Armand Colin

  • Atlas t.1 : atlas des crises et des conflits Nouv.

    Crises et conflits ne cessent de se multiplier et font la Une de l'actualité. Mais le rythme quotidien de l'information ne permet pas toujours de les situer dans le temps long, d'en connaître les racines historiques, d'en saisir les enjeux stratégiques et politiques, et d'envisager les scénarios futurs. Cet atlas est un outil indispensable pour comprendre de façon simple un monde complexe.
    Textes précis, cartographie éclairante, les auteurs décryptent avec lucidité et pédagogie les crises et les conflits qui ébranlent la planète.

  • Une vague d'attentats islamistes plonge la France dans l'effroi et vient chambouler l'agenda réformiste du nouveau président, Alexandre Ronac, élu par surprise alors qu'il n'appartenait pas au sérail politique.
    Une surenchère infernale se met en place dans le débat médiatique, pesant sur l'opinion et les responsables politiques, qui s'entredéchirent. Petit à petit, le paysage politico-médiatique se déplace vers l'extrême droite. Comment va réagir Alexandre ? Occuper ce terrain ou faire rempart ? Comment vont se situer les différents protagonistes, ballotés entre convictions, croyances, positionnements tactiques et intérêts à court terme ?
    Décrivant de façon hyperréaliste cet emballement implacable, Pascal Boniface nous entraîne dans un récit captivant où se mêlent situations tragiques, portraits savoureux et rebondissements surprenants.

  • États-Unis, Europe, Chine, Russie, mais aussi firmes multinationales ou opinions publiques : quel est le poids des différents acteurs internationaux ? Réchauffement climatique, migration, terrorisme... Quels défis globaux se dressent devant nous ? À quelles menaces devons-nous faire face ? Comment penser les débats sur les valeurs (démocratie, morale politique, souveraineté, ingérence) ?
    Dans un style accessible et pédagogique, Pascal Boniface fournit les clés de compréhension des enjeux majeurs du monde contemporain, pour tous ceux qui souhaitent s'y retrouver dans le flux continu d'informations, situer les événements dans un contexte plus large, comprendre la vie internationale et les rapports de force qui la structurent.
    Cette 6e édition est à jour des événements récents qui ont bousculé l'ordre planétaire : pandémie du Covid-19, élections américaines, terrorisme...

  • L'année stratégique : analyse des enjeux internationaux Nouv.

    Le Covid-19 n'aura-t-il été qu'un « moment », ou marquera-t-il un véritable tournant géopolitique ? L'année 2020 restera, en tout cas, celle de la pandémie. Apparu en Chine, le coronavirus s'est rapidement étendu de par le monde, exacerbant un certain nombre de questions stratégiques majeures. De la rivalité sino-états-unienne à la lutte contre le changement climatique, des divisions européennes aux fragilités latinoaméricaines, des défis auxquels l'Afrique est confrontée aux crises qui traversent le Moyen-Orient, de la panne du multilatéralisme aux prix du pétrole, tous ces sujets constituaient déjà de sérieux symptômes du « monde d'avant ». D'autres signes, comme la réponse de l'Union européenne à la crise économique qui s'annonce, les initiatives en vue d'une endogénéisation des questions africaines ou encore la transition institutionnelle en Russie, pourraient toutefois trouver à façonner le « monde d'après ».

  • Tel un virus, les idées reçues circulent largement et rapidement. Nous pouvons tous être contaminés, parfois sans en être conscients. Elles ont l'apparence de l'évidence, mais elles masquent la réalité.
    En interrogeant les idées reçues les plus répandues, Pascal Boniface remet les réalités du monde contemporain en perspective. Grâce à une vision globale et un sens de la pédagogie, il déconstruit les jugements à l'emporte-pièce, qui ne résistent pas à un examen scrupuleux des rivalités géopolitiques.
    Par un regard critique et expert, cet ouvrage rend accessibles les questions internationales qui agitent le débat public !

