Puf

  • La vertu évoque moralité, fidélité, rigueur, mais aussi engendre parfois maux et terreur. À trop vouloir purifier les moeurs par la vertu, Robespierre en était arrivé à croire qu'une révolution n'était qu'un crime éclatant et nécessaire. « La vertu n'est pas à la mode », constate J. de Romilly dans sa préface ; néanmoins « osons parler de la vertu », ajoute-t-elle, du bonheur de la vertu, de sa nécessaire immortalité, du besoin que l'on a de l'ériger en un élan vital bergsonien. Cet ouvrage constitue les actes d'une journée d'études initiée par l'Académie des sciences morales et politiques le 12 décembre 2007.  

  • errare humanum est.
    quoi de plus humain en effet que l'erreur, dont les auteurs de cet ouvrage abordent les contours mais aussi les détours qu'elle occasionne ? fruit d'une manifestation organisée à l'institut de france (les 25 et 26 octobre 2006) par l'académie des sciences morales et politiques, le centre de recherches en théorie générale du droit et l'association française de philosophie du droit, cet ouvrage regroupe des contributions aussi variées qu'intéressantes sur l'erreur en droit civil, en droit constitutionnel, en droit administratif, en économie, en droit fiscal, en droit de la procédure, en droit pénal, en droit du travail, ou encore en droit de la sécurité sociale.
    une discussion sur l'erreur à laquelle se sont joints un philosophe et un historien a par ailleurs permis de révéler à quel point l'erreur nourrit les sciences humaines pour faire de notre monde un combattant de l'erreur tout autant qu'un bénéficiaire de celle-ci. si l'erreur est humaine, incontournable, elle n'en demeure pas moins constructive. sa découverte et les messages qu'elle renferme, finement analysés, ont permis de rassembler ici quelques belles plumes de l'académie des sciences morales et politiques et de l'université française.

empty