisables de suite (mobilités, green nudge, justice climatique) pour aider les collectivités locales à trouver la bonne stratégie à adopter.

  • Les règles de la comptabilité locale publique précisées pour la pratique quotidienne.
    Toutes les règles de la gestion comptable publique accessibles à tous.
    La 31e édition de Budget des communes et des EPCI apporte aux ordonnateurs et aux comptables publics toutes les clefs techniques et comptables indispensables à l'exercice de leurs missions au quotidien.
    Cet ouvrage détaille le contenu et l'utilisation de chaque compte et précise, pour chacun d'eux, les modalités comptables d'écriture et les pièces justificatives à fournir par l'ordonnateur.
    Très pédagogique, il convient aussi bien aux praticiens expérimentés qu'aux débutants.

    Les nouveautés de la 31e édition.
    Cette nouvelle édition est à jour de l'actualisation, en décembre 2020, de la nomenclature M14 et de la loi de finances pour 2021. Elle intègre également diverses règles d'ordre comptable (calcul des indemnités des élus locaux et aux contrats d'assurance pour leur protection fonctionnelle, paiement des dépenses sans ordonnancement ou avant service fait, etc.), financier (réforme de la taxe d'habitation, nouvelle dotation pour la protection de la biodiversité, dépenses d'informatique en nuage, incidences de la modification du périmètre d'un EPCI, etc.) ou issu des réformes de la commande publique (loi ASAP).

  • Les clés pour mettre en place une démarche de participation citoyenne réussie !
    Cet ouvrage présente les différents outils permettant aux collectivités de mettre en oeuvre des démarches de consultation et de participation des citoyens. En effet, il permet de faire le point sur ce qu'il est possible de faire ou non en terme de démocratie participative au niveau local.
    Chaque dispositif est présenté via son cadre juridique et des conseils pratiques pour le mettre en oeuvre.
    Parmi ceux-ci, retrouvez notamment :
    La consultation locale ;
    Le budget participatif ;
    La pétition ;
    Le référendum local ;
    Le conseil de développement....
    Grâce à la présentation détaillée du cadre normatif et de la procédure à mettre en place, la participation citoyenne pourra devenir réalité dans votre collectivité.

  • Maires démissionnaires, crise des vocations, défiance des citoyens : un temps épargnée, la démocratie locale est mise à l'épreuve. Et si l'une des clefs se trouvait dans la reconnaissance d'un statut pour les élus ?
    Données à l'appui, en se fondant avant tout sur l'exemple du bloc communal, les auteurs montrent que les élus d'aujourd'hui n'ont plus grand-chose en commun avec l'image d'Épinal du notable local, bénévole et généraliste. La technicité des compétences exercées, le niveau de responsabilité assumée et le temps consacré à l'exercice du mandat font désormais des élus locaux, singulièrement des membres des exécutifs, de véritables professionnels au service de la collectivité. S'éloignant du mythe du bénévolat et de l'amateurisme républicain, la politique devient ainsi un métier y compris à l'échelon local.
    C'est d'ailleurs avec vigueur que les premiers intéressés revendiquent la reconnaissance d'un véritable statut professionnel de l'élu local. L'évolution de l'indemnité de fonction vers une rémunération plus juste, le développement du droit à la formation ou encore la reconnaissance des compétences acquises au cours du mandat font partie des demandes les plus fréquemment exprimées.
    Au-delà de la satisfaction de ces revendications, que d'aucuns qualifieront de « corporatistes », reconnaître la professionnalisation des élus répond aussi à des enjeux politiques profonds. Cela permettrait de revivifier le versant représentatif de la démocratie locale, de contribuer à résoudre la crise des vocations mais aussi, pourquoi pas, d'en susciter de nouvelles ?
    Assumer la professionnalisation de certains élus locaux n'est pas renoncer à un idéal républicain, c'est accepter, enfin, que l'idéal républicain évolue avec son temps !

