Coédition NENA/CODESRIA

  • In this light, the designation « urban processes and change » acts to concentrate observations on aspects of social economy and the generation of urban cultures that seek to reopen questions about the aspirations and practices which configure specific instances of African urbanity. These considerations also entail the everyday life processes through which urban residents, associated through various networks and institutions, mediate different dimensions of power. The question is how they produce livelihoods which embody their own constructed meanings and understandings and adhere to the prevailing images and impositions of what urban life should be.

  • Zimbabwe

    Ibbo Mandaza

    Zimbabwe : The Political Economy of Transition focuses on the relationship between the imperialist and white settler colonial legacy on the one hand, and the pattern of political and socio-eonomic development in the post-independence era on the other. To what extent and with what consequences does this legacy-its political, economic, social, cultural and ideological manifestations-constitute structural limitations on the developmental momentum and ambitions of Zimbabwe? Given the nature and history of the National Liberation Movement, its class and ideological content, how is the new state in Zimbabwe to be characterized in terms of new alliances and stances, and in the light of the current configuration of forces at the regional and global levels? And, therefore, what have been the achievements and pitfalls? And, on the basis of such analyses, what of the future?

  • This book is an interrogation of African studies, its formulations and fetishes, theories and trends, possibilities and pitfalls. As a discursive formation, African studies is, of course, immersed in the contexts and configurations of the western epistemological order. « This is a « docu-drama » in book form. It uses both fact and fiction, and mobilizes both the computer and the muse. Paul Tiyambe Zeleza reinterprets the African condition and examines those who study it. Especially fascinating is his scrutiny of Africa's most dangerous marabouts of the twentieth century - academic Africanists from Western and neo-western universities. Postmodernism and postcoloniality may still be in vogue, but this book inaugurates the new era of post-pessimism. » Prof. Ali A. Mazrui, Albert Schweitzer Professor in the Humanities, Binghamton University, Binghamton, New York « The Manufacturing African Studies and Crises is a provocative and stimulating book written by a brilliant angry mind. It is a challenge to the practice of African Studies and its political significance. The book is important for all Africanists. It will upset you, as it did me, and force you to re-evaluate our work and understand our predicament as students of African cultures and affairs. » Prof. V. Y. Mudimbe, William R. Kenan Jr. Professor of French, Comparative Literature & Classics, Stanford University, Stanford, California « To the student of Africa, this collection of essays offers irreverent insights of an informed outsider, at a time when the field is in great need of reflection. To some in the « African Studies » establishment, its words may prick like coming from the pen of an inside agitator. If the result has the feel of a bitter medicine, it will be no less therapeutic for those who dare read through it. In short, Zeleza's book merits diverse audiences and has the potential of triggering a much-needed soul-searching in « African Studies ». Prof. Mahmood Mamdani, University of Cape Town, South Africa « One of the most comprehensive and effective rebuttals of the way in which Africa has been studied in much of North America and Europe. » Prof. Adebayo O. Olukoshi, Nordiska Afrikainstitutet, Uppsala, Sweden

  • The framework we have chosen for the study attempts to provide a systemic picture of peasant society's struggle for existence. The resource flow system's approach regards everyday forms of peasant survival as essential to the understanding of the socio-economic condition and potential of rural society. The flow of resources among peasant households, and between peasant households and outsiders, goes on all the time, and in each case some lose and others gain. On the other hand, the peasant household itself is both a production and consumption unit, and what it produces, allocates and consumes constitutes on a micro level a resource flow system, also involving losses and gains.

  • Ghana Under PNDC Rule analyses the changes in Ghanaian society under Rawlings's Provisional National Defence Council, the longest serving government in the country's turbulent history. Since 1981, Rawlings has become a favourite of the World Bank and the International Monetary Fund, and his government's Structural Adjustment Programmes have been judged as the most thoroughgoing and consistent in the world. What shape did this transition from « revolution » to « economic recovery » take? What has been the effect of these policies on the Ghanaian economy, and more importantly, the Ghanaian people? Very little has been written about the policies and outcomes of the Rawlings regime. This book, written by Ghanaian scholars is a vital contribution to the written history of Ghana. Topics include the crisis of 1981 and the retreat from democratic rule and the role of the stale in achieving political objectives. Strategies of political mobilisation, are examined, as are the IMF and World Bank-influenced agricultural and economic policies. Changes in foreign policy and the law and the effects of PNDC policies on women and their impact on labour are also looked at in depth. This book is essential reading for any student, scholar, individual or organisation who is interested in Military rule, impact of Structural Adjustment Programmes in Africa.

