Presses de la cité

  • Les aventures semées d'embûches d'une jeune fille rebelle et d'un bagnard et le début de la tumultueuse saga de la famille Roy en Charente.Dans la vallée des Eaux-Claires, en Charente, Claire, au tempérament rebelle, mène une jeunesse insouciante entre sa cousine et confidente, Bertille, les ateliers du moulin où son père fabrique du papier artisanal et la campagne environnante où elle se promène inlassablement, accompagnée du jeune loup qu'elle a recueilli. Mais l'univers paisible de son enfance s'effondre bientôt... Accablé de dettes, son père la promet en mariage au fils d'un riche propriétaire de la région, un jeune homme brutal et sans scrupules qu'elle déteste. Un soir, Claire fait une rencontre qui va bouleverser sa vie : celle de Jean, un jeune bagnard, évadé alors qu'il devait embarquer pour Cayenne. La passion va lier ces deux êtres que tout oppose.

  • Au XXe siècle. Le Moulin du Loup abrite les bonheurs et les drames de Claire, qui élève seule Faustine, la fillette que lui a confiée Jean Dumont, son premier amour. Retrouvailles, séparations puis la guerre vont jalonner la vie de ces trois êtres vulnérables.Claire, la fille du maître papetier Colin Roy, espère le retour de Jean Dumont, son premier amour, parti travailler au loin. Même si la vie les a séparés, le jeune homme lui a confié l'éducation de sa fille, Faustine, orpheline de mère. Au Moulin du Loup, la vie poursuit son cours paisible en cette année 1905. Portée par son entourage et sa passion pour l'herboristerie, Claire a trouvé un équilibre.
    Mais Jean est de retour, accompagné de Térésa, une veuve tapageuse et volubile. Le couple décide de garder Faustine, au grand désespoir de tous. Mais Claire ne renonce pas. Elle veut reconquérir l'homme qu'elle aime et retrouver coûte que coûte Faustine. Sa force morale et sa sincérité viendront à bout de tous les obstacles...

  • Suite de la saga de la famille Roy-Dumont en Charente. Le sixième tome de la saga des Roy au coeur de la Charente après Le Moulin du Loup, Le Chemin des Falaises, Les Tristes Noces, La Grotte aux fées et Les Ravages de la passion.Claire eut un pincement au coeur, comme chaque fois que sa fille adoptive revendiquait ses origines maternelles. Mais elle céda l'instant suivant à la douce ambiance qui régnait ce soir-là dans l'enceinte de son cher Moulin.
    Bercée par la musique et les refrains que chacun reprenait, elle éprouvait un agréable sentiment de plénitude. Il lui semblait que rien ne pourrait atteindre sa vallée et ceux qu'elle chérissait. Sauvageon était couché à ses pieds ; la lune pointait à la cime d'un frêne.
    " Tant de bonheur, de quiétude ! songea-t-elle, déconcertée. Pourtant, les Allemands ont pris Paris... Demain ! Je m'en inquiéterai demain. Le danger viendra, mais je serai prête. "

  • - 44%

    La grande saga d'une famille au coeur des Charentes. La suite des romans Le Moulin du Loup, Le Chemin des Falaises, Les Tristes Noces et La Grotte aux fées.
    Jamais il n'avait éprouvé un tel sentiment de solitude. Le coeur serré, affamé, glacé, il eut soin d'éteindre la lampe de l'écurie et de mettre le loquet. Avant de reprendre le sentier qui grimpait jusqu'à la Grotte aux fées, il déposa sur le perron un petit paquet enrubanné de rouge. Avec son stylo, il écrivit " pour Claire " sur le papier bleu pastel. Puis il s'en alla, plus malheureux encore.

