Sciences Humaines

  • Un petit livre facile d'accès idéal pour réviser ses classiques mais également faire de nouvelles découvertes
    Les auteurs et les œuvres sont présentés de façon vivante et pédagogique
    De Théodule Ribot à Jacques Lacan, en passant par l'incontournable famille Freud ou Alfred Binet, des
    Principes de psychologie de William James au
    Merveilleux malheur de Boris Cyrulnik en passant par Comment se faire de bons amis ? de Dale Carnegie ou
    La mise en scène de la vie quotidienne d'Erving Goffman, ce livre vous permet de faire un " tour du monde " de la psychologie en 88 livres, tous plus significatifs les uns que les autres. À l'aune des connaissances actuelles, certains d'entre eux pourront vous faire rire ou vous effrayer, mais tous ont eu leur importance dans la construction de la discipline. Cette sélection de classiques, qui court jusqu'au 21e siècle, vous présentera en filigrane l'histoire de cette discipline protéiforme, mais aussi celle de notre société, s'imprégnant peu à peu de nouveaux discours et paradigmes.

  • L'autisme Nouv.

    Un livre qui permet de faire le point sur l'autisme aujourd'hui à la lumière des sciences humaines.

    Tout le monde a une idée de ce qu'est l'autisme, mais personne ne pense à la même chose. Les uns imaginent des enfants prostrés, incapables de communiquer et risquant de se taper la tête contre les murs. D'autres songent à des génies hors normes, un peu geeks et parfois artistes, maladroits en société mais d'autant plus subversifs. Entre ces deux extrêmes – largement fantasmés –, chacun pioche des traits supposés typiques dans une palette presque infinie de comportements, symptômes et dispositions cognitives. Mais en réalité, en dépit de tendances communes, la diversité des formes d'autisme n'est pas loin d'épouser celle des individus, des personnalités ou encore des profils sociaux... Comment, dès lors, retracer l'histoire de l'autisme ? Peut-on identifier ses causes ou encore faire un état des lieux des prises en charge les plus prometteuses ? De l'" idiotie " aux " troubles du spectre de l'autisme ", en passant par " l'autisme de Kanner " et " le syndrome d'Asperger ", cette notion s'est beaucoup affinée depuis le xixe siècle. Elle semble désormais ne pouvoir être comprise qu'à travers une approche elle-même diversifiée et multidisciplinaire, puisant tant dans les sciences humaines et sociales que dans la médecine et les sciences naturelles, et prenant en compte une multiplicité de facteurs possibles. En toile de fond, à l'heure où de nombreux chercheurs dénoncent une tendance au surdiagnostic depuis les années 1980, la question demeure de savoir si ce que l'on désigne comme " autisme " relève toujours d'un même trouble, et si cette notion ne recouvre pas des réalités qui seront amenées à être encore mieux discernées à l'avenir.

  • Un panorama des grands penseurs de l'économie à travers les siècles.
    Un livre de référence pour tout étudiant en terminal et sciences économiques.

    On aurait tort de réduire l'économie à une affaire de courbes et de calculs savants. Encore plus de considérer qu'elle n'est accessible qu'à une élite de traders et de patrons du CAC 40. Elle est l'affaire de tous. Même si, il faut bien le reconnaître, la discipline peut paraître insaisissable au premier abord. Variété des modèles, paradigmes contradictoires, indicateurs abscons, querelles des méthodes, rivalités...

    Ce livre, dirigé par Clément Quintard, offre aux lecteurs un panorama des grands penseurs de l'économie – classiques comme modernes, orthodoxes comme hétérodoxes, de droite comme de gauche – qui ont œuvré à la compréhension des phénomènes économiques et qui ont façonné cette discipline hybride, située à la confluence des mathématiques, de la sociologie, des statistiques, ou même de la psychologie.

  • Apprendre à soutenir une écologie des territoires urbains pour que les conditions de vie en ville ne deviennent pas insoutenables.

    La ville durable est tout sauf un concept. Elle un ensemble de processus, d'expérimentations – voire d'utopies concrètes –, portés par des acteurs aux volontés singulières présents dans des territoires chaque fois différents. De Växjö en Suède à Loos-en-Gohelle en France en passant par Rennes, Bologne, Hambourg ou Dunkerque, les actions et les politiques environnementales traduisent des enjeux particuliers souvent contradictoires.

