Puf

  • L'ouvrage présente les huit notions principales sur lesquelles s'est construit et s'articule le droit privé français et qui forment, reliées, son système juridique : la personne, les groupes de personnes, les droits, le bien, la propriété, le patrimoine, le contrat et la responsabilité.
    Pour chacune de ces notions, il présente, dans une première partie d'exposition, une synthèse de l'état des connaissances et du droit positif. Il propose ensuite, dans une partie d'approfondissement et de recherches permettant - " Pour aller plus loin " - des pistes de réflexion prospectives ainsi que l'état des travaux les plus récents, ainsi que des passerelles vers d'autres disciplines (philosophie, histoire, sociologie, etc.).
    Les étudiants de tous niveaux, les chercheurs et professionnels du droit, ainsi que toute personne qui souhaiterait aborder le droit en se concentrant sur les notions qui en font l'ossature pourront donc, en fonction de leurs besoins et intérêts, se familiariser avec ou approfondir chacune des notions présentées. Plus largement, ils pourront comprendre la logique générale du droit privé contemporain. L'ouvrage peut donc être utile pour préparer les divers concours et examens menant aux carrières juridiques, mais également pour conduire des recherches ou tout simplement pour aborder la discipline juridique.
    Judith Rochfeld est professeur de droit privé à l'École de droit de la Sorbonne, Université Paris I-Panthéon Sorbonne. Elle enseigne le droit civil, le droit européen, ainsi que le droit du numérique. Elle a publié divers ouvrages en droit des contrats, du commerce électronique et en droit privé européen, ainsi que de nombreux articles et chroniques en ces différentes matières.

  • Que sont les « communs » ?
    La notion ne cesse d'être mobilisée aujourd'hui. Elle traduit le constat d'une évolution des pratiques sociales : les biens seraient davantage mis en partage. Logiciel libre, habitat participatif, vélos ou voitures en usage successif, entreprise qui serait le « bien commun » de toutes les parties prenantes : la notion envahit tous les domaines de la vie, allant de la culture, l'environnement et l'urbanisme à la santé, au travail et à la technologie. Si la mobilisation est intense, c'est que la notion autorise à penser le changement social sur la base d'un réinvestissement du collectif, des communautés, du partage et de l'usage. Elle réinterprète les valeurs fondatrices des sociétés contemporaines. Ainsi, les communs sont irrémédiablement liés au rôle de l'État, de la propriété et de la démocratie. Ils sont à la fois une réflexion théorique, un débat politique et un lieu d'expériences citoyennes. Ce dictionnaire, placé à mi-chemin entre le vocabulaire et l'encyclopédie, est un véritable outil de compréhension du phénomène dans les différents champs où il intervient.

  • La notion ne cesse d'être mobilisée aujourd'hui. Elle traduit le constat d'une évolution des pratiques sociales : les biens seraient davantage mis en partage. Logiciel libre, habitat participatif, vélos ou voitures en usage successif, entreprise qui serait le « bien commun » de toutes les parties prenantes : la notion envahit tous les domaines de la vie, allant de la culture, l'environnement et l'urbanisme à la santé, au travail et à la technologie. Si la mobilisation est intense, c'est que la notion autorise à penser le changement social sur la base d'un réinvestissement du collectif, des communautés, du partage et de l'usage. Elle réinterprète les valeurs fondatrices des sociétés contemporaines. Ainsi, les communs sont irrémédiablement liés au rôle de l'État, de la propriété et de la démocratie. Ils sont à la fois une réflexion théorique, un débat politique et un lieu d'expériences citoyennes. Ce dictionnaire, placé à mi-chemin entre le vocabulaire et l'encyclopédie, est un véritable outil de compréhension du phénomène dans les différents champs où il intervient.

empty