Pierre Diarra

  • Dans un monde de crises identitaires, de conflits interethniques et interreligieux, la question du vivre-ensemble se pose avec insistance et se mesure au nombre croissant de victimes et de réfugiés. Comment alors relativiser les frontières et dépasser les peurs ? Comment donner une place de choix à la quête de justice et de paix ? Quelles réponses proposer aujourd'hui ? Philosophes et théologiens, biblistes et autres chercheurs indiquent dans cet ouvrage des pistes de réflexion, après les avoir confrontées lors d'un colloque international qui s'est tenu à Abidjan, du 17 au 19 mars 2015, à l'occasion du quinzième anniversaire de la création de l'Université Catholique de l'Afrique de l'Ouest (UCAO) et de l'Unité Universitaire d'Abidjan.
    Les difficultés pour accueillir les migrants occultent souvent des injustices internationales et des égoïsmes, mais aussi la corruption et une mauvaise gestion des ressources. Les défis que connaissent les sociétés africaines en émergence sont aussi abordées dans un grand nombre de textes. La « fraternité en Christ », souvent évoquée par les auteurs, renvoie au désir de nos contemporains d'inventer un avenir commun et de créer les conditions pour instaurer une fraternité ouverte aux étrangers.
    Perçue comme un lieu de savoir, l'université apparaît comme un espace privilégié pour apprendre à dialoguer et à construire, avec d'autres, un monde plus humain. Sans nier les différences culturelles et religieuses, ni les diverses manifestations de la violence, les auteurs invitent à une réflexion approfondie pour construire avec d'autres l'avenir de l'humanité.
    Paulin Poucouta est docteur en théologie biblique et en histoire des religions. Il est professeur d'Écriture Sainte et de lectures africaines de la Bible à l'Institut catholique de Yaoundé (Cameroun). Membre de l'Association des théologiens africains (ATA) et du Centre d'études africaines de recherches interculturelles (CEAF&RI), il a notamment publié Quand la parole de Dieu visite l'Afrique et God's word in Africa (2015).
    Gaston Ogui Cossi est docteur en théologie systématique et détenteur d'un master en gestion des conflits et paix. Enseignant-chercheur et responsable du Département de théologie systématique à l'UCAO/UUA, il est auteur de Cohabitation interculturelle au Bénin (2014). La christologie, l'anthropologie théologique et l'interculturalité sont ses domaines de recherches.
    Pierre Diarra est docteur en théologie et en histoire des religions et anthropologie religieuse. Responsable en France de l'UPM, l'une des OEuvres Pontificales Missionnaires, il enseigne à l'Institut catholique de Paris (ISTR) et à la Sorbonne Nouvelle. Membre de l'ATA, du Centre de recherches APPLA&CO et de l'Association francophone oecuménique de missiologie, il a notamment publié Cent ans de catholicisme au Mali (2009).

  • En 1919, Benoît XV publie une lettre apostolique,
    Maximum illud, pour relancer l'activité missionnaire dans le monde. Le pape y rappelle l'importance de la formation des missionnaires et du clergé autochtone. Il les invite à la sainteté, en insistant sur l'effort à consentir pour connaître les langues et les cultures des régions évangélisées. Prédication et gratuité des aides apportées aux populations doivent être articulées. L'implication des congrégations féminines, dans l'éducation et les soins médicaux, est vivement encouragée. Benoît XV sollicite l'aide des chrétiens pour les OEuvres missionnaires. Il évoque d'illustres missionnaires comme saint François Xavier et Bartolomé de Las Casas ; il dénonce, surtout, toutes formes de collusion entre mission et intérêts nationaux.
    Maximum illud consacre une nouvelle manière d'évangéliser et une missiologie que le concile Vatican II précisera, notamment dans le document Ad gentes. En choisissant le mois d'octobre 2019 comme Mois missionnaire extraordinaire pour célébrer le centenaire de Maximum illud, le pape François remet l'accent sur l'engagement et la formation missionnaires, en lien avec le baptême. Ce volume rassemble les principaux textes des colloques organisés durant ce mois à Paris, à Marseille et à Lyon. Les réflexions historiques et théologiques proposées ouvrent des perspectives missionnaires pou nos Eglises au XXe siècles.

empty