Chambon

  • L'objectif récurrent d'une dépénalisation de la vie des affaires prouve que le risque pénal dans l'entreprise n'a jamais été aussi présent. Dans une société dont les équilibres sociaux passent par un contrôle et une régulation de l'activité économique, le droit pénal des affaires représente une arme utile dans la lutte contre une certaine criminalité "en cols blancs". Au-delà de comportements délibérément malhonnêtes, la complexité des relations économiques expose dirigeants et cadres à un risque pénal, accru notamment par une inflation législative de l'ensemble des disciplines juridiques, dont ils doivent mesurer l'étendue.

    Ce manuel, résolument pédagogique et pratique, adopte une conception large du droit pénal des affaires en tentant de dépasser le champ traditionnel affecté à la discipline. Il s'adresse non seulement aux étudiants mais également aux praticiens ainsi qu'à tous ceux que l'activité professionnelle expose à des sanctions pénales souvent lourdes. Il intègre les dernières évolutions tant législatives ou réglementaires que jurisprudentielles.

    Vous trouverez dans cet ouvrage toutes les réponses à vos questions sur :

    Les infractions de droit commun applicables aux affaires ;
    Infractions principales - Infractions de conséquence - Infractions de moyen - Infractions de l'immatériel ;
    Les infractions propres à la vie des affaires ;
    Droit pénal et entreprise - Droit pénal et environnement économique de l'entreprise ;

  • Vers une ubérisation des banques ?
    Le monde de la finance connaît l'une des plus profondes mutations de son histoire. Les métiers de la banque de dépôt, de la banque d'investissement, des marchés, de la gestion d'actif ou encore de la finance d'entreprise semblent tous engagés dans des transformations radicales.

    Il ne s'agit plus seulement de changements de pratiques ou de l'arrivée de nouveaux outils techniques comme ce fut le cas à maintes reprises par le passé : ce sont les principes mêmes de la finance qui connaissent une totale remise en question. Nouvelles technologies, nouveaux acteurs... déstabilisent profondément les cadres établis, et les anciennes terminologies ne suffisent plus à classer ces nouveaux venus sur ce marché.

    Les experts rassemblés dans cet ouvrage esquissent les contours de cette révolution silencieuse et des nouveaux modèles bancaires en gestation.

  • Actes du colloque organisé les 9 et 10 novembre 2017 par l'Université de Bordeaux. L'objet de ce colloque est de vérifier dans quelle mesure la prise en compte de la donnée économique en matière pénale est utile pour expliquer les phénomènes juridiques et sociaux liés à la criminalité et à la justice pénale, et voir si elle doit être promue.

  • Titre: La déontologie administrative Theme1: Droit - Droit administratif - Ouvrages généraux Theme2:
    Résumé: Vingt ans après sa première publication, la 2e édition de cet ouvrage n'est pas seulement une réactualisation mais une réflexion renouvelée et enrichie par ce qu'il est convenu d'appeler l'actualité des questions déontologiques au sein de la fonction publique. Depuis vingt ans, en effet, la déontologie n'a cessé de susciter des études et des rapports ainsi qu'une activité législative et réglementaire nourrie. En 2015, pour la première fois de notre histoire administrative, un projet de loi relatif à la déontologie, aux droits et aux obligations des fonctionnaires énonce dans le statut général de la fonction publique des valeurs et introduit de nouveaux procédés de prévention des risques déontologiques.
    Si cet ouvrage présente et met en perspective ces développements normatifs les plus récents, il renouvelle également un plaidoyer en faveur d'une déontologie administrative fondée sur la responsabilisation et la pédagogie. Confortés par les propositions et la pratique des administrations de ces vingt dernières années, les auteurs suggèrent que la déontologie soit aussi un levier du management.
    Les praticiens de l'administration trouveront dans cet ouvrage un recensement des initiatives les plus récentes en matière de déontologie et des pistes pour favoriser la diffusion d'une culture déontologique parmi leurs équipes. Les étudiants et les candidats aux concours administratifs y découvriront de quoi nourrir une vocation pour le service public et des repères pour mieux comprendre le sens et les évolutions du droit de la fonction publique. Les citoyens y mesureront les spécificités de la déontologie du fonctionnaire et la nature des valeurs de celles et de ceux qui les servent. Historique, juridique, sociologique, ou managériale, les approches de cet ouvrage révèlent que la déontologie constitue une autre clé de lecture pour comprendre les transformations de l'administration et du service public.

