Armand Colin

  • Cet ouvrage constitue un guide d'accès aux grands courants de la pensée qui ont contribué à façonner les conceptions économiques contemporaines. Son but est de permettre une lecture des idées économiques modernes éclairée par les analyses anciennes, de montrer les permanences et les ruptures. Organisé chronologiquement, de Walras aux contemporains, cette 5e édition intègre de nouveaux développements sur les questions d'économie écologique et sur les inégalités de revenus.
    Il est la suite du premier volume intitulé  Histoire des idées économiques, de Platon à Marx. 

  • Cet ouvrage constitue un guide d'accès aux grands courants de la pensée qui ont contribué à façonner les conceptions économiques contemporaines. Son but est de permettre une lecture des idées économiques modernes éclairée par les analyses anciennes, de montrer les permanences et les ruptures. Organisé chronologiquement, de Platon à Marx, cette 5e édition s'articule autour des réactions suscitées par le développement de l'économie de marché.
    Une suite chronologique est proposée dans un second volume intitulé Histoire des idées économiques, de Walras aux contemporains.

  • Conforme aux deux années du programme d'Économie, sociologie et histoire du monde contemporain des classes préparatoires économiques et commerciales (voie économique), ce manuel aborde tous les grands thèmes :
    Mondialisation, crises économiques et financières, politiques économiques, transformations sociales et démographiques, justice sociale et politiques sociales, intégration européenne, entreprise et sociologie des organisations.
    Conçu par des enseignants en classes préparatoires, il permet une préparation méthodique aux concours :
    - synthèse rigoureuse des savoirs essentiels ;
    - approche problématisée des différents domaines ;
    - présentation claire des principaux courants théoriques ;
    - mises en perspective historiques des enjeux contemporains ;
    - nombreux focus, graphiques et tableaux ;
    - exemples de sujets et « fiches concours » pour s'entraîner aux épreuves écrites et orales.

    Cette nouvelle édition, à jour des données statistiques les plus récentes, des évolutions de l'actualité économique et sociale et de la production scientifique, offre toutes les connaissances nécessaires à la réussite des concours.

  • L'histoire économique a connu un renouveau depuis un demi-siècle grâce à l'analyse économique, aux théories institutionnalistes et aux approches globales. Le livre présente, en s'appuyant sur ces acquis, une version synthétique de l'évolution économique du monde depuis l'origine des civilisations jusqu'aux premières décennies du XXIe siècle.
    Il aborde en premier lieu les problèmes de la discipline elle-même, puis remonte à la fin de la préhistoire pour exposer de façon chronologique les traits de l'économie antique, puis médiévale, avant d'arriver aux Temps modernes et à la révolution industrielle.
    Il insiste ensuite sur l'évolution au XIXe siècle, l'extension de l'industrialisation et les mutations économiques et sociales qu'elle entraîne, la mondialisation d'avant 1914.
    Le XXe et la période actuelle font l'objet des derniers chapitres, depuis les guerres mondiales, la crise de 29 et la montée des totalitarismes jusqu'à l'évolution plus favorable qui suit : paix globale, montée des échanges, intégration de l'Europe, nouvelle révolution technologique et développement au Sud.

  • Qu'il s'agisse de concevoir une exposition temporaire, monter un spectacle ou un événement, organiser un festival, préparer un catalogue, la gestion d'un projet culturel répond à des critères et contraintes qui lui sont propres.
    La nouvelle édition de cet ouvrage présente la démarche générale et les différentes étapes de la gestion d'un projet culturel (analyse de l'environnement, organisation du temps et des ressources, cadre légal, financement, communication, etc.). De nombreux exemples et études de cas (préparation d'un festival, accueil du public, budget d'une création théâtrale, etc.), proposés par des professionnels du secteur, illustrent les spécificités de la gestion en mode projet dans le domaine culturel.

  • S'interrogeant sur la démarche scientifique, Carl Hempel en déploie successivement les diverses opérations : concepts, hypothèses, lois et contrôles. Chacune de ces opérations concoure à la construction d'une théorie. Cette démarche est animée par la volonté de donner une explication. Non pas une explication qui consiste à invoquer une cause factice, mais une explication qui rend possible la précision extrême à laquelle les sciences de la nature nous ont habitués. La concurrence entre théories conduit alors à un approfondissement continuel. Et l'auteur complète sa reconstruction rationnelle par une prise en compte de la dynamique de la science.
    Carl Hempel (1905-1997) a participé dans sa jeunesse au mouvement du positivisme logique à Berlin et à Vienne. Il a enseigné ensuite à l'université de Princeton, et ses travaux ont marqué l'orientation de la philosophie analytique des sciences.
    Anastasios Brenner est professeur de philosophie à l'université Paul- Valéry de Montpellier. Ses principaux axes de recherche sont, entre autres, la philosophie des sciences, l'histoire de la philosophie des sciences, la sémantique historique des concepts scientifiques.

