Pu De Grenoble

  • Gouverner la ville par les données ?
    En quoi la question de la donnée transforme-t-elle l'action publique urbaine ? Dans quelle mesure son émergence déstabilise-t-elle les organisations et les institutions existantes ? Quels sont les rapports entre acteurs publics et privés qui se jouent au travers de la mise en circulation de ces données ? Ne constituent-elles pas de nouvelles ressources pour la régulation des villes par les pouvoirs publics ?
    En s'appuyant sur une enquête ethnographique de quatre années au sein d'une collectivité française, le livre suit la chaîne des données, de leur production à leur mise à disposition puis leur réutilisation, pour analyser les recompositions de la gouvernance urbaine.
    Ce livre, au coeur de l'actualité, ouvre le débat sur les manières dont les pouvoirs publics peuvent gouverner les données pour conserver la maîtrise du pouvoir sur la ville à l'ère du numérique.

  • Comment définit-t-on la valeur des médicaments ? Sur quels critères ? Et pour quelles implications politiques ?
    Cyril Benoît propose de répondre à ces questions en étudiant les évolutions de la régulation des médicaments dans différents pays. Sur la période récente, cette activité a pris une importance croissante, dans un contexte où l'industrie pharmaceutique se tourne vers la production de médicaments toujours plus ciblés et coûteux.
    Il montre que la fixation du prix des médicaments est porteuse de lourds enjeux politiques, entre pressions des industriels et des patients, impératifs de soutenabilité des systèmes de santé, et controverses autour du « prix de la vie » elle-même.
    Se basant sur de nombreuses données statistiques et sur une vaste enquête par entretiens menée auprès d'industriels, de hauts fonctionnaires et d'experts, Réguler l'accès aux médicaments révèle la nature proprement politique d'une activité trop souvent réduite à ses dimensions techniques.
    Un ouvrage de référence, qui apportera des éléments précieux à la réflexion des acteurs du monde de la santé comme au débat citoyen.

  • Les sociétés occidentales connaissent aujourd'hui un déclin de la religion et un progrès de la sécularisation. Mais qu'en est-il du phénomène non-religieux ? Quelles sont les formes de la non-croyance ?
    Comment évoluent-elles dans les différents contextes culturels et socio-économiques ?
    Historiens et sociologues politiques analysent ici les différentes facettes de ce phénomène, grâce à des focus qui permettent d'illustrer le propos.
    Au-delà, c'est la question de la cohésion sociale, du mieux-vivre ensemble qui est posée par le prisme de l'indifférence religieuse et de l'athéisme militant. En filigrane, se pose la question de faire société aujourd'hui, au moment où les valeurs du christianisme ne sont plus partagées par tous.

  • Que s'est-il passé dans l'Éducation nationale ces trente dernières années ? Quelles évolutions a-t-elle connues et comment s'est-elle modernisée ?
    À partir d'entretiens menés en profondeur directement auprès des acteurs (enseignants, élèves, parents), cet ouvrage fait le point sur l'administration scolaire et plus particulièrement sur les coulisses bureaucratiques qui régulent l'enseignement secondaire public.
    Il analyse son évolution, sa modernisation autour de trois thèmes :
    - les usagers : l'éducation nationale a compris qu'il fallait écouter et prendre en compte leurs attentes ;
    - les outils de gestion : une véritable politique éducative se développe (plateformes d'orientation, gestion du baccalauréat, etc.) ;
    - les territoires : l'éducation nationale commence à travailler avec les collectivités territoriales, régions et départements.

  • L'objectif de l'ouvrage est de fournir un cadre d'analyse synthétique permettant de décrypter et de saisir les enjeux de la participation publique aujourd'hui, en expliquant notamment que la participation publique est une forme contemporaine et récente de démocratie participative.
     L'originalité de l'ouvrage tient dans sa perspective : il ne cherche pas à défendre la démocratie participative, ni à faire un inventaire des pratiques existantes, mais à fournir les éléments nécessaires à une analyse sociologique des dispositifs actuellement à l'oeuvre. Il propose de plus une formulation théorique claire qui permet d'envisager une variété de situation et autorise le lecteur à fonder sa propre opinion.

  • Cet ouvrage aborde de manière claire et exhaustive tout ce que doit connaître une entreprise en matière de droit de l'environnement.
     L'auteur s'appuie sur de nombreux exemples pour étayer ses propos, rendant ainsi son ouvrage accessible aux professionnels non juristes notamment pour leur permettre une prise en compte, voire une application, immédiates.

  • Ce livre montre la place des sites universitaires des villes moyennes dans l'architecture du système d'enseignement supérieur et de recherche. Il pose la question de leur avenir dans le cadre de la nouvelle loi universitaire de juillet 2013.
     Face aux enjeux d'une économie de la connaissance recentrée sur les métropoles, quel rôle peut être joué par ces sites hérités de l'histoire de la construction du territoire ? Outils de la démocratisation de l'enseignement universitaire, du développement local et de l'équité territoriale, ils sont aujourd'hui mis au défi de l'approche budgétaire et pragmatique. Quel est leur avenir ?
     En 8 chapitres, l'ouvrage questionne le système français d'enseignement supérieur et de recherche, l'aménagement universitaire du territoire, l'allocation de la ressource universitaire, ainsi que l'articulation entre formation et recherche dans les sites universitaires. Engagés dans cette réflexion collective, les auteurs sont des enseignants-chercheurs mais aussi des cadres de collectivités locales et des cadres de l'université.

  • - Cet ouvrage est la traduction de l'ouvrage du très célèbre polito- logue américain Ronald Inglehart, Cultural Evolution: People's Motivations are Changing, and Reshaping the World qui vient de paraître chez Cambrige University Press.
    - À partir d'enquêtes menées dans le temps et dans l'espace dans plus de 100 pays, l'auteur reconstruit une théorie de l'évolution de l'humanité.
    - Il expose les transformations des valeurs culturelles, c'est-à- dire, de tout ce qui touche à la socialisation des individus, dans différents domaines (famille, travail, religion). Il soutient que les changements de conditions de vie entraînent des changements de valeurs, qui eux-mêmes conditionnent des transformations sociales et politiques : démocratie, partis écologistes, mariage pour tous, égalité des sexes, mais aussi des retours de bâtons comme les mouvements populistes, le Brexit, la xénophobie, etc.

  • Dans le contexte de crise financière majeure que traversent les États membres de l'Union européenne (UE), se reposent les questions des systèmes fiscaux et de la gestion budgétaire des États.
     Avec l'augmentation des taux d'intérêt sur les obligations d'État, le « programme commun » des marchés financiers s'appuie sur la réduction des dépenses au détriment des moyens fiscaux alloués à l'accompagnement des populations face à la crise.
    Or, confronté aux coûts des réformes structurelles libérales d'abord et des politiques d'austérité ensuite, le consentement fiscal s'érode, renforçant l'évasion et la fraude fiscales.
     L'exemple de la crise grecque déplace la question de l'enjeu de la soutenabilité des finances publiques vers celui du seuil de soutenabilité du consentement social. Autrement dit, du point à partir duquel les citoyens s'opposeront au remboursement des dettes par l'impôt.
     Cette crise aura-t-elle raison du pouvoir de lever l'impôt des États ? Les voies préconisées annoncent-elles une accentuation des plans de rigueur des années 1990 en jouant sur un simple « effet volume » ? ou la crise des finances publiques annonce-telle un « grand soir » fiscal ?

empty