    François CHAMBON , ancien élève de l'École nationale d'administration, administrateur général, est directeur de l'Institut régional d'administration de Metz.

    Olivier GASPON , ancien élève de l'École nationale d'administration, est président de tribunal administratif.

  • La responsabilité civile peut être définie au regard de son effet caractéristique ; elle engendre l'obligation, pour le responsable, de réparer le dommage qu'il a indûment causé à autrui.
     Signé par un duo de jurstes réputés, le présent ouvrage expose les règles essentielles de la responsabilité civile délictuelle en limitant volontairement le nombre de références, tant jurisprudentielles que doctrinales.
     Cette nouvelle édition augmentée propose aux étudiants une image de l'ensemble de la matière et tente d'en faire apparaître à la fois la structure et la logique interne.

  • Une synthèse claire et accessible des 220 plus grands ouvrages francophones d'économie.

    La structure de ce livre suit les huit domaines clés de l'économie : économie de marché, économie politique, économie monétaire, économie bancaire, économie boursière, économie de l'innovation et de l'entreprise, économie européenne, économie internationale.
    Outre les auteurs les plus réputés, le livre révèle des auteurs qui jettent des regards originaux sur les problématiques économiques actuelles.
    Chaque chapitre est introduit par un expert; chacun retraçant l'évolution de la pensée des meilleurs acteurs et observateurs (entrepreneurs, managers, hauts fonctionnaires, universitaires, journalistes...) des évènements économiques récents.

  • Le conflit de lois dans l'espace consiste en la détermination de la loi applicable à un litige caractérisé par un élément d'extranéité. Ce phénomène émerge dès lors qu'une pluralité d'ordres juridiques possèdent une égale vocation à régir un même litige. Mais une telle concurrence entre les normes composant divers ordres juridiques n'existe qu'en droit privé ; le conflit de lois est présenté à l'inverse comme structurellement étranger au droit public.

    Le droit applicable à l'administration se singularise cependant par rapport à cette présentation manichéenne puisqu'il comporte un régime dual, lequel est composé tant de règles de droit public que de droit privé. Cependant, le droit administratif, qui regroupe les seules règles de droit public applicable à l'administration, implique l'intervention d'une qualification matérielle du litige dont l'influence sur le phénomène conflictuel est considérable. La qualification administrative du litige revient à consacrer sa dimension publique et induit, ce faisant, l'absence de conflit de lois en la matière.

    S'il est possible de démontrer théoriquement l'incompatibilité du conflit de lois et du droit administratif, la pratique juridictionnelle suscite néanmoins leur confrontation. Toutefois, loin de favoriser leur rapprochement, cette confrontation révèle l'antagonisme de ces deux notions. L'immixtion du phénomène conflictuel en matière administrative suscite la standardisation du droit administratif, lequel est traité à l'identique du droit privé, remettant en cause la réalité de la qualification administrative du litige et la validité d'un conflit de lois en droit administratif. Inversement, le respect de la qualification administrative du litige dans un contexte extraterritorial implique la transcendance du phénomène conflictuel résiduel, lequel ne peut être confondu avec un simple conflit de lois et doit être conçu comme un conflit de souverainetés.

  • L'objectif récurrent d'une dépénalisation de la vie des affaires prouve que le risque pénal dans l'entreprise n'a jamais été aussi présent. Dans une société dont les équilibres sociaux passent par un contrôle et une régulation de l'activité économique, le droit pénal des affaires représente une arme utile dans la lutte contre une certaine criminalité "en cols blancs". Au-delà de comportements délibérément malhonnêtes, la complexité des relations économiques expose dirigeants et cadres à un risque pénal, accru notamment par une inflation légistative de l'ensemble des disciplines juridiques, dont ils doivent mesurer l'étendue.
    Ce manuel, résolument pédagogique et pratique, adopte une conception large du droit pénal des affaires en tentant de dépasser le champ traditionnel affecté à la discipline. En plus de l'examen des infractions habituelles (vol, escroquerie, abus de confiance, faux, recel...), il propose l'étude d'autres incriminations relevant de l'immatériel ou de l'environnement de l'entreprise. Sont ainsi abordés les rapports entre le droit pénal et les créanciers de l'entreprise, le banquier ou encore les consommateurs.
    Ce livre s'adresse non seulement aux étudiants mais également aux praticiens ainsi qu'à tous ceux que l'activité professionnelle expose à des sanctions pénales souvent lourdes.