  • Cet ouvrage marque une rupture avec le traitement classique et souvent abstrait de la microéconomie, en privilégiant une approche graphique.
    Ensuite chaque chapitre débute par l'analyse d'un marché de référence (le logement, le secteur bancaire, etc.) pour faciliter l'apprentissage des mécanismes fondamentaux de la microéconomie. L'accent est mis également sur des approches récentes comme l'économie comportementale, l'économie de l'information ou la nouvelle économie industrielle. Une place centrale est accordée tout au long de l'ouvrage à la régulation publique des marchés.

  • Trou de la sécu, dette sociale, abus des assurés, déficit de la branche santé de la sécurité sociale, depuis le début des années 1970, les discours économiques critiquant le montant et la croissance des dépenses de santé ne cessent de se multiplier.
    Les débats sur le système de santé portent quasi exclusivement sur son coût et sur les moyens de réduire les dépenses, alors qu'ils pourraient porter sur la stagnation des recettes ou l'existence de nouveaux risques sanitaires à couvrir.
    Ce manuel a comme double objectif :
    De présenter de façon synthétique et accessible le fonctionnement du système de santé et les différentes théories économiques inspirant la politique publique ;
    De souligner les affrontements théoriques de façon à montrer l'existence d'un débat académique qui peut avoir des implications du point de vue de la politique publique.

  • Cet ouvrage propose une réflexion sur la notion de développement en économie, dans le contexte de la mondialisation. Il étudie les enjeux des controverses théoriques auxquelles le développement a donné lieu. Il explore les différentes dimensions du processus de développement :
    Démographie, question agraire, inégalités, dimension de genre.
    Il prend la mesure de l'évolution contemporaine des politiques de développement, à travers la mise en place des Stratégies de réduction de la pauvreté, et les nouveaux défis posés du développement durable.
    Chaque chapitre de synthèse est assorti de textes historiques ou contemporains ou de documents statistiques portant sur différents aspects du développement.

  • Ce manuel inédit rapproche l'analyse économique et le monde naturel. Cette 2e édition actualise les grandes notions développées en matière d'économie de l'environnement et étudie les avancées contemporaines de l'économie écologique. Elle montre comment combiner le maintien d'un environnement vivable, le développement économique et une organisation sociale équitable. EIle présente les méthodes de valorisation économique des écosystèmes et de la biodiversité et traite de la question de la justice et des inégalités environnementales. Cette 2e édition présente les enjeux de la Conférence climat de Paris qui se déroulera à partir de novembre 2015.
     
     

  • L'économie du développement est-elle toujours légitime et nécessaire après l'émergence et le décollage de nombreux pays du tiers monde ? Les indépendances en Asie et en Afrique, les succès et les échecs des politiques de développement proposées aux trois quarts de la population mondiale ont, en leur temps, renforcé l'importance de cette discipline. Le passage au XXIe siècle, marqué par la mondialisation des économies, les changements politiques et la croissance rapide de pays du Sud, n'a pas rendu obsolète l'économie du développement. Malgré la réduction sans précédent de la pauvreté dans le monde depuis 1990 et le phénomène de rattrapage du Nord par le Sud, les inégalités tendent à s'accroître au sein des nations et près de la moitié des Africains restent pauvres.
    Il est donc indispensable, pour que l'économie serve au mieux les aspirations des êtres humains, de continuer à s'interroger sur les causes et les caractéristiques du sous-développement, ainsi que sur les différents modèles et théories du développement.
    C'est ce que propose ce livre, à jour des données les plus récentes et illustré de nombreux graphiques.

  • La pensée économique depuis 1945 est le nouveau thème de l'agrégation de sciences économiques et sociales pour 3 ans. Cet ouvrage propose une synthèse qui s'appuie sur les travaux mentionnés dans la bibliographie officielle de l'agrégation du secondaire de Sciences économiques et sociales ainsi que sur des travaux de recherche récents.

  • Cet ouvrage est une introduction générale à l'économie de la culture. Il s'adresse à un public (étudiants, milieux culturels) n'ayant, pour la plupart que très peu ou pas de notions d'économie, et plutôt réfractaires aux formules mathématiques (l'économétrie est évoquée, mais n'est pas privilégiée). Il présente, dans un langage simple, les outils économiques classiques, les discours privilégiant l'intervention de l'Etat (voire l'économie planifiée), mais aussi une réflexion sur le don et les enjeux actuels liés à l'essor du numérique dans la culture.

