NENA

  • Marx s'était proposé de traiter de l'économie capitaliste mondiale dans un volume VI du Capital, qui n'a jamais vu le jour. De ce fait, les marxismes historiques, largement confinés dans l'exégèse des écrits de Marx, ont éliminé de leur programme la réflexion, pourtant indispensable, sur la mondialisation de la loi de la valeur. Samir Amin tente dans cet ouvrage de combler cette lacune et propose une analyse de la transformation de la loi de la valeur en loi de la valeur mondialisée. Il dégage ainsi les fondements théoriques de la polarisation produite par l'expansion mondialisée de la domination du capital. Cette édition est augmentée d'un texte théorique concernant la relation entre valeur et prix, deux concepts que Marx distingue alors que l'économie bourgeoise les confond. Cette relation avait été analysée par Marx dans les conditions du capitalisme de l'époque. Avec l'évolution de celui-ci, devenant capitalisme des monopoles (aujourd'hui des monopoles généralisés), la relation subît elle-même des transformations majeures. L'analyse du « surplus », un concept nouveau nécessaire pour restituer toute sa place à la rente des monopoles, comme celle de la hiérarchisation des salaires, détachée de toute référence aux coûts de formation, permettent de conceptualiser ces transformations et de mesurer leurs effets sur la reproduction du système économique et social contemporain. Le marxisme vivant rompt avec la tradition qui le réduit à l'exégèse des textes de Marx.

  • Cet ouvrage s'adresse aux professionnels de l'économie, aux chercheurs et aux étudiants ; il débute par une mise au point du référentiel théorique à partir du panorama des réflexions d'une discipline devenue impressionnante par la quantité de ses publications et de ses auteurs, mais également par les nombreuses attentes qu'elle suscite dans toutes les composantes sociales de toutes les sociétés.
    Cette discipline est passée de l'économie politique à la science économique suite à de multiples et dures ,controverses. Qu'avaient dit les économistes dans le passé et que disent=ils aujourd'hui ? A quoi servent toutes leurs théories et tous leurs modèles ? Les rendent=ils capables de transformer, d'orienter ou d'impulser le développement économique et social ? Que peut apporter la science économique précisément à l'Afrique ? Quelle est sa méthodologie ? Ce questionnement qui fait aussi partie de la démarche scientifique permet une bonne compréhension des processus de la production des connaissances en science économique et des fondements méthodologiques qui ont permis de bâtir les différentes théories considérées comme des boîtes à outils.
    Cet ouvrage fait alors le point sur deux problèmes fortement corrélés ;d'une part l'état de la science économique et, d'autre part,la méthodologie qui est devenue une discipline très importante pour l'élaboration d'une recherche et de toute production scientifique.

  • Peut-on sortir des contraintes imposées par le système économique mondial ? Le tenter ne conduit-il pas nécessairement à la terne stagnation du « socialisme des casernes » ? Quelle est la marge de manouvre dont dispose un quelconque État du tiers monde ? Est-il condamné à la dépendance ? L'auteur du Développement inégal, du Matérialisme et la loi de la valeur, de Classe et nation dans l'histoire et la crise contemporaine et de L'avenir du maoïsme défend dans ce nouveau livre la thèse d'un « décrochage » non seulement possible mais nécessaire de la logique centre/périphérie. La déconnexion - concept stratégique proposé en complément de celui de développement autocentré national et populaire - s'impose avec force aux peuples du tiers monde qui veulent éviter les réajustements dramatiques provoqués par la crise, telle la famine ou la guerre. Mais elle concerne tout autant les États du Nord, en redéfinissant les règles du jeu planétaire. L'auteur voit d'ailleurs dans les mouvements « Verts » européens comme dans le regain du fait religieux dans le monde entier les signes de la nécessaire réadaptation des stratégies et des tactiques politiques ouvrant pour un autre développement. Approche globale et renouvelée des grandes mutations du système mondial contemporain, ce livre offre aussi au lecteur une présentation claire et synthétique des concepts-clé de l'ouvre de Samir Amin, devenus objet de débats et de controverses dans le monde entier.