  • Artiste et créateur de tendances, inventeur des verrines, co-fondateur de La Pâtisserie des Rêves, Philippe Conticini aime se fixer de nouveaux défis !
    Pari réussi avec ces desserts sans sucres ajoutés, puis sans gluten et sans lactose.
    Son atout : un goût incroyable, des textures tantôt moelleuses, fondantes ou croustillantes. Des recettes originales, et tellement gourmandes !

    Dans ce coffret vous découvrirez deux ouvrages de Philippe Conticini :

    - Gâteaux et gourmandises sans sucre (pas de sucre ajouté, ni édulcorant).
    - Gâteaux et gourmandises sans gluten et sans lactose.

    Un vent nouveau souffle sur la pâtisserie !

  • Quel intérêt général pour le XXIe siècle ?

    L'antagonisme historique entre intérêt général et marché touche à sa fin. La prise de conscience d'enjeux planétaires communs, le développement de l'économie numérique et collaborative comme l'apparition d'acteurs privés aux capacités financières égales voire supérieures à celles d'États posent en effet aujourd'hui des défis cruciaux, qui changent totalement la donne.

    L'"ubérisation" de l'économie sonne-t-elle le glas de la notion d'intérêt général ? Quel rôle nouveau pour l'entreprise ? Que retenir des expériences menées à l'étranger ? Les experts rassemblés dans cet ouvrage explorent les pistes d'une vision renouvelée de l'intérêt général, qui préserve le bon fonctionnement de l'économie de marché tout en assurant aux acteurs un cadre de liberté de choix, de responsabilité et de solidarité. Ils esquissent ainsi les contours d'un projet qui redonne du sens à l'action politique et de la confiance aux citoyens et aux entreprises.

  • Droit et pratique de l'instruction préparatoire (édition 2020/2021) Nouv.

    De quoi le juge d'instruction est-il saisi? Quelle est sa liberté de qualification? Quelles sont les limites de ses pouvoirs? Quelles sont les règles qui régissent l'interrogatoire de première comparution et celles relatives à la garde à vue? Comment calculer les délais de prolongation de détention en cas de requalification, de pluralité de mandats de dépôt dans la même procédure, de jonction? Comment fonctionnent les pôles de l'instruction? Quels sont les articles du Code de procédure pénale touchés par les décisions du Conseil constitutionnel? Dans quels cas la chambre de l'instruction peut-elle donner une injonction au juge d'instruction? Que signifie exactement la règle de l'unique objet? Quels sont les pouvoirs du juge délégué sur supplément d'information? Comment la jurisprudence de la chambre criminelle décline-t-elle les principes conventionnels du contradictoire et de la proportionnalité? Ces questions, et bien d'autres, pratiques et théoriques trouveront leurs solutions dans cette édition.Cette onzième édition inclut notamment les lois du 20juin 2018 relative à la protection des données personnelles, du 23octobre 2018 relative à la lutte contre la fraude, du 23mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice, du 28décembre 2019 visant à agir contre les violences au sein de la famille, l'importante ordonnance du 11septembre 2019 portant partie législative du code de la justice pénale des mineurs, les différents textes pris, entre les mois de mars et mai 2020, dans le cadre de l'urgence sanitaire liée à l'épidémie de covid-19, et les différents décrets parus jusqu'en juillet 2020.Cette édition est à jour de la jurisprudence des juridictions internes, comme de celle, toujours plus nombreuse, de la Cour européenne des droits de l'homme, de la Cour de justice de l'Union européenne et du Conseil constitutionnel.Magistrats instructeurs, avocats, juges des libertés et de la détention, membres du ministère public, magistrats des chambres de l'instruction trouveront dans cet ouvrage les réponses essentielles sur la phase préparatoire du procès pénal.Les huit dernières éditions de cet ouvrage sont l'oeuvre de Christian Guéry, magistrat instructeur pendant 19ans, ancien maître de conférences à l'École nationale de la magistrature, auteur notamment, avec Bruno Lavielle, dans la même collection, de Droit et pratique des audiences correctionnelles et de police. Il est désormais conseiller à la chambre criminelle de la Cour de cassation.Ouvrage couronné par l'Académie des sciences morales et politiques, prix Odilon Barrot 1981 Grand prix de l'ENM 2015.