  • Depuis les années 1980, une nouvelle phase de mondialisation modifie en profondeur les structures et les équilibres de l'économie mondiale. Pour rendre la complexité du phénomène plus intelligible, cet ouvrage explore la mondialisation contemporaine dans une approche à la fois analytique et historique. La première permet de distinguer les différentes dimensions du processus de mondialisation (commerce, production, finance et gouvernance) alors que la seconde s'attache à souligner ses particularités et ressemblances avec la phase de mondialisation qui s'est jouée à la fin du XIXe siècle.

  • De par l'impact de la crise de 2008, le thème " fluctuations et crises" est l'un des sujets d'étude majeurs de ce début du 21e  siècle. Car tout autant que la croissance, les crises et fluctuations font partie intégrante des économies de marché dans lesquelles nous vivons. Au vu de l'importance des leçons du passé, tout étudiant doit avoir les outils pour comprendre les crises. Cet ouvrage donne une version moderne du sujet, en s'appuyant sur les derniers développements académiques et l'actualité mondiale. Les auteurs élargissent le sujet au delà d'une vision étroite centrée sur le monde occidental.               

  • L'analyse économique de la firme a connu des développements majeurs depuis ces trente dernières années. Cette analyse renvoie à plusieurs questions : la définition de la firme et de ses spécificités, les raisons de l'existence de la firme, ses frontières ou son mode d'organisation interne.
    Dans un cadre théorique contractuel, la firme peut se définir comme un mode de coordination alternatif au marché et hiérarchisé (théorie des coûts de transaction) ou un « noeud de contrats » (théories des droits de propriété, des contrats incomplets et de l'agence). Les approches non-contractuelles de la firme - représentées par les théories béhavioriste, évolutionniste et des conventions - privilégient une représentation cognitive et dynamique de la firme via l'introduction des concepts de règles, de routines et de conventions.

  • Expose les développements de la théorie macroéconomique jusqu'aux principaux courants de pensée actuels marqués par l'opposition majeure entre les modèles keynésiens et néoclassiques. Une aide essentielle pour structurer les connaissances de base acquises dans les cours d'analyse économique.

  • Discréditée par la révolution keynésienne, la théorie quantitative de la monnaie connaît un regain de popularité dans les années 60 et 70 grâce aux travaux de l'école monétariste, un courant qui s'identifie largement aux analyses de Milton Friedman. Cet ouvrage : - analyse les propositions des monétaristes et montre qu'elles sont identiques à celles de leurs prédécesseurs classiques ; - retrace l'essor des thèses monétaristes et le recul correspondant du keynésianisme ; - explique les raisons théoriques et empiriques du déclin du courant quantitativiste à partir des années 80.

  • Le 1er janvier 1999, environ onze pays européens auront la même monnaie : l'euro. Trois années plus tard, les pièces et billets en euros se substitueront aux anciens billets et pièces. Cet ouvrage : - présente les objectifs et les origines de la monnaie unique ; - décrit les modalités de sa création ; - examine les conséquences de celle-ci sur les entreprises et les ménages ; - envisage l'avenir de l'euro et sa place dans le système monétaire et financier international.

  • La Chine n'a pas fini de surprendre. Elle a plus changé au cours de vingt années de réforme qu'en trois décennies de socialisme orthodoxe, et depuis son accession à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, le mouvement s'est emballé : les Chinois travaillent, échangent avec le reste du monde, et s'enrichissent. Face à leur entrée fracassante au premier rang du jeu économique mondial, le monde développé hésite entre crainte et contentement, scepticisme et fantasmes. Bien des inconnues restent à lever, mais une approche raisonnée est déjà possible. Ce livre la propose.
    Nourri de discussions approfondies avec chercheurs et acteurs économiques chinois, il offre un riche bilan d'étape et saisit les points forts comme les lignes de fractures. Tourné vers l'avenir, il affronte les questions essentielles : l'impressionnante croissance de Chine, amplifiée par sa démographie, la hissera-t-elle au premier rang mondial sous deux, trois ou quatre décennies ? La coexistence d'une économie en pleine effervescence et d'un système politique particulièrement rigide est-elle viable à long terme ? La Chine reparcourt-elle le chemin des petits dragons d'Asie au moment de leur décollage (1967-1982), celui du Japon de la haute croissance (1953-1973, ou bien n'est-il de comparaison possible qu'avec les bouleversements apportés par les États-Unis au début du XXe siècle ?
    Sans concession aux spéculations et jeux de l'esprit, très solidement informé, ce livre apporte un éclairage indispensable sur les enjeux de cette montée en puissance de la Chine, sur son affirmation comme rival stratégique des États-Unis et sur la modification en profondeur des relations économiques internationales qui peut en résulter.François Gipouloux, directeur de recherche au CNRS, enseigne à l'École des Hautes Études en Sciences sociales et à l'Université de Paris III. Spécialiste de l'économie chinoise, il bénéficie d'une expérience de terrain de 15 ans en Asie (Chine, Japon, Hong-Kong).
    La transition inachevée. La haute croissance chinoise : mythes et réalités.La longue marche de la paysannerie chinoise.Industrialisation des campagnes, migrations intérieures et urbanisation. David contre Goliath : le privé à l'assaut du secteur étatique. La vulnérabilité du secteur financier. Échanges extérieurs : la déferlante chinoise. Défis et facteurs de vulnérabilité.