    Comment rassembler des logiques et des forces opposées : comment allier qualité de l'environnement, développement économique et justice sociale ? Que faire dans les territoires où la population est confrontée à la fois à la précarité économique, à la fragilité de son environnement et aussi à l'indignité de son habitat ? Comment repenser nos moyens de déplacement et rendre l'air de nos villes respirable ? Qu'espérer des innovations architecturales, des écoquartiers et de la montée en puissance des villes intelligentes ? Que faire pour mobiliser et responsabiliser les habitants ?

    Voilà quelques-unes des questions auxquelles nous tenterons de répondre dans ce livre clair et concis.

  • Un livre facile d'accès pour les étudiants et toute personne désireuse d'approfondir ses connaissances.
    Un ouvrage regroupant de nombreux spécialistes du sujet.
    La démocratie semble, dans son principe, la façon la plus séduisante d'organiser le pouvoir dans une société. Le peuple se gouverne lui-même ou par ses représentants et chacun, étant à la fois gouverné et gouvernant, apprend à tenir compte de l'intérêt général aussi bien que de ses intérêts individuels. Aujourd'hui, tout semble différent. Au doute, né il y a une dizaine d'années avec la " crise de la représentation " et l'épuisement du modèle productiviste, entre autres, a laissé place la défiance et aux revendications la colère. Certes, les aspirations démocratiques, exprimées à travers le monde, n'ont jamais été aussi fortes, mais outre qu'elles sont durement réprimées par les pouvoirs en place, elles cohabitent avec une montée de la demande autoritaire que révèle notamment le succès électoral des partis dits " populistes ". Les " vieilles " démocraties, les mobilisations et les inquiétudes populaires s'expriment sur fond d'affaiblissement, perçu ou réel, du monde occidental. Tout se passe comme si le modèle, longtemps attractif, incarné par l'Europe et les États-Unis, était devenu un repoussoir, faute de tenir ses promesses.

    Ce livre, dirigé par Jean-Vincent Holeindre, fait le point sur ce qu'est la démocratie aujourd'hui. Après un premier ouvrage sur le sujet il y a dix ans, il fait appel à de nombreux spécialistes pour redéfinir ce que ce système politique est devenu après les multiples crises qu'il a rencontré ces dernières années.

  • Découvrir Edgar Morin.

    Edgar Morin, tout le monde connaît le nom, le visage, les engagements parfois, mais qu'en est-il de l'œuvre ?

    Ni philosophe, ni sociologue, ni anthropologue, Edgar Morin est tout cela en même temps. Il est un penseur omnivore, passionné par tous les savoirs, toutes les disciplines, fuyant la compartimentation qui mutile la connaissance de l'être humain.

    L'œuvre d'Edgar Morin est volumineuse et protéiforme et, vue de loin, ressemble à celle d'un touche-à-tout glouton. Il a d'abord ouvert de nombreux chantiers en anthropologie (essai sur la mort), puis en sociologie (la culture de masse, la jeunesse, la sociologie du présent), le cinéma, les rumeurs, la nature de l'URSS, avant de se consacrer à son grand projet : la théorie de la complexité.

    Car derrière l'apparent éclectisme, se révèle une unité profonde : une approche complexe de l'être humain – tiraillé entre des forces diverses qui s'unissent et se confrontent en lui.

    Ce livre souligne la cohérence d'une pensée qui germe, naît et grandit tout au long d'un siècle jalonné de soubresauts historiques, de découvertes scientifiques, de guerres et de crises.

  • En collaboration avec l'UNESCO.
    Dixième anniversaire de la disparition de Claude Lévi-Strauss.
    Avec la contribution de grands auteurs de l'anthropologie contemporaine, ce livre retrace la carrière de Claude Lévi-Strauss.

    Il y a dix ans, le 30 octobre 2009, Claude Lévi-Strauss, centenaire, nous quittait. Au cours de ce siècle il a accompli ce que peu de scientifiques réalisent : une carrière d'ethnologue des Amériques, une renommée d'écrivain et un rôle de déclencheur d'une révolution intellectuelle nommée " structuralisme ".