  • Marie, l'orpheline du bois des Loups, est devenue une femme accomplie. En Corrèze, à Aubazine, le village de son enfance, elle mène de front son métier d'institutrice et sa vie de famille. Mais les rancoeurs du passé la rattrapent... Suite de L'Orpheline du bois des Loups.
    Epouse comblée, mère de quatre enfants aimants, institutrice consciencieuse, Marie s'épanouit dans sa vie à Aubazine, le village où elle a grandi. Sa réussite tant privée que professionnelle est incontestable. Pourtant elle n'a pas oublié son enfance difficile, ses jeunes années à l'orphelinat et tous ceux qui lui ont fait du mal. Deux événements vont bouleverser sa tranquillité : la diffusion de lettres diffamantes à l'encontre de son couple et sa rencontre inopinée avec une jeune orpheline, Mélina, font resurgir de douloureux souvenirs... .

  • Au milieu du XXe siècle, le choc et le désarroi d'une orpheline née au bord de l'Océan, recueillie dans les Pyrénées par une tante malveillante.
    Dans un village côtier de l'entre-deux-guerres, près de l'île d'Oléron, la petite Violaine vit heureuse au sein d'un environnement marin solidaire, où la principale richesse est l'ostréiculture, quand la mort de ses parents bouleverse son existence. L'orpheline est confiée à une tante qui habite un village des Pyrénées, près de Lourdes. Pour la fillette qui aimait tant l'Océan, l'accueil hostile de sa nouvelle famille et la vue oppressante des montagnes sont une terrible épreuve. Seule Sidonie, l'Espagnole aux dons de guérisseuse, touchée par la détresse de Violaine, va l'aider à reprendre goût à la vie...

  • A partir d'anecdotes véridiques, Les Enfant du Pas du Loup fait revivre avec émotion tout un pan de l'histoire de la batellerie charentaise, incarnée par un jeune gabarier passionné." Louise, tremblante de désespoir, se serra contre lui, prit sa bouche. La douleur de perdre son bien-aimé, après seulement quelques semaines de joie la rendait folle. Quoi, ils devaient se marier, vivre ensemble, voyager sur la Marie-Flavie, Hugo avait promis de l'emmener jusqu'à l'île d'Aix, dans le pertuis d'Antioche ! Et la guerre éclatait, comme un orage soudain. Une fois de plus, on lui arrachait son bonheur. " En 1863, à Saint-Simon, petit port au bord de la Charente, le coeur de Louise chavire lorsqu'elle voit poindre à l'horizon le bateau du bel Hugo. Elle est sa plus fidèle amie et c'est au Pas du Loup, un passage au bord du fleuve, qu'il lui confie ses peines et ses espoirs : posséder sa propre gabare, ce bateau qui transporte le long du fleuve marchandises, eaux-de-vie et canons, et retrouver Alexandrine, rencontrée à Tonnay et disparue sans laisser de traces. Tandis qu'Hugo accomplit son rêve de gabarier et part en quête d'Alexandrine, Louise continue de l'aimer en secret. Mais les épreuves et les caprices du destin les attendent tous deux au détour de la Charente et feront prendre à leurs vies un étonnant chemin.

  • En Normandie, Hélène, en l'absence de son mari parti au front de 1914, doit assurer sans discontinuer les travaux de la ferme et des champs, et préserver le foyer familial.Le 1er août 1914, le tocsin résonne ; tous les hommes valides sont mobilisés et parmi eux Louis, instituteur à Cheux. Sa femme Hélène, fille de paysans du bocage, et leur fils Pierre partent habiter dans la ferme de la belle-mère de Louis. Ils y demeureront durant toute la guerre, offrant leur sueur à l'exploitation familiale.
    En quatre ans, Louis ne reviendra que trois fois en permission. Des étreintes du couple naîtra la petite Blanche. Une naissance entachée par l'absence.
    A la ferme, plus de nouvelles du soldat. Le 11 novembre, l'armistice est signé. Les mois s'écoulent et Louis n'a toujours pas écrit. Est-il vivant, mort ou disparu ?
    Bouleversements, passions, deuils se succèdent dans ce roman où s'entrecroisent l'horreur des tranchées et le quotidien de personnages gouvernés par la loi des saisons et les travaux des champs.