  • La fonction publique ne se réduit pas aux fonctionnaires, c'est-à-dire aux agents publics dont la situation statutaire est « caractérisée par la permanence de l'emploi et par la titularisation dans un grade de la hiérarchie ».
    Elle intègre également des agents non titulaires ou contractuels, qui, dans une première approche, peuvent être désignés comme des agents qui n'occupent pas un emploi permanent. Les contractuels occupent une place particulière, souvent méconnue, au sein de l'emploi public. La fonction publique hospitalière se caractérise par un recours croissant aux agents contractuels de droit public, compte tenu de certaines contraintes de gestion (continuité du service, nécessaire face à des pics d'activité, optimisation de la masse salariale).
    À l'heure où le concours est de plus en plus décrié, la loi du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique, complétée par le décret no 2019-1414 du 19 décembre 2019 facilite l'embauche de contractuels, notamment pour les emplois de direction, et prévoit que les administrations peuvent recruter sur des contrats de projet, c'est-à-dire pour un objet identifié.
    L'ouvrage reprend toutes les formes de contrat possible. Il précise les règles de recrutement, carrière, rémunération, droits et obligations, régime disciplinaire qui sont propres aux contractuels. Il insiste sur les conséquences du choix de recrutement de contractuels.

  • Le statut de l'élu et l'organisation des conseils décryptés !
    Les fonctions de l'élu municipal et son cadre d'action sont en constante évolution depuis plusieurs années. Ces changements ont des conséquences sur le statut de l'élu et sur le cadre de l'exercice de ses fonctions. Des compétences et des droits nouveaux ont été accordés aux élus, ils ne sont plus seulement des élus municipaux mais aussi communautaires.

    Afin de vous éclairer, L'élu municipal aborde et développe tous les aspects des fonctions de maire, d'adjoint et de conseiller municipal et communautaire, ainsi que les règles de fonctionnement des assemblées.

    Dans cette nouvelle édition, entièrement mise à jour, on retrouvera notamment les dernières nouveautés notamment issues de la loi du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique et celle du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19.

  • Face à la question sociale et en matière de fabrique des solidarités, comment évoluent les idées, les lignes stratégiques et les instruments mobilisés ? Comment rendre compte et analyser les formes d'action collective, les modes de gouvernance et les mutations professionnelles ainsi engendrés ?
    Cet ouvrage, issu d'une journée d'études à Sciences Po Rennes, questionne la gouvernance des politiques sociales et de solidarité. Il met en lumière les différents acteurs intervenant dans ce domaine, les interactions qui ont lieu entre eux et les nouveaux moyens d'actions utilisés.
    À partir de travaux issus des sciences sociales (sciences politiques, sociologie, géographie sociale, etc.), l'ouvrage vise à faire le point sur la gouvernabilité des solidarités et sur la reconfiguration des formes de gouvernance de ces solidarités. Les différentes contributions portent sur des domaines spécifiques de l'action sociale ou sur des transformations plus générales.
    Entre régulation politique et régulations sociales, l'objectif est de rendre compte des compromis qui se tissent, persistent ou se modifient en matière de gestion de la question sociale. Ainsi, les différents contributeurs reviennent sur l'historicité de l'État social, sur l'effacement puis la résurgence des centres de commandements locaux, sur l'influence des dynamiques internationales ou encore sur la place du « tiers-secteur » et des organisations non gouvernementales.

  • Les concepts, pratiques et normes à mobiliser pour mieux piloter les politiques locales !
    Les collectivités locales voient, depuis quelques années, leurs compétences s'accroître et les moyens financiers pour les mettre en oeuvre diminuer. Elles doivent donc faire plus avec moins et sont à la recherche d'une plus grande efficacité dans la gestion des politiques publiques locales.
    Planifier, organiser et évaluer l'ensemble des actions et activités d'une organisation publique sont des missions du quotidien pour les collectivités locales. Cet ouvrage méthodologique vient aider les collectivités dans l'élaboration, la mise en oeuvre et l'évaluation de ces politiques publiques.
    Véritable outil de pilotage des actions de la collectivité, cet ouvrage présente les concepts, pratiques et normes à mettre en oeuvre. Chaque étape est décryptée et illustrée avec des schémas et exemples pratiques.

  • Depuis le 1er janvier 2020, les fonctions de juge des tutelles des majeurs sont confiées à un nouveau juge, le juge du contentieux de la protection, qui siège au sein du tribunal judiciaire ou dans un tribunal de proximité.