    Ajouter au panier
    En stock
  • On ne se souvient généralement pas que la pédophilie a été considérée comme une cause défendable voici seulement une cinquantaine d'années. Au nom du processus de libération des moeurs, de grands intellectuels, de grands éditeurs, de grands journaux, à gauche mais aussi à droite, homosexuels comme hétérosexuels, l'ont défendue de façon passionnée. Certes, une telle position faisait débat. Mais certains étaient résolument convaincus que la lutte en faveur de la pédophilie était un combat politique qui valait la peine d'être mené.
    Ce livre se replonge dans les controverses de l'époque et passe à la loupe les arguments des différents protagonistes. L'auteur observe ensuite comment ces controverses s'arrêtent, la défense de la pédophilie devenant peu à peu impossible. Mais c'est en 2020, avec la publication du Consentement de Vanessa Springora, que la question pédophile subit sa dernière métamorphose. Dans le sillage du mouvement #metoo, le livre connaît un retentissement mondial et paraît faire passer la France à une ère nouvelle : celle où l'on sait prendre la parole des victimes au sérieux.
    Cet ouvrage reprend les thèmes explorés dans L'enfant interdit et se veut un condensé de ce texte rendu accessible pour le grand public.

  • Comment les hommes comprennent-ils leur époque ?
    Comment envisagent-ils leur avenir ? Quelle influence leurs idées exercent-elles sur la société ? Quel lien existe-t-il entre la philosophie, le droit, la religion et les grandes luttes politiques qui divisent le corps social ?
    Dans une perspective ouverte sur l'histoire sociale et politique, l'auteur procède à une analyse rigoureuse des grands débats philosophiques et juridiques qui ont contribué à la formation de la pensée occidentale.
    La troisième édition de cet ouvrage, véritable référence dans le domaine, qui présente un vaste panorama des idées politiques de l'Antiquité gréco-romaine à nos jours, est enrichi d'un chapitre inédit entièrement consacré à la question des pensées dites « dissidentes » : féminisme contemporain, pensée environnementaliste, nouvelles radicalités intellectuelles...
    Une somme de connaissances incontournable pour tous les passionnés des idées.

  • Seul événement rassemblant plus de nations que l'ONU, les jeux Olympiques sont un véritable théâtre géopolitique dans lequel chaque acteur tente d'exister sur la carte du monde. Car si l'Olympisme est porteur des valeurs d'universalisme, d'excellence, de paix et de mélange des peuples, les JO restent bien les héritiers d'un siècle d'impérialisme occidental et n'évitent pas les dérives de toutes sortes et la reproduction des rapports de force internationaux.
    Ni tout à fait simulacre, ni tout à fait guerre, les luttes olympiques sont ainsi des rituels modernes où l'ordre mondial se donne à voir et se reproduit en paraissant se dissoudre.
    Cet ouvrage renouvelle l'analyse géopolitique de l'Olympisme en revisitant ses origines, son évolution et la domination politique et économique qui en résulte. Il dévoile aussi comment le monde est à la recherche de mythes contemporains, d'utopies porteuses de sens, de force et d'énergie à l'image de la flamme rallumée tous les quatre ans sur les ruines du temple d'Olympie. Mais la crise pandémique et le report des Jeux de Tokyo 2020 interrogent la pérennité de cette célébration et appellent à en inventer d'autres formes d'organisations.

  • L'essentiel, tout l'essentiel, rien que l'essentiel en 150 entrées !
    Stoïcisme, art étrusque, orthodoxie, Aristote, architecture baroque, Galilée, migrations, Dante, jansénisme, surréalisme, laïcité, amour courtois, Heidegger, choc des civilisations, Stuart Mill, chiites et sunnites, Vermeer, construction européenne, shintoïsme, pop art, crise pétrolière, Confucius, séries télévisées, Sartre, transhumanisme... n'auront plus de secrets pour vous.
    Un panorama complet de la culture occidentale à travers six domaines : Histoire, Religions, Philosophie, Littérature, Arts, Sciences - et neuf périodes :
    Grèce - Rome et les monothéismes - Moyen Âge - Renaissance et l'époque moderne - XVIIe siècle ou l'âge classique - XVIIIe siècle et les Lumières - XIXe siècle - XXe siècle - XXIe siècle.
    Cette 5e éd. propose une actualisation des connaissances sur le XXIe siècle.
    Pour cette nouvelle édition, de nouvelles rubriques viennent compléter toutes les entrées pour apporter plus de dynamisme à la lecture dans une maquette revue pour plus de clarté.