    Aujourd'hui, ouvrons quelques portes dans l'œuvre du scientifique, du philosophe, du mémorialiste. Au présent, avec les exposés des meilleurs connaisseurs de son œuvre ou de ceux qui eux-mêmes l'ont eu pour maître et guide dans leurs études. Au passé : avec des textes de Claude Lévi-Strauss, dont certains rarement vus, regroupés sous le titre " Regards éloignés " du numéro de mai 2008 du Courrier de l'Unesco et qu'une heureuse collaboration nous a permis de reproduire ici.

    Au-delà des allégeances et des clichés, le temps autorise l'examen critique, mais aussi la relecture attentive de ce que les modes ont tendance à occulter, ainsi dans ce livre vous retrouverez entre autres Laurent Barry, Emmanuel Desveaux, Philippe Descola, Françoise Héritier (entretien de 2008) nous expliquant ce qui, dans leurs travaux sur la parenté, les mythes et les modes de pensée, prolonge les grandes intuitions de Lévi-Strauss. Vincent Debaene revenant sur l'histoire des succès multiples de Tristes tropiques, Wiktor Stoczkowski sur les ambiguïtés d'un différentialisme trop précoce, ou bien encore Maurice Bloch nous rappelant que ce fut un pas, souvent incompris, vers les sciences cognitives.

    " Ce que nous allons chercher à des milliers de kilomètres ou tout près, ce sont des moyens supplémentaires de comprendre comment fonctionne l'esprit humain ", ajoutait encore Lévi-Strauss en 1988. C'est à cette conviction d'anthropologue, pour lequel le proche se dissimule dans le lointain, que se mesure la portée de son œuvre. Par son approche de la nature et des dangers que fait peser sur elle la modernité, elle prend toute son ampleur aujourd'hui.

  • Deux mille ans d'histoire, plus de deux milliards et demi de croyants, une vitalité toujours intacte... Le christianisme n'en finit pas de surprendre.Une histoire sociale et économique du christianisme.

    Ce livre dévoile une histoire méconnue : elle commence, dit-on, avec un juif nommé Jésus, qui ambitionnait de réformer le judaïsme. Elle se prolonge dans l'affrontement du dogme et des " hérésies ", jusqu'au triomphe d'une idée qui va bouleverser les sociétés, se diffuser dans un premier temps d'Irlande jusqu'en Chine...

    Puis le christianisme reflue d'Asie et d'Afrique du Nord, où il était majoritaire. Il bascule, il devient européen. C'est en Occident qu'il règne en maître. Entre cathédrales et excommunications, le pouvoir spirituel l'emporte sur le matériel. Un temps, cette Chrétienté s'en prend à l'Islam, envoyant ses chevaliers en croisades.

    Notre histoire louvoie aussi dans les méandres des divisions, entre catholiques, orthodoxes, protestants, chrétiens d'Orient et d'Occident. Elle s'écrit parfois dans le sang et les larmes, quand s'élève la voix de Martin Luther. Elle s'inscrit aussi dans l'idée d'entreprise, quand les ordres organisent l'évangélisation des Amérindiens, la conversion de l'Afrique – cette Afrique qui demain abritera la plus importante population chrétienne de la planète.

    Cette histoire, comme le résume si bien Paul Veyne, c'est bien celle de notre temps.

  • Un panorama complet des penseurs du langage à travers les siècles.
    Comment comprendre les langues ?
    Un indispensable pour les étudiants en sciences humaines (linguistique, sociologie, philosophie,...)

    Tous les enfants du monde se mettent à parler sans qu'il soit besoin de leur enseigner à le faire. Il en va du langage comme de la société : nous les pratiquons tous les jours sans avoir besoin d'y penser. La linguistique comme la sociologie sont des sciences récentes. Pourtant, les philosophes n'ont pas attendu leur naissance pour soulever des questions qui, sous des dehors différents, ont traversé les siècles et restent encore ouvertes aujourd'hui. Elles sont au moins au nombre de trois : le langage est-il à l'image de nos pensées ? Quel rapport a-t-il avec la réalité du monde ? Quels sont ses usages légitimes ?