  • De quoi le juge d'instruction est-il saisi ? Quelle est sa liberté de qualification ? Quelles sont les limites de ses pouvoirs ? Quelles sont les règles qui régissent l'interrogatoire de première comparution ? Comment choisir entre statut de mis en examen et de témoin assisté ? Comment calculer les règles de prolongation de détention en cas de requalification, de pluralité de mandats de dépôt dans la même procédure, de jonction...Dans quels cas la chambre de l'instruction peut-elle donner une injonction au juge d'instruction ? Que signifie exactement la règle de l'unique objet ? Quels sont les pouvoirs du juge délégué sur supplément d'information ? Ces difficultés, et bien d'autres, pratiques et théoriques trouveront leurs solutions dans cet ouvrage destiné à apporter aux praticiens les réponses essentielles sur la phase préparatoire du procès pénal.
    Cette huitième édition tient compte des textes les plus récents notament les lois du 14 avril 2011 réformant la garde à vue ou du 13 décembre 2011 sur la répartition des contentieux comme de la jurisprudence la plus récente et des pratiques développées depuis les lois du 5 mars 2007 et des décrets des 3 et 9 mai 2007. Cette oeuvre de pratique judiciaire commentée reflète, au-delà des fluctuations des textes, la continuité d'une institution en mutation constante.
    Magistrats instructeurs, avocats, juges des libertés et de la détention, membres du ministère public, magistrats des chambres de l'instruction retrouveront dans cet ouvrage, initié par Pierre Chambon, la somme de l'expérience et des réflections de Christian Guéry.

  • L'objectif récurrent d'une dépénalisation de la vie des affaires prouve que le risque pénal dans l'entreprise n'a jamais été aussi présent. Dans une société dont les équilibres sociaux passent par un contrôle et une régulation de l'activité économique, le droit pénal des affaires représente une arme utile dans la lutte contre une certaine criminalité "en cols blancs". Au-delà de comportements délibérément malhonnêtes, la complexité des relations économiques expose dirigeants et cadres à un risque pénal, accru notamment par une inflation législative de l'ensemble des disciplines juridiques, dont ils doivent mesurer l'étendue.

    Ce manuel, résolument pédagogique et pratique, adopte une conception large du droit pénal des affaires en tentant de dépasser le champ traditionnel affecté à la discipline. En plus de l'examen des infractions habituelles (vol, escroquerie, abus de confiance, faux, recel...), il propose l'étude d'autres incriminations relevant de l'immatériel ou de l'environnement de l'entreprise. Sont ainsi abordés les rapports entre le droit pénal et les créanciers de l'entreprise, le banquier ou encore les consommateurs.

    Ce livre s'adresse non seulement aux étudiants mais également aux praticiens ainsi qu'à tous ceux que l'activité professionnelle expose à des sanctions pénales souvent lourdes. Il intègre la loi n°2012-387 du 22 mars 2012 et les dernières évolutions tant législatives ou réglementaires que jurisprudentielles.

  • De quoi le juge d'instruction est-il saisi ? Quelle est sa liberté de qualification ? Quelles sont les limites de ses pouvoirs ? Quelles sont les règles qui régissent l'interrogatoire de première comparution ? Comment choisir entre statut de mi en examen et de témoin assisté ? Comment calculer les règles de prolongation de détention en cas de requalification, de pluralité de mandats de dépôt dans la même procédure de jonction ? Comment fonctionnent les pôles de l'instruction ? Dans quels cas la chambre de l'instruction peut-elle donner une injonction au juge d'instruction ? Que signifie exactement la règle de l'unique objet ? Quels sont les pouvoirs du juge délégué sur supplément d'information ? Ces questions, et bien d'autres, pratiques et théoriques trouveront leurs solutions dans cet ouvrage destiné à apporter aux praticiens les réponses essentielles sur la phase préparatoire du procès pénal. Cette septième édition est à jour des lois du 5 mars 2007, 25 février 2008, 12 mai 2009, 29 juillet 2009 et des décrets des 3 et 9 mai 2007, 30 juillet 2007, 26 septembre 2007, 15 et 16 novembre 2007, 24 décembre 2007, 16 janvier 2008, 16 avril 2008,10 juin 2008 et de la jurisprudence la plus récente. Elle tient également compte des conclusions du rapport de la commission de réflexion sur la justice pénale dit rapport Léger. Cette oeuvre de pratique judiciaire commentée reflète, au-delà des fluctuations des textes, la continuité d'une institution en mutation constante. Magistrats instructeurs, avocats, juges des libertés et de la détention, membres du ministère public, magistrats des chambres de l'instruction retrouveront dans cet ouvrage la somme des réflexions de Pierre Chambon, auteur de centaine de chroniques et de commentaires d'arrêt. À partir du livre de Pierre Chambon, les trois dernières éditions sont l'oeuvre de Christian Guéry, doyen des juges d'instruction à Nice, ancien maître de conférences à l'École nationale de la magistrature.