  • Débouchant directement sur l'actualité la plus immédiate, cet ouvrage présente une synthèse globale des relations politiques internationales depuis 1945.
    La fin de la Deuxième Guerre mondiale marque une césure majeure dans les rapports entre nations. Face au déclin des États européens, on assiste à l'ascension des États-Unis et de l'Union soviétique, qui visent à constituer autour d'eux des blocs homogènes. Tandis que se développe la guerre froide, les peuples colonisés s'émancipent de la tutelle de l'Europe. Il n'y a plus guère de lieu sur la planète qui ne participe peu ou prou aux relations internationales.
    Des années 1960 aux années 1980, le monde bipolaire fait place à un monde multipolaire, où aux lieux traditionnels de conflits s'ajoutent de nouveaux terrains d'affrontement et de nouveaux enjeux.
    Les événements révolutionnaires des années 1989-1991 mettent un terme à la guerre froide. Dominée par l'hyperpuissance américaine, la communauté internationale est à la recherche d'un nouvel ordre mondial que le 11 septembre 2001 rend encore plus improbable.
    Le début du XXIe siècle est marqué par le phénomène de la mondialisation et l'ascension des puissances émergentes, en particulier de la Chine. Loin des espoirs de paix de la décennie 1990, les défis à l'ordre international replongent le monde des années 2010 dans un cycle de tensions et de violences.

  • Voici enfin réédité le " Petit Lavisse ", ce manuel de l'historien E. Lavisse (1842-1922), qui fut la bible des générations d'écoliers et d'instituteurs de la IIIe République. À ceux qui ont appris l'histoire dans ce cours, il rappellera bien des souvenirs ; aux parents d'aujourd'hui, déconcertés devant le contenu des manuels scolaires, il sera un outil merveilleux de clarté et de simplicité. Si, aujourd'hui, certains propos d'Ernest Lavisse peuvent choquer, par exemple ceux sur la conquête de l'Algérie, ils sont indissociables de l'époque où ils ont été écrits.
    Paru en 1913, ce classique est augmenté d'un prolongement inédit de l'historien Dimitri Casali qui reprend là où Ernest Lavisse s'est arrêté, en 1939, et se poursuit jusqu'en 2012.
    Entre les deux auteurs, une seule et même volonté pédagogique : faire aimer l'histoire de France.

  • Connaître l'histoire des pensées sociologiques est une étape essentielle pour tous ceux qui souhaitent aborder cette vaste discipline qu'est la sociologie. C'est en se familiarisant avec les modèles scientifiques et les théories concurrentes que l'on peut saisir l'originalité des discours sur le social et dépasser les clivages caricaturaux ou leurs apparentes contradictions : individu vs société, autonomie des acteurs vs déterminisme des structures sociales, prétention des sociologues à l'objectivité vs reconnaissance de la subjectivité des connaissances, visée critique ou émancipatoire des pensées scientifiques vs visée pratique et utile.

    Le présent ouvrage, véritable référence depuis sa première édition, dresse le panorama des grandes pensées qui ont fondé la sociologie et des débats sur leur actualité. Il est en cela guidé par plusieurs démarches : une présentation détaillée des auteurs, des analyses et des outils qu'ils ont conçus ; un retour aux textes originaux ; une trame historique et un regroupement par familles de pensée afin de situer les principaux courants théoriques et les débats récents.

    Cette nouvelle édition a été complétée d'une présentation des principales évolutions de la sociologie au XXIe siècle.

  • L'auteur nous raconte sa "petite histoire" mettant en scène la France du temps de Napoléon à la manière du petit manuel publié au 19e siècle chez Armand Colin par Ernest Lavisse. Xavier Mauduit pour sa part a choisi la parodie : Lavisse n'était-il pas critiqué déjà à son époque ?

  • Organiser collectivement le rapport entre la société et son espace afin de mieux répondre aux objectifs politiques qu'elle se fixe : tel est le but de l'aménagement du territoire. Ce manuel clair et concis vient en présenter les principaux fondements et enjeux, notamment le développement économique, l'accès aux services, le rôle des infrastructures, la transition écologique.
    Cette nouvelle édition enrichie de nombreux exemples empruntés à des contextes variés (en France, en Europe et dans le monde) analyse les principaux débats liés à la construction des politiques publiques d'aménagement et leur mise en oeuvre. Elle propose une lecture critique et stimulante des expériences significatives et marquantes de l'aménagement du territoire, avant d'en interroger les formes à venir.

  • L'auteur nous raconte sa "petite histoire" mettant en scène la France du temps des Lumières à la manière du petit manuel publié au 19e siècle chez Armand Colin par Ernest Lavisse.
    La vulgarisation de l'histoire de France est au centre de ce projet faisant appel à des historiens repérés par le grand public de par leur production dont Jean des Cars est l'un des représentants.

