Mercure De France

  • Crimes passionnels, meurtres motivés par la vengeance ou la jalousie, accidents tragiques, petites et grandes misères du quotidien... Dans le fait di- vers, au drame s'ajoute souvent le tragi-comique, parfois même le cocasse. Il englobe tout ce qui étonne et fait frémir, sans coïncider exclusivement avec le crime, mais recouvrant aussi l'anecdote, l'insolite. Les faits divers composent une histoire populaire de l'humanité et fonctionnent comme un catalyseur des peurs et des interrogations du temps. Débat sur la peine de mort, sur la réci- dive, erreurs judiciaires : la récupération politique est constitutive du fait di- vers.
    Le goût du fait divers mêle intérêt pour la vie et passion pour la fiction.
    C'est déjà du roman, mais du roman vrai. On commet un crime, mais on ra- conte un fait divers. C'est d'abord un récit. Il est la matrice du genre roma- nesque, embrayeur littéraire, tremplin sur lequel prennent appui les roman- ciers et les poètes. Le goût du fait divers, c'est le goût de la littérature.

  • "Les premières fois, Monsieur Spitzweg s'est contenté d'un petit quart d'heure de footing - juste le temps que les poumons lui brûlent. [...] Deux cent cinquante mètres de tour, c'était bien assez pour un effort mal réparti qui ne lui procura d'abord aucun plaisir. Mais, au bout de quelques semaines, il apprit à reculer un premier seuil de fatigue, puis se surprit à compter le nombre de tours, à les convertir en kilomètres. Douze tours en quinze minutes, oui cela faisait bien du douze kilomètres à l'heure - rien d'affolant, mais déjà une allure moins dérisoire. Le virus était pris. Arnold Spitzweg avait entrepris son combat contre le temps."

empty