Langue française

  • En 2015, plus d'un million de migrants ont franchi la Méditerranée au risque de leur vie, soit deux fois plus qu'en 2014. Les guerres du Moyen-Orient et de l'Afrique, du Mali à l'Érythrée, incitent des familles entières à quitter leurs pays pour l'Europe, soit par la mer, soit par la route des Balkans. Le drame est à nos portes et laisse les dirigeants de nos pays impuissants. Partagés entre peur et compassion, dépassés par l'ampleur du phénomène, les états membres de l'Union européenne sont enclins à fermer leurs frontières. Dans un contexte de périls extérieurs liés au terrorisme, et de faiblesses internes aggravées par la crise économique, les valeurs humanistes s'effacent derrière la demande de sécurité. Pourquoi ces crises migratoires ont-elles éclaté, de quelles politiques sont-elles le fruit, de quels renoncements et manques de vision ? Comment les résoudre face aux amalgames migrants/terroristes ? En quoi ces flux de population remettent-ils en question les identités nationales, les marchés de l'emploi, le traité de Schengen ? Quel lien établir avec la montée des populismes en Europe ? À travers les meilleurs textes parus dans l'hebdomadaire Le 1, sociologues, économistes, historiens, écrivains et anthropologues prennent la mesure des défis lancés par cette situation d'urgence.

  • Les regards éclairés de prestigieux intellectuels africains sur le continent et ses perspectives.

    En ce début de siècle, l'Afrique apparaît comme l'un des théâtres principaux où se jouera l'avenir de la planète. Pour ses habitants et ses diasporas – tous ceux qui pendant longtemps ont été pris dans les rets du regard conquérant d'autrui –, le moment est propice de relancer le projet d'une pensée critique, confiante en sa propre parole, capable d'anticiper et de créer des chemins nouveaux à la mesure des défis de notre époque.

    Il nous a semblé qu'il fallait inventer une plate-forme libre, qui favorisât l'énonciation d'une parole plurielle, ouverte sur le large. C'est pour cette raison que s'est tenue du 28 au 31 octobre 2016 à Dakar et à Saint-Louis-du-Sénégal la première édition des Ateliers de la pensée. Une trentaine d'intellectuels et d'artistes du Continent et de ses diasporas se sont réunis pour réfléchir sur le présent et les devenirs d'une Afrique au cœur des transformations du monde contemporain.

    Leurs textes, présentés dans cet ouvrage, traitent de questions liées à la décolonialité, à l'élaboration d'utopies sociales, à la condition planétaire de la question africaine, à la quête de nouvelles formes de production du politique, de l'économique et du social, à l'articulation de l'universel et du singulier, à la littérature et à l'art, à la reconstruction de l'estime de soi, à la pensée de l'en-commun... Des regards croisés qui éclairent d'un jour nouveau les enjeux d'une Afrique en pleine mutation, ouverte à l'univers de la pluralité et des larges.

    Ce livre est un appel général et pressant à reprendre de vieux combats jamais clos et à en engager d'autres qu'appellent les temps nouveaux.

    Achille Mbembe et Felwine Sarr

  • QUE FAUT-IL APPRENDRE À NOS ENFANTS ? Cette question majeure ne cesse de travailler nos sociétés en profondeur depuis des lustres. À la tête bien pleine, Montaigne préférait jadis une tête bien faite. Mais comment ne pas perdre la tête, précisément, face aux nouvelles technologies qui, des tableaux numériques aux tablettes, accélèrent et dématérialisent les chemins de la connaissance ? À travers des analyses d'enseignants, de sociologues, d'historiens, de psychanalystes et d'écrivains, cet ouvrage propose un questionnement constructif et prospectif sur les méthodes et les finalités de l'éducation. Initiatives des professeurs, bienveillance envers les élèves, adaptation au niveau de chacun, essais de classes inversées - plusieurs auteurs témoignent des expériences les plus probantes pour éduquer au mieux notre jeunesse. Dans un souci d'apprentissage des savoirs, de transmission des valeurs de la République, et de combat contre les inégalités sociales que l'école française a trop souvent tendance à aggraver. Avec ce nouveau volume de la collection des 1ndispensables, l'hebdomadaire