  • Il n'est pas de travail bien fait sans le savoir qui lui incombe
    Les institutions de microfinance sont dirigées par des organes dont les membres sont élus en Assemblée Générale. La nouvelle réglementation a sans doute renforcé d'une certaine manière leurs pouvoirs. Cependant, le problème majeur que nous constatons pour l'exercice de leur mission est le manque de formation et le déficit d'information.
    C'est pour pallier à ce manque que nous voulons mettre à leur disposition ce petit guide, qui contient les informations de bases sur la gouvernance, le fonctionnement et les prérogatives des organes d'administration et de gestion à savoir le Conseil d'Administration et le Comité de Crédit.
    Ce guide n'a donc pas la prétention d'être complet, mais nous voulons à travers lui apporter notre modeste contribution en notre qualité d'ancien membre de ces organes. L'étendue du sujet fait que son étude ne peut être épuisée dans le cadre d'un simple guide qui se veut un document de chevet que les membres d'organes pourront consulter à chaque moment pour se rafraîchir la mémoire.
    Un ouvrage instructif à destination des institutions financières dans un but de partage de l'expérience déjà acquise par les anciens
    EXTRAIT
    La microfinance est une offre de services financiers destinée aux populations les plus démunies, habituellement exclues du système bancaire traditionnel par manque de garanties (pas de revenus, pas de patrimoine).
    La microfinance a une longue histoire. Des systèmes de tontines existent depuis plusieurs siècles en Afrique et en Asie. En Irlande, Swift mit en place au XVIIIe siècle un système de prêts sans collatéral à des artisans. Des coopératives de crédit et d'épargne se sont aussi développées dès les années 1850 en Prusse avec le bourgmestre Friedrich Raiffeisen. Mais la microfinance s'est développée sous son aspect moderne dans les années 1970 seulement, au Bangladesh notamment avec Muhammad Yunus, mais aussi en Inde, au Brésil, au Kenya, au Ghana, au Togo...
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Né il y a 40 ans dans un petit village du Sénégal, Léopold Ndiaye est juriste de formation. Il est titulaire d'un baccalauréat littéraire en 1990, d'une licence en Sécurité et Sciences Criminelles, option Sûreté et Sécurité Aéroportuaire de l'Académie Internationale des Hautes Etudes de la Sécurité (A.I.H.E.S) de Dakar après un passage à la Faculté de droit de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Léopold Ndiaye a une grande expérience dans le mouvement associatif mais également dans la microfinance. Après avoir travaillé pendant 15 ans pour une ONG s'occupant d'enfants déshérités, il rejoindra l'Union des Institutions Mutualistes Communautaires d'Epargne et de Crédit (U - IMCEC), qui est un grand réseau de microfinance au Sénégal. Depuis mai 2011, il y assume les responsabilités d'Assistant aux Ressources Humaines. Cependant, il a auparavant dirigé cette institution comme Président du Conseil d'Administration et comme membre du Comité de Crédit.

  • Au cours des dernières années la mondialisation des affaires politiques et économiques s'est accélérée à un point tel que le système global en acquiert de nouvelles dimensions qualitatives. Acceptée sans réserves par les pouvoirs et les idéologies dominantes, cette mondialisation est porteuse de conflits tels, qu'elle ne débouche que sur l'Empire du chaos. Crise du socialisme, recul des perspectives de développements régionaux significatifs dans les Suds, effondrement de l'espoir d'une construction européenne ouverte sur le progrès social mondial, triomphe du préjugé atlantiste, médiocrité des visions des pouvoirs, absurdité des réponses populaires. L'humanité paie cher l'universalisme tronqué proposé par le capitalisme et sa critique insuffisante par les gauches historiques. Un livre à contre-courant des idées reçues, une théorie critique du système mondial, les linéaments d'une alternative progressiste nécessaire.

  • Irak et Syrie 1960-1980

    Samir Amin

    • Nena
    • 7 Juillet 1905

    Le monde arabe oriental a opéré une mutation au cours des années 50 et 60. A défaut d'une intégration unitaire et d'une transformation socialiste de la société, l'impression prévalait que les systèmes baasistes nouveaux de Syrie et d'Irak allaient permettre la réalisation des projets de développement nationaux, affermissant l'indépendance des Etats, fut-ce dans l'interdépendance à deux. L'analyse de la stratégie mise en ouvre pendant les vingt dernières années montre l'échec de ce projet. Le développement du capitalisme agraire et l'industrialisation de substitution, inscrits dans la logique de la division internationale du travail, ont accentué l'inégalité dans la distribution du revenu. La logique des intérêts de classe dominants appelle alors inéluctablement la transnationalisation. La « voie non capitaliste » et l'option en faveur des « industries industrialisantes » se sont révélées le plus sûr chemin vers un nouveau stade du capitalisme périphérique dépendant.

