Presses de l´Inalco

  • En 2011, alors que la Birmanie (Myanmar) est soumise au joug militaire depuis plus de cinq décennies, la junte se démet de ses fonctions au profit d'un gouvernement « semi-civil ». Son président, l'ex-général Thein Sein, engage une série de réformes démocratiques et les élections générales de 2015 consacrent l'alternance politique en portant au pouvoir Aung San Suu Kyi, figure emblématique de l'opposition. Mais quelles sont les vraies dimensions, significations et limites de cette évolution en apparence spectaculaire ? Adoptant un angle d'approche différent des études, majoritairement anglophones, consacrées à la transition politique et trop souvent centrées sur le seul processus de démocratisation, cet ouvrage propose une interprétation plus générale des transformations de la société birmane entre 2010 et 2017 par des anthropologues, géographes et historiens français. Spécialistes de longue date et jeunes chercheurs ont enrichi la réflexion propre à leur domaine disciplinaire d'analyses de terrain, d'approches transversales et de mises en perspective afin d'expliquer la transition et d'éclairer les analogies et les discontinuités entre temps passé et présent, entre la Birmanie d'hier et celle de demain. Proposant des clefs de lecture originales pour comprendre le processus de réforme birman, dans les villes comme dans les campagnes, au centre comme aux périphéries, du point de vue birman comme international, ils mettent aussi au jour l'imbrication de la montée du nationalisme bouddhique, des conflits intercommunautaires et de la crise humanitaire des Rohingya.

  • Krikor Beledian et la littérature arménienne contemporaine Nouv.

    Krikor Beledian est un auteur majeur de la littérature arménienne contemporaine, écrivant en arménien occidental et vivant en France (maître de conférences à l'Inalco jusqu'en 2012). Ce volume est le premier volume scientifique international consacré à son oeuvre. Il fait suite au colloque international qui s'est tenu à l'Inalco en septembre 2015.

  • Dans le sillage de la contestation sociopolitique de la fin des années 1960, les démocraties occidentales connaissent une vague de violence révolutionnaire dont des hommes et des femmes s'emparent comme d'un outil politique. Les groupes armés d'extrême gauche se caractérisent par une implication et un engagement remarquables des femmes. Le climat des années 1970, les situations de résistance et les luttes de libération sont propices à la renégociation des rôles masculins et féminins. Les femmes sont également au coeur du projet de libération nationale de certaines organisations de la gauche turque et kurde, aujourd'hui encore, comme elles l'ont été en Amérique latine ou en Asie du Sud. Interroger la violence politique des femmes revient à porter l'accent sur un phénomène quasi exclusivement décliné au masculin. Pourtant, le genre constitue un outil heuristique pour saisir ce que la féminisation fait à la violence politique et à son inscription dans l'espace sociopolitique. En croisant les dimensions sociale, politique et sexuée, le recueil S'émanciper par les armes ? propose des lectures interdisciplinaires de la lutte armée au féminin et revisite les systèmes de valeurs dans lesquels la violence politique et la violence des femmes sont prises.

  • Quels rapports les sociétés humaines entretiennent-elles avec leur passé et quels récits font-elles du temps révolu ? Pour ce premier volume de l'Encyclopédie des historiographies. Afriques, Amériques, Asies, 157 spécialistes représentant 88 institutions académiques en France et dans le monde explorent l'univers des productions humaines qui constituent des sources pour l'historien et déchiffrent les nombreuses modalités (« scientifiques », littéraires, artistiques, monumentales...) de l'écriture du passé. Évoquant tour à tour l'Afrique, l'Amérique latine, l'Asie, l'Océanie, les 216 notices de l'ouvrage présentent des matériaux historiques de toute nature, issus de toutes les époques, souvent méconnus, ainsi que l'histoire de leurs usages. L'entreprise collective qu'est l'Encyclopédie se veut novatrice : il s'agit de susciter une réflexion historiographique résolument non-occidentalo-centrée qui complète utilement les démarches épistémologiques traditionnelles. Nouvel outil de connaissance historique forgé à l'heure de la mondialisation, l'Encyclopédie des historiographies est aussi une véritable invitation au voyage.