  • L'objectif récurrent d'une dépénalisation de la vie des affaires prouve que le risque pénal dans l'entreprise n'a jamais été aussi présent. Dans une société dont tes équilibres sociaux passent par un contrôle et une régulation de l'activité économique, le droit pénal des affaires représente une arme utile dans la lutte contre une certaine criminalité " en cols blancs ". Une criminalité qu'accroît parfois le développement d'un libéralisme économique mal maîtrisé. Mais au-delà de comportements délibérément malhonnêtes, la complexité des relations économiques expose dirigeants et cadres, tributaires d'une inflation législative en matière de droit du travail, dans le domaine de l'environnement, de la consommation ou encore dans celui de la fiscalité ou de la bourse sans oublier le droit des sociétés, à un risque pénal dont ils doivent mesurer l'étendue. Ce manuel, résolument pédagogique et pratique, propose une conception large du droit pénal des affaires en tentant de dépasser le champ traditionnel affecté à la discipline. C'est dire que, en plus de l'examen des infractions habituelles (vol, escroquerie, abus de confiance, faux, recel, infractions en matière de sociétés ou en matière fiscale...), celui-ci propose l'étude d'autres incriminations relevant de l'immatériel ou de l'environnement de l'entreprise. Sont ainsi abordés les rapports entre le droit pénal et les créanciers de l'entreprise, te banquier ou encore les consommateurs. Ce livre s'adresse donc non seulement aux étudiants mais également aux juristes professionnels ainsi qu'à tous ceux que l'activité professionnelle expose à des sanctions pénales souvent lourdes. Résolument tourné vers la formation et l'information des lecteurs, l'ouvrage présenté a multiplié les exemples jurisprudentiels et les informations pratiques pertinentes. Il est bien évidemment à jour des dernières évolutions tant législatives ou réglementaires que jurisprudentielles.

  • L'objectif récurrent d'une dépénalisation de la vie des affaires prouve que le risque pénal dans l'entreprise n'a jamais été aussi présent. Dans une société dont les équilibres sociaux passent par un contrôle et une régulation de l'activité économique, le droit pénal des affaires représente une arme utile dans la lutte contre une certaine criminalité " en cols blancs ". Une criminalité qu'accroît parfois le développement d'un libéralisme économique mal maîtrisé. Mais au-delà de comportements délibérément malhonnêtes, la complexité des relations économiques expose dirigeants et cadres, tributaires d'une inflation législative en matière de droit du travail, dans le domaine de l'environnement, de la consommation ou encore dans celui de la fiscalité ou de la bourse sans oublier le droit des sociétés, à un risque pénal dont ils doivent mesurer l'étendue. Ce manuel, résolument pédagogique et pratique, propose une conception large du droit pénal des affaires en tentant de dépasser le champ traditionnel affecté à la discipline. C'est dire que, en plus de l'examen des infractions habituelles (vol, escroquerie, abus de confiance, faux, recel, infractions en matière de sociétés ou en matière fiscale...), celui-ci propose l'étude d'autres incriminations relevant de l'immatériel ou de l'environnement de l'entreprise. Sont ainsi abordés les rapports entre le droit pénal et les créanciers de l'entreprise, le banquier ou encore les consommateurs. Ce livre s'adresse donc non seulement aux étudiants mais également aux juristes professionnels ainsi qu'à tous ceux que l'activité professionnelle expose à des sanctions pénales souvent lourdes. Résolument tourné vers la formation et l'information des lecteurs, l'ouvrage présenté a multiplié les exemples jurisprudentiels et les informations pratiques pertinentes.