    De telles questions surgissent de la simple tentative de décrire une langue : de quelle réalité le verbe " être " ou le mot " cheval " sont-ils les images ? Au Moyen-Âge, la question de la réalité de la langue donne lieu à une belle querelle, celle des universaux. Elle ne sera suspendue que par la conviction montante de l'origine humaine du langage, et non divine. Le xixe siècle européen place l'étude des langues au centre de ses soucis, au motif qu'elles sont les âmes des peuples qui les parlent. Lorsqu'à quelques dizaines d'années d'intervalle, Charles S. Peirce et Ferdinand de Saussure déplient leurs théories du signe et du sens, l'affaire semble réglée : le langage est une convention humaine, dont les langues sont les réalisations systématiques. Pour autant, les questions soulevées plus de deux mille ans plus tôt ressurgiront, sous d'autres apparences. Le xxe siècle, en effet, voit se déployer un débat entre les partisans d'une vue " mentaliste " du langage et ceux pour qui il est avant tout un des moyens de communiquer et d'agir sur le monde.

    C'est désormais avec l'aide des sciences naturelles et des sciences cognitives que linguistes et philosophes peuvent compter pour éclairer cette question.

  • Un panorama des penseurs de l'éducation à travers les siècles
    Penser les manières d'apprendre, de se former, de transmettre et de forger les hommes et la société
    Un guide indispensable pour tous ceux – éducateurs, parents, enseignants, formateurs... qui s'intéressent à l'éducation

    Depuis l'Antiquité, les grands penseurs de l'éducation sont loin d'avoir parlé d'une seule voix. Si, pour tous, philosophes, moralistes, théoriciens ou praticiens, l'éducation était la pierre de touche pour construire un monde répondant à leurs attentes, certains jugeaient nécessaire de façonner les jeunes générations, prônant parfois le formatage ou l'endoctrinement. D'autres, plus humanistes, ont défendu la liberté de l'enfant et un enseignement plus démocratique. Certains, tel Confucius, ont posé les fondements d'une éducation rigoureuse qui règle encore l'ensemble des rapports sociaux dans plusieurs pays d'Asie. D'autres furent des penseurs paradoxaux, comme Rousseau qui produisit un célèbre traité qu'il savait lui-même inapplicable. D'autres encore furent des sauveurs d'enfants comme Janusz Korczak durant la Seconde Guerre mondiale ou des militants animés d'un esprit missionnaire tel Ferdinand Buisson, apôtre de la foi laïque...

    Au xixe et au xxe siècle, des psychologues, des sociologues, des économistes et aujourd'hui des neuroscientifiques abordent les questions d'éducation à travers les théories de la connaissance, le développement de l'intelligence, le fonctionnement du cerveau ; ou de l'économie politique, sommée de faire face aux grands enjeux d'une éducation qui concerne maintenant l'ensemble des enfants de la planète.

    C'est aussi le moment où émergent au début du xxe siècle de grandes figures de la pédagogie comme Maria Montessori, John Dewey, Célestin Freinet...

    Un panorama des penseurs de tous pays qui ont proposé une conception robuste de la manière d'éduquer. Et qui tous ont quelque chose à nous donner à penser sur les manières d'apprendre, de former, de transmettre et en définitive de forger les sociétés humaines.

  • Un nouvel éclairage sur Durkheim et son apport à la socioanthropologie, ses influences, son héritage.
    Et si Durkheim n'était pas seulement ce chercheur lancé à corps perdu dans l'explication des fonctions sociales et des contraintes générées par le système ? S'inspirant de ses illustres prédécesseurs et à l'aide de ses compagnons de route, il précisa les contours d'une discipline qui transcenderait la sociologie elle-même, la socioanthropologie, et en fonda ainsi l'École française.

    Salvador Juan nous fait découvrir au fil des pages un Durkheim critique des effets pervers du développement économique, défendant l'unité du genre humain, attentif aux dynamiques historiques et aux conflits, soucieux de l'autonomie des personnes. Sont également présentés les principaux travaux, soulignant tant les influences mutuelles que la pensée commune, philosophique et politique, des nombreux collaborateurs de Durkheim tels que – aux côtés de Mauss – Hertz, Fauconnet, Hubert, Bouglé, Simiand, Halbwachs, etc. Enfin, l'auteur considère, avec de nombreux exemples à l'appui, que ce groupe de penseurs est opposé aux sociologies de l'intérêt et à celles qui insisteront plus tard sur les fonctions et les structures sociales.