  • De nombreux pays du continent africain, surtout dans sa partie subsaharienne, célèbrent le cinquantième anniversaire de leur indépendance en 2010. Il s'agit dun événement dans la mesure où lAfrique, qui a tragiquement traversé des siècles de souffrances physiques et morales, individuelles et collectives, durant deux « Grands Dérangements » la traite négrière (le plus grand génocide de lhistoire de lhumanité) puis la colonisation est enfin, semble-t-il, dirigée par ses propres enfants. Les auteurs de cet ouvrage souhaitent procéder, un demi-siècle plus tard, à lanalyse du sens de cette indépendance et à une méditation sérieuse sur le bilan de lexercice du pouvoir par les Africains eux-mêmes. Cest aussi une occasion de sinterroger sur lintolérable paradoxe de lAfrique : continent gorgé de richesses humaines et naturelles, mais continent paupérisé, assisté et fragiliséUne trentaine dintellectuels dAfrique et de la diaspora (parmi lesquels Patrick Chamoiseau, Alain Mabanckou, Odile Tobner, Irele Abiola, Carlos Vamain) se prononcent librement, chacun à sa manière, sous langle de son choix, sur le bilan de ces cinquante années de liberté réelle ou illusoire, de construction ou de déconstruction, voire de destruction, du continent... Il est en effet enfin temps que les intellectuels dont la classe politique a souvent minimisé le rôle dans la construction de leur propre pays et quelle a souvent tenus dédaigneusement à lécart sengagent courageusement et lucidement dans le débat politique et sactivent à contribuer à la création dune opinion publique africaine participative, sans laquelle le vrai développement du continent demeurera hypothéqué. Cest bien ce que tentent les auteurs de cet ouvrage à la fois francophones, anglophones, lusophones ou hispanophones , profondément attachés à lAfrique et à sa liberté. L'intégralité des droits d'auteur est attribuée à la Fondation Amilcar Cabral de Praia (Cap-Vert).

  • Pourquoi la France va-t-elle si mal ? Est-elle dépassée face à des voisins plus audacieux et plus compétitifs ? Est-elle condamnée au déclin ? Son modèle est-il voué à disparaître ? Ce livre explore au plus près les causes et les manifestations du malaise français. De l'école à l'entreprise en passant par la sphère sociale et politique, il propose une analyse subtile et approfondie des blocages qui minent notre société. À travers les regards croisés d'écrivains, de sociologues, d'historiens et d'économistes, à travers aussi les témoignages d'acteurs et d'observateurs exigenats de la vie publique, c'est un portrait paradoxal de la France qui se fait jour : une France prisonnière de ses contradictions entre un modèle agricole ancestral et une industrialisation accélérée, l'aspiration à une compétitivité accrue et à un chômage efficacement combattu, la préservation d'une laïcité ouverte face aux sombres desseins d'un terrorisme pesant. La France a mal. À sa justice, à son administration, à ses emplois, à son école et à sa jeunesse, à son agriculture, à son industrie, à son histoire, à sa langue, à sa culture. Voilà notre pays aux prises avec ses démons, ses faiblesses et ses doutes, résultant d'une mutation que ce livre passionnant aide à comprendre. Pour la rendre moins inquiétante.

  • Le 26 juillet 2007 à Dakar, lors de sa première visite en Afrique subsaharienne, Nicolas Sarkozy a profondément blessé les Africains par un discours qui se voulait pourtant amical. Son adresse « fraternelle » à la jeunesse du continent, supposée fonder la nouvelle politique africaine de la France, na en effet trompé personne. Elle est vite apparue comme une grossière tentative de maquiller publiquement en oeuvre de bienfaisance les crimes de ses ancêtres. Les paroles de Nicolas Sarkozy, émaillées de clichés racistes, ont été centrées sur un mythique homme africain, sur l'âme de l'Afrique ou sur la Renaissance africaine, dont il fait du reste une lecture bien suspecte. Rien sur le rôle réel de l'Europe et des institutions financières internationales dans l'appauvrissement de ce continent. Aucune allusion aux régimes « kleptocrates » et férocement dictatoriaux, soutenus par les différents gouvernements français depuis les « indépendances ». L'Afrique vilipendée à Dakar par Nicolas Sarkozy, c'est celle du pacte colonial, fragilisée par la Françafrique dans un monde de plus en plus organisé et cupide.

    Voilà ce que dénonce cet ouvrage dont les auteurs, tous de prestigieux intellectuels, viennent de différents pays africains. Ils fournissent d'utiles rappels historiques, face au révisionnisme qui s'entête à réécrire sans pudeur l'histoire de la traite négrière et de la colonisation.