  • Peut-on sortir des contraintes imposées par le système économique mondial ? Le tenter ne conduit-il pas nécessairement à la terne stagnation du « socialisme des casernes » ? Quelle est la marge de manouvre dont dispose un quelconque État du tiers monde ? Est-il condamné à la dépendance ? L'auteur du Développement inégal, du Matérialisme et la loi de la valeur, de Classe et nation dans l'histoire et la crise contemporaine et de L'avenir du maoïsme défend dans ce nouveau livre la thèse d'un « décrochage » non seulement possible mais nécessaire de la logique centre/périphérie. La déconnexion - concept stratégique proposé en complément de celui de développement autocentré national et populaire - s'impose avec force aux peuples du tiers monde qui veulent éviter les réajustements dramatiques provoqués par la crise, telle la famine ou la guerre. Mais elle concerne tout autant les États du Nord, en redéfinissant les règles du jeu planétaire. L'auteur voit d'ailleurs dans les mouvements « Verts » européens comme dans le regain du fait religieux dans le monde entier les signes de la nécessaire réadaptation des stratégies et des tactiques politiques ouvrant pour un autre développement.
    Approche globale et renouvelée des grandes mutations du système mondial contemporain, ce livre offre aussi au lecteur une présentation claire et synthétique des concepts-clé de l'ouvre de Samir Amin, devenus objet de débats et de controverses dans le monde entier.

  • Cette édition intègre toutes les modifications apportées jusqu'en mai 2014 au Code des Assurances applicable dans les Etats membres de la Conférence Interafricaine des Marchés d'Assurances (CIMA). Cette publication constitue pour les professionnels des assurances un recueil de l'ensemble des textes applicables dans leur domaine. En plus des règlements, de circulaires, de décisions et de modèles d'états financiers émanant des autorités de la CIMA, la présente édition s'enrichie de plusieurs nouvelles décisions de jurisprudence, 60 au total, qui s'appuient sur des articles du Code CIMA. Sous les articles du code CIMA, des liens hypertextes les relient aux décisions qui les concernent et inversement à partir du texte des décisions. La présente édition du Code CIMA constitue ainsi un version annotée par la jurisprudence. Pour une utilisation conviviale, ce recueil numérique offre : une présentation adaptée à l'écran d'ordinateur pour une lecture aisée; une navigation facile avec des boutons de navigation présents sur chaque page; une consultation rapide grâce à plusieurs liens interactifs : tables des matières, index de sujets, listes des articles, articles référencés dans le texte, liens en articles et jurisprudence; la recherche dans le texte.

  • L'objet de cette étude est de montrer que l'intégration des économies de nature précapitaliste dans un marché international capitaliste des marchandises et des capitaux, n'a pas conduit à une substitution rapide et intégrale de la structure précapitaliste par une structure nouvelle de caractère capitaliste, mais que cette intégration a conduit à un développement original du capitalisme, à un développement limité et particulier du capitalisme, à une structure nouvelle où se côtoient les éléments structurels de nature capitaliste et ceux de nature précapitaliste. Le développement lent, partiel et particulier du capitalisme introduit « de l'extérieur » a engendré une structure mi capitaliste mi précapitaliste, une structure « dualiste ». C'est cette structure originale que nous considérons constituer l'essentiel de ce que l'on a coutume d'appeler « le sous-développement ». L'objet de la thèse est donc d'étudier le mécanisme de l'intégration internationale des économies précapitalistes, de cette intégration qui a transformé les pays précapitalistes en pays dits « sous développés ».

  • Cet ouvrage est le fruit d'un enseignement de la théorie économique par l'auteur. Celui-ci s'est évertué à donner la parole aux auteurs autant que possible. Ce contact direct avec les écrits des grands économistes permettra aux étudiants d'avoir une meilleure maîtrise de la théorie économique qui est inséparable de l'histoire de la pensée économique. Après un certain engouement pour les techniques quantitatives, l'histoire de la pensée économique est revenue en force, parce que considérée comme incontournable dans la formation de tout économiste. L'histoire de la pensée économique n'est au fond rien d'autre que la théorie économique présentée sur le mode historique, au lieu du mode logique.

