Langue française

  • Une statuette de l'inspecteur Dupont, un collectionneur mis sur la touche par un commissaire, un malfrat avec des doigts comme des pinces de crabe, un gamin qui cherche un deuxième père, une femme en quête de l'amour, et une mafia dont les ramifications semblent multiples et les procédés pour se débarrasser des « gêneurs » expéditifs... Tout semble pourtant débuter paisiblement dans ce premier roman policier de Jean-Christophe Rauzy... Mais chaque nouveau chapitre, chaque rebondissement nous entraîne sur deux pistes, celle d'un trafic et celle d'une histoire sentimentale. L'auteur a inventé un personnage aussi fade au premier abord qu'étonnant au fil des pages. Entre lui et un jeune garçon perdu, un lien se tisse. Il ne sait pas que c'est aussi cet adolescent qui va le conduire dans les bras d'une perle rare, au cours d'une aventure où, si personne n'en sort indemne, l'honneur, lui, est sauf.

  • Comment échapper aux pièges de la parole, des dogmes et des croyances ? Après la découverte de soi, le chemin du coeur est celui de la vérité. Car l'amour emporte tout sur son passage, cet ouvrage entend rappeler comment, depuis l'Antiquité, les légendes et les mythes, la philosophie, les hommes se sont toujours accordés sur l'importance du coeur et du lien. Une recherche qui s'appuie sur l'histoire du théâtre et sur le sens de l'histoire, depuis certaines civilisations anciennes. Une réflexion que viendra illustrer une pièce de théâtre dont la vocation est justement de montrer, à partir d'une analyse du passé, vers quelle autre forme de sens nous devons aller. Mêlant essai, témoignage et fiction, l'auteur livre une réflexion riche sur la nature humaine, en abordant des thématiques aussi variées que complémentaires telles que spiritualité et développement personnel, sensibilité artistique, ou encore management et schémas sociétaux. La pièce coécrite avec Louis Orvain traite ainsi avec humour et justesse de l'évolution de la place de l'homme dans l'entreprise et la société.

  • « On oublie que le management, c'est un homme qui manage et un homme qui est managé. On oublie en fait deux prépondérances. En premier lieu, le manager manage avec ce qu'il est et non avec ce qu'il doit être, et deuxièmement, pas besoin d'être "grand clerc" pour l'affirmer, les deux, le manager et le managé, ont leur responsabilité dans l'existence d'une bonne relation. » Un retour, somme toute, à l'essentiel, à la relation entre individus, voilà ce sur quoi appuient Louis Orvain et Jean-Christophe Rauzy dans cet essai qui parle avant tout de relations humaines et qui replace au coeur de celles-ci des concepts forts, tels que le bonheur, la confiance, l'épanouissement, la responsabilité... Riche de perspectives et exemplifié, ce texte de management échappe aux codes du genre et apporte, à sa manière didactique et claire, des outils intellectuels qui ne manqueront pas de redynamiser les rapports entre les acteurs de l'entreprise.

empty