    Alors que les réformes intervenues ces 10 dernières années en droit des tutelles n'ont cessé de replacer la personne majeure vulnérable au coeur des dispositifs de protection, la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice et son décret d'application du 22 juillet 2019 en la matière, entendent promouvoir l'autonomie du majeur protégé pour permettre à ce « nouveau » juge des tutelles de concentrer son office sur les difficultés les plus complexes.

    L'objectif de l'ouvrage est de présenter les différents régimes de protection afin d'en faciliter la compréhension et l'appropriation par les différents acteurs judiciaires et tutélaires. Cette quatrième édition intègre les nombreux changements fonctionnels et procéduraux auxquels les magistrats, avocats, notaires, médecins, tuteurs et services sociaux doivent s'adapter à l'issue de cette nouvelle réforme :
    La mise en place d'une procédure unique devant le juge du contentieux de la protection, en vue de prononcer une mesure de protection judiciaire ou d'habilitation familiale ;
    L'élargissement de la mesure d'habilitation familiale aux hypothèses d'assistance ;
    Ou encore le renforcement de l'obligation d'inventaire et l'instauration de nouveaux modes de contrôle pour la vérification et l'approbation des comptes de gestion.

    Considérablement enrichie, cette réédition apporte des réponses claires et précises aux questions les plus délicates :
    Comment a évolué le rôle du juge des tutelles depuis 1968 ?
    Quelle est la place de la famille dans une mesure de protection juridique ?
    Comment saisir le procureur de la République d'une demande de placement sous protection ?
    Quel est le rôle du médecin inscrit sur la liste du procureur de la République ?

    Très pédagogique et assortie des formulaires utiles à la pratique, elle aidera les professionnels nouvellement engagés dans le métier, comme les plus chevronnés.

  • Les règles de la commande publique sont étroitement définies : transparence et égalité de traitement entre les candidats doivent être garanties par la procédure de mise en concurrence. La concurrence, c'est aussi le credo de l'efficacité. Mais peut-on vraiment réduire l'achat public à la dimension du prix, ou encore laisser au marché le soin de définir l'« optimum » économique et social pour la collectivité ?

    Les acheteurs publics ont déjà répondu à cette question, et s'interrogent continûment sur la manière de remplir leurs objectifs - contribuer au développement économique local, protéger l'environnement, lutter contre les inégalités, etc. - tout en s'inscrivant dans le cadre légal.

    Concrètement, comment faire ? Cet ouvrage renouvelle l'approche de l'achat public en lui conférant une dimension stratégique : acheter dans l'intérêt de la collectivité, c'est donner un sens économique à l'utilisation des dispositifs juridiques existants. Cela implique de bien identifier ses besoins et les fournisseurs adéquats, de structurer la fonction achat au sein de la collectivité, de réfléchir à sa stratégie. Faire ou faire faire ? Quel montage juridique est le plus adapté à chacun des besoins recensés ? Puis, élaborer son plan de négociation, et piloter la relation à son fournisseur.

    Guidés à chacune de ces étapes, élus et praticiens pourront atteindre leurs objectifs en utilisant au mieux les règles de la commande publique.

  • Si la recherche du « bien commun » est supposée guider l'action de tout serviteur de la République, elle a irrigué en profondeur la carrière de Jean-Marc Sauvé, auquel ce livre vient rendre hommage.
    Souvent assimilé à l'intérêt général, le bien commun est un patrimoine matériel et immatériel dont la République a posé les principes fondamentaux : liberté, égalité, fraternité bien sûr, mais aussi laïcité, dignité, ainsi qu'éthique sont aujourd'hui les boussoles de l'action publique. Il est à la fois un héritage collectif, la source de nombreux engagements et la promesse d'une destinée partagée.
    Des mécanismes de contrôle et de contrepoids ont été instaurés pour préserver ce patrimoine commun dans un cadre national mais aussi européen. Le Conseil d'État et le secrétariat général du Gouvernement y tiennent une place éminente.
    De sa contribution au combat pour l'abolition de la peine de mort à la vice-présidence du Conseil d'État, Jean-Marc Sauvé a marqué de son empreinte les champs d'intervention qui constituent le creuset de ce bien commun.
    Cet ouvrage, qui associe de nombreuses personnalités françaises et étrangères, entend contribuer à la conceptualisation de la notion de bien commun à travers le parcours d'un grand serviteur de l'État qui a su renouveler avec constance et dévouement la recherche du sens donné à l'action publique. Académiques, confraternelles ou amicales, les contributions réunies dans cet ouvrage résonnent comme autant d'échos à la carrière de Jean-Marc Sauvé et de témoignages sur notre monde contemporain.
    La direction scientifique de ces mélanges réunissant 38 contributions est assurée par Pierre Delvolvé, professeur émérite de l'université Paris 2 Panthéon-Assas, membre de l'Institut, Bernard Stirn, président de section au Conseil d'État, membre de l'Institut, Christian Vigouroux, président de section honoraire au Conseil d'État, Fabien Raynaud, conseiller d'État, Laurence Marion, conseillère d'État, et Édouard Geffray, maître des requêtes au Conseil d'État.