    Mais l'intérêt de ce livre majeur dépasse le cadre d'une simple réponse à Nicolas Sarkozy : il décrit sans concession les véritables défis qui interpellent l'Afrique d'aujourd'hui et de demain, et l'appelle avec confiance à trouver, par elle-même, les moyens de les relever.

  • 1913-2013. Les chemins qui mènent à Albert Camus sont sinueux, chacun est balisé par le rapport personnel à luvre du romancier, philosophe, essayiste, journaliste, dramaturge. Comment parler, analyser, faire partager cette vision dun homme aux multiples appartenances, aux multiples visages et aux multiples contradictions ? Lhomme témoin, acteur de son temps, a-t-il quelque chose à nous dire aujourdhui ? 2011 ainsi que celle des Indignés espagnols ; Jeanyves Guérin, admirateur du Camus citoyen de notre temps, grand moment de la conscience humaine ; Jean Rouaud, prenant la mesure de la prégnance de la misère dans le Premier homme ; Macha Séry définissant le Camus journaliste, modèle insurpassablesilencieux sur la guerre dAlgérie ; Pierre-Louis Rey, sintéressant au rôle du football, de lesprit déquipe et damitié dans la formation de lécrivain ; Daniel Lindenberg, admirateur du Camus politique, conscient que la justice ne va pas sans la révolte ; Martin Frieyro traçant un parallèle entre lengagement de Camus et les révoltes arabes de Dans cet ouvrage collectif, une vingtaine décrivains, professeurs ou journalistes racontent chacun « son » Camus : Alexis Jenni qui cherche à débusquer un Camus caché, insaisissable, Tous expriment  avec leurs différences, leurs doutes, leurs admirations, leurs préjugés  leur dette, immense, à légard de lhéritage camusien.

  • Oui, la France change. Certains s'en inquiètent, éternels nostalgiques d'autres époques qui, elles-mêmes, ont engendre

  • Une question sociétale et transversale d'actualité, analysée par des écrivains, politologues et chercheurs

    FAUT-IL AVOIR PEUR ? Le travail que l'équipe du 1 accomplit chaque semaine contribue à nous alerter sur les dangers qui nous menacent. Bien sûr, depuis le début de l'année 2020, la pandémie de Covid-19 a mobilisé toute la planète, au point de donner l'illusion que nos destins n'étaient désormais liés qu'à ce virus mortifère. Ce serait une erreur de le croire.

    L'ouverture du procès Charlie nous a rappelé par ailleurs que le terrorisme islamique n'était pas seulement attaché au souvenir de cette journée sanglante de janvier 2015. L'attaque au couteau de journalistes par un jeune Pakistanais de dix-huit ans, devant les anciens locaux du journal satirique, et l'assassinat sauvage de Samuel Paty par un Tchétchène radicalisé ont ranimé certaines craintes, qui ne doivent pas non plus en éclipser d'autres : la sécurité du monde et le risque nucléaire, le réchauffement climatique ou encore ce qu'on appelle à présent le capitalisme de surveillance armé par ce " soft power ", que constituent les géants du numérique.

    Alors, faut-il avoir peur ? Oublier ou refuser d'avoir peur, c'est peut-être laisser au pire la possibilité d'advenir : ce qui est redouté n'est pas forcément ce qui arrive. Le philosophe Jean-Pierre Dupuy, évoquant toutes les fois où on est passé à deux doigts de la guerre nucléaire, nous dit qu'" il faut frôler la catastrophe pour se tenir à carreau ". La leçon est (un peu) rassurante : contrairement au dicton, la peur a peut-être le pouvoir d'écarter le danger...

  • Des écrivains de premier plan s'engagent par la plume aux côtés des migrants

    Tous, ensemble, nous sommes bien plus grands que nous.

    C'est ce " plus grand " qu'il nous faut deviner. Qu'il nous faut invoquer.

    Patrick Chamoiseau et Michel Le Bris

    Trente écrivains et artistes racontent des histoires singulières de migrations. Ils parlent exils, exodes, familles brisées, espoirs trahis ou réalisés, surprenantes rencontres, expériences uniques : leurs paroles s'insurgent et appellent à une nouvelle fraternité. Des textes d'humour aussi lorsque, par exemple, tous les mots d'origine étrangère quittent le dictionnaire en protestation contre le sort fait aux migrants... Ou des récits d'anticipation figurant un choc de civilisations sur fond de flux migratoires.