  • « Carlos Serra s'est toujours intéressé à l'analyse scientifique de la vie des Mozambicains et aussi aux événements politiques qui ont marqué les périodes les plus récentes de l'histoire du Mozambique. Avec des études des cas qui couvrent les trois plus grandes villes du Mozambique (Nampula, Beira et Maputo), Carlos Serra essaie de comprendre et d'interpréter le comportement social d'un groupe qui lutte pour garantir sa survie quotidienne. L'analyse faite par l'auteur met le doigt sur la blessure des différentes composantes de la société, qui représentent les formes les plus profondes de l'exclusion sociale, marquées par l'humiliation extrême et la perte de la dignité humaine, principalement quand il aborde les questions concernant les hôpitaux psychiatriques, les dépôts des ordures et les mendiants. En même temps, l'auteur cherche à montrer comment quelques acteurs sociaux fournissent à travers les forces occultes une réponse à ces problèmes afin de soulager en quelque sorte la douleur de l'exclusion ».

  • The unprecedented speed at which change occurs in different countries and in all aspects of people's lives over the last two decades; has madeit imperative to revisit the erection of any kind of barriers across countries' borders. Viewed in the context of ideological, economic, technological or developmental perspectives, there has been increasing inter-societal, or better still, inter-regional competiveness across vast geographical spaces. This has brought about a need for capacity strengthening beyond respective nationalistic frameworks, and more significantly at the level of economic functioning in order to strengthen the competitive advantage of participating member-states (Adeniran 2012:2). Against this background, Regional Economic Communities (RECs) in Africa are described as imperative platforms for grouping individual countries together within different sub-regions for the specific objectives of attaining greater socio-economic unification.

  • « Voici un ouvrage qui interpelle. Il permet de mieux appréhender les secousses de l'Afrique centrale. Il établit un diagnostic et apporte une contribution décisive à la recherche de solutions appropriées au développement humain social et économique de l'Afrique. Mais les travaux vont plus loin et annoncent une indispensable et riche réflexion sur la marche, la construction de communauté régionale et internationale, et le devenir de l'humanité ».
    Paul Gérard Pougoué, Agrégé des Facultés de Droit, Professeur Hors Échelle, Université de Yaoundé II, Cameroun

  • L'histoire économique de l'Afrique des trente dernières années retrace la volonté du continent de passer d'une société traditionnelle à une société moderne. Les stratégies mises en oeuvre pour opérer cette transition ont varié selon les options politiques choisies par les gouvernements des pays nouvellement indépendants. Au moment des Indépendances africaines, en 1960, l' interventionnisme de l'Etat, fondé sur la révolution keynésienne de 1936, est le courant dominant. Cet interventionnisme étatique exerce une influence déterminante sur la théorie moderne du développement qui, en tant que science, est née au début des années 1940. Les stratégies de développement dérivées du paradigme de l'école libérale considèrent l'investissement privé (étranger ou local) et l'exportation comme les moteurs de la croissance économique; par contre la production visant à remplacer les importations, l'investissement public et la production directe par l'Etat sont vus comme des moyens de parvenir à une croissance rapide par les partisans des stratégies de développement dérivées de l'interventionnisme de l'Etat dont la forme extrême, issue de la pensée marxiste, est la stratégie du développement autocentré.

  • Il est délicat de fournir une définition unique de la notion de modèle. Dans le cadre de l'économétrie, nous pouvons considérer qu'un modèle consiste en une présentation formalisée d'un phénomène sous forme d'équations dont les variables sont des grandeurs économiques. L'objectif du modèle est de représenter les traits les plus marquants d'une réalité qu'il cherche à styliser. Le modèle est donc l'outil que le modélisateur utilise lorsqu'il cherche à comprendre et à expliquer des phénomènes. Pour ce faire, il émet des hypothèses et explicite des relations.

