Nicolas Arpagian

  • La cybersécurité

    Nicolas Arpagian

    • Que sais-je ?
    • 18 Mai 2022

    La dépendance grandissante de pans entiers de nos existences (données médicales ou bancaires), de nos modes de production (informatique d'entreprise ou équipements industriels) et de notre défense (numérisation de l'espace de bataille) à l'égard des systèmes informatiques fait de la cybersécurité une nécessité vitale. D'autant que dans ce nouveau théâtre d'ombres, le principe de la guerre asymétrique est consacré : des États peuvent être attaqués par des militants isolés, des particuliers mis en cause par d'autres personnes privées, des entreprises devenir la cible de compétiteurs indélicats, etc.
    C'est en sachant ce que l'on risque de perdre sur la Toile que l'on peut entreprendre de sécuriser nos données sensibles. On doit alors s'interroger sur le juste équilibre entre une politique de surveillance très aboutie, et un droit à l'intégrité de son « patrimoine numérique ».

    En stock

    Ajouter au panier
  • Liberté, égalité.....sécurité

    Nicolas Arpagian

    • Dalloz
    • 21 Mars 2007

    Faudra-t-il modifier la devise républicaine, en remplaçant le terme " fraternité " par celui de " sécurité " ? comme si l'appétence croissante de l'opinion publique en faveur d'une sécurité renforcée dans sa vie quotidienne pouvait aboutir à une remise en cause de l'un des principes fondamentaux de notre organisation politique.
    Mais pourquoi s'en alarmer après tout, puisque le droit à la sécurité est un des devoirs de l'etat, inscrit dans la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 ? pourtant cette exigence nouvelle n'est pas anodine, et montesquieu nous a appris que " la liberté politique consiste dans la sûreté, ou du moins dans l'opinion que l'on a de sa sûreté ". cette montée en puissance d'un désir commun pour davantage de sûreté pour les personnes et leurs biens oblige les décideurs politiques et les professionnels publics ou privés de la sécurité à s'adapter.
    Les émeutes de novembre 2005 dans les banlieues, les menaces terroristes sur le territoire et la prise en compte du contexte international sont autant de facteurs propres à stimuler cette demande de sécurité souvent contradictoire : on veut en même temps plus de policiers mais payer moins d'impôts, un même niveau de sécurité partout en france alors que 50 % de la population est rassemblé sur 5 % du territoire, des agents de sécurité privée irréprochables tout en choisissant les moins chers lors des appels d'offre.
    Pour la première fois, deux décideurs politiques du ps et de l'ump, des juristes, une représentante des victimes, des hauts fonctionnaires du ministère de l'intérieur, des universitaires et des praticiens de la sûreté rassemblent sans tabou leurs propositions sur ce thème hautement sensible de la sécurité qui va modeler durablement la société française, dès les prochaines échéances électorales du printemps 2007, puis dans les années qui suivront.

  • La cybersécurite (2e édition)

    Nicolas Arpagian

    • Que sais-je ?
    • 26 Août 2015

    La dépendance grandissante de pans entiers de nos existences (données médicales ou bancaires), de nos modes de production (informatique d'entreprise ou équipements industriels) et de notre défense (numérisation de l'espace de bataille) à l'égard des systèmes informatiques fait de la cybersécurité une nécessité vitale. D'autant que dans ce nouveau théâtre d'ombres, le principe de la guerre asymétrique est consacré : des États peuvent être attaqués par des militants isolés, des particuliers mis en cause par d'autres personnes privées, des entreprises devenir la cible de compétiteurs indélicats, etc.
    C'est en sachant ce que l'on risque de perdre sur la Toile que l'on peut entreprendre de sécuriser nos données sensibles. On doit alors s'interroger sur le juste équilibre entre une politique de surveillance très aboutie, et un droit à l'intégrité de son « patrimoine numérique ».

empty