  • Institués au sortir de la Première Guerre mondiale, les mandats de la Société des Nations illustrent les implications de l'arrivée des experts dans les Suds dès les années 1920. Ils constituent pour cette raison un angle d'attaque privilégié pour réfléchir aux liens entre expertise et colonisation comme aux dynamiques qui accompagnent les experts. S'ils ont été l'objet de discussions intenses, les mandats ne peuvent guère être considérés comme l'objet d'un champ d'expertise bien délimité avec ses méthodes uniformisées, son corps de savoirs systématisés et ses procédures formalisées de certification. Les discours institutionnels d'experts sur les mandats, divers et dénués de cohérence, dissimulaient souvent les modalités habituelles du gouvernement colonial. Cependant, les temps changeaient. La pluralité des cadres institutionnels où l'on discutait des mandats (Commission permanente des mandats, autres organes de la SDN) sapait le monopole supposé des États coloniaux sur la prise de décision informée. L'intérêt des organisations privées et caritatives était également d'importance, dans la mesure où certaines investirent massivement dans des projets exploratoires de développement à fort coefficient d'expertise. Ajoutées les unes aux autres, ces circonstances institutionnelles attiraient des experts potentiels vers les mandats, d'où l'on peut observer et les tensions d'empire qui marquaient l'ère coloniale finissante et les prémisses de politiques publiques fortement consommatrices d'expertise qui se diffusent dans les Suds après 1945.

  • Les articles rassemblées dans ce recueil traitent de l'expression des valeurs existentielles dans différentes langues du monde. Le caractère universel de la problématique et sa richesse sont illustrés par la diversité des approches théoriques permettant de constater les similitudes et les différences de son expression d'une langue à l'autre. L'originalité de l'ouvrage ne réside pas seulement dans la description de la variété des structures existentielles, porteurs de valeurs possessives, locatives ou attributives, elle consiste également dans leur lecture multiple. La structure du recueil a été arbitrairement organisée en deux parties. Dans les articles de la première partie, la prédication existentielle est envisagée d'un point de vue typologique, dans ceux de la deuxième partie, c'est une démarche énonciative et pragmatique qui est appliquée. Cette répartition est toutefois quelque peu artificielle, dans la mesure où tous les auteurs envisagent les traits sémantiques, syntaxiques et formels des constructions existentielles et, pour certains articles, les paramètres contextuels quelle que soit la langue concernée. La prédication existentielle est présentée par les auteurs comme une opération spécifique de repérage d'un terme par rapport à l'autre qui se répercute sur le marquage non canonique des constituants propositionnels, ainsi que par l'emploi des marqueurs d'existence spécifiques. L'analyse typologique et l'approche énonciative se complètent et ouvrent de nouvelles perspectives dans la recherche linguistique sur l'expression de l'existence dans les langues du monde.

  • Dans cet ouvrage, l'appellation « langues moins enseignées » fait référence à celle de « langues modimes ». Tantôt appelées « langues rares », tantôt « langues moins diffusées » et parfois même « petites langues », ces langues n'entrent dans aucune des catégories préconstruites des institutions éducatives. L'objectif de cet ouvrage est donc de problématiser les tenants et les aboutissants des statuts qu'elles assument dans les systèmes éducatifs, et notamment de s'intéresser à la question de la variation linguistique dans leur enseignementapprentissage. En effet, l'enseignement des langues vivantes étrangères se construit souvent autour d'une norme imaginée et conçue comme étant celle de la langue légitime à enseigner/apprendre. De l'Asie aux Amériques, en passant par bon nombre de pays africains et européens, les décideurs éducatifs et les enseignants euxmêmes doivent composer avec ce phénomène qui, au delà de questions proprement pédagogiques, contribue à hiérarchiser les formes langagières. Au travers de l'examen de situations touchant à l'amazighe, à l'arabe, au chinois, à l'indonésien, au japonais, au ghmálá', au malgache, au tchèque et à plusieurs des langues régionales de France (alsacien, basque, corse, occitan, picard et parler saint-martinois), les entrées épistémologiques des contributions relèvent ici de diverses disciplines des sciences du langage et/ou des sciences de l'éducation. Les contributions s'articulent, entre autres, autour d'axes tels que la variation et ses différentes formes dans l'espace éducatif, l'histoire des politiques linguistiques éducatives au regard du corpus des langues, la variation linguistique en lien avec différents systèmes éducatifs au sein d'espaces nationaux ou régionaux donnés, la gestion pédagogique de la variation, ses ramifications identitaires, la question du couple oral/écrit et des registres en didactique des langues moins enseignées, ou encore la problématique centrale des normes, de la légitimité et de l'authenticité dans l'enseignement de ces langues.

  • Ce livre examine plusieurs questions liées à la théorie et la pratique du marquage lexicographique dans les dictionnaires monolingues et plurilingues, comme la nature des marques d'usage et de registre, les principes de marquage, l'évolution des marques et leur variation, les pistes pour améliorer les pratiques lexicographiques, l'utilisation et la correspondance des marques pour l'étiquetage des termes non-standard et substandard, l'établissement d'un système de marques exhaustif et non-contradictoire de ce type de lexique spécifique. Les langues étudiées et les analysées dans l'ouvrage sont le français, l'anglais, l'italien, le russe, le bulgare, le polonais et l'ukrainien.

empty