  • L'utilisation de base de données combinant les dimensions temporelles et individuelles - les données de panel - s'est considérablement développée au cours de ces dernières années en économie appliquée. Plusieurs raisons permettent d'expliquer ce phénomène. La première est la disponibilité croissante de ce type de base de données. De nombreux instituts statistiques collectent à intervalles plus ou moins rapprochés des données individuelles, comme les enquêtes de ménage par exemple. L'accumulation au cours du temps de ces photographies détaillées permet aujourd'hui de disposer de bases de données comportant une très large dimension individuelle et une information dynamique suffisante à l'élaboration de modèles statistiques permettant de tester de nombreuses hypothèses. La seconde raison tient aux progrès réalisés en informatique, à la fois en termes de puissance de calcul et d'offre de logiciels économétriques appropriés au traitement des données de panel. Ce qui pouvait apparaître comme un problème insoluble il y a encore quinze ans, par exemple l'inversion d'une matrice de grande taille, est aujourd'hui devenu routinier. Enfin, la réflexion sur la manière pertinente de traiter l'information disponible en fonction des questions posées et des hypothèses retenues s'est considérablement enrichie depuis les travaux précurseurs de Zellner (1978) ou de Balestra et Nerlove (1966).

  • La Sierra Leone a mis en ouvre un programme d'ajustement structurel (PAS) en avril 1990. Auparavant, l'économie était en déclin. Au cours des années 1980, le taux de croissance moyen du PIB est inférieur à 2 % et le chômage s'est aggravé de façon inexorable. Quant à l'inflation, son taux a augmenté sans cesse avant d'atteindre un niveau record de 180 % en 1987. Dans le même temps, le pays devait faire face à une crise de devises étrangères en raison de graves problèmes de balance de paiements. La réponse du gouvernement, par le rationnement des devises étrangères et l'instauration de divers régimes de taux de change, n'a fait qu'aggraver le problème.

  • Dans plusieurs pays en développement, le désir de s'industrialiser a conduit à la mise en oeuvre simultanée des politiques d'import-substitution et d'export-promotion. Ces politiques sont matérialisées par la protection accordée aux industries locales. Par exemple certains biens importés et exportés (généralement les exportations traditionnelles, TES 1989-1990) supportent des taxes, alors que la production d'autres (par exemple les biens d'exportation non traditionnels, principalement des produits manufacturés), est subventionnée. Au Cameroun où la politique industrielle et commerciale donne une attention particulière au secteur manufacturier, de telles mesures sont fréquemment appliquées soit pour atteindre des objectifs divers, soit pour faire face aux problèmes immédiats. Par exemple, pour protéger les producteurs locaux, une taxe de péréquation a été mise sur pied par décret du 22 janvier 1988. Cette taxe avait pour but d'accorder une subvention implicite à la production des biens alimentaires. Au départ, elle ne s'appliquait qu'aux importations de riz et de sucre, ensuite elle a été étendue à celles des huiles végétales et aux corps gras en 1989. Cette mesure répond à la préoccupation du Gouvernement de soutenir l'autosuffisance alimentaire au Cameroun. Par ailleurs, l'article 10 du titre Il du Code des investissements de novembre 1990 stipule que les produits industriels destinés à l'exportation sont exonérés des droits de sortie. Toutefois, lorsque les circonstances l'exigent, un droit de sortie peut être institué sur un produit déterminé après avis des administrations intéressées. Généralement, l'impact de ces mesures sur l'ensemble de la structure des incitations relatives n'est pas pris en considération. L'idée du gouvernement pourrait être de protéger ou de promouvoir une activité industrielle d'un type particulier. Seulement, la protection de cette activité déprotège une autre en raison de la prise en compte des effets - prix de ces mesures.

  • [...]La théorie du développement va s'éloigner progressivement du modèle pur de l'équilibre général, qui a dominé la réflexion et la pratique en matière de développement tout au long des années 80. Ainsi, une nouvelle économie du développement, que l'on qualifiera d'économie du développement du post-ajustement, va se substituer au consensus de Washington. Cette nouvelle économie du développement regroupe l'ensemble des pratiques théoriques qui s'éloignent du modèle walrassien en reconnaissant les imperfections du marché et l'incapacité des politiques de stabilisation et d'ajustement orthodoxes inspirées de ce modèle de base à opérer les transformations nécessaires à une reprise durable de la croissance dans le Tiers-Monde. Ainsi, la théorie du développement ne pouvait pas rester indéfiniment insensible aux souffrances sociales des populations du Sud, suite à l'application des programmes de stabilisation et à la faiblesse des dynamiques de croissance initiées par les réformes. Ces évolutions sonnent le glas du libéralisme triomphant des années 80, en annonçant les gestations d'une ère nouvelle où les préoccupations de reconstruction de « l'empire du chaos » (Amin 1991) l'emporteraient sur les impératifs et les préoccupations néolibérales de destruction de l'ordre ancien du début de la décennie 80.[...]