    Cet ouvrage permet de découvrir la tradition sociologique française ainsi que la manière dont des auteurs tels que Gurvitch, Duvignaud, Bastide, Leroi-Gourhan, Lefebvre, Ansart et, surtout Balandier, l'ont portée jusqu'à nos jours. Les spécialistes des sciences humaines y trouveront une troisième voie entre l'individualisme rationaliste et les représentations d'une société uniquement conduite par ses mécanismes, sans acteurs.


  • On n'a jamais autant parlé de l'islam qu'aujourd'hui, pourtant, cette religion demeure mal connue. Un itinéraire historique et géopolitique.
    Partant du principe qu'une connaissance solide permet de dissiper malentendus et stéréotypes, nous proposons ici une histoire d'ensemble de l'islam. Savons-nous vraiment qui était Mahomet ? Dans quelles circonstances le Coran a-t-il été écrit ? Pourquoi cette hostilité entre chi'ites et sunnites ? D'où vient l'idée de jihâd ? Ces interrogations posées dès l'origine sont fondamentales, tant elles sont instrumentalisées dans des débats contemporains. Une solide connaissance des fondations de l'islam est indispensable, à l'heure où des extrêmes de tous bords essaient d'en imposer des visions aussi partiales que mensongères. Si l'islam est aujourd'hui, au grand dam de la majorité de ses pratiquants, au centre de toutes les attentions, la géopolitique montre des islams très variés, dans des sociétés pétries de tensions, entre manne pétrolière, extrême pauvreté, régimes politiques trop souvent autoritaires... Hélas, des décennies de discours radicaux ont convaincu nombre de musulmans qu'il convenait de revenir à un islam mythifié, celui des premiers temps, pour purifier les sociétés de leurs problèmes – et les jihadistes entendent appliquer ce programme par l'ultraviolence. Simultanément, des processus mondialisés font leur œuvre – ainsi s'esquisse un islam consumériste, qui se vit à travers diverses stratégies individualistes.

    La conclusion de cet itinéraire historique et géopolitique s'impose. L'islam d'aujourd'hui, comme celui d'hier, est pluriel : comment croire que plus d'un milliard et demi de personnes pensent et vivent de façon identique ?

    Avec les contributions de Makram Abbès, Samir Amghar, Wahib Atallah, Ali Benmakhlouf, John R. Bowen, Pascal Buresi, Vincent Capdepuy, Malik Chebel, Frédéric Coste, Vincent Geisser, Éric Geoffroy, Patrick Haenni, Olivier Hanne, Pierre-Jean Luizard, Gabriel Martinez-Gros Christian Müller, Hamadi Redissi, Mathieu Terrier, Laurent Testot, Sami Zegnani.

    SOMMAIRE

    Introduction (Laurent Testot)

    ORIGINES

    Chronologie (Laurent Testot)

    L'islam : quelques repères (Laurent Testot)

    Qui était Mahomet ? (Olivier Hanne)

    Pourquoi une expansion aussi rapide ? (Wahib Atallah)

    Le chi'isme, un autre islam ? (Mathieu Terrier)

    Qu'entend-on par jihâd ? (Makram Abbès)

    Qu'est-ce que la philosophie arabo-musulmane ? (Ali Benmakhlouf)

    HISTOIRE

    L'islam a-t-il connu des âges d'or ? (Pascal Buresi)

    Le religieux domine-t-il le politique ? (Christian Müller)

    Qu'est-ce que le soufisme ? (Éric Geoffroy)

    À quoi servent les arts d'islam ? (Laurent Testot)

    Pourquoi l'Occident l'a-t-il emporté ? (Gabriel Martinez-Gros)

    L'islam a-t-il épousé la modernité ? (Laurent Testot)

    Que veut dire " islamiste " ? Rencontre avec François Burgat

    PRÉSENT

    Amour, désir et sexualité en islam, Rencontre avec Malek Chebel

    L'islam aujourd'hui, (Vincent Capdepuy)

    Égypte. Quand l'islam s'approprie la pensée positive (Patrick Haenni)

    De quoi Daesh est-il le nom ? (Pierre-Jean Luizard)

    Le wahhabisme, une maladie de l'islam ? (Hamadi Redissi)

    Qu'est-ce que le salafisme ? (Samir Amghar et Sami Zegnani)

    Comment vivre l'islam en France ? (John R. Bowen)

    Islam, démocratie... Je t'aime, moi non plus ? (Vincent Geisser)