  • Par la matière que le Code de l'éducation régit, par les commentaires de l'auteur et la jurisprudence qu'il « décortique », c'est bien de la vie des élèves et de l'établissement dont il est question. Pour ne citer que quelques exemples de sujets abordés : l'organisation des enseignements, le contenu des connaissances, les modalités de préparation des examens, les bourses, la prévention des mauvais traitements, les transports scolaires.
    Depuis la 5e édition du Code de l'éducation commenté (2016), on peut dénombrer la parution d'une douzaine de lois et de plus d'une centaine de décrets relatifs à l'Éducation nationale et à l'enseignement supérieur, qui ont substantiellement modifié les parties législative et réglementaire du Code de l'éducation.
    Quelques thèmes parlants : le dispositif « Parcours Sup » et la fin du régime spécifique de sécurité sociale étudiante, la loi du 5 septembre 2018 sur la liberté de choisir son avenir professionnel qui a consacré la rénovation de la formation professionnelle, la loi du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance (extension de la scolarité obligatoire renforcement de l'école inclusive), la réforme des études secondaires conduisant au baccalauréat, les dispositifs d'orientation active et d'accès à l'université.

  • La révolution juridique qu'a constituée le Règlement général pour la protection des données (le texte de référence de l'Union européenne, en matière de protection des données à caractère personnel, dit « RGPD »), peine encore à se concrétiser pour les collectivités territoriales. Car, cette nouvelle appréhension des données et la complexité induite par la mise en conformité sont pour les collectivités une source non négligeable d'inquiétude et de coûts financiers.

    Face à cette nouvelle réglementation qui irrigue l'ensemble des activités et moyens des administrations, ce guide se propose de présenter tant les grands principes que leurs modalités de mise en oeuvre au travers de fiches prêtes à l'emploi portant sur des traitements spécifiques : développement de la vidéoprotection, organisation des contrôles d'accès, gestion des ressources humaines, élaboration des campagnes électorales, etc.

  • Cette nouvelle édition intervient dans un contexte marqué par deux lois : la loi n° 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique et la loi n° 2019-774 du 24 juillet 2019 relative à l'organisation et à la transformation du système de santé», qui emportent toutes deux des conséquences statutaires importantes. Elle étudie leur application au quotidien.
    Quelles sont les hypothèses possibles de recours aux contractuels ?
    Peut-on licencier un agent intérimaire ?
    À quoi servent les formations spécialisées du comité social d'établissement ?
    Que recouvre l'obligation de reclassement ?
    Comment accompagner les évolutions, en termes de recrutement et de carrières, des compétences nouvelles données à certaines catégories de fonctionnaires (agents de régulation, infirmiers en pratiques avancée, infirmiers de bloc opératoire, etc.) ?
    À la lumière des décrets d'application et de la jurisprudence, l'ouvrage attire l'attention du lecteur sur les points sensibles.

  • Les avocats, conseillers prud'homaux et défenseurs syndicaux doivent répondre au quotidien à de nombreuses problématiques plus ou moins complexes.
    Entièrement refondue et restructurée sous formes de fiches problématisées et opérationnelles, cette 4e édition propose un accès direct par thématique, pour TOUS les points de procédure de première d'instance et d'appel.
    Chaque fiche apporte des solutions précises, illustrée de situations concrètes et des modèles correspondants, pour permettre au praticien d'adopter la bonne stratégie ou de déjouer les pièges d'une procédure.

