Belin

  • Quand des écrivains, des poètes, confèrent un sexe à la ville, ils la comparent unanimement à une femme. Mais quand on passe des livres à la réalité, le constat s'impose : l'espace urbain est profondément masculin.
    D'abord parce que la ville reste - malgré toutes les lois de modernisation de la vie politique - gouvernée, construite, aménagée et régulée par des élus, architectes, urbanistes, directeurs de services techniques... qui sont très majoritairement des hommes.
    Ensuite parce que cette domination se traduit par une « production des grands hommes » dont il suffit de lever les yeux vers les plaques de rues pour trouver la trace. Cette domination continue à se déployer à travers de grands aménagements et équipements publics... là encore masculins. Par exemple, les deux tiers de l'offre de loisirs subventionnée ne profitent qu'aux garçons.
    Enfin parce qu'il suffit d'entrouvrir la fenêtre des inégalités femmes/hommes pour se rendre compte que les femmes continuent de cumuler la majorité des tâches familiales et ménagères, qu'elles craignent toujours certaines parties de la ville, en particulier la nuit, en raison des incivilités masculines... et que pour toutes ces raisons, et d'autres encore, elles n'ont pas la même « citoyenneté spatiale » que les hommes dans la ville.
    Ce livre s'intéresse à la façon dont la ville est pensée et appropriée selon qu'on est homme ou femme et met également en avant des exemples de bonnes pratiques pour rendre l'espace public égalitaire, adapté à l'usage de tous et toutes.

  • En France, la politique reste un bastion du sexisme. Aujourd'hui encore, les femmes sont sous-représentées, comme le montrent les chiffres des différentes assemblées. Malgré la parité imposée pour certaines élections (conseils régionaux et départementaux, etc.), elles ne parviennent pas à briser le plafond de verre (peu sont présidentes de région, et, en 2016, plus aucun ministère régalien n'est réservés à une femme).
    Le seuil de tolérance a cependant baissé, témoignant d'une évolution des mentalités, plus rapide durant les 50 dernières années que durant les siècles antérieurs. Mais si le sexisme est aujourd'hui dénoncé avec vigueur, il contribue aussi à éloigner les femmes du monde politique.
    Dans un livre à la fois caustique et pédagogique l'auteure explique en quoi notre histoire et notre imaginaire collectif contribuent à cantonner les femmes aux seconds rôles, propose une analyse du rôle des médias dans cette partition inégalitaire et s'interroge sur les leviers dont on dispose et les outils à inventer pour une plus juste répartition des responsabilités politiques.

empty