  • Depuis la seconde moitié de la décennie soixante-dix, les performances à l'exportation du Bénin n'ont cessé de décliner inexorablement. L'analyse des résultats d'estimation d'un modèle d'offre aboutit à une insuffisance de l'offre d'exportation. Cette contrainte d'offre joue sur le capital en place et la profitabilité des exportations. Cependant les déterminants liés à la demande sont présents; en témoigne la contribution de la demande étrangère à la croissance de l'offre d'exportation. Les remèdes à une telle situation sont variés. L'effort de restauration de la compétitivité, conjugué à celui de la promotion des investissements dans le secteur exportateur, la modération des coûts de production et la diversification des produits d'exportation sont autant de politiques à mettre en ouvre pour promouvoir la croissance des exportations au Bénin.

  • L'Afrique fait l'objet depuis quelques mois d'un intérêt renouvelé de la part des pays développés. La communauté internationale s'est rendue à l'évidence que l'instabilité en Afrique et la marginalisation du continent peuvent avoir des effets déstabilisateurs sur l'ordre international. Or, dans la plupart des projets, l'idée centrale est d'accélérer l'intégration de l'Afrique dans le mouvement de mondialisation de l'économie. Cette intégration devrait se faire par le biais d'une plus grande ouverture de ces économies. Or, le fonctionnement des tendances naturelles du marché s'est traduit par une plus grande marginalisation de l'Afrique et une réactualisation de l'insertion rentière héritée de la période coloniale.

  • Le gouvernement camerounais, dans le cadre de la politique d'import-substitution mise en place au début des années 60, intervenait directement ou indirectement dans les secteurs productifs. Le secteur de la pêche, en déclin depuis la fin des 70, a bénéficié dès cette période du concours de l'État par le biais de la subvention de son principal intrant (gas-oil) de production industrielle et de la prise en charge par deux organismes gouvernementaux de la promotion du sous-secteur artisanal. Pour protéger l'industrie de la pêche locale naissante, une charge douanière évaluée à près de 60 % de la valeur CAF est imposée sur les substituts importés. En vue d'encourager la consommation des produits de ce secteur, un système d'homologation et de contrôle des prix avait été institué

  • La conception Dunlopienne des systèmes de relations professionnelles pose au moins deux types de problème. La restriction des acteurs au gouvernement, aux employeurs, et aux syndicats semblent à priori plus correspondre à la réalité des pays industrialisés qu'à celle des pays pauvres (africains en l'occurrence). En effet, dans les premiers, le niveau relativement élevé d'organisation de la société civile, l'importance numérique de la classe ouvrière, et l'institutionnalisation des relations professionnelles qui fait des syndicats les principaux interlocuteurs des employeurs et du gouvernement, permettent une identification restrictive des acteurs et de leur rôle. Par contre, les spécialistes en « relations professionnelles africaines » ont souvent parlé de mouvements ouvriers africains par opposition au mouvement syndical, dans la mesure où l'action des travailleurs organisés bénéficie fréquemment de la solidarité des communautés et des composantes d'un secteur informel très développé. Le deuxième type de problème concerne le contexte. Dans tout système de relations professionnelles, les trois éléments du contexte s'influencent réciproquement avec plus ou moins d'intensité. La difficulté consiste à déterminer à partir de quel moment il est possible de conclure qu'un élément du contexte a plus d'impact que les autres sur les procédures d'établissement des règles et lois. Il semble logique de dire que pour chaque période, l'élément le plus influent du contexte est celui auquel les acteurs se réfèrent pour maintenir ou changer les procédures d'établissement des règles et lois qui organisent les relations professionnelles.

  • Pour cette étude sur le Ghana notre intention première était de nous intéresser à la constance et aux modifications apportées aux modes d'alimentation et de subsistance d'une communauté rurale de la zone forestière. Notre méthode consistait à rassembler des données sur l'agriculture traditionnelle et sur d'autres activités économiques liées à l'exploitation des ressources forestières (dont la chasse), ainsi qu'à la participation des populations locales à l'économie de rente et/ou au travail salarié. Pour l'intérêt que nous portons à l'économie traditionnelle villageoise, nous nous sommes proposé également de mener une étude quantitative sur les modes d'alimentation, en passant sur la ration calorique et la pertinence nutritionnelle du régime alimentaire de quelques ménages.