    En quoi consiste la finance islamique ? (Frédéric Coste)

    Le Tabligh, une multinationale du religieux (Samir Amghar)

  • SOMMAIRE Introduction : Si loin, si proches, le retour de trois pensées critiques (C. Halpern) ; La French Theory, métisse transatlantique (F. Cusset) ; L'affaire Sokal?: pourquoi la France?? (N. Journet) Michel Foucault (1926-1984) Michel Foucault, l'insoumis (C. Halpern) ; La quête inachevée de Michel Foucault (M. Lallement) ; À propos de Histoire de la folie à l'âge classique (C. Halpern) ; À propos de Surveiller et Punir. Naissance de la prison (M. Fournier) ; Microphysique du pouvoir (C. Lefranc) ; Le gouvernement de soi (Frédéric Gros) ; Sous le regard de la critique (Jean-François Dortier) ; Petit vocabulaire foucaldien (encadré) ; Foucault et l'anthropologie (entretien avec M. Abélès) ; Quel apport pour la sociologie?? (Bernard Lahire) ; Foucault et l'histoire (entretien avec A. Farge) Jacques Derrida (1930-2004) La passion de l'excès (S. Camus) ; Citoyen Jacques Derrida (M. Gaille) ; Une éthique impossible (E. Rimboux Le rire de l'écriture (M. Goldschmit) Gilles Deleuze (1925-1995) Le libertaire (C. Halpern) ; Le « ?sale gosse? » de l'histoire de la philosophie (F. Streicher) ; À propos de Différence et Répétition (F. Streicher) ; Libérer les flux du désir (C. Halpern) ; L'anti-OEdipe vu par la psychanalyse (entretien avec É. Roudinesco) ; Deleuze à travers ses oeuvres (encadré) ; À propos de Qu'est-ce que la philosophie?? (C. Maigné) ; Le devenir du rhizome (X. de la Vega) La pop'philosophie (entretien avec E. During)

  • Un livre facile d'accès faisant le point sur la révolution digitale et les incidences qu'elle a sur le territoire français, européen et mondial.
    Des pistes pour comprendre et réagir face à l'invasion du numérique dans nos vies.

    Il devient chaque jour plus évident que le tournant digital est loin de se limiter à une révolution technologique. Depuis quelques années, les recherches se multiplient pour montrer les liens entre la numérisation et l'économie collaborative, et leur impact social. Qu'elles insistent plutôt sur l'aspect technique (Henri Verdier et Nicolas Colin), sur le changement économique (Gilles Babinet, Jeremy Rifkin), sur les aspects sociaux (Dominique Cardon), politiques (Evgeny Morosov) ou anthropologiques (Pierre Sillard de manière optimiste, Eric Sadin ou Antoinette Rouvroy plus critiques), toutes relèvent que cette révolution est pluridimensionnelle.

    Ce petit livre, pédagogique et réflexif, clarifie les raisons pour lesquelles il faudrait aller jusqu'à parler de tournant anthropologique.

    Son premier objectif est de montrer que le numérique s'impose rapidement comme le théâtre d'opérations qui relevaient naguère de domaines différents : domestique, politique, entrepreneurial, urbain, artistique, médiatique, social, médical... en somme, de tous les domaines de la vie, publics comme privés.

    Le second objectif est de montrer l'intérêt de l'approche géographique de la révolution digitale. D'abord parce que cela donne un tour concret à ces transformations multiformes, qui donnent le tournis. Ensuite parce que les territoires restent un domaine dans lequel le discontinu et la limite – vitesses plus lentes, caractère physique et engageant des relations humaines, possible représentation politique d'une société délimitée dans le temps et l'espace – peuvent s'inscrire, alors que le monde digital est celui de la continuité, de l'exhaustif et du sans limite, pour le meilleur : la créativité, ou pour le pire : la totalisation.

  • Plus que jamais l'alimentation est enkystée dans des problématiques qui dépassent la seule production agricole destinée à nourrir les hommes. Les rapports de force qu'elle induit (c'est l'étymologie du mot géopolitique) rendent solidaires tous les humains, plus que jamais impactés par les comportements des uns et des autres d'une extrémité à l'autre du monde.