  • Guerres, attentats, radicalisation, mouvements de révolte sociale... l'actualité nationale et internationale est fortement marquée par des manifestations de violences politiques extrêmes dans un contexte de chamboulement de l'ordre mondial et d'incertitudes sur l'avenir. Pour comprendre ces phénomènes et les mettre à distance, cet ouvrage propose une grille de lecture complète des violences politiques, en convoquant les apports de la sociologie politique et de celle de l'action collective. Après une présentation des grands modèles théoriques d'explication de la violence (théories fonctionnalistes, marxistes, identitaires, émotionnelles, de la frustration...), il propose une typologie précise des violences extrêmes (terrorisation, conflictualités, etc.) et vient interroger l'activation de la violence en démocratie à des fins d'interpellation politique.

  • La subjectivité moderne commence avec Descartes. La modernité n'est pourtant pas restée fidèle à la lettre de l'idéalisme cartésien. Chacun en hérite pour le modifier (Malebranche, Spinoza, etc.) ou le critiquer (Locke, Kant, etc.). C'est qu'en effet quelque chose ne fonctionne pas dans les Méditations de Descartes. Ce n'est pas le cogito. Le cogito est vrai, on n'avait d'ailleurs pas attendu Descartes pour s'en rendre compte : saint Augustin et Avicenne l'avaient vu avant lui. Ce qui ne fonctionne pas, c'est le doute hyperbolique. Cet essai montre que tous les lecteurs attentifs de Descartes, depuis le XVIIe siècle jusqu'à nos jours, ont vu le défaut du doute. Le problème, c'est qu'ils ont, à peu près tous, fait comme si cela n'avait pas d'importance. Compte tenu des conséquences du doute pour la constitution de l'idéalisme subjectif moderne, ce défaut de la méthode devait être mis en évidence.

  • L'enfant interdit : de la défense de la pédophilie à la lutte contre la pédocriminalité Nouv.

    On se souvient de mieux en mieux que la pédophilie a été considérée comme une juste cause dans les années 1970-1980. Au nom de la libération des moeurs, de grands intellectuels, de prestigieux éditeurs, des journaux renommés, à gauche mais aussi à droite, des hétérosexuels comme des homosexuels, l'ont défendue avec passion, alors même que cette idée était loin de faire l'unanimité. Ce livre nous replonge dans cette époque et passe au scalpel les arguments des différents protagonistes.
    Aujourd'hui, la pédophilie, ou ce qu'on appelle désormais la pédocriminalité, est quasi unanimement considérée comme la pire chose qu'on puisse imaginer et celle-ci suscite d'autant plus la répulsion qu'elle est toujours plus envahissante tant dans l'espace public que dans notre propre intériorité.
    /> Pourtant, les sciences sociales sont restées presque totalement muettes sur ce problème, alors même que de nombreuses questions restent sans réponse : comment certaines élites ont-elles pu tenter de légitimer la pédophilie dans ces années-là ? Comment, en quelques années, le pédocriminel est-il devenu un danger pour la société ? Pourquoi un tel retournement a-t-il été aussi rapide que radical ? Qu'est-ce qu'a changé le phénomène #MeToo ? Ce sont ces énigmes, et quelques autres, que cet ouvrage tente de résoudre.

  • Entre 1800 et 1871, les relations entre les peuples et les États se transforment sous l'effet des conséquences idéologiques de la Révolution française et de la croissance européenne qui pose les fondements d'un rayonnement mondial.
    Après le tourbillon napoléonien, l'Europe connaît des aménagements politiques fixés par le congrès de Vienne (1814). Confrontées à l'émergence des nationalités, aux unités italienne et allemande, au recul de l'Empire ottoman, les grandes puissances diplomatiques - le Royaume-Uni, la France, la Russie, l'Autriche - élaborent des politiques parfois communes, le plus souvent antagonistes. Elles expriment les profondes rivalités géopolitiques qui les opposent entre elles. En 1871, la carte politique de l'Europe traduit ces déplacements de puissance, fruits des soixante années écoulées.
    Le monde entier est le théâtre de ces affrontements européens. L'ouverture de l'Asie, l'exploration et la colonisation de l'Afrique donnent lieu à des incidents fréquents. En Amérique, l'émancipation des colonies espagnoles et l'affirmation des États-Unis n'empêchent pas l'influence européenne de se faire sentir.