  • - 64%

    Au XVII e siècle, la vie en Flandre et ses traditions à travers l'existence tumultueuse d'une dentellière flamande et de sa fille. Le Coeur en Flandre est la suite de La Kermesse du diable, " roman miroir " des gens du Nord, éternels, courageux et attachants.
    Loin de Lille qu'elle porte dans son coeur, Renelde la dentellière s'est exilée avec son époux Grégoire à Amsterdam. En 1684, en terre protestante, leur foi catholique doit rester secrète. Quand l'une de ses anciennes apprenties lui lance un appel de détresse, Renelde part à son secours. D'Amsterdam à Lille et Paris, la dentellière et sa fille Marguerite mènent une quête semée d'embûches. Mais Adriaan, jeune protestant hollandais, amoureux de Marguerite, les suit et les protège... Et tandis que la révocation de l'édit de Nantes jette des milliers de huguenots sur les routes, Marguerite découvre le terrifiant secret d'Adriaan.
    Pourront-ils vivre leur amour, symbole d'espoir, en cette fin de siècle absolutiste ?
    Un beau " roman miroir " des gens du Nord. Eternels, courageux, attachants.

  • Début des années 1900, en Corrèze. Vie et renaissance d'une auberge tenue de main de maître par Maxence... jusqu'à ce que sa talentueuse épouse s'en mêle !L'auberge des Diligences est une étape gourmande très appréciée du pays de Meyssenac. Maxence et Ameline y reçoivent leurs hôtes avec une table qui fait honneur au goût local. Mais le caractère ombrageux de Maxence, qui règne seul dans sa cuisine, crée des tensions dans le couple. Les petits Savin et Faustine en souffrent. Un jour, Ameline doit remplacer au pied levé son mari pour préparer un fastueux banquet, et mitonne un plat si délicieux que tout le pays accourt bientôt pour le déguster. Même le président de la République, Raymond Poincaré, se rend incognito à l'auberge pour déguster le fameux soufflé aux cailles truffées ! Une page se tourne : Maxence voit sa suprématie vaciller et le monde changer autour de lui. Ses enfants vont fuguer dans les bois, au village le progrès arrive avec l'installation du tramway, chantier mis en route par un bel ingénieur logeant à l'auberge. Et amoureux d'Ameline...

  • En 1935, une institutrice, en butte aux autorités bien-pensantes, se lance le défi de faire obtenir à tous ses élèves, petits paysans corréziens leur certificat d'études. Le roman d'une vocation et d'un combat jamais perdu d'avance.Le 1er octobre 1935, Augusta Maupain vient occuper son premier poste d'institutrice auprès de petits paysans corréziens. Avec, chevillés au corps, un enthousiasme, une exigence, une modernité d'action qui surprennent. Pour ne pas dire agacent. Car monsieur le maire et le curé du village souhaitent demeurer les respectables garants de l'ordre et de l'autorité.
    Alors que pointe l'avènement au pouvoir du Front populaire, les tensions se nouent autour d'Augusta dans le petit village de Chèvreroche où les traditions perdurent...
    Le roman émouvant d'une vocation et d'un combat jamais perdu d'avance.

  • Au XIXe siècle, sous le Second Empire, la " rédemption " d'une grande famille de filateurs lillois bousculée par les passions et les interdits.Au XIXe siècle, sous le Second Empire, un vent de folie bouleverse les Vaneyck, famille de filateurs lillois. Ils ont tout : la fortune, le renom, une honorabilité qu'ils tiennent coûte que coûte à préserver.
    Pourtant, le bel équilibre va être renversé. Les Vaneyck vouent une inimitié ancestrale à leurs lointains cousins, les Maes. Et lorsqu'un certain Julien Maes tombe amoureux d'Alex Vaneyck la rebelle, lorsque la ravissante Isla outrepasse les convenances pour danser à Saint-Pétersbourg, et que Raphaël rentre d'exil, tout s'écroule chez les Vaneyck...
    Annie Degroote signe une saga passionnante, avec, en toile de fond, l'âge d'or du textile du Nord et de ses fondateurs.