    D'autres textes dénoncent les violences et barbaries à l'oeuvre, ainsi que les guerres des identités, pour interroger : face à ces drames, que sommes-nous prêts à accomplir ou à refuser pour demeurer des êtres humains ?

    Un ouvrage que l'on refermera sur une note d'espoir, avec une Déclaration des poètes et un Manifeste pour une mondialité apaisée, visant à transformer notre rapport à l'hospitalité.

    En acceptant que la totalité de leurs droits soit reversée au Gisti (Groupe d'information et de soutien aux immigrés), ces auteurs accomplissent un acte artistique d'engagement, affirmant leur volonté de contribuer à un monde plus altruiste, animé par une éthique active de la relation.

    ​Liste des contributeurs : Kaouther Adimi, Tahar Ben Jelloun, Pascal Blanchard, Patrick Boucheron, Patrick Chamoiseau, Velibor Ĉolić, Céline Curiol, Mireille Delmas-Marty, Ananda Devi, Laurent Gaudé, Raphaël Glucksmann, Christelle Labourgade, Lola Lafon, Michel Le Bris,

    J. M. G. Le Clézio, Claudio Magris, Achille Mbembe, Léonora Miano, Maya Mihindou, Anna Moï, Gisèle Pineau, Jean Rouaud, Lydie Salvayre, Elias Sanbar, Boualem Sansal, Felwine Sarr, Christiane Taubira, Sami Tchak, Chantal Thomas, Gary Victor.

  • Un ouvrage éclairant sur le plus gros problème du siècle, le réchauffement climatique. Un recueil d'articles riche des regards croisés de spécialistes, écrivains, essayistes...

    Pas un jour, pas une semaine sans que la question du climat fasse les gros titres de l'actualité, de préférence sur un mode alarmiste, moins souvent sous l'angle des solutions possibles pour enrayer le réchauffement. Ce nouveau volume des
    1ndispensables fait le point à la fois sur les savoirs et les controverses autour du climat, avec notamment les témoignages et analyses de climatologues et de scientifiques de la Sorbonne, comme Hervé Le Treut. Ce dernier interroge des lieux vulnérables comme l'Amazonie ou le pôle Nord, avec la fonte de la banquise. Nous nous penchons aussi sur les ressorts de la mobilisation des jeunes pour le climat à travers le monde, en particulier avec la sociologue Anne Muxel et Anaïs Lasne, lauréate du concours intra-universitaire Écolo-quence sur l'environnement. Plusieurs textes nous renseignent sur le drame des réfugiés climatiques, de plus en plus nombreux sur la planète, comme l'explique le chercheur François Gemenne. Enfin, les pistes de solutions internationales sont explorées à travers des réflexions de Pascal Canfin ou de Jean-Claude Ameisen.

  • Des points de vue variés et passionnants sur la stratégie et le rôle des médias dans notre société.

    Les médias sont partout au centre des débats et des controverses qui agitent nos sociétés. Muselés dans les dictatures qui ne disent pas leur nom – on parle de démocratures en Russie, Syrie, Turquie -, ils prennent dans nos démocraties des visages nouveaux et inquiétants. Tantôt contrôlés par le capitalisme industriel, tels en France Bolloré, Niel, Lagardère ou Arnault, tantôt incontrôlés ou incontrôlables, à l'image de ces sites dits d'information qui trouve dans la toile et les réseaux sociaux le tremplin idéal pour répandre leurs fake news et vérités dites alternatives. Miroirs déformants de notre époque, les médias n'en sont-ils pas plutôt les plus fidèles reflets ?

    À travers des analyses, des enquêtes, en France comme dans nombreux pays d'Europe, aux Etats-Unis ou en Turquie, cet ouvrage nous renseigne avec précision sur l'évolution sans précédent du monde de l'information. Il s'interroge sur le rôle des journalistes et sur la compétition entre différents médias dont l'instantanéité et l'absence de déontologie faussent irrémédiablement la perception du réel. Comment s'informer de façon complète et satisfaisante pour comprendre notre monde en luttant contre la désinformation, la propagande et la théorie du complot ? Voici quelques pistes !