  • L'auteur nous raconte sa "petite histoire" mettant en scène la France du temps des Républiques de 1848 à l'avènement de la Ve (1958) à la manière du petit manuel publié au 19e siècle chez Armand Colin par Ernest Lavisse.
    Comme un conteur, Bruno Fuligni nous plonge au coeur de la naissance de la République en 1848 avec Louis-Napoléon Bonaparte jusqu'à la Ve inaugurée par René Coty auquel succédera Charles de Gaulle dès 1959.

  • Tel un sphinx, le premier empereur romain Auguste reste une figure historique énigmatique qui a toujours excellé dans l'art du camouflage et de la dissimulation. Il a légué à la postérité une image protéiforme qui met face à face la détermination froide d'un homme prêt à tout pour s'emparer du pouvoir et son statut de fondateur d'empire divinisé. Il fut tout d'abord le fils adoptif de César, qui sut tirer parti de sa filiation pour créer un nouveau régime sur les ruines de la République. Chaotique, la réalité historique contraste avec la figure du prince sage et vertueux patiemment construite par Auguste.
    Cette biographie entend concilier l'histoire, la mémoire et le mythe auquel un homme donna naissance et qui ne cessa d'évoluer depuis son décès jusqu'à son exploitation par l'Italie fasciste de Mussolini au xxe siècle en passant par Charlemagne et les Lumières. La clé de l'interprétation du personnage réside dans l'ambiguïté foncière qui s'attache à toute forme de pouvoir et qu'Auguste porta à son paroxysme. C'est ce qui explique qu'en fonction des époques et des contextes, il ait été perçu comme un monarque absolu à l'image de Louis XIV ou comme un prince républicain, voire comme le restaurateur de la République.

  • Depuis deux siècles, la France connaît une grande fréquence de changements de régimes, à travers la révolution et le coup d'État. Ces caractéristiques mettent en lumière la fragilité constante du pacte constitutionnel dans notre pays.
    Pour comprendre la façon dont les questions institutionnelles irriguent et orientent la vie politique française depuis le XIXe siècle, l'auteur propose une histoire vivante, prise dans la dynamique des personnages, des gouvernements, des assemblées, des manifestations populaires et des révolutions.
    Il montre l'élaboration de ces institutions, leur fonctionnement et leur adaptation à des conjonctures très diverses. Il éclaire leur rôle toujours croissant dans le cadre d'un État dont la présence s'intensifie et s'étend davantage, au niveau national comme dans la vie politique locale. Il interroge également le « quatrième pouvoir », celui des médias qui appuient ou contestent les institutions et leur pratique. Enfin, il se penche sur le rôle des crises - manifestations, insurrections, révolutions - qui n'ont jamais cessé de rythmer notre histoire et demeurent plus que jamais d'actualité.

  • Cet ouvrage fournit les principales clés pour analyser les textes et discours argumentatifs. Quatre parties constituent ce livre :
    - une définition de l'argumentation comme articulation d'un discours à un contre-discours ;
    - un repérage de l'orchestration des points de vue au coeur de l'argumentation ;
    - une typologie des arguments et autres ressorts de l'argumentation ;
    - un inventaire des différents marqueurs langagiers sur lesquels s'appuie l'analyse des textes et discours argumentatifs.
    Des exercices corrigés concluent chaque chapitre.

  • « Il faut une science politique nouvelle à un monde tout nouveau », écrivait Alexis de Tocqueville découvrant la démocratie américaine. De considérables changements ne travaillent-ils pas aujourd'hui de la même manière le système politique français ?
    Réformes néolibérales, érosion d'un État traditionnellement « fort », recompositions des savoirs experts, fin du cumul des mandats, féminisation du champ politique, transformation de l'espace public du fait des réseaux sociaux, avènement du macronisme, recours au dispositif des primaires, formes inédites de mobilisation populaire (Nuit Debout, Gilets jaunes)... Ces phénomènes nouveaux viennent interroger les acquis routinisés de la sociologie politique classique.
    Telle est l'ambition de cette Nouvelle sociologie politique de la France qui, en articulant les outils théoriques des différentes approches sociologiques à l'actualité la plus récente, permet de saisir la singularité française et d'interroger l'avenir de notre démocratie.

empty