    Cette géopolitique refuse l'idée que les seuls rapports de force économiques soient à la source des conflits qui empêchent les uns de manger à leur faim et les autres de mieux contrôler l'abondance dont ils disposent. Elle développe la thèse que les cultures alimentaires sont robustes et empêchent des firmes multinationales de gagner des marchés alimentaires aussi facilement que des marchés technologiques. Elle expose ce qu'Olivier De Schutter a défendu lors de son mandat de rapporteur spécial pour l'alimentation aux Nations unies : un droit de l'alimentation comme une des solutions les plus radicales pour que cessent les inégalités face à l'une des conditions les plus essentielles de l'humanité. Une nouvelle édition entièrement revue et augmentée qui traite des inégalités, de la mesure des conflits et des conditions de leurs résolutions.

  • - Gauche/droite, social libéralisme, convivialisme, socialisme, gauche radicale, anarchisme, écologisme, culte du chef, nationalisme, populisme... : Le point sur les grandes idées politiques qui animent le débat d'aujourd'hui.
    - Un rappel historique des grands mouvements
    - Des spécialistes de tous horizons pour mieux éclaircir les enjeux contemporains
    Il en va des idées politiques comme des couleurs. Il en existe des chaudes et des froides, des primaires, des dégradées et d'infinies variations. En matière idéologique, les options fondamentales sont en petit nombre. Soit vous pensez que le monde est plutôt hostile, les humains rivaux, vous êtes attachés à votre sécurité et au respect de l'héritage du passé (vous êtes conservateur), soit vous croyez à l'initiative privée, vous vous méfiez des forces collectives ; vous êtes prudemment attachés au progrès et passionnément à la liberté (vous êtes libéral), soit enfin vous croyez à la solidarité collective, désirez un monde plus égalitaire et pensez qu'il faut s'orienter vers des formes d'organisations sociales radicalement nouvelles (vous êtes socialiste).

    Mais la nature est ainsi faite qu'elle ne se contente jamais de trois couleurs primaires. Elle les brasse à l'infini et en recrée de nouvelles en brouillant les pigments. À gauche figurent des socialistes, mais encore des étatistes, des internationalistes, des souverainistes, des révolutionnaires, des réformistes, des socio-démocrates, des républicains, et même des libéral-libertaires ou des socio-libéraux. Il existe aussi tout un camaïeu de droites : bonapartiste, contre-révolutionnaire, radicale, autoritaire, libérale, nationaliste, démocrate-chrétienne, voire anarchiste... Un centre – et même plusieurs – tentent de se faire une place " ni à droite ni à gauche ".

    En politique, les idées pures n'existent pas. Elles s'arriment à l'histoire, s'ancrent dans le terreau social, se mâtinent au contact des réalités économiques. Chaque génération superpose ses idéaux et ses dissensions sur ceux de la précédente, si bien qu'avec le temps toutes les teintes politiques semblent devenues possibles, y compris les plus improbables. Syncrétisme généralisé ? Il y a sans doute de cela dans ce grand bricolage idéologique que beaucoup opèrent, picorant en droite à gauche les idées qui leur plaisent, pour le meilleur et pour le pire. Notre paysage politique ne s'est pas pour autant dépouillé des idéologies. Les lignes sont simplement devenues moins lisibles, d'autant que les bouleversements liés à la mondialisation des enjeux brouillent les cartes.

    Ce livre présente chacune des grandes familles politiques actuelles, avec son histoire, ses idées, ses fractures, ses enjeux, ses cousinages européens. Un tel sujet exige de croiser les regards ; c'est pourquoi nous avons sollicité aussi bien des philosophes, des sociologues, des historiens, des politistes afin de mieux clarifier les enjeux.

  • Les concepts, les auteurs, les théories qui forment le corpus des sciences humaines, sous la forme d'un dictionnaire vivant et accessible.


  • Un livre de référence sur un sujet majeur.
    Un livre indispensable pour comprendre l'économie mondiale.
    Troisième édition entièrement revue et augmentée.
    Avec la conjonction de la crise financière, d'alarmes croissantes concernant le changement climatique, de la misère persistante dans de nombreux pays, le débat sur la mondialisation se déploie désormais sur fond de questions plus radicales à propos de l'avenir même des capitalismes. Le libéralisme économique et politique ne semble plus le mieux placé pour résoudre ces problèmes.

