Pascal Tozzi

  • Quelle gouvernance internationale mettre en place pour la gestion des forêts ? Comment transposer le développement durable dans le champ forestier ? Pascal Tozzi ouvre la réflexion en prenant en compte les incertitudes, les jeux de pouvoir et les processus souvent conflictuels qui entourent les grandes problématiques de la préservation et de la conservation des forêts. Loin des discours moralisants et simplificateurs, des stratégies de captation et des modulations idéologiques dont le développement durable fait l´objet, l´auteur replace, par le biais du terrain forestier, l´action environnementale internationale dans toute sa complexité.

  • "Quand l'auteur m'a envoyé son manuscrit, juste après les attentats de novembre, je l'ai trouvé culotté. Et puis je l'ai lu, et j'ai compris. Compris qu'il était possible de ne pas se résigner passivement à la violence du monde, de la société ou de l'homme. Découvrir que pratiquer la non-violence, ce n'était pas rester passif face à la violence, mais lui opposer une résistance implacable. Qu'être non-violent, ça se travaillait, au plus profond de soi, pour arriver à s'opposer, de tout son être, aux entreprises de déshumanisation de tous les fauteurs de haine. Aujourd'hui, il y a urgence." L'éditrice.

  • Cet ouvrage fait suite au colloque international clôturant le programme de recherche PAGODE « Participation, Animation et GOuvernance dans les Ecoquartiers » financé entre 2010 et 2014 par l'Agence Nationale de Recherche dans le cadre de l'appel à projets « Ville durable ». Si les démarches participatives sont désormais un levier incontournable pour chaque acteur engagé dans la gouvernance du projet urbain durable, les (re)mises en ordres ou en désordres qu'elles suscitent s'avèrent des processus centraux autant que complexes. Car une fois la participation posée en principe et en discours, reste le problème du passage de l'injonction de soutenabilité urbaine à la réalité d'une dynamique sociétale qui favoriserait la prise en charge collective, participative et pérenne du cadre de vie. C'est ce discours participatif, ses effets, les expérimentations et retours critiques qu'il suscite, que les 39 chercheurs et praticiens réunis dans cet ouvrage proposent de discuter. Dans une perspective pluridisciplinaire et à travers de nombreuses études de cas, les diverses contributions analysent de façon riche et souvent renouvelée les modalités d'une fabrique urbaine participative aux prises avec les injonctions du développement durable. Plusieurs thèmes sont ainsi mis en discussion, à l'instar des effets d'un gouvernement de la participation ou des éco-technologies, des opportunités d'appropriations et de « résistances » citoyennes, ou encore de la problématique des « communs »... Au final, dans un contexte de transition et de changement, l'adaptation participative de la ville ressort ici, entre contrôles et résistances, comme un produit transactionnel traduisant les constructions et les appropriations stratégiques d'un ordre négocié de la durabilité urbaine.

  • Cet ouvrage est le fruit d'un dialogue entamé par une vingtaine de chercheurs d'horizons géographiques différents (Belgique, Canada, France et Suisse), et de domaines de recherche variés (philosophie, sciences du langage, ergonomie, psychologie, didactique...), lors d'un séminaire d'automne organisé en octobre 2015 par le laboratoire LiDILEM : « Regards croisés de philosophes, linguistes, didacticiens, psychologues, ergonomes ... sur une discussion à visée philosophique : « pourquoi on dit : c'est pas juste » ». La démarche de séminaire était de proposer aux chercheurs d'analyser une Discussion à Visée Démocratique et Philosophique (DVDP) animée par Michel TOZZI auprès d'un public de CM2 lors des journées mondiales de la philosophie organisées par l'UNESCO en novembre 2014. Un appel à contribution a donc été lancé auprès de chercheurs de différents champs disciplinaires : philosophie, psychologie, sciences de l'éducation, sciences du langage... À l'issue de ce séminaire M. Tozzi revenant sur les modèles et les analyses présentés, a posé un certain nombre de pistes de recherche formulant un ensemble de questions et suggérant « que chacun explicite en quoi le modèle qu'il convoque lui semble pertinent pour répondre à telle ou telle question... » ce qui a donné les grandes lignes de cette publication collective. Nous avons tenu à ce que le corpus soit présenté dans la partie introductive de l'ouvrage afin que le lecteur (praticien ou formateur) puisse confronter son regard aux analyses présentées. Nous mettons également à disposition de tout chercheur qui souhaite faire une analyse de ce corpus plusieurs transcriptions de cette séance (format texte, mais aussi balisé XML - avec ELAN© notamment) ainsi que de la vidéo.

  • Cet ouvrage est issu du colloque annuel organisé en 2017 par l'équipe du département Carrières Sociales de l'IUT Bordeaux Montaigne - en lien avec l'un des axes de travail de l'équipe de recherche de l'UMR CNRS Passages -, sur le thème de la Médiation et de ses articulations avec l'Animation Socioculturelle. Dans un contexte où le champ de l'Animation multiplie ses pratiques et diversifie ses activités, les pratiques de médiations constituent elles-mêmes un ensemble fragmenté, divisé en segments plus ou moins (re)connus et structurés, à l'instar des médiations familiale, culturelle, interculturelle, pénale, sociale, etc. De fait, les analyses de la médiation ne cessent de souligner la polysémie et la plasticité du terme, la diversité des tâches et la multiplication des usages, proportionnelles à l'engouement qu'elle suscite dans des champs d'activités très différents. Pour autant, les nombreuses acceptions de la médiation - qui incitent certains à parler « des » médiations - n'obèrent pas son opérationnalité, notamment dans le champ socioculturel. A travers une réflexion construite sur des exemples issus des pratiques des professionnels de l'animation et de la médiation tout autant que sur des travaux de chercheurs, l'ouvrage tente ainsi de démêler et d'analyser les rapports entre ces deux univers de l'intervention sociale qui parfois se rejoignent dans une dilution constructive, parfois se disjoignent chacun défendant sa propre identité et spécificité.

empty