  • De quoi le juge d'instruction est-il saisi ? Quelle est sa liberté de qualification ? Quelles sont les limites de ses pouvoirs ? Quelles sont les règles qui régissent l'interrogatoire de première comparution ? Comment choisir entre statut de mis en examen et de témoin assisté ? Quelles sont les nouvelles règles qui régissent la garde à vue ? Comment calculer les règles de prolongation de détention en cas de requalification, de pluralité de mandats de dépôt dans la même procédure, de jonction ? Comment fonctionnent les pôles de l'instruction ? Quels sont les articles du code de procédure pénale touchés par les récentes décisions du Conseil constitutionnel ? Dans quels cas la chambre de l'instruction peut-elle donner une injonction au juge d'instruction ? Que signifie exactement la règle de l'unique objet ? Quels sont les pouvoirs du juge délégué sur supplément d'information ? Ces questions, et bien d'autres, pratiques et théoriques trouveront leurs solutions dans cette nouvelle édition.
    Cette neuvième édition consacre la création d'un livre relatif à la chambre de l'instruction notablement accru. Elle inclut les lois postérieures à la dernière édition, notamment celles du 5 août 2013, du 6 décembre 2013 créant le procureur de la République financier et modifiant certaines dispositions relatives aux infractions économiques et financières, du 28 mars 2014 sur la géolocalisation, du 27 mai 2014 transposant la directive européenne relative au droit à l'information pour les personnes suspectes, du 10 juillet 2014 visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale, du 4 août 2014 sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, du 15 août 2014 relative à l'individualisation des peines et renforçant l'efficacité des sanctions pénales, du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme. Cette édition est à jour de la jurisprudence des juridictions internes, comme celle de laCour européenne des droits de l'homme, de la Cour de justice de l'Union européenne (et du Conseil constitutionnel, ces instances ayant pris de plus en plus de poids en tant que source de droit pénal et de procédure pénale.
    Magistrats instructeurs, avocats, juges des libertés et de la détention, membres du ministère public, magistrats des chambres de l'instruction trouveront dans cet ouvrage de pratique judiciaire les réponses essentielles sur la phase préparatoire du procès pénal.
    Les six dernières éditions de cet ouvrage sont l'uvre de Christian Guéry, magistrat instructeur pendant 19 ans, ancien maître de conférences à l'Ecole nationale de la magistrature, auteur notamment, avec Bruno Lavielle, du guide des audiences correctionnelles. Il est actuellement président de la chambre de l'instruction de Grenoble, chargé d'enseignement à l'IEJ de la faculté de Grenoble.

  • De plus en plus focalisés sur la question des moyens, les administrations en charge des politiques publiques courent parfois le risque de perdre de vue la finalité de leur action quotidienne. Si le « sens de l'intérêt général » demeure une formule usitée, la définition de ce concept va de moins en moins de soi dans une société où il est de plus en plus difficile de définir et de se prévaloir de la « volonté générale ».
    Conscients de cette difficulté, les auteurs ont considéré que le dialogue était une autre façon de contribuer à répondre aux questions que le citoyen, l'usager et le contribuable sont légitimes à se poser. Qu'est-ce que le service public ? A quoi sert l'administration ? Qu'est-ce qu'un fonctionnaire ? Quels sont ses sources ? Ses ressources ? Sa vocation ? Son temps et son espace ? Ses défis ? Son art ?
    Habituellement traitées par les ouvrages de droit public et de sciences administratives, ces interrogations font ici l'objet d'une approche originale par le croisement de deux logos, celui du philosophe et celui du fonctionnaire. L'homme des concepts interroge et pousse dans ses retranchements l'administrateur dans le seul but de contribuer à répondre la question qui transcende toutes les autres : qu'est-ce que l'intérêt général ?
    Autant dire que cet ouvrage intéressera aussi bien les étudiants de droit, de sciences humaines, de philosophie que les candidats aux concours administratifs et les praticiens de la fonction publique. Le citoyen, usager et contribuable, y trouvera également une vision nouvelle du service public.

empty