  • Près de Strasbourg, une jeune femme enquête sur le passé complexe de sa famille, les Bergklauss : une généalogie en terre alsacienne. Dans un petit village près de Strasbourg, Clémence renoue avec ses racines alsaciennes et, en promesse à sa mère décédée, tente de démêler les secrets d'un drame qui a ébranlé toute sa famille. A Muhlzwiller, sur les bords de l'Ill, Clémence s'installe dans une maison à restaurer, maison qui jouxte l'ancienne demeure de sa famille. En découvrant par hasard de vieilles lettres cachées, Clémence ne se doute pas jusqu'où secrets de famille, amours interdites, drames de la guerre, ambition et passion de la musique ont pu s'entremêler et conduire au destin tragique des siens, les Bergklauss... et celui de leurs voisins d'alors, les Wendersheim. Mais ses recherches renvoient aussi Clémence à sa souffrance profonde : sa vaine relation avec sa mère, chanteuse lyrique, distante et sans égard pour elle. Un long parcours initiatique qui révèlera à la jeune femme ses véritables origines, son amour absolu pour l'Alsace et ses sentiments à l'égard d'un médecin strasbourgeois.

  • La rencontre providentielle entre deux écorchés vifs en quête de filiation. Un roman vrai sur la montagne, les traditions, les secrets des Alpes.Dans les années 1930, dans la vallée du Giffre, en Haute-Savoie, la rencontre providentielle entre deux écorchés vifs en quête de filiation. Le " Gros Louis " ne s'est jamais remis de la disparition en montagne de son fils, Jacquot, dont le corps est resté introuvable. C'était il y a dix ans...
    Un soir à l'heure de la fermeture de son café, un jeune homme se présente : même stature, même taille que Jacquot. Dès lors, s'instaure entre eux une troublante relation ; intéressée pour le Gros Louis, qui retrouve en Robi un peu de son fils. Enigmatique pour Robi, qui ne livre rien de son passé ni des raisons pour lesquelles il est venu dans ces montagnes coupées du monde.
    Un doute subsiste : Robi porte exactement la même veste, un modèle rare et épuisé, que Jacquot au moment de sa disparition... Qui est-il réellement ?

  • Une enfance joyeuse, un parcours d'artiste et les rencontres d'un homme qui n'a cessé d'aimer la vie - qui le lui a bien rendu - défilent dans cette autobiographie, où l'humour et une douce nostalgie s'invitent au fil des pages.Doué d'un humour tendre et décapant, Georges Coulonges n'a jamais oublié les leçons de morale copiées enfant à la communale, à Lacanau, et qui seront le fil conducteur de sa vie :
    modestie, honnêteté, courage, amour du travail bien fait et de la beauté de la langue française...
    Muni de ce viatique, il ira de succès en succès. Journaliste puis parolier pour les plus grands : Jean Ferrat, Juliette Gréco et bien d'autres encore, auteur de télévision avec
    Pause-Café et
    Joëlle Mazart, premières séries générationnelles, puis auteur de théâtre et enfin romancier avec
    Les blés deviennent paille ou
    L'Eté du grand bonheur (Prix des Maisons de la presse, 2000). L'enfance solaire, le chemin d'artiste et les rencontres d'un baladin qui n'a cessé d'aimer la vie - qui le lui a bien rendu - défilent dans cette autobiographie, pleine de charme et de fantaisie.

  • - 38%

    Au début du XX e siècle, le portrait de deux paysannes du Nord, reflets fidèles d'une région où le bonheur se gagne à force de volonté. Un grand roman au féminin.
    Née à l'aube du XXe siècle, Mélanie a grandi dans une ferme du Nord, la " Cense aux alouettes ". Douceur du foyer familial et bonheur d'un quotidien rythmé par les rituels des champs comblent la fillette qui n'aspire qu'à devenir fermière. Des années plus tard, lors d'une ducasse, une fête locale, elle rencontre Jean-Pierre, un séduisant bourrelier. Mais, le 1er août 1914, la guerre lui ravit son fiancé. Au cours d'une permission, qui sera la seule, elle s'offre à lui. Commence alors pour Mélanie, enceinte, le temps des épreuves...
    Magnifique portrait de deux paysannes, reflets fidèles d'une région où le bonheur se gagne à force de volonté.