    La mondialisation actuelle a certes de nombreux précédents, mais elle est singulière. Elle est la combinaison de quatre " globalisations " : globalisation des firmes, de la finance, numérique, de la nature. Elle se définit par une généralisation des compétitions : mise en compétition généralisée par les firmes globales de l'ensemble des territoires ; mise en compétition généralisée des firmes globales par les investisseurs institutionnels de la finance globale de marché. Ce processus aggrave certaines inégalités et en réduit spectaculairement d'autres. Il favorise les émergences rapides, il provoque des fragmentations.

    Dans ce contexte, quels sont les scénarios pour l'avenir ? Les acteurs économiques sont-ils tous appelés à devenir nomades pour rester compétitifs ? Les États ont-ils encore un rôle " régulateur " à jouer ? Quel est l'avenir des pays " occidentaux " ? et celui des régions du monde qui sont encore laissées pour compte ? Sans désespérer du futur, Pierre-Noël Giraud apporte des réponses lucides et argumentées à ces questions en levant quelques idées reçues.

    Nouvelle édition, entièrement revue et augmentée, de l'ouvrage de référence de P. N. Giraud, La Mondialisation, éd. Sciences Humaines, 2008.

  • Un dictionnaire vivant et facile à consulter, mettant à la portée de tous les concepts, les auteurs, les théories qui forment le corpus actuel des sciences sociales.

  • Hyperactivité, timidité, troubles du langage, dyslexie, anorexie, autisme, précocité, phobie, violence... Un état des lieux des savoirs autour des troubles infantiles.
    Enfant turbulent, angoissé, asocial, surdoué, timide, violent ; mauvaises notes ou sommeil perturbé : il existe mille raisons de s'en remettre à un psy. Les familles en espèrent une aide, un diagnostic, quand elles n'en attendent pas secrètement un pronostic. L'école elle-même y envoie à tour de bras les élèves faibles ou récalcitrants, comme pour mieux se délester des (lourdes) attentes qui pèsent sur elle.

    Quels sont les comportements pathologiques et ceux qui ne le sont pas ? Ceux qui relèvent de la psychiatrie et de l'éducation ? Où commence la souffrance psychique chez l'enfant ? Quand et qui consulter ? Faut-il, dès le plus jeune âge, étiqueter et médicaliser les comportements atypiques ? Ces questions se posent un jour ou l'autre à tout éducateur. Plus largement, elles concernent la société dans son ensemble, car elles interrogent notre rapport à la norme et à la différence, à l'âge de l'innocence et de la construction de soi.

    Ce livre fait le point sur les savoirs concernant les troubles de l'enfant, des tout-petits aux enfants en âge scolaire. Il indique les nouvelles pistes thérapeutiques, les terrains à défricher, les théories à abandonner, avec toujours comme préoccupation première l'enfant lui-même.

  • Cette introduction à la psychologie présente et explicite l'ensemble des processus mentaux qui régissent le fonctionnement humain à travers des exemples clairs.

  • Cet ouvrage est une initiation, vivante et accessible, aux méthodes, aux théories et aux grands courants de la pensée sociologique, depuis les fondateurs (Comte, Marx, Tocqueville, Durkheim, Weber) jusqu´aux développements les plus récents

  • Un livre référence pour mieux comprendre l'âge adolescent
    Nouvelle édition revue et augmentée
    " C'est un ado ! ", " crise de l'adolescence " : ces termes sont employés partout comme une évidence. Pourtant, répondre à la question : " Qu'est-ce que l'adolescence ? " ne va pas de soi. Il faut distinguer ce qui concerne l'adolescent lui-même – l'individu singulier qui, à l'âge de la puberté, vit de profonds bouleversements physiques et psychiques – de l'adolescence, un ensemble de représentations collectives liées à cette classe d'âge et qui varient selon les sociétés et les générations.

    Quand commence et finit l'adolescence ? Filles et garçons vivent-ils ce passage de manière différente ? 90 % des ados sont bien dans leur peau, dit-on, mais les 10 % qui vont mal, comment les aider ? Qu'en est-il de la violence des adolescents ? Et leurs parents, eux, comment vivent-ils cette période ?... Ce livre donne la parole à des spécialistes de toutes disciplines pour faire le point sur cet âge de la vie complexe mais riche de potentialités.

empty