  • Le but de l'ouvrage est de présenter l'évolution des inégalités en France et dans certains pays développés pour ensuite analyser les raisons de cette évolution et d'en étudier les conséquences économiques. Quels sont les déterminants de la répartition des revenus ? Comment expliquer l'augmentation des inégalités ? Dans quelle mesure cette évolution est-elle préjudiciable à la croissance et à la stabilité économique ? Il s'agira aussi d'étudier la façon dont l'Etat peut agir pour réduire les inégalités et d'analyser d'un point de vue économique les enjeux qui structurent la redistribution des revenus.

  • Est-il possible d'éliminer le crime organisé et les trafics associés ? Impossible, difficile, possible... il faut explorer toutes les pistes. Celle de la légalisation du commerce de substances et de services interdits en est une. Objectif : assécher la demande captée par les réseaux criminels pour y substituer une offre légale. Pour cela l'Etat doit fournir les substances ou les services précédemment interdits à un prix suffisamment bas afin de pousser les trafiquants hors du marché. On se trouve alors face à un dilemme: éliminer les divers trafics et la criminalité associée ou contenir les consommations de substances ou services incriminés. Une solution plus innovante qui combinerait des mesures répressives traditionnelles envers les trafiquants et leurs clients, avec une politique de légalisation basée sur une tarification au prix d'éviction, permettrait de limiter considérablement les activités criminelles tout en contenant la demande pour les produits et services auparavant interdits.
      Illustré de nombreux exemples, ce livre compare les équilibres dans les pays qui ont successivement interdit et autorisé les échanges de certains biens ou services, tel que la prohibition de l'alcool aux Etats-Unis. 

  • Sans cesse citée, mais rarement lue, l'oeuvre d'Adam Smith est victime de nombreux contresens. Elle est aussi souvent trahie par le jeu des récupérations idéologiques qui font d'elle une référence ultime justifiant toutes les dérives libérales. 
    C'est oublier l'essentiel. Certes, Adam Smith, peut être considéré comme le fondateur de l'économie politique et le père du libéralisme. Mais il se voyait également comme un philosophe moral, écrivant aussi bien des essais relatifs à l'histoire des sciences, à l'esthétique et au droit. Sa pensée forme un tout - un système - et on ne saurait séparer la Richesse des Nations de la Théorie des sentiments moraux. 
    D'où l'intérêt du présent ouvrage qui intègre cette dimension philosophique et pré-sociologique. Il en ressort une perception complètement renouvelée du rôle de la puissance publique, ainsi que des mécanismes de marché. Loin de défendre le seul intérêt des individus, Adam Smith valorise essentiellement la liberté et la justice, tout en critiquant le système mercantile. 
    Jean-Daniel Boyer est agrégé de sciences économiques et sociales, maître de conférences en sciences économiques à l'UFR des sciences sociales de l'Université de Strasbourg.

  • L'auteur expose les grands axes de la pensée économique contemporaine dans la première partie de l'ouvrage (échanges, loi de l'offre et la demande, marchés financiers, intervention de lÉtat, etc.), la seconde partie étant consacrée à l'étude de la pensée des grands théoriciens de l'économie, d'Adam Smith, considéré comme l'inspirateur de toutes les écoles de pensée, à Malthus (précurseur de Keynes), en passant par Ricardo, Say, Mill, Marx, Jevons, Walras, Marshall, Weber et l'école allemande, Veblen et "l'institutionnalisme", Wicksel et la naissance de la macro-économie, Fisher et l'illusion monétaire, Schumpeter et l'essence du développement, le socialisme, Samuelson ou Friedman. En conclusion, il analyse la crise actuelle à travers les "nouveaux classiques" et les "nouveaux keynésiens".

empty