  • Suite du roman Le Gardien des sables. Une page méconnue de l'histoire : les cagots, frappés d'exclusion et de persécution. Parce qu'il a répondu avec force à l'insulte suprême qu'on lui avait faite, Guilhem part sur les chemins de la liberté. En cette fin du XVIIe siècle, il appartient à la " caste maudite " des cagots qui, depuis des centaines d'années, est frappée d'exclusion et de persécution. Il est temps pour lui de devenir un autre homme, de s'accomplir dans son travail pour être respecté.
    Son désir de reconnaissance et le hasard des rencontres le mèneront vers l'Armagnac, à Auch, cité gasconne où, au pied de la cathédrale, son destin basculera à nouveau.
    Deviendra-t-il enfin ce qu'il rêvait d'être, un sculpteur sur bois au talent reconnu ? Parviendra-t-il à s'affranchir de sa condition et à bannir pour toujours de la cathédrale cette porte des Maudits réservée aux cagots ?
    Bouleversante et méconnue, l'histoire des cagots d'Aquitaine.

  • Après la guerre 1914-1918, Gabriel, ouvrier ostréiculteur breton, rentre chez lui. Bientôt maître de sa propre concession en bordure du Bélon, il ne sait pourtant pas à qui transmettre le flambeau pour perpétuer ce savoir-faire qu'il affectionne tant.Vivant ! Gabriel Gourlaouen revient vivant de l'enfer des tranchées et retrouve Louise et leurs deux enfants, son village et sa rivière dont il a tant rêvé sur le front. Ouvrier ostréicole depuis l'enfance, employé par la famille Kervellec qui exploite des parcs, Gabriel sera bientôt maître de sa propre concession en bordure du Bélon. Car sa vie est là, dans la vase des petits matins froids à marée basse, et son seul désir est de transmettre sa passion pour les " plates " au goût subtil de noisette. Mais à qui ? Son fils Jean est censé prendre la relève, mais c'est sur les épaules de Gwenn, petite fille aux yeux " fine de claire ", que reposera la pérennité du savoir-faire ostréicole du Bélon...

  • Roman sur la vieillesse, la solitude, et hommage aux parents de l'auteur, Les Fruits de l'hiver a été couronné par le prix Goncourt en 1968. " Les Fruits de l'hiver est à la fois un témoignage passionné de l'amour maternel et l'expression d'un remords. " Michel RagonLes années terribles de la guerre prennent fin, à Lons-le-Saunier dans le Jura. Heureusement ces temps oppressants poussent le voisinage à plus d'entraide, à une vraie solidarité
    Mais les privations quotidiennes, le travail incessant des jours, l'occupation allemande, leur vie en vase-clos pèsent sur le vieux couple Dubois. Sans baisser les bras, Paul part chaque jour dans son petit jardin, y puiser ce qu'il peut en tirer ; sa femme fait aussi de son mieux...
    Et les Dubois se tracassent également pour leurs deux enfants : l'attente du retour de Julien, qui a déserté on ne sait où, pour échapper au STO et Paul, l'épicier, qui fricote de très près avec la milice...
    Une histoire de vie bouleversante.

  • Douze histoires aux allures de contes de Noël : douze notes d'espoir et, dans chacune, un don, d'une personne à l'autre. Chacune évoque un symbole du Nord et, qu'elle soit située au XVIIe siècle, après la Seconde Guerre mondiale ou en 2043, s'y dévoile tout le charme d'une Flandre envoûtante. Et toujours la magie de l'amour et de l'enfance...Un colporteur parti à la recherche d'une enfant mal-aimée parce que " différente ".
    Un Estaminet de l'Ange qui masque un secret démoniaque.
    Une chapelle de route qui révèle que les miracles n'ont pas toujours lieu là où on les attend.
    Un poulbot lillois, enfant des bleuets, qui adopte une grand-mère.
    Pourquoi une mascarade flamande se mue-t-elle en course contre la mort ? Et si soudain la porte d'un tableau hollandais s'entrouvrait pour vous ôter ces vieux fantômes qui vous empêchent de vivre ?
    Ancrée dans la terre de ses ancêtres, au fil de ces histoires Annie Degroote nous emmène dans un monde de passions entre imaginaire et sortilèges, au coeur de l'âme flamande.