  • Les années cinquante soixante avaient été marquées par l'espoir d'un développement généralisé dans l'ensemble du Tiers Monde. Le « Projet de Bandoung » - dominant de 1955 à 1975 - avait inspiré des stratégies économiques qui, par-delà leurs diversités, s'assignaient l'objectif de renforcer l'indépendance politique par un développement économique conçu dans la perspective d'une interdépendance mondialisée progressivement moins inégale. Les désillusions des années quatre-vingt marquent-elles la « fin de l'idéologie du développement »? La dérive progressive qui conduit à une dizaine d'années du combat pour un « nouvel ordre économique international » à la soumission aux politiques de recolonisation, la vulnérabilité particulière de l'Afrique dans une conjoncture défavorable, la crise de l'État-nation ne démontrent-elles pas que le projet national bourgeois reste impossible, s'il a jamais été souhaitable? Mais que faire? Se réfugier dans l'idéologie passéiste des nationalismes culturalistes pour tenter de construire une société affranchie d'un seul coup de la mondialisation marchande ? Ou agir dans le sens de la construction d'un monde polycentrique fondé sur l'ajustement réciproque aux exigences d'une démocratisation sociale. En tout état de cause, la soumission des relations extérieures à la priorité d'un développement populaire intériorisé reste fondamentale.

  • En 516 pages, ce tome 1 présente l'influence des spécificités des législations fiscales nationales sur les normes comptables internationales. Comme le souligne le Professeur Alexis Ngantchou dans sa préface : -- Si les pays de l'Afrique subsaharienne ont . perçu la nécessité d'uniformiser les textes réglementant les affaires dans l'espace qui est le leur, ils sont loin de s'accorder sur une harmonisation de leurs politiques fiscales.. Ainsi, en adoptant un Acte Uniforme sur le droit comptable, en laissant parallèlement intacte l'autonomie fiscale des Etats, il apparaît de nombreux points d'ombre notamment pour le praticien comptable, dans un contexte où justement la comptabilité fiscale l'emporte sur la comptabilité financière. Le présent ouvrage s'illustre à propos, par la pertinence des analyses consacrées à la comptabilisation de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) dans l'espace OHADA. Il est heureux et significatif qu'à cet effet, l'auteur ait intégré avec un soin particulier les évolutions récentes de la législation en la matière.
    Pour ce faire, le Docteur Raymond Mbadiffo Kouamo met à contribution, dans un style dépouillé où le pragmatisme de consultant côtoie et complète l'analyse pédagogique de l'universitaire, ses connaissances des questions comptables et fiscales -- L'ouvrage explique les différents types d'évènements qui génèrent la TVA. Il précise surtout que la TVA générée par les opérations de ventes des énergies (électricité, eau, carburant, gaz, etc.) est exigible dès la livraison. En effet, la TVA ne constitue, ni une charge, ni un produit, pour l'entreprise lorsqu'elle est générée par un évènement qui contribue à la réalisation d'opérations taxables ou bénéficiant d'un régime d'exception. Mais, dans certaines circonstances, ce principe n'est pas toujours vérifié. L'auteur démontre dans quelles circonstances, la TVA générée par un évènement qui contribue à la réalisation d'opérations taxables ou bénéficiant d'un régime d'exception, devient une charge fiscalement déductible, ou non fiscalement déductible, pour l'entreprise. Enfin, cet ouvrage montre dans quelles circonstances, les pénalités, issues d'un contrôle fiscal relatif à la TVA, peuvent être comptabilisées dans les produits de l'entreprise. Un glossaire et une bibliographie complètent le tout.