  • Le niveau et la qualité des infrastructures publiques de l'Afrique sub-saharienne demeurent très faibles en comparaison des pays qui se situent à des stades similaires de développement. Du fait d'une maintenance inadéquate, du financement insuffisant de nouvelles infrastructures et de la croissance de la population, la situation de l'infrastructure en Afrique sub-saharienne devrait encore se dégrader dans un futur proche. Les statistiques décrivant le niveau et la qualité de l'infrastructure publique en Afrique sont rares et ne sont pas toujours fiables. Les dépenses des gouvernements ont en outre été très variables d'année en année. Le Nigeria a par exemple dépensé entre 5,4 % et 6,7 % de son PIB pour financer les infrastructures dans les années fastes de 1976-77. En 1982, le taux n'était plus que de 2,3 %.

  • Le Bénin, comme tous les autres pays de la sous-région, a accédé à l'indépendance avec un secteur manufacturier moderne à l'état embryonnaire. Quelques entreprises de transformations primaires constituaient l'héritage du secteur industriel. Très tôt, les autorités gouvernementales ont initié des projets visant à diversifier les activités du secteur et à renforcer le tissu industriel. C'est ainsi qu'apparurent les premières industries alimentaires et de boissons et les usines d'égrenage de coton. L'Etat jouait un rôle de premier plan; toutes les entreprises étaient des entreprises où la participation de l'Etat allait souvent jusqu'à 51 %

  • L'industrialisation de l'Afrique est un échec, car les grandes entreprises publiques et privées, auxquelles les gouvernements ont accordé la priorité depuis les indépendances, se sont révélées incapables d'assurer une croissance régulière de la production industrielle et, surtout, d'absorber les flux importants d'arrivées sur le marché du travail, alors que, dans le même temps, elles représentaient des investissements très lourds au regard des ressources des différents pays. Dans ce contexte, les vertus supposées des petites et micro-entreprises - elles sont plus intensives en travail et utilisent le capital de façon plus efficiente - semblent les désigner comme une alternative idéale. Dès lors que ces vertus seraient avérées, il s'agirait de consacrer à la promotion de ces petits établissements, les ressources affectées jusqu'à lors aux grandes entreprises, afin de permettre une reprise de la croissance industrielle et la résorption du chômage.

  • L'Afrique traverse une crise agraire importante qui a été soulignée à l'attention mondiale par les images télévisées de millions de visages émaciés de victimes de la famine. L'Afrique est le seul continent dont la production alimentaire par habitant a baissé au cours de ces deux dernières décennies. La chute des taux d'autosuffisance alimentaire a été également marquée. Pour éviter une famine massive, un certain nombre de pays ont dû recourir à des importations de denrées alimentaires au moment où précisément leur capacité d'importation était affaiblie par la maigreur des recettes à l'exportation résultant d'une réduction du volume des exportations ou de la détérioration des termes de l'échange. Au cours des années 1980, le pouvoir d'achat des exportations agricoles de l'Afrique a, de façon générale, diminué chaque année alors que le volume des importations alimentaires s'accroissait de près de 5 % chaque année. Il faut cependant noter que bien que la crise se soit plus manifestement traduite par la famine, le rendement des cultures d'exportation a été médiocre dans la plupart des pays. L'Afrique doit faire face par conséquent non pas à une « crise alimentaire » mais à une véritable crise agraire. Ces deux dernières années ont vu une légère amélioration de la production. Mais la question de savoir si ce redressement est dû davantage aux facteurs climatiques qu'aux effets positifs sur la productivité, des réformes au plan des politiques, est très discutée.

  • Pour renforcer le tissu industriel et diversifier les activités de ce secteur, les autorités nigériennes ont ressenti la nécessité d'une politique de promotion et d'incitation, dont les objectifs généraux et les principaux instruments sont consignés dans les plans et programmes nationaux de développement, qui traduit les caractéristiques macroéconomiques influençant l'industrialisation du pays (dotations naturelles, enclavement, proximité du Nigéria...). Elle est, dans une large mesure, interventionniste (jusqu'à l'application récente des programmes d'ajustement structurel) et utilise essentiellement des instruments traditionnels de protection et d'incitation.

empty