  • La Baronne blanche est le troisième et dernier tome de la trilogie sur les cagots d'Aquitaine après Le Gardien des sables et La Porte des maudits. Une page méconnue de l'histoire : les cagots, frappés d'exclusion et de persécution.En cette année 1700, la malédiction qui pèse sur les cagots poursuit la douce Alice, condamnée à l'errance... Seule sur les route, elle trouve refuge à Bassoues chez un couple de boulangers, mais elle en sera bannie à cause de la lèpre blanche qu'elle vient de contracter. Alice suit une troupe de comédiens sur les routes, jusqu'à Pau, puis elle doit mendier pour survivre. Mais, en tenant une promesse faite à un condamné à mort, elle rencontre celui qui va changer le cours de sa vie : le baron d'Estigasse. Il lui offre l'hospitalité et du travail, puis la demande en mariage. Elle devient alors la " baronne blanche ". Mais bientôt son passé la rattrape...

  • Une grande page de la mémoire lyonnaise : la lutte des canuts au XIXe siècle pour la sauvegarde de leur métier.
    Dans l'atmosphère bruyante et colorée de la Croix-Rousse, le bistanclac des métiers rythme la vie quotidienne. Le tissage de la soie est beaucoup plus qu'une technique, c'est un art... Lyon, 1830. Julien, jeune chef d'atelier, a reçu en héritage de son père deux métiers à tisser, la passion de son travail et le goût des belles soieries. ll aspire à ce que soient reconnues la valeur et la beauté des ouvrages qui s'élaborent sous ses doigts. Malheureusement, la situation économique dans la soierie se dégrade. Les relations entre fabricants marchands et ouvriers tisseurs se durcissent. C'est le début de " la révolte des Canuts " à laquelle vont s'unir Julien et d'autres chefs d'atelier dès octobre 1831. Pris dans la tourmente, Julien dépassera-t-il toutes les rancoeurs accumulées et répondra-t-il à l'amour de Mariette qui le soutient dans sa lutte ?

  • Une page méconnue de l'histoire : les cagots, frappés d'exclusion et de persécution. Un grand roman sur fond de coutumes et de croyances ancestrales.Dans l'arrière-pays des Landes, Guilhem, juché sur ses échasses, surveille les assauts du vent. Il est gardien des sables, un métier rude mais indispensable pour préserver le littoral de l'avancée des dunes. Le " berger des sables " vit dans une petite communauté de cagots, mise à l'écart du reste de la population. Le mystère de leur origine reste entier, et il pèse sur eux, depuis des siècles en Aquitaine, comme une terrible malédiction.
    Le coeur de Guilhem, prétendant éconduit de la jolie Bertrane, bat entre tristesse et révolte. Il voudrait changer le monde et ses mentalités...
    Le Gardien des sables conte les bonheurs et les souffrances des cagots à la fin du XVIIe siècle. Une page dramatique, méconnue et authentique de notre histoire.

  • Le Marié de la Saint-Jean nous emmène sur les chemins de la générosité. Ce long parcours de Zhida, " adopté " par une famille, des amis, un pays, Yves Viollier le raconte avec une émotion sincère et une grande justesse. J'ai sa photo, là, sur mon coeur. 1977. Au coeur des trois jours et des trois nuits de juin qui précèdent son mariage, Zhida, jeune médecin, revit sa rencontre au lycée de Luçon avec la rousse Gabrielle. Et tandis qu'on cuisine et tend les nappes, il se rappelle son enfance éblouie au Cambodge puis l'exil, quand son père l'envoie en pension en France, à huit ans, avec son petit frère. Il se souvient des retours à Phnom Penh, l'été, et de ceux qui l'ont accueilli en France. il rêve de sa mère disparue dans les ténèbres de la barbarie khmère. Et il attend son père dont il n'a cessé de chercher la reconnaissance et l'affection. Demain, tous ceux qui ont fait de sa vie un destin seront réunis, en cortège, autour de lui et de Gabrielle.
    Même l'absente.
    Le roman vrai d'une intégration. Une histoire d'exil et d'accueil qui nous bouleverse.

empty