Langue française

  • Les établissements de soin, publics ou privés, ainsi que les professionnels qui y travaillent, sont soumis à des impératifs économiques de plus en plus contraignants. Par ailleurs, depuis 1991, le code de la Santé publique impose de prendre en compte la dimension psychologique des personnes accueillies et soignées. Deux impératifs souvent contradictoires et qui ne vont donc pas de soi. L'intérêt enfin porté à l'aspect individuel de la démarche de soin se traduit par une redéfinition des pratiques professionnelles, mettant en jeu la formation des soignants et leur motivation à s'engager dans une relation singulière avec le soigné. Mais aussi la responsabilité des pouvoirs publics, qui peuvent favoriser cette évolution ou la freiner au nom d'une rationalisation des activités concernées. Ce livre, qui réunit des contributions d'anthropologues, de sociologues, de psychologues et de médecins, tente de répondre aux questions que se posent à ce propos les professionnels de la santé, les responsables d'établissements de soin, les formateurs et les décideurs en santé publique : la prise en compte de la souffrance psychique par le médecin habitué à traiter la souffrance physique va-t-elle de soi ? Où se situe la frontière entre le médical et le social, le technique et le relationnel dans l'acte de soigner ? Comment mesurer la part du soin qui revient de fait à l'entourage du soigné ? Quelle est la part de la culture du soignant et du soigné dans leur rencontre ? Comment apprendre à soigner, aujourd'hui, en tenant compte de ces différents paramètres ? Comment envisager pour l'avenir la formation des soignants ?

empty