  • Ce plan de comptes détaillé de la M14, pratique et facile à consulter vous accompagne quotidiennement que ce soit dans la préparation du budget ou dans la passation des écritures.
    À qui s'adresse ce guide ?
    - à toutes les communes ;
    - aux EPCI ayant une comptabilité M14 ;
    - aux CCAS et aux caisses des écoles ;
    - aux associations syndicales autorisées (ASA).

  • Depuis le 1 er janvier 2016, les interactions entre l'administratjon publique et les citoyens sont régies par le Code des relatjons entre le public et l'administratjon, appelé aussi CRPA. Les règles relatjves à ces relations étaient auparavant contenues dans des textes épars et dans la jurisprudence. Ce code a ainsi permis de centraliser ces règles et de les rendre plus lisibles.
    Cet ouvrage reprend donc le texte de ce Code annoté et commenté. Les commentaires détaillés qui se trouvent sous les articles permettent de mieux en saisir la portée et de les décrypter.
    Cet outil deviendra rapidement indispensable pour les collectivités locales qui souhaitent avoir des relations apaisées avec leurs administrés que ce soit les citoyens ou les personnes morales avec lesquelles elles peuvent interagir.

  • Concret et didactique, cet ouvrage traite avec précision de toutes les questions liées à l'état civil, et notamment :
    - la naissance, la reconnaissance, l'adoption, les noms et prénoms, l'autorité parentale, la filiation ;
    - le mariage, le régime matrimonial, l'union libre, le PACS, le divorce, la séparation ;
    - le décès, le certificat d'hérédité, la succession ;
    - tous les actes, les procédures et démarches, le registre, les copies et extraits, le livret de famille, la dématérialisation ;
    - l'état civil des étrangers en France comme celui des Français à l'étranger ;
    - l'organisation d'un service d'état civil.

    Des conseils pratiques, des reproductions de formules d'actes, des modèles de mentions, de lettres et d'arrêtés accompagnent ces développements.

    Cette 18e édition est à jour de l'ensemble des modifications de la réglementation et de la jurisprudence relative à l'état civil.

  • Relever le défi de la résonance au monde en temps de crise !
    Les systèmes éducatifs doivent faire face à de grands défis : les crises systémiques écologiques, économiques, sociales et sanitaires mondiales. Ces crises s'entremêlent et ont des effets particulièrement dévastateurs pour les populations et leurs environnements.
    Pour aborder de manière significative ces grands défis, l'ouvrage relie pour la première fois des notions-clés : la question de la réussite éducative, de la vie bonne et de l'expérimentation de différents styles de vie au sein des territoires. Il prend en considération l'expression des résonances entre soi et le monde ainsi que tout ce qui caractérise l'intériorité de la personne.
    En ces temps de covid-19, cette réflexion sur la réussite éducative s'inscrit pleinement dans les objectifs de la loi n° 2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance. En effet grâce à toutes les relations que nous tissons durablement avec notre intelligence collective et nos expériences partagées de fraternité et de solidarité, nous sommes en mesure de savoir et de cultiver ce qui pour nous est une vie bonne, une vie pleine de résonances fruit d'une communauté éducative au centre de la Cité. En cela, la réussite éducative est un exercice et individuel et collectif qui répond non seulement à un projet de société mais aussi à un véritable projet de civilisation.

  • Conçue comme un guide pratjque, cetue nouvelle éditjon vous livre les clés du succès de la rédactjon du contrat de délégatjon à l'exé- cutjon du service délégué, en vous permetuant d'intégrer la complexité du cadre réglementaire.
    Les délégatjons de services publics sont passées au crible : formules de délégatjon, techniques de dévolutjons contractuelles, procé- dures, exécutjon, contrôles, aspects européens, etc.
    Entjèrement actualisée, cetue nouvelle éditjon intègre les modifjcatjons législatjves, réglementaires et jurisprudentjelles les plus ré- centes de la matjère, et notamment :
    - ordonnance n° 2016-65 du 29 janvier 2016 relatjve aux contrats de concession ;
    - décret n° 2016-86 du 1 er février 2016 relatjf aux contrats de concession.
    Très pédagogique, cet ouvrage inclut des conseils pratjques et des mises en garde, des annexes compilant les textes essentjels de la matjère et des tableaux de synthèse des modes de délégatjon de service public.

empty