  • Un ouvrage riche sur la question majeure du combat des femmes aujourd'hui

    Il y aura eu un avant et un après. Avant l'affaire Weinstein et après ce moment devenu planétaire où des femmes ont balancé " leur " porc comme on déclare son indépendance. Avec force et détermination, violence pour certaines – comme une légitime défense – pour que change enfin le regard des hommes. Cette déflagration a mis à mal un modèle ancien de domination masculine empreint de machisme et de toute-puissance. Elle intervient au moment où nos sociétés reconnaissent davantage les femmes dans leur rôle économique et politique, au sein de l'entreprise et des mouvements citoyens. Pour autant, il reste encore un long chemin à parcourir pour que le genre cesse d'être discriminatoire, tant pour les salaires que pour l'attribution de responsabilités de premier plan. Sans oublier que les clichés sexistes ont la vie dure. Les femmes ne sont pas totalement délivrées du mâle mais elles affirment chaque jour davantage une présence aussi évidente qu'indispensable, dans un combat qui transcende le féminisme des années 1970 pour construire un véritable modèle de société égalitaire.

    Pour réfléchir à cette question centrale, ce nouveau volume des
    1ndispensables fait appel à des voix multiples venues de la littérature, de la sociologie, de l'économie ou de l'anthropologie, de l'Université comme de l'entreprise.

    Pour mettre en lumière les ressorts complexes d'un mouvement inexorable qui colore ce début de XXIe siècle.

  • Un ouvrage éclairant sur une des principales préoccupations des Français, riche des regards croisés de spécialistes, écrivains, essayistes...

    C'est devenu une obsession de nos sociétés modernes : comment vivre mieux au quotidien, à son travail, en vacances, à tous les âges de l'existence. À travers de nombreuses enquêtes et analyses, entretiens et reportages, ce nouveau volume des
    1ndispensables nous ouvre les voies et moyens de reprendre la main sur notre vie, à commencer par notre temps. Comment s'y prendre pour ralentir, comment se débarrasser de la sensation de fatigue, voilà des questions clés qui induisent d'autres possibles : sur le sommeil, sur l'alimentation – faut-il manger bio, local, végétarien, vivre sans sucre, sans plastique ? –, sur nos parcours professionnels. Faut-il changer de vie, de quelle manière s'y prendre, à quel moment ? Avec des auteurs aussi différents que la navigatrice Isabelle Autissier ou le sociologue Jean Viard, le médecin Patrick Lemoine, le physicien Étienne Klein ou la journaliste Mathilde Golla qui a essayé de vivre cent jours sans se rendre en supermarché.

  • QUI SONT LES GILETS JAUNES ? Pourquoi ce mouvement populaire, apparu en novembre 2018 sur fond de colère fiscale, a-t-il autant bousculé le pays ? Les analyses rassemblées dans ce nouveau volume des
    1ndispensables montrent que le feu continue de couver sous la braise. Sociologues, politistes, historiens, spécialistes de l'opinion, écrivains et démographes, chacun s'emploie à éclairer un pan de ce phénomène qui en dit long sur les fractures françaises. Fractures territoriales, fractures économiques, fractures de classe dans une époque où ni les partis ni les syndicats ne sont en mesure de proposer un projet commun. " Rien ne sera réglé sans un travail de resocialisation ", affirme l'économiste Daniel Cohen. Le mouvement a d'ores et déjà eu des effets politiques profonds sur la conduite des affaires publiques, comme l'indique Brice Teinturier. Quelles surprises nous réservet-il encore ? S'il a enclenché un mode de gouvernement plus

    participatif avec les citoyens, ce ne sera pas la moindre de ses

    victoires.

  • Des points de vue variés et passionnants sur le monde du travail et ses rapides mutations

    Le débat sur le revenu universel qui a marqué la dernière campagne présidentielle renvoie à une inquiétude de notre époque liée à la robotisation et à l'uberisation de nombreux secteurs d'activité. Face à la disparition massive des emplois salariés traditionnels, faut-il séparer le revenu des individus de la fonction active qu'ils occupent dans la société ? A travers cette question qui remet en cause les grands équilibres économiques et sociaux, ce nouveau volume des 1ndispensables met en lumière les enjeux juridiques, techniques, mais aussi humains du travail et de ses évolutions. Il analyse la situation réelle du chômage en France comparée à celle de ses grands voisins. Sommes-nous condamnés au chômage ? Certaines générations sont-elles sacrifiées ? Existe-t-il une fatalité des CDD ? Le modèle allemand est-il vraiment meilleur que le nôtre ? Les meilleurs spécialistes répondent à ces questions en compagnie d'écrivains offrant leur vision personnelle et singulière d'un monde du travail en permanente mutation.