  • Ouvrage de laFondation Rosa Luxembourg en coédition avec NENA
    Du modèle du parti unique jusqu'à la « démocratie représentative », des plans d'ajustement structurel aux réformes pour renforcer la « compétitivité » et améliorer le « climat des affaires », quasiment tous les modèles politiques et économiques en vogue ont été expérimentés sur le continentafricain. Or, le constat d'échec est bien là qu'atteste la plupart des indicateurs socioéconomiques dans le domaine de la nutrition, de la santé, de l'éducation, de l'emploi, etc. Selon les projections des Nations-Unies, l'Afrique représentera près d'un quart de la population mondiale à l'horizon 2050. Si l'Afrique n'arrive pas encore à s'occuper correctement des problèmes que rencontre son milliard d'habitants, comment le pourrait-elle au moment où sa population aura doublé ? Au-delà de la critique du néolibéralisme, il est donc urgent de réfléchir à des alternatives qui pourront permettre à l'Afrique de sortir de l'impasse et de trouver la voie qui est la sienne.
    C'est la perspective adoptée par cet ouvrage édité par Ndongo Samba Sylla et qui rassemble des contributions d'experts des questions de développement en Afrique.
    La démocratie permet-elle d'arriver aux changements souhaités par les populations africaines ? Si oui, à quelles conditions ? Autrement, que mettre à la place ? Comment l'Afrique peut-elle rompre avec les pratiques néocoloniales qui contraignent son émancipation politique, économique et culturelle ? Quelle place pour les femmes dans ces processus ? Face à la paralysie et à la trahison des élites, les mouvements sociaux peuvent-ils être les porteurs des ruptures radicales tant attendues ? Quelle pourrait être la contribution des médias privés dans la mise en ouvre d'alternatives au service des peuples ?
    Sortir de l'Impasse essaie d'apporter des éléments de réponse à ces questions essentielles.

  • Ouvrage des éditions Arcade en coédition avec NENA
    Ce livre rassemble les communications faites durant l'année 2013 au cours des différentes séances du Forum appelé les «samedis de l'économie», organisé au siège de la Fondation Rosa Luxemburg (FRL) à Dakar, sous l'égide de celle-ci et de l'Africaine de Recherche et de Coopération pour l'Appui au Développement Endogène (ARCADE).
    L'idée qui a présidé à cette publication est demettre à la disposition d'un large public ces communications pour partager avec les lecteurs et lectrices les analyses critiques sur les problèmes économiques nationaux, africains et internationaux. Les communications ont abordé des sujets, tels que la crise du capitalisme mondial, le concept de développement endogène, les Accords de partenariat économique entre l'Afrique et l'Union européenne. Les débats ont égalementporté sur le socialisme bolivarien du 21e siècle, la bataille pour la décolonisation de la pensée, en général, et de la pensée en sciences sociales, en particulier, ainsi que sur la relation - douteuse ou pour le moins controversée - entre démocratie et développement. Toutefois, les problèmes et politiques économiques du Sénégal ont tenu une large place dans les débats. Avec notamment l'analyse des options économiques du nouveau régime, les questions foncières, celle de l'emploi des jeunes et la politique économique de la Gauche sénégalaise.

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Rencontre avec samir amin
    Entre Valeur d'usage et plus value de laculture
    La Côte d'Ivoire contre l'uemoa ?

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Transition des banques commerciales en afrique
    Succession à la tête de la bad
    Question sur le developpement de l'afrique

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Classement des banques de l'uemoa
    Ttaux de croissance du bourkina faso
    La bancarisation dans la wone uemoa et cemac

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Côte d'Ivoire : l'éléphant de retour
    Finance et énergie renouvelable
    Intelligence économique contre fuite des capitaux en Afrique
    Marchés interbancaires en zone CFA
    Autres nouvelles économiques et financières.

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Le doing business
    Faut-il distribuer le dividende
    8 societes introduites en bourse en tunisie

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Le riz importe en afrique
    La bourse rwandaise
    L'opa de ecobank

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Le risque bancaire en afrique est pareil ailleurs
    La pme en afrique
    L'uemoa à dubai un model de developpement

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    La bourse reflet de l'economie
    Axa en afrique
    La rse a johannesburg

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    La mauritanie un pays qui change
    L'assurance en afrique francophone
    Ces trois présidents qui ont changé la BAD

  • Ouvrage des éditions Financial Afrik
    Au sommaire :
    Perspectives de l'assurance en Afrique en 2015
    Les 100 personnalités qui ont fait bougé l'Afrique en 2014
    Les système de retraite en Afrique
    Autres nouvelles économiques et financières.

empty