  • Regards croisés sur la langue française : évolutions et débats

    Qu'est-ce qu'une langue ? Quels sont les signes de sa vitalité ou de sa déperdition ? Qui décide de sa substance, de ses usages, de ses emprunts ? Le débat récent sur l'écriture inclusive destinée à abroger la domination du masculin sur le féminin afin de ne plus " invisibiliser " les femmes à travers la langue relance une fois de plus un des débats les plus passionnels qui soient dans notre pays : l'enseignement, l'évolution, la protection voire l'expansion du français. Dans ce nouveau tome des 1ndispensables, les plus grands spécialistes du langage expriment un point de vue historique, philosophique, linguistique mais aussi géopolitique sur les évolutions tantôt nécessaires, tantôt contraintes, de notre langue. Depuis que le français s'est détaché du latin, il a vécu une vie à la fois autonome et liée à la culture de ses locuteurs d'outre mer, sans oublier les pénétrations heureuses ou plus souvent dommageables de l'anglais, de l'américain et, plus récemment avec le triomphe de l'informatique et du numérique, de termes californiens, de datas à mails en passant par arobase. Faut-il s'en inquiéter, faut-il réagir, est-ce au contraire un signe de dynamisme, sachant qu'une langue figée est une langue morte ? L'époque est loin où la langue anglaise était composée à plus de 60% de termes français. Pour autant, notre langue a de beaux jours devant elle, et tant qu'on s'étripera sur la façon de l'écrire et de la parler, gageons qu'elle sera sauvée !

  • Des grands intellectuels africains s'interrogent sur l'avenir du Continent

    Le nouveau siècle s'ouvre sur un déplacement historique majeur. L'Afrique – et le Sud de manière générale – apparaît de plus en plus comme l'un des théâtres privilégiés où se joue, d'ores et déjà, le devenir de la planète. Mais pas seulement. L'Afrique est également l'un des grands laboratoires d'où émergent des formes inédites de la vie sociale, économique, politique, intellectuelle, culturelle et artistique d'aujourd'hui et de demain. Ces nouvelles formes de vie et du social, qui voient le jour dans des lieux souvent inattendus, se concrétisent dans des assemblages qui puisent dans la longue mémoire des sociétés tout en revêtant des aspects fortement contemporains, voire éminemment futuristes.

    Du 1er au 4 novembre 2017, la deuxième session des Ateliers de la pensée s'est tenue à Dakar (Sénégal). Elle a réuni une cinquantaine d'intellectuels et d'artistes du Continent et de ses diasporas. Plus d'une vingtaine d'axes thématiques ont structuré leurs débats, abordés sous des angles disciplinaires variés. Les textes publiés ici sont issus de ces rencontres. Les questions des fins de l'économie, d'une politique du vivant à l'ère de l'anthropocène, de la pensée et des écritures plastiques ont fait l'objet d'une attention particulière. Il en est de même de la décolonialité et de la circulation des savoirs, des transformations des rapports de genre et de la sexualité, du statut des frontières, des figures contemporaines du religieux, des infrastructures psychiques et des politiques du soin, ou encore des formes urbaines et des cultures du renouveau.

    Sous la direction d'Achille Mbembe et Felwine Sarr

    Les contributeurs :

    Nadine Machikou, Séverine Kodjo-Grandvaux, Ndongo Samba Sylla, Abdoul Aziz Diouf, Nadia Yala Kisukidi, Soraya Tlatli, Françoise Vergès, Hemley Boum, Hourya Bentouhami, Rachid Id Yassine, Lionel Manga, Souleymane Bachir Diagne, Benaouda Lebdai, Dominic Thomas

  • Un ouvrage riche de points de vue variés sur la politique exercée par Emmanuel Macron depuis son accession au pouvoir

    Après un an d'exercice du pouvoir, la présidence Macron met-elle en musique le " et de droite et de gauche " affiché par le candidat Macron ? Ce nouveau quinquennat porte-t-il la marque du " nouveau monde " dans la façon de gouverner la France ? Ou bien les pesanteurs de l'ancien monde restent-elles prégnantes à travers un pouvoir plus vertical et centralisé qu'il n'apparaissait de prime abord ? Ces questions traversent ce nouveau recueil des 1ndispensables qui tente d'approcher la réalité de ce qu'on peut déjà appeler le macronisme : un style moderne semé de références au passé, un alliage d'autorité qui frise l'autoritarisme et de familiarité parfois imprudente, avec les grands de ce monde – Donald Trump en tête – ou opportuniste, comme avec un sans-papiers courageux. Par les analyses et les témoignages d'observateurs du monde politique, de sondeurs, d'historiens, d'écrivains et de sociologues, cet ouvrage éclaire ce pouvoir " en marche " qui ne semble marcher que dans un seul sens au risque de s'éloigner d'une France plus traditionnelle et rurale. En relisant les réflexions d'Emmanuel Macron sur les institutions et leur évolution publiées dans
    Le 1 avant qu'il soit élu, on mesure encore une fois combien la pratique peut s'éloigner des idées qui l'ont inspirée. Grâce à cet 1ndispensable, l'action présidentielle est scrutée dans ce qu'elle a de neuf et d'incomplet, pour soulever cette autre question : le macronisme est-il le nouveau visage de la modernité ou un faux-semblant de renouveau démocratique ?

  • Un ouvrage éclairant sur un secteur en crise et en forte restructuration

    Où va l'agriculture ? Cette activité ancestrale continuera-t-elle à structurer nos sociétés modernes, à retenir des familles à la terre tout en fournissant aux populations citadines une nourriture à la fois abondante et saine ? À travers ce nouveau volume des 1ndispensables, sociologues, économistes, écrivains et agronomes interrogent l'activité agricole, ses transformations nécessaires comme ses contraintes à la fois écologiques et financières. Alors que les fermes familiales disparaissent au profit des fermes-usines, l'agriculture biologique reste encore confinée dans des espaces restreints. À force d'uniformiser les modèles agricoles et les productions, les politiques publiques ont accéléré une mutation qui condamne la notion même de diversité. Si des initiatives naissent, plus respectueuses des cycles naturels – la permaculture –, si les individus, quand ils en ont les moyens, sont plus soucieux de leur santé à travers le choix de leur alimentation, la course à l'agriculture intensive et productiviste n'est pas terminée. Derrière les crises qui se succèdent – crise du lait, crise du porc –, ce sont des choix de société qui se profilent parfois bruyamment quand se lève la colère paysanne. Les agriculteurs ne veulent pas passer pour des pollueurs, les éleveurs ne veulent pas apparaître comme des monstres froids insensibles à la souffrance animale. Mais chaque fois les chiffres ont le dernier mot : ce secteur surendetté ne semble devoir s'en sortir que par la fuite en avant, produire toujours plus, selon des modes souvent incompatibles avec le respect de la nature et du vivant. Ou va l'agriculture ? C'est à nous de répondre, comme citoyens et comme consommateurs.

  • Paris, 13 novembre 2015, moins d'un an après les tueries de janvier, 130 personnes sont abattues à des terrasses de restaurants et dans une salle de concert, par des hommes froids et déterminés. Ces nouveaux terroristes, qui désormais peuvent surgir à tout moment dans les grandes villes occidentales, revendiquent leur appartenance à Daech. Par la violence de ses attentats meurtriers sur le sol français, par son expansion territoriale en Irak et en Syrie, cette nébuleuse intrigue autant qu'elle terrifie. Quelles sont les visées de l'organisation qui se proclame État islamique et veut rétablir le califat du VIIIe siècle à qui elle emprunte le drapeau noir, la traque aux infidèles et les pratiques de décapitation ? Qui sont les parents et les parrains de ce monstre apocalyptique qui voue un culte à la mort plus qu'à l'islam, dont il dévoie l'esprit ? Comment Daech ravive-t-il les plaies laissées par les guerres américaines au Moyen-Orient ? Comment instrumentaliset- il la fracture idéologique entre chiites et sunnites ? Quelles stratégies adopter pour le combattre ? À travers les analyses de grands spécialistes de l'Islam et du Moyen-Orient, à travers aussi des textes d'écrivains, d'historiens et de philosophes réunis par l'hebdomadaire Le 1, à travers enfin un dossier essentiel pour comprendre la nature de Daech et son histoire, ce livre offre une vision riche et éclairée de cet acteur inquiétant qui a fait irruption sur l'échiquier mondial, supplantant Al Qaïda comme nouvelle